AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
nouvelle guerre à aksana
C'est la guerre à Aksana! Les maîtres apprennent à maîtriser leurs pouvoirs et les frontières sont gardées.
saison deux
La saison deux à été lancée ! Pour en savoir plus...
clique ici !
previously on putw
Votre personnage fait partie de l'histoire, intégrez le !
Venez nous dire ce qui est arrivé à votre personnage
et en quoi il a un impact sur l'histoire

Partagez| .

love's a game, wanna play ? (loras)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
fire nation
avatar
fire nation
‹ MESSAGES : 378
‹ AVATAR : haley bennett.
‹ CRÉDITS : av (persephone), gif (elodiiiiie/voyou)
‹ COMPTES : ido, hilde.

‹ AGE : vingt-quatre ans.
‹ STATUT : fraîchement dé-fiancée d'un osoryd.
‹ SANG : argent, rutilant, supérieur.
‹ COMPETENCES : sexyness, beauty, fabulousness.
‹ METIER : main de fer dans un gant de velours pour le compte de sa famille (et de l'empire).
‹ ALLEGEANCE : en public, les oshun. en privé, son clan, sa caste, sa famille, toujours.
‹ POINTS : 1360

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:

MessageSujet: love's a game, wanna play ? (loras) Ven 15 Sep - 22:45




LOVE'S A GAME, WANNA PLAY ?
loras & marlys


L'ennui la guette, alors que son index droit caresse avec torpeur le rebord de son verre de vin, quasi vide. Autour d'elle, les grands de ce monde se pressent pour congratuler l'aîné Oshun, prince héritier d'Aksana, dont le mariage vient d'être avancé, pour ne pas dire précipité, entraînant le ravissement de chacun, très certainement feint sous peine de s'attirer le courroux de la mère impératrice. Marlys, pourtant, n'est pas là de gaieté de cœur. Certes elle aime le faste. Certes elle aime les soirées et fêtes en tout genre et c'est d'ailleurs la raison pour laquelle c'est elle qu'on a envoyé ici, parmi tous les enfants Swanson. Mais ce genre d’événements protocolaires, guindés et sans pli ne fait que la plonger dans une langueur sans nom. Rien ici ne l'amuse, personne à se mettre sous la dent, seulement de vieux magistrats et autres figures qu'on brosse dans le sens du poil en leur offrant la possibilité d'approcher Cal et la Yinren. L'alcool est néanmoins agréable, comme toujours au palais impérial mais malheureusement, de ça, Marlys en est privée. Car si sa présence ici sert, d'une part, à représenter sa famille au sein du gratin aksanien, une autre mission lui a été confiée par son père et son oncle, comme bien souvent, celle de laisser traîner ses oreilles et ses yeux pour savoir. Savoir ce qui se dit, voir mieux, ceux qui se trame en secret, l'alcool faisait des merveilles pour désinhiber les idiots et leur faire lâcher les mots de trop. Mais dés le départ, la jeune Swanson sentait venir la soirée bâclée, dont la récolte serait bien maigre et inutile. Elle aurait alors très bien pu s'éclipser, se rendre dans un endroit plus jovial, plus excitant mais le mariage impérial faisait jaser et Marlys était presque sûre qu'un de ses cousins, voir son frère avait été missionné dans les environs et qu'une fuite ne lui apporterait que des ennuis. Alors quitte à être bloquée ici, Marlys avait distillé ses charmes, parlé à droite, à gauche, décocher des sourires et assuré sa corvée de sociabilité avec sérieux. Jusqu'à ce que plus rien ne soit utile, jusqu'à ce que l'ennui la dévore complètement. Assise en retrait, la jeune Swanson termina son premier verre de vin de la soirée, après deux heures de discussion stérile. Elle allait d'ailleurs tirer sa révérence quand une silhouette attira son regard. Une silhouette qu'elle connaissait bien, physiquement tout du moins, et qui eut pour effet immédiat de  redonner vie à son feu intérieur. Loras Harlaw. Oh oui il était plus vieux que la moyenne, oui il n'était pas du genre fréquentable mais... Marlys ne l'était pas non plus, fréquentable, en vérité tout du moins. Et surtout, il avait l'art et la manière de la rendre encore plus douée dans son occupation préférée : séduire. C'est donc sans aucune retenue que Marlys se leva de son siège et vint à la rencontre du maître de la terre, d'un pas léger et aérien. Une fois à sa hauteur, elle agrippa son bras et vint le coincer sous le sien, l'entraînant dans son sillage. - Le sauveur de la soirée ! @Loras Harlaw... dit-elle avec engouement, lui décochant un regard mutin. - Vous êtes là en service ou pour l'amusement ? Dans les deux cas, il faudra venir me sauver de cet ennui mortel, cette réception a un peu trop abusée sur l'étiquette... Baise main par ci, serrage de mains par là... Il y a longtemps que Marlys était passée à l'étape supérieure et Loras Harlaw pouvait d'ailleurs en attester...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
earth nation
avatar
earth nation
‹ MESSAGES : 604
‹ AVATAR : ncw
‹ CRÉDITS : perséphone (av)

