AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
nouvelle guerre à aksana
C'est la guerre à Aksana! Les maîtres apprennent à maîtriser leurs pouvoirs et les frontières sont gardées.
saison deux
La saison deux à été lancée ! Pour en savoir plus...
clique ici !
previously on putw
Votre personnage fait partie de l'histoire, intégrez le !
Venez nous dire ce qui est arrivé à votre personnage
et en quoi il a un impact sur l'histoire

Partagez| .

sometime's love is not enough and the road gets tough i don't know why (calonis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
fire nation
avatar
fire nation
‹ MESSAGES : 362
‹ AVATAR : max irons bby
‹ CRÉDITS : av ; lise aka ado l'amour de ma vie.
‹ COMPTES : amara, la chose fragile.

‹ AGE : vingt-huit ans, une jeunesse trop vite passée, un avenir déjà tout tracé et une couronne qui repose désormais sur ses cheveux d'or.
‹ STATUT : mariée à saeko oshun, une issue dont il a su tiré un avantage certain. plus qu'un simple parti qu'on lui a imposé, saeko est devenue une alliée de choix à ses côtés, l'impératrice qui saura renforcer son règne.
‹ SANG : bleu, le symbole premier d'une royauté qui se complaît à rappeler à chacun leur supériorité.
‹ COMPETENCES : charisme (niv. 1), domination (niv. 1), intimidation (niv. 1).
‹ METIER : empereur, un rôle sur mesure pour lequel il a été préparé depuis sa plus tendre enfance.
‹ ALLEGEANCE : cal n'est fidèle qu'à lui-même. il souhaite aller loin, même si cela signifie parfois avoir à sacrifier certaines personnes.
‹ ADIUTOR : naos, qu'il ne porte pas forcément dans son cœur mais leur duo fonctionne, du moins en apparence.
‹ POINTS : 1180

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:

MessageSujet: sometime's love is not enough and the road gets tough i don't know why (calonis) Jeu 24 Aoû - 15:15

sometime's love is not enough and the road gets tough i don't know why ft. @Adonis Griffith

Ces deux dernières semaines avaient vu l'humeur de Cal dégringoler en flèche. Alors qu'il avait été très occupé avec les fouilles qui avaient eu lieu dans tout le Royaume, il n'avait pu s'adonner à des activités plus réjouissantes qui auraient peut-être pu le détendre. Il était d'un tempérament particulièrement exécrable ces derniers jours et le mot semblait avoir été passé à tout le monde au sein du palais. On évitait de venir le déranger, sauf lorsqu'il s'agissait vraiment d'un sujet important. Il essayait de se contenir, mais plus d'une fois il s'était laissé aller à extérioriser sa rancœur sur les serviteurs qui passaient par là. La seule nouvelle qui avait eu le don de lui remonter quelque peu le moral avait été la capture d'Atalante Osanos et la perspective de ce que cela représentait pour la Rébellion. Mais aujourd'hui, mercredi, le prince avait eu vent que le jeune Griffith était revenu à Launondie. Il était partagé à l'entente de cette nouvelle, car les mots d'Elizaveta Valaeris résonnaient encore dans son crâne. Elle lui avait conseillé de se méfier du brun, mais également de sa propre sœur, Isaure. Depuis ce jour, Cal n'avait cessé de réfléchir à tout cela. Il avait bien l'intention de se montrer plus méfiant, en attendant d'obtenir des preuves qui soutiendraient ou non les paroles de l'héritière Valaeris. Il ne pouvait tout simplement pas la croire sur parole. Après tout, il ne la connaissait pas aussi bien qu'il connaissait Adonis. Peut-être voulait-elle tout simplement immiscer le doute dans son esprit. L'Air avait été alliée à l'Eau après tout, une telle alliance pourrait très bien refaire surface. Malgré tout, les paroles d'Elizaveta avaient été efficaces puisqu'elles avaient suffit à amener l'Oshun à réfléchir à la conversation qu'il avait eu avec Adonis avant son départ. L'Eartanarien s'était heurté à un mur dans sa tentative de discussion, et ça avait semblé l'agacer. Cal se souvenait de ses paroles, de la façon dont son corps l'avait trahi. Mais ça n'était en rien une preuve. L'héritier connaissait Adonis depuis des années maintenant, et il avait du mal à imaginer le brun le trahir. Cela ne voulait pas dire qu'il avait en lui une confiance aveugle, mais plus qu'il attendait de se faire sa propre idée sur la question. Cal était déjà dans ses appartements losqu'Adonis poussa la porte de sa chambre. L'entrevue qu'il avait toutes les semaines avec sa mère avait été plus courte que d'ordinaire. Assis sur l'un des fauteuils, le prince remarqua l'air sombre inscrit sur le visage de son amant. Visiblement, les dernières semaines avaient été compliquées pour les deux partis. « Tu as l'air heureux d'être de retour à Launondie. » C'était bien sûr ironique. Le jeune homme avait l'air contrarié, et le prince savait que cela avait sûrement un lien avec les fouilles auxquelles il s'était si vigoureusement opposé. Cependant, il refusait que son amant se laisse atteindre par la politique alors qu'il ne souhaitait qu'une seule chose : le retrouver, et retrouver la passion qui était la leur. Cal en avait assez de parlé des affaires du royaume, et de voir la relation qu'il entretenait avec Adonis être tourmentée par ces problèmes. Il avait encore leur dernière rencontre en travers de la gorge, et il avait bien l'intention de l'oublier en rappelant à son corps à quel point le brun était doué à ce qu'il faisait. L'héritier des flammes se leva donc, s'approchant de son amant de cette démarche lente et assurée qui était la sienne. Posant ses mains de chaque côté de son visage, il l'attira à lui pour l'embrasser. Un baiser lent mais sensuel, qui se prolongea jusqu'à ce que les deux amants soient à bout de souffle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
administrator
avatar
administrator
‹ MESSAGES : 3233
‹ AVATAR : dylan o'brien
‹ CRÉDITS : (av) é-love-die / (gif profil) me
‹ COMPTES : Veda Kimora / Gareth K'han