‹ AGE : quarante-quatre ans, il doit bientôt réaliser qu'il fait partie de la vieille génération
‹ STATUT : éternel célibataire dévoué à servir la famille impériale et la couronne des quatre nations
‹ SANG : bronze, un équilibre certain entre noblesse et créatures
‹ COMPETENCES : discrétion (niv1), honneur (niv2), torture (niv3)
‹ METIER : espion et missionnaire, on enjolive son titre de bourreau et cabot
‹ ALLEGEANCE : la couronne avant tout, qu'importe celui qui se trouve en-dessous
‹ ADIUTOR : aucun, trop vieux pour en recevoir, ce qui le réjouit
‹ POINTS : 1080

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:

MessageSujet: Re: love's a game, wanna play ? (loras) Dim 17 Sep - 18:39

Noble. Noble. Noble. Domestique. Le champ de vision de Loras était réduit, ce soir-là, à quelques jolies robes, maintes hypocrisies, tout comme à de nombreux regards comploteurs. Ah, la noblesse, et son ennui mortel lors de ses soirées. Posté dans un coin, il se fondait dans la masse, ses oreilles trainant ici et là dans les conversations des invités. Le futur mariage du prince héritier étant ce soir d’ors et déjà célébré, le gratin du royaume s’était réuni en ces murs royaux. Ici et là, l’espion de la couronne reconnaissait quelques visages déjà croisés auparavant, sans pour autant s’être attiré l’affection de l’homme de l’ombre. Tous n’étaient faits que de futilités, c’était là l’essence même de la noblesse. Complots, robes de soie et compliments hypocrites ne faisaient nullement bon mélange avec lui. Dans ces soirées-là, son regard s’attardait sur les longues chevelures soignées, sur les cous décolletés, sur ces peaux immaculées qu’il pourrait baiser et s’approprier au cours d’une nuit. Les demoiselles étaient son pêché mignon, mieux encore étaient-elles si la naïveté et la pudeur encrassaient leurs cœurs. Un sourire, un simple regard qui s’attardait, et voilà qu’elles se retrouvaient à soupirer leurs plus noirs fantasmes dans ses bras masculins. Douce mélodie qu’étaient leurs murmures, leur respiration saccadée, leur appel divin : Loras ne s’en lassait pas. Et le matin venu, alors qu’Apollon se levait sur le monde, toute trace de la nuit passée disparaissait. La demoiselle retourner auprès de son père, toute pure et candide qu’il la pensait, ses pensées encore tournées vers celui qu’il l’avait fait rêver. Loras s’amusait à changer de partenaire, aimant la facilité avec laquelle elles tombaient toutes vers lui, mouches ingénues qu’elles étaient. Il en avait déjà repéré quelques unes ce soir-là, sang argent issu de la petite noblesse comme sang bronze venu de la haute bourgeoisie. Belle blonde à la robe cuivre, admirable brune à la robe pamplemousse. Toutes deux se battaient inconsciemment en duel pour une nuit passé au cœur des draps de l’amant clandestin. La première était accompagnée de son père, la seconde de ses frères. Ceux-là mêmes venaient de la nation de la terre, la même que Loras, et l’aîné avait partagé sa promotion avec l’espion. Loras et son ancien camarade échangèrent un regard : la brune sera donc sa partenaire du soir. Il commença à s’approcher, cherchant à distraire le frère tout en séduisant la sœur, quand son cheminement fut interrompu.

Il aurait pu râler de se voir ainsi détourné de sa proie si celle qui n’en était la cause en aurait été une autre. La sulfureuse Marlys Swanson cala son bras sous le sien, et en un simple mouvement, avait fait de lui son prisonnier. Il grimaça, lui devant qui on tremblait d’ordinaire, lui qu’on appelait en secret et avec appréhension bourreau. Marlys était cependant assez jolie pour effacer la rancœur de Loras envers son dernier coup. De sang argent, et donc d’un rang plus élevé que le sien, elle trainait bien souvent à la cour et, ainsi, dans les pattes du chat qu’il était. Mais elle n’était pas la souris qu’il espérait, elle ne se laissait pas si facilement faire : même en la présence du chat, la souris dansait, et elle était fichtrement douée à ce jeu. « Le sauveur de la soirée ! Loras Harlaw... » Il se libéra de son étreinte, et s’inclina face à elle, comme le voulait l’étiquette. « Mademoiselle Marlys. » D’une main confiante, il attrapa la paume de la demoiselle et en baisa le dos, laissant certes ses lèvres y trainer un peu trop longuement, son regard planté dans le sien. Elle rendait fou le chat, cette souris qui ne se laissait pas faire. Divine demoiselle, tout en elle resplendissait de beauté, mais sa libidineuse grâce faisait le tout. Une envie de croquer à l’interdit s’emparait de lui à chaque fois que son chemin croisait celui de la demoiselle Swanson, décuplé alors par le goût amer de l’impossible. « Vous êtes là en service ou pour l'amusement ? Dans les deux cas, il faudra venir me sauver de cet ennui mortel, cette réception a un peu trop abusée sur l'étiquette... » Il continuait de la regarder, cette vile tentatrice qui refusait de se céder à lui tout en agitant sous son nez ses avantages féminins. « J’ai bien peur que le devoir ne m’empêche de vous l’avouer. » Il sourit, se mettant lui aussi à jouer avec elle. Finalement, elle était une surprise alléchante, et un prix supérieur face à cette petite brune sans saveur. « Vous ? Vous ennuyez ? Vous m’étonnez, Marlys. » Au diable les titres et autres marques de respect. Loras avait envie de jouer, et cette fois-ci, la gamine frivole qu’elle était ne pouvait lui résister bien plus longtemps. « Vous n’avez donc trouvé aucun jeune homme pour vous satisfaire ce soir ? » Quelle veine, lui, tout du moins, pouvait lui procurer tout le plaisir qu’elle désirait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fire nation
avatar
fire nation
‹ MESSAGES : 378
‹ AVATAR : haley bennett.
‹ CRÉDITS : av (persephone), gif (elodiiiiie/voyou)
‹ COMPTES : ido, hilde.

‹ AGE : vingt-quatre ans.
‹ STATUT : fraîchement dé-fiancée d'un osoryd.
‹ SANG : argent, rutilant, supérieur.
‹ COMPETENCES : sexyness, beauty, fabulousness.
‹ METIER : main de fer dans un gant de velours pour le compte de sa famille (et de l'empire).
‹ ALLEGEANCE : en public, les oshun. en privé, son clan, sa caste, sa famille, toujours.
‹ POINTS : 1360

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:

MessageSujet: Re: love's a game, wanna play ? (loras) Dim 24 Sep - 22:31

Le jouet du moment. Il y en avait toujours un. Brun, blond, jeune, plus âgé, il y en avait toujours un pour l'amuser, la satisfaire puis, malheureusement, l'ennuyer à mourir lorsque le but était atteint et que ses charmes avaient eu l'effet escompté. A quoi bon, en effet, s'encombrer d'un corps déjà conquis, dont les secrets étaient presque tous révélés et que le temps ne ferait que dépérir. Marlys fuyait ce genre de situation, elle fuyait cette familiarité encombrante qui pourrissait les relations, qui mettait fait aux surprises et au désir. Le renouvellement était donc continu, presque indécent