‹ AGE : L’homme vient tout juste de passer son anniversaire dans les prisons glaciales de Launondie. Désormais âgé de 26 ans, le brun commence à acquérir expérience et alliés.
‹ STATUT : L'amour n'a plus sa place dans le coeur du Griffith, qui préfère encore semer la mort que de laisser saigner son coeur. Fiancé à Isaure Oshun envers et contre tout, Adonis refuse d'accorder un regard à d'autres et particulièrement à Historia Oathbridge, la femme que son père veut le voir épouser.
‹ SANG : Le sang pourpre qui coule dans ses veines était autrefois qualifié de sang argent. Désormais et grâce à son père, c’est à nouveau le bleu de la royauté qui teinte l’hémoglobine Griffith.
‹ COMPETENCES : charisme (niv. 4), manipulation (niv. 5), audace (niv. 6), leadership (niv. 4), méfiance (niv. 1)
‹ METIER : Traitre à la couronne impériale, comme tous les Griffith, Adonis est désormais prince d’Eartanera. Il n’exerce pour le moment aucun métier officiel dans le gouvernement de son père, et essaie plutôt de se remettre d’un mois d’emprisonnement.
‹ ALLEGEANCE : Lui-même. Adonis a fomenté plusieurs alliances en échange d'une couronne qu'il attend encore patiemment. Plus motivé que jamais, le Griffith refuse de voir la couronne lui échapper.
‹ ADIUTOR : Aléa Dochain, l'ombre protectrice, capable de tout pour lui. Elle est sa main armée, elle est son réconfort. Elle est loin de lui, aussi, mais il devait la laisser partir après lui avoir fait subir un mois de prison.
‹ POINTS : 2181

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:

MessageSujet: Re: sometime's love is not enough and the road gets tough i don't know why (calonis) Jeu 24 Aoû - 22:48