mais Loras, lui, Loras semblait durer dans le temps sans que jamais ils ne se lassent l'un de l'autre. Il faut dire qu'il avait l'expérience, celle de la vie mais aussi de la séduction, un art auquel la jeune Swanson s'était toujours donné à corps perdu et Loras était aussi bon adversaire que professeur. Elle apprenait de lui, bien que jamais elle ne le confesserait et chaque rencontre se transformait en un moment exquis où les mots et les regards s'échangeaient avec fièvre. Il était également probable que leur position quasi commune auprès de la famille impériale renforce ce lien, tous deux amenés à faire l'impensable sans pour autant en parler. Après tout, leur vie personnelle n'avait pas grand intérêt et chacun se passait bien d'y faire référence, trop occupé à s'atteler à la mission du moment : faire craquer l'autre en premier. Le jeu était donc lancé et ce depuis que Marlys avait posé son regard sur la carrure du soldat, retrouvant presque instantanément son énergie libidineuse. Peu importe ses projets, ses humeurs, ce soir il serait sien, quoiqu'il en coûte. Le baiser qu'il déposa sur sa main ne manqua en tout cas pas de lui plaire. Elle était d'argent, il était de bronze, une autre entrée en matière n'était pas envisageable, quoiqu'on en dise. Elle le remercia d'un sourire enjôleur, sans plus de réaction, surtout pas de rouge sur ses joues déjà bien immunisées contre ce genre de démonstration, et fût enchantée de voir qu'il mordait à l'hameçon, comme toujours. - Je ne vous savais pas aussi à cheval sur les principes cher Loras... C'est à vous de m'étonner... Il pouvait raconter ce genre de boniment à n'importe quelle innocente mais pas à Marlys qui, elle, était bien loin d'être innocente et ne connaissait que trop bien, de par les informations glanées par sa famille, les tâches ingrates que ce cher Harlaw effectuait pour les Oshun. Mais voilà comment était le jeu : semé de sous entendus et de non-dits qui rendaient la chose encore plus excitante. - Qui vous dit que je ne suis intéressée que par les hommes Loras... Je pensais que vous me connaissiez un peu mieux maintenant... Ils avaient en effet partagés assez de nuits pour connaître leurs goûts particuliers, bien qu'inviter de la compagnie n'ait jamais été à l'ordre du jour et encore moins un souhait de la jeune femme. - Mais si, j'ai finalement fait un choix, je vous le dévoilerais plus tard, je ne voudrais pas gâcher le suspense... Ses yeux rieurs parcourent le visage du soldat, recherchant avec entêtement tout signe de son intérêt envers elle. Marlys ne recherchait que ça, de l'intérêt, des regards, et mieux, les regards de ceux qu'elle convoitait. Ainsi, elle ne se lassait jamais de celui de Loras qui visiblement, lui rendait bien la pareille. Chacun des deux savaient, de toute manière, quelle allait être la finalité de leur entrevue mais ce n'était pas la destination qui les intéressait, quoiqu'un peu, quand même, mais le cheminement. - C'est amusant d'ailleurs cette question, on dirait presque que cela vous importe... J'espère ne pas trop vous décevoir alors, si le choix n'est pas... vous ? La phrase avait commencé sur un ton amusé mais il s'était rapidement mué en un murmure qu'elle avait déposé là, tout près de son oreille, pour être sûr que personne d'autres ne les entende. A ce jeu, Marlys pouvait être très douée mais ce soir, l'ennui avait été si pesant qu'il était bien possible qu'elle décide d’accélérer un peu les choses, n'ayant plus vraiment la patience d'attendre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
earth nation
avatar
earth nation
‹ MESSAGES : 604
‹ AVATAR : ncw
‹ CRÉDITS : perséphone (av)

‹ AGE : quarante-quatre ans, il doit bientôt réaliser qu'il fait partie de la vieille génération
‹ STATUT : éternel célibataire dévoué à servir la famille impériale et la couronne des quatre nations
‹ SANG : bronze, un équilibre certain entre noblesse et créatures
‹ COMPETENCES : discrétion (niv1), honneur (niv2), torture (niv3)
‹ METIER : espion et missionnaire, on enjolive son titre de bourreau et cabot
‹ ALLEGEANCE : la couronne avant tout, qu'importe celui qui se trouve en-dessous
‹ ADIUTOR : aucun, trop vieux pour en recevoir, ce qui le réjouit
‹ POINTS : 1080

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:

MessageSujet: Re: love's a game, wanna play ? (loras) Lun 25 Sep - 19:28

Intercepté dans le cours de sa soirée, Loras s’était vu obligé d’abandonner sa proie du soir. Mais l’infortune qui lui était tombé dessus était loin d’être désagréable, sa compagnie tout comme son physique. Enfant démon lui ayant ravi plusieurs de ses soirées, non sans les rendre délicieusement jouissives. Baisemain, étiquette respectée, le tout avec un soupçon d’insolence masqué par un regard baladeur. Leurs corps se touchant à peine, il sent déjà les frissons de l’excitation parcourir son échine. Voilà que le jeu commence, et Loras ne peut s’empêcher d’en être impatient. Ce jeu, cette séduction malsaine pourrait-on le corriger, il l’apprécie, il y prend goût et plus encore. L’attente et la frustration ne rendent que meilleure la nuit passée entre ses bras, à baiser chaque parcelle de sa peau porcelaine, à faire sien celle promise à un autre. Les soupires de Marlys sont jouissifs, mais les soirées passées à se chercher, celles à résister à la tentation le sont tout autant, si ce n’est plus. Tout l’intérêt de leur relation repose principalement sur ce jeu. Une forme de torture, et Loras ne peut en être plus heureux. Son regard s’aventure sur le corps de la succube, la dévisage, la déshabille déjà. « Je ne vous savais pas aussi à cheval sur les principes cher Loras... C'est à vous de m'étonner... » Il sourit, reporte ses prunelles sur son visage lumineux. « J’ai encore des secrets à vous cacher, mais ne soyez pas trop déçue, Marlys. » Nouveau sourire, et il détourne son attention. Un instant, et il pense à Lyra, objet de tous ses désirs. Mais la noble sait y faire, et les idées de Loras sont vite reportées sur elle, et elle seulement. Une remarque sur son manque de compagnie, une surprise pour une femme comme elle - entendez ici une séductrice et tentatrice de son rang. Le rire cristallin et léger de la jeune femme emplit le coin de la salle qu’ils occupent, attirant même à eux certains regards de leurs voisins les plus proches. « Qui vous dit que je ne suis intéressée que par les hommes Loras... Je pensais que vous me connaissiez un peu mieux maintenant... » Il acquiesce du chef, et se tourne de nouveau vers elle. Son visage est impassible, presque blasé, à la limite de l’ennui. Et pourtant, ses traits se masquent d’une politesse. Tout n’est que masque ici, tout n’est que jeu. « C’est que vous avez donc, vous aussi, des secrets pour moi. » Si cela ne tenez qu’à lui, Loras emmènerait la Swanson dans le premier recoin trouvé, et la ferait crier son plaisir à pleins poumons, encore et encore, jusqu’à défaillir sous ses caresses habiles. Mais où en serait donc l’intérêt ? Le jeu qui se jouait entre eux était l’essentiel de la soirée, et sans cela, le plaisir ne serait le même. Marlys, trop fanfaronne, ne méritait que l’ennui de Loras. Un jeu de frustration, voilà ce à quoi il jouait. Elle voulait son attention absolue, il s’intéresserait à une autre. La brune repérait plus tôt lui lançait encore des regards en coin, il n’était peut-être pas trop tard pour changer de cible. Ou du moins, le faire croire à sa partenaire. « C'est amusant d'ailleurs cette question, on dirait presque que cela vous importe... J'espère ne pas trop vous décevoir alors, si le choix n'est pas... vous ? » Il sourit, sans pour autant la regarder. Un léger rire s’empara même de ses lippes. Elle aussi savait y faire. Son souffle au creux de son oreille ne fit qu’intensifier les frissons ressentis tantôt, seulement plus fort. En lui débutait la tempête de ses envies, celle-là même qu’il avait tant de mal à dompter. Les chevaux sauvages s’échapper de leurs brides, emportant avec eux dans leur fol course, la libido de l’homme. « Vous m’envoyez flatté, Marlys. » lui répondit-il sur un ton plat cachant l’amusement qu’il y prenait. Son regard, cependant, continuait de s’aventurer sur le reste des demoiselles de l’assemblée. « Et si je refusais ? » continua-t-il sur le même ton. « Et si, ce soir, je me lassais de vous ? » Cette fois, son regard gris se posa sur le jeune visage - presque enfantin - de sa partenaire. Provocateur comme jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fire nation
avatar
fire nation
‹ MESSAGES : 378
‹ AVATAR : haley bennett.
‹ CRÉDITS : av (persephone), gif (elodiiiiie/voyou)
‹ COMPTES : ido, hilde.