Ils avaient violés sont antre, celle de sa famille. Une terre sacrée avait été foulée par les bottes irrespectueuses de maîtres du feu. Ils pensaient que tout leur appartenait, et Adonis avait eu bien du mal à ne pas les insulter. Il savait que ses cousins avaient ressenti la même souillure en leur sein. A trois, avec Aléa, ils avaient regardé les soldats s’emparer des bijoux de la couronne Eartanarienne. Eux-mêmes n’y avaient jamais touché, ils avaient trop de respect envers ces joyaux, ils les voyaient comme un héritage précieux qu’il fallait à tout prix conserver. Adonis était donc revenu au palais avec cette insulte toujours bien ancrée dans le fond de son âme. Avant d’aller voir Cal, le brun avait été voir Atalante. L’entrevue était restée secrète, et son contenu plus encore. Mais désormais le brun avait une alliance de plus chez les Osanos. Adonis passa dans ses appartements pour prendre une douche rapide et s’habiller d’une chemise pourpre et d’un pantalon simple. Il enfila de fines bretelles noires, qu’il avait presque toujours mais habituellement cachées sous la veste d’un costume. Il allait voir Cal, alors le brun ne s’encombra pas d’un blazer. Il enfila ses souliers et en fit les lacets avant de quitter l’aile dans laquelle les ambassadeurs résidaient, pour se rendre dans les quartiers du prince héritier. Pour une fois, Adonis ne voulait pas voir Cal. Il savait qu’il avait un plan à respecter, et que pour ça il devait le voir, mais le brun avait en travers de la gorge l’insulte faite à sa famille et il avait du mal à aller voir Cal pour se soumettre à lui. Pourtant, il allait le faire, parce qu’il le fallait. Jamais il ne s’était senti comme ça, comme un vulgaire courtisan que le devoir appelait. Comme une putain à la disposition de son maître. Et encore, la putain était payée, et lui qu’en retirait-il? Adonis ne voulait pas y penser, car il avait eu le temps de réfléchir, et ce qu’il avait découvert sur lui-même, sur ses propres sentiments, l’avait affolé et effrayé.

Adonis entra la pièce et vit que Cal était déjà là. Il fut un peu surpris, d’habitude il arrivait toujours le premier, mais il ne dit rien. Il ferma la porte derrière lui et posa son regard sur Cal. Un regard sombre, loin de l’esprit rieur et enjoué d’Adonis quand il rejoignait Cal pour leur partie de jambes en l’air hebdomadaire. Le brun n’avait pas encore retrouvé une once de désire pour son prince, pourtant la simple vue de ce maître installée nonchalamment dans son fauteuil doré fit faire un looping à son estomac. Pourquoi est-ce que ça devait être lui ? Cal nota son air lugubre, et Adonis ne répondit pas. Il le fit se lever et s’approcher. Adonis savait ce qu’il allait se passer, et se laissa faire, même si il avait envie de déguerpir au plus vite. Pourquoi est-ce que ça devait être lui, hein ? Pourquoi son coeur ne pouvait-il pas s’attacher à celui de sa fiancé, si ça devait être un Oshun ? Cal lui prit le visage dans ses deux mains, et rien que ce touché l’électrisa des pieds à la tête. Il l’attira à lui, Adonis se laissa faire et ferma les yeux, anticipant le baiser qu’il allait recevoir.

Les lèvres brûlantes de son amant se posèrent sur les siennes, et Adonis se laissa faire. Il répondit, donna le change, et puis quelque chose se passa. Un truc se réveilla au fond de lui, comme un brasier dont les cendres encore fumantes étaient soudainement ravivées. Alors que le baiser s’éternisait, Adonis s’oublia doucement, oublia l’affront, oublia qu’il était un Griffith et que Cal était un Oshun. Il oublia même son plan, il oublia qu’aimer cet homme entravait toute possibilité de bonheur. Il prolongea le baiser, s’approcha et glissa ses mains gourmandes sur le torse de son amant. Adonis avait le souffle court, mais ce baiser était comme une renaissance. Il lâcha un léger soupire de soulagement contre les lèvres de Cal, et se laissa dévorer par le prédateur. A nouveau, il sentait sa volonté flancher. Il pouvait bien être une putain, en fin de compte. Tant que le prince continuait de le toucher, tant qu’il continuait de maintenir cette illusion. Celle dans laquelle Adonis se plongeait sans difficulté. Celle qui lui faisait croire que Cal l’aimait aussi.

Et puis le baiser s’arrêta, et Adonis eut le réflexe d’en réclamer un second. C’était plus court, moins intense, mais quand il s’éloigna il fut repus de cette sensation de trop peur. « J’ai entendu dire que les dernières semaines avaient été dures. » Il ne répondit pas sur ce que Cal avait dit avant de l’embrasser. Non, pourquoi ? Cal avait le pouvoir de faire fuir n’importe quel nuage gris qui se profilait au dessus de sa tête. Si son plan se déroulait comme il l’entendait, il serait enfin heureux. Heureux, et avec Cal. Il sourit contre sa bouche, rêvant déjà au succès de sa demande.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fire nation
avatar
fire nation
‹ MESSAGES : 362
‹ AVATAR : max irons bby
‹ CRÉDITS : av ; lise aka ado l'amour de ma vie.
‹ COMPTES : amara, la chose fragile.

‹ AGE : vingt-huit ans, une jeunesse trop vite passée, un avenir déjà tout tracé et une couronne qui repose désormais sur ses cheveux d'or.
‹ STATUT : mariée à saeko oshun, une issue dont il a su tiré un avantage certain. plus qu'un simple parti qu'on lui a imposé, saeko est devenue une alliée de choix à ses côtés, l'impératrice qui saura renforcer son règne.
‹ SANG : bleu, le symbole premier d'une royauté qui se complaît à rappeler à chacun leur supériorité.
‹ COMPETENCES : charisme (niv. 1), domination (niv. 1), intimidation (niv. 1).
‹ METIER : empereur, un rôle sur mesure pour lequel il a été préparé depuis sa plus tendre enfance.
‹ ALLEGEANCE : cal n'est fidèle qu'à lui-même. il souhaite aller loin, même si cela signifie parfois avoir à sacrifier certaines personnes.
‹ ADIUTOR : naos, qu'il ne porte pas forcément dans son cœur mais leur duo fonctionne, du moins en apparence.
‹ POINTS : 1180

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:

MessageSujet: Re: sometime's love is not enough and the road gets tough i don't know why (calonis) Dim 27 Aoû - 21:28

sometime's love is not enough and the road gets tough i don't know why ft. @Adonis Griffith

Leur baiser était comme une danse lascive, dont eux seuls  en détenaient le secret. Lorsque les lèvres d'Adonis trouvaient les siennes, Cal ne réussissait plus à réfléchir correctement. Enivré par la sensation qu'il pouvait ressentir à ce moment là, seul son amant comptait. Son amant et ses mains expertes qui venaient glisser contre son torse. Il détestait le tissu de sa chemise qui empêchait les doigts chauds du brun de venir caresser sa peau. Le prince ressentait cette impatience qui le consumait, ce désir brûlant de retrouver à nouveau cet homme dont il s'était bien trop habitué à la présence et à l'affection. Un léger sourire gagna les lèvres de l'héritier après les paroles du jeune homme. Cal savait ce que l'Eartenarien sous-entendait. Il avait compris, depuis le temps, que son absence déteignait directement sur l'humeur du futur empereur. Le blond évitait toujours de questionner cet effet que le manque pouvait avoir sur lui. Au fond, il savait que la réponse ne lui plairait probablement pas. Il devenait de plus en plus compliqué d'ignorer ce que son subconscient s'efforçait pourtant de lui cacher. Adonis prenait beaucoup trop de place dans son esprit et cela ne pouvait rien présager de bon. Adonis était partout, mais pourtant l'Oshun ne réussissait jamais à être pleinement satisfait. Dès lors que sa bouche quittait celle de son amant, alors même que ce dernier passait le seuil de sa porte, Cal se retrouvait toujours à anticiper le prochain moment à venir. Ça en devenait épuisant, et horriblement frustrant aussi. « Je n'ai pas envie de parler. » Il en avait assez de parler pour dire vrai. Qui plus est, il ne voulait pas dire quelque chose qui aurait pu refroidir les ardeurs du brun. Cal savait ce qui s'était passé lors des fouilles qui avaient eu lieu à Greenstall. Il avait eu le droit à un rapport très détaillé sur ce qui s'était passé dans la demeure des Griffith. Et bien sûr, il se doutait que cet épisode avait sûrement dû jouer en faveur de l'humeur maussade du Maître de la terre. Alors, volontairement, il balaya d'une simple phrase tout ce qui aurait pu troubler ce moment, leur moment. Profitant de la tenue d'Adonis, le blond l'attrapa grâce à ses bretelles et le guida jusqu'au lit, sur lequel il poussa sans ménagement. Il s'installa lui-même sur son amant, le piégeant entre ses jambes, lui offrant ainsi aucune possibilité d'échappatoire. Impatient, il ne tarda pas à défaire les boutons de la chemise de son amant, maudissant quiconque avait un jour eu l'idée d'inventer un vêtement aussi peu pratique à enlever. Il en profita ensuite pour déposer des baisers sur son torse désormais dévoilé. L'héritier savait exactement ce qu'il voulait, et il avait décidé de mener lui-même la danse. Depuis que ses lèvres avaient touché celles du prince déchu, le blond avait réussi à faire abstraction de toutes les paroles qui avaient pourtant résonné en boucle dans sa tête ces derniers jours. Oubliée Elizaveta et son avertissement, oubliée Eartenara, oubliée la Couronne, oubliée la Guerre qui se profilait à l'horizon. Pour l'instant, seuls Adonis et lui comptaient, dans cette bulle factice qu'ils s'étaient créés, hors du temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
administrator
avatar
administrator
‹ MESSAGES : 3233
‹ AVATAR : dylan o'brien
‹ CRÉDITS : (av) é-love-die / (gif profil) me
‹ COMPTES : Veda Kimora / Gareth K'han