‹ AGE : vingt-quatre ans.
‹ STATUT : fraîchement dé-fiancée d'un osoryd.
‹ SANG : argent, rutilant, supérieur.
‹ COMPETENCES : sexyness, beauty, fabulousness.
‹ METIER : main de fer dans un gant de velours pour le compte de sa famille (et de l'empire).
‹ ALLEGEANCE : en public, les oshun. en privé, son clan, sa caste, sa famille, toujours.
‹ POINTS : 1360

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:

MessageSujet: Re: love's a game, wanna play ? (loras) Mar 26 Sep - 21:50

Des secrets, elle ne doute pas qu'il en a. Beaucoup même, comme elle, comme tout le monde ici à Aksana où se mettre à nu est le danger le plus mortel. Marlys n'a jamais été naïve, elle n'a jamais eu ce luxe, venant d'une famille où la violence de ce monde vous est inculquée dés le plus jeune âge. Alors si elle papillonne, rie aux éclats et fait preuve d'une légèreté désarçonnante, elle n'est en aucun comparable à ces filles de bronze qui n'ont aucune idée de ce qui se trame sous les belles parures et les couronnes étincelantes. Marlys connaît Loras, elle le connaissait de réputation, avant, elle sait ce qu'il fait de ses mains, de ses armes pour un pouvoir qu'elle aussi, elle sert sans aucun état d'âmes, ou presque. Alors être déçue de lui, elle ne risque pas de l'être mais possessive, c'est une tout autre histoire. Car Loras, il est sien, ce soir, comme presque tous les autres. Sa proie, son trophée, son jouet. Et Marlys n'est pas prêteuse, quoiqu'on en dise et savoir qu'une autre l'intéresse pourrait ne pas lui plaire, pas avant qu'elle-même ait décidé de se séparer de lui et de passer à la prochaine cible. Une facette que le mercenaire semble d'ailleurs avoir perçue, au grand malheur de la jeune femme, qui se voit obligée de composer avec ses attaques répétées titillant toujours un peu plus sa jalousie et son désir brûlant. - Si je savais tout de vous, je pense que vous ne m'intéresseriez plus chez Loras. Avouez, ce serait dommage... Marlys a beau être légèrement agacée par les sous entendus du soldat, elle n'en montre rien, tout comme elle ne se laisse absolument pas déstabiliser par les pics de ce dernier. Tout ça n'est que pure vérité de toute manière, bien que les secrets la dérangent, ils sont aussi là pour la piquer de curiosité et lui donner envie de plus, beaucoup plus qu'une simple conversation dans une salle bondée de nobles insipides. Une salle qui, d'ailleurs, semble s'être vidée de toute âme depuis que Marlys a subtilisé son partenaire au reste de l'assemblée, tant plus rien, autour d'eux, n'a d'intérêt. La fièvre s'empare doucement d'elle, le feu brûlant de son élément se déchaînant sous sa peau, alors qu'il avait été contenu pendant beaucoup trop de temps. - C’est que vous avez donc, vous aussi, des secrets pour moi. La jeune fille lâche un rire mutin, oh oui elle en a aussi, mais elle sait qu'il n'en doute pas et que tout ceci n'est que de la parlotte pour la faire languir. Une parlotte qui l'enivre comme un bon vin mais qui pourrait tout autant l'endormir si Loras en fait trop usage. Heureusement pour tous les deux, ils commencent à se connaître et leur dosage est si savamment distillé que la tension en est presque palpable. Ainsi, quand Marlys s'approche de sa peau à l'odeur légèrement musquée, déposant quelques mots au creux de son oreille, avançant ainsi d'un pas vers leurs corps entrelacés, Loras, lui, décide de reculer, faisant vibrer en elle cet agacement si troublant. Feignant la surprise et la déception sur son visage poupin avec une certaine exagération, la jeune Swanson s'immobilise, stoppant ainsi leur lente mais si douce balade nuptiale. - Ne dites pas de bêtises, une telle chose est improbable. D'autant plus que vous n'avez pas encore fait le tour de toutes les... possibilités ? Qu'il se refuse à elle était en effet impossible, littéralement, ou bien sous peine de s'attirer ses foudres jusqu'à la nuit des temps, et se mettre à dos un Swanson n'a jamais été une situation très... agréable, qu'on soit proche ou non de la couronne. Mais ça, Marlys n'y pense même pas. Elle sait qu'il joue, elle sait qu'il bluffe, elle sait qu'elle est irrésistible, point. Il ne se refusera pas à elle, et n'avait pas non plus le droit de se lasser d'elle, c'était à elle de se lasser la première. Son regard choqué se mue donc rapidement en une invitation incendiaire, ils ont certes passé du bon temps ensemble mais tout ceci n'était rien comparé au reste. - Et puis, ce serait dommage de tout arrêter alors qu'on vient tout juste de terminer les préliminaires... dit-elle en parcourant délicatement la joue de Loras à l'aide de son index, agrémenté d'un sourire qui en dit long.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
earth nation
avatar
earth nation
‹ MESSAGES : 604
‹ AVATAR : ncw
‹ CRÉDITS : perséphone (av)

‹ AGE : quarante-quatre ans, il doit bientôt réaliser qu'il fait partie de la vieille génération
‹ STATUT : éternel célibataire dévoué à servir la famille impériale et la couronne des quatre nations
‹ SANG : bronze, un équilibre certain entre noblesse et créatures
‹ COMPETENCES : discrétion (niv1), honneur (niv2), torture (niv3)
‹ METIER : espion et missionnaire, on enjolive son titre de bourreau et cabot
‹ ALLEGEANCE : la couronne avant tout, qu'importe celui qui se trouve en-dessous
‹ ADIUTOR : aucun, trop vieux pour en recevoir, ce qui le réjouit
‹ POINTS : 1080

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:

MessageSujet: Re: love's a game, wanna play ? (loras) Ven 13 Oct - 11:59

Une danse terrible qu’ils effectuent, ces deux là, à la vue et au su de tous. Une séduction frivole née d’une possessivité aussi fière chez l’une que chez l’autre rythme leurs échanges, telle la basse d’une mélodie jouée par l’orchestre de la soirée. Des pas qu’ils maîtrisent, entraînés comme il se doit au son des conquêtes dont l’impact sur leurs mémoires est plus que moindre. Des filles, des hommes, des corps qui s’enchainent dans les draps soyeux du palais, des murmures érotiques ne laissant qu’un souffle léger et bas au creux des oreilles des danseurs qu’ils sont. Les proies faciles n’ont aucun goût, l’excitation et le désir nait au cœur de l’action chasseresse, de ce jeu haletant qui se doit d’être discret pour n’éveiller les soupçons de personne. Y jouer au milieu d’une cérémonie telle que celle-ci, bien qu’ennuyante, procure aux braconniers le goût suave d’une excitation en attente, qui monte, monte, jusqu’au sacrement charnel signant la fin de la partie. Cette expectative est, sans équivoque, le point d’orgue du jeu auxquels se livrent-ils. La maîtrise de soi se doit d’être vigoureuse et contrôlée, si ce n’est parfaite en tous points. Le premier à céder à l’autre, le premier à perdre le contrôle, chute de son piédestal de prédateur pour n’être plus qu’une proie à la merci des griffes de l’autre. Un jeu dont Loras raffole, un jeu dont il se sait le champion. Ce soir-là, malgré les tentatives de la demoiselle Swanson, il ne montre aucun intérêt, pure indifférence, bien qu’en son bas-ventre brûle déjà les flammes du désir. Son regard déambule sur les corps gracieux des demoiselles en fleur, leurs joues rougies par le rêve d’une nuit sans étiquette, à hurler et susurrer le nom de leur partenaire sans aucune honte. Certaines sont jolies, certaines plus que d’autres, certaines moins que les précédentes. Des robes aux milles couleurs ravivent les yeux de tous, illuminées par la lumière étincelante des ampoules du palais. Cependant, il sait, que ce soir, la seule qui saisira ses lippes, chevauchera ses hanches brutes, se trouvent à ses côtés, le caprice la narguant au bout du nez. « Si je savais tout de vous, je pense que vous ne m'intéresseriez plus chez Loras. Avouez, ce serait dommage... » Son regard vrille, se pose indifféremment sur la femmelette qu’elle est. Ses lippes s’étirent quelque peu, et le visage reprend déjà son analyse des restes des convives. Il la sent se tendre, pester intérieurement. Et lui rit, il s’amuse, le chasseur. Il sait cependant ne pas abuser de cette moquerie, ou la belle demoiselle qu’elle est tournera aussitôt les talents, usant de ses charmes sur le premier naïf tombé à sa portée. La délaisser, tout en la tenant fermement, voilà le ballet qu’il s’effectue de valser, ses pieds prudents de ne pas dépasser la limite qu’elle lui impose. Chorégraphie exquise, elle avance et lui recule. Il joue, il joue avec elle, il joue avec son propre désir. A chaque regard qu’elle lui adresse, à chaque parole qu’elle lui souffle, voilà les flammes si bas présentes s’intensifient dans une salve d’étincelles. Il ose émettre, cependant, la possibilité du refus, de sa victoire sur elle ce soir-là. Une illusion qu’elle sait reconnaître, la petite n’étant pas si idiote. « Ne dites pas de bêtises, une telle chose est improbable. D'autant plus que vous n'avez pas encore fait le tour de toutes les... possibilités ? » Il ne peut s’empêcher d’arquer un sourcil au son de sa voix. Son intonation change et se gorge de milliers de sous-entendus. Ses iris froides s’entrechoquent à son visage angélique, et voilà que les rôles s’inversent. Le chasseur qu’il était se retrouvent piégé, son intérêt saisi par les griffes affilées de cette prédatrice au charme enjôleur. « Et puis, ce serait dommage de tout arrêter alors qu'on vient tout juste de terminer les préliminaires... » Elle joue si bien, la Swanson. C’est elle, désormais, qui contrôle leurs appétits. Celui, brûlant, de Loras, dévore peu à peu le peu de conscience de l’homme, et celui-ci perd ses réflexes alors que l’on caresse sa joue. Un homme, aux mains d’une femme, n’est plus rien. Il se saisit de cette main baladeuse et entraîne le reste du corps dans une alcôve non loin de là, tous deux ainsi cachés du reste de l’assistance. Son emprise ferme se resserre sur le poignet de la blonde, et ses lèvres, sans forme de douceur, se jettent délicieusement sur le visage de Marlys. L’impact est puissant, haletant, explosif. Cela ne pouvait plus attendre. Les lippes s’entrechoquent et se répondent dans un brasier infernal. Les mains brutes du chien s’appuient sur les reins délicats de la petite princesse, les doigts caressant le bas du dos au travers du tissu fin de sa tenue. Son souffle s’accélère, à l’instar des pulsations de son cœur. Ne la lâchant qu’à moitié, ses lippes à peine retirées de leurs compagnes, c’est dans un souffle qu’il s’exprime. « Qu’étaient-ce donc que ces possibilités évoquées ? » Il sait, à cet instant, qu’il a perdu. Il n’est plus chasseur, seulement une proie, un feu brûlant et destructeur. Il n’est plus qu’un désir cherchant à être comblé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fire nation
avatar
fire nation
‹ MESSAGES : 378
‹ AVATAR : haley bennett.
‹ CRÉDITS : av (persephone), gif (elodiiiiie/voyou)
‹ COMPTES : ido, hilde.

‹ AGE : vingt-quatre ans.
‹ STATUT : fraîchement dé-fiancée d'un osoryd.
‹ SANG : argent, rutilant, supérieur.
‹ COMPETENCES : sexyness, beauty, fabulousness.
‹ METIER : main de fer dans un gant de velours pour le compte de sa famille (et de l'empire).
‹ ALLEGEANCE : en public, les oshun. en privé, son clan, sa caste, sa famille, toujours.
‹ POINTS : 1360

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:

MessageSujet: Re: love's a game, wanna play ? (loras) Dim 5 Nov - 22:44

Les mots s'entrechoquent au coin des lèvres de Marlys à mesure que le désir et l'agacement se mêlent dans son petit corps fiévreux. Il est impensable que ce ne soit pas elle qui lui fasse tourner la tête ce soir, impensable qu'elle ne soit pas le seul et unique objet de son désir, pas elle, Marlys Swanson, celle qu'on désire, celle dont ont espère attirer l'attention, celle qui mène le jeu du bout de ses doigts graciles. Loras Harlaw peut donc bien penser ce qu'il veut, lâcher autant de provocation qu'il le souhaite, à la fin de la soirée, c'est elle, et personne d'autres qui parcourra sa peau marquée par les batailles du bout de ses lèvres doucereuses, aucune autre option n'est envisageable et il va falloir qu'il s'y fasse. Alors quand Marlys, piquée au vif par les insinuations consternantes de son compagnon de soirée, décide d’accélérer la cadence, elle ne laisse plus aucune ouverture à l'imagination, usant de termes évocateurs, alliant les mots à des gestes sulfureux, désireuse de faire plier son adversaire et de le rendre fou, incapable d'échapper à ses filets aux mailles dorées. Qu'il plonge si vite, néanmoins, l'a prit de court, sans pour autant la décevoir alors qu'elle se laissait entraînée dans un de ses recoins de la salle de réception du palais où personne ne pouvait à présent les apercevoir, ce qui en disait long sur ses intentions. Marlys lâcha un léger rire de triomphe alors qu'Harlaw la tenait fermement, visiblement peu enclin à la laisser lui filer entre les doigts. Ses lèvres se parèrent d'un sourire victorieux, un sourire bientôt effacé par celles de son agresseur dont la brutalité égalait son désir brûlant. Rien n'était jamais doux avec Loras Harlaw, et peut-être qu'au fond, c'était ça que Marlys recherchait, bien loin de tous ses minets dont les mains baladeuses suintaient l'inexpérience et la hâte. Non, lui savait y faire et rien que ce baiser, si vibrant, si furieux, promettait plus que ceux de tous ses amants réunis, ce qui en soit, n'était déjà pas une mince affaire. Un baiser auquel Marlys répondit, avec délicatesse et furie, mordillant les lèvres d'Harlaw alors qu'elle sentait ses mains parcourir son échine, délivrant des frissons dans chaque parcelle de son corps, vibrant au contact de ses caresses. Les doigts de la jeune femme, eux, allèrent se perdre doucement dans sa chevelure dorée, ses bras entourant son cou pour mieux le garder près d'elle. Aucune échappatoire, l'animal était à terre, la chasse était terminée et avec elle sonnait le glas des réjouissances et du plaisir. La pause qu'observa alors Loras lui tira un sourire satisfait, voici donc ce qu'il attendait, moins de mystère, plus d'action, plus de... possibilités, des possibilités quasi infinies avec un peu d'imagination, ce dont ne manquait pas Marlys. - Nous n'aurions pas assez d'une nuit pour toutes les envisager, mais cet endroit pourrait bien nous permettre d'en rayer quelques unes de la liste. lui murmure-t-elle, alors que leurs lippes ne sont qu'à quelques centimètres l'une de l'autre et que leurs souffles brûlants s'entrecroisent. Son regard pétillant ancré dans le sien, captant chaque flamme de désir d'un homme dont l’élément n'est pourtant pas le feu, Marlys commence alors à détacher ses mains de leur ancrage, laissant ses doigts effleurer les épaules de Loras, continuant leur chemin sulfureux jusqu'à son torse et bientôt sa ceinture de laquelle elle libère cette chemise étriquée afin d'aller effleurer de ses doigts élancés la peau de l'homme qu'elle désire tant en cet instant précis. Ses mains terminent finalement leur course sur ses reins, attrapant au passage sa ceinture qui, d'un coup sec, oblige le corps d'Harlaw à épouser le sien, dans une torpeur saisissante. Marlys colonise à nouveau ses lèvres, l'incitant à plus, encore plus, laissant le feu l'envahir et brûler sa peau, laissant ses mains délivrer de douces caresses évocatrices sur une peau frémissante. Leurs corps l'un contre l'autre, Marlys sent déjà son pouvoir s'affirmer, elle sent cette envie monter en lui, une envie qu'elle attise, encore et encore, griffant à présent son dos jusqu'à son fessier, ses mains ayant désormais franchies la frontière interdite. Les soupirs sont plus forts, plus haletant et alors que Loras couvre son cou de baiser, Marlys susurre à son oreille les quelques mots qu'elle espère alors porter le coup fatal. - Je suis toute à toi. Même si au fond, c'est en réalité lui qui est tout à elle.

@loras harlaw
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

love's a game, wanna play ? (loras)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PINNED UNDER THE WEIGHT :: into the past :: flashbacks :: Saison 1-