‹ AGE : L’homme vient tout juste de passer son anniversaire dans les prisons glaciales de Launondie. Désormais âgé de 26 ans, le brun commence à acquérir expérience et alliés.
‹ STATUT : L'amour n'a plus sa place dans le coeur du Griffith, qui préfère encore semer la mort que de laisser saigner son coeur. Fiancé à Isaure Oshun envers et contre tout, Adonis refuse d'accorder un regard à d'autres et particulièrement à Historia Oathbridge, la femme que son père veut le voir épouser.
‹ SANG : Le sang pourpre qui coule dans ses veines était autrefois qualifié de sang argent. Désormais et grâce à son père, c’est à nouveau le bleu de la royauté qui teinte l’hémoglobine Griffith.
‹ COMPETENCES : charisme (niv. 4), manipulation (niv. 5), audace (niv. 6), leadership (niv. 4), méfiance (niv. 1)
‹ METIER : Traitre à la couronne impériale, comme tous les Griffith, Adonis est désormais prince d’Eartanera. Il n’exerce pour le moment aucun métier officiel dans le gouvernement de son père, et essaie plutôt de se remettre d’un mois d’emprisonnement.
‹ ALLEGEANCE : Lui-même. Adonis a fomenté plusieurs alliances en échange d'une couronne qu'il attend encore patiemment. Plus motivé que jamais, le Griffith refuse de voir la couronne lui échapper.
‹ ADIUTOR : Aléa Dochain, l'ombre protectrice, capable de tout pour lui. Elle est sa main armée, elle est son réconfort. Elle est loin de lui, aussi, mais il devait la laisser partir après lui avoir fait subir un mois de prison.
‹ POINTS : 2181

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:

MessageSujet: Re: sometime's love is not enough and the road gets tough i don't know why (calonis) Dim 27 Aoû - 22:53

« Je n'ai pas envie de parler. » L’ordre est clair. Car c’en est bien un. Un ordre pour faire taire Adonis. Et Adonis se tait, il obtempère sans même réfléchir, parce que quand Cal le touche, c’est tout ce qu’il sait faire. Lui obéir, essayer de combler ses désirs. Adonis sent à nouveau avec quelle force il a développé des sentiments pour cet homme que tous craignent. Lui ne le craint pas, la seule chose qui pourrait l’effrayer et que Cal le rejette un jour. Mais il n’y a qu’à voir avec quel désir il l’embrasse. Il n’y a qu’à voir avec quelle rapidité leurs humeurs se sont améliorées. Tout ça avec un baiser. Il n’y a qu’à voir ce que Cal ne dit pas. Adonis n’a aucun mal à se persuader, avec de plus en plus de force, que si lui est amoureux il n’est pas le seul à l’être. Et que ne fait-on pas, par amour ? Le sourire qu’il a, contre les lèvres de Cal, ne s’estompe pas. Au contraire il résiste, l’humeur maussade s’en est définitivement allée. Plus rien ne compte, si ce n’est eux. Si ce n’est Cal, ses mains, son regard ardent et son désir qui se bouscule contre le sien.

Son prince l’attrapa par ses bretelles et l’attira avant le pousser sur le lit. Il glissa sa langue contre sa lèvre avec anticipation, après que son dos ait lourdement atterri sur le matelas confortable du prince. L’ambassadeur voit arriver Cal sur lui. Celui-ci grimpe sur l’eartanarien et l’emprisonne entre ses jambes. Adonis ne peut s’empêcher de glisser ses mains sur les cuisses du prince, alors que celui-ci s’attèle à défaire tous les boutons de sa chemise. Il est impatient, et Adonis le sent. Ça l’excite plus encore, le brun. Il adore savoir que Cal a envie de lui, plus encore quand la seule chose qu’il ait fait soit de le toucher et de l’embrasser. Cal ne prit même pas la peine de retirer la chemise complètement, il se contenta de l’ouvrir pour venir couvrir le torse du brun d’un millier de baisers. Adonis glissa à nouveau sa langue sur sa lèvre inférieure, alors qu’il regardait Cal avec envie. Le brun ne profitait que relativement rarement de ce genre de vue sur Cal, et ça envoyait des décharges électriques dans tout son corps, allumant des petits brasiers sous sa peau et faisant monter sa température corporelle. Adonis glissa une main dans les cheveux blonds de Cal, il bougea la tête un peu car l’angle qu’il avait à cause du coussin était désagréable. Ses longs doigts glissaient contre le crâne de son amant, défaisant la coiffure nette du prince. Adonis s’en fichait, il le préférait comme ça. Rendu un peu moins princier par ses soins. L’ambassadeur ne peut pas beaucoup bouger, mais peu importe. Il trouve toujours un moyen d’arriver à ses fins. Alors pour faire comprendre à Cal qu’il aime ce qu’il lui fait, et qu’il en veut plus, Adonis glisse une main entre eux, et dégrafe ses bretelles. Il bouge un peu, l’impatience rend ses gestes un peu gauches et forcent Cal à détacher ses lèvres de son torse. Ca envoie une nouvelle décharge dans le corps d’Adonis, mais cette fois c’est du manque, très clairement. Le brun retire les manches de sa chemise et tire Cal par la sienne pour l’obliger à se pencher à nouveau sur lui. Quand leurs lèvres se rencontrent, Adonis ouvre la bouche et va chercher la langue de son amant pour entamer cette chorégraphie qui n’est qu’à eux, comme une bataille ou l’un et l’autre essaie de prendre le dessus. Une bataille que Cal gagne toujours, parce qu’Adonis le laisse faire. De toute manière, le brun est bien trop occupé à défaire les boutons de la chemise de son prince que pour chercher à prendre le dessus. Et il aime bien trop ça, être à sa merci. Adonis fait le fière, mais tout ce qu’il sait vraiment faire, c’est plaire à Cal. Et ça lui suffit amplement quand il sent le futur roi le désirer si fort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fire nation
avatar
fire nation
‹ MESSAGES : 362
‹ AVATAR : max irons bby
‹ CRÉDITS : av ; lise aka ado l'amour de ma vie.
‹ COMPTES : amara, la chose fragile.

‹ AGE : vingt-huit ans, une jeunesse trop vite passée, un avenir déjà tout tracé et une couronne qui repose désormais sur ses cheveux d'or.
‹ STATUT : mariée à saeko oshun, une issue dont il a su tiré un avantage certain. plus qu'un simple parti qu'on lui a imposé, saeko est devenue une alliée de choix à ses côtés, l'impératrice qui saura renforcer son règne.
‹ SANG : bleu, le symbole premier d'une royauté qui se complaît à rappeler à chacun leur supériorité.
‹ COMPETENCES : charisme (niv. 1), domination (niv. 1), intimidation (niv. 1).
‹ METIER : empereur, un rôle sur mesure pour lequel il a été préparé depuis sa plus tendre enfance.
‹ ALLEGEANCE : cal n'est fidèle qu'à lui-même. il souhaite aller loin, même si cela signifie parfois avoir à sacrifier certaines personnes.
‹ ADIUTOR : naos, qu'il ne porte pas forcément dans son cœur mais leur duo fonctionne, du moins en apparence.
‹ POINTS : 1180

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:

MessageSujet: Re: sometime's love is not enough and the road gets tough i don't know why (calonis) Dim 27 Aoû - 23:52

sometime's love is not enough and the road gets tough i don't know why ft. @Adonis Griffith

D'ordinaire, Cal était plus enclin à recevoir qu'à offrir, un trait de personnalité qui le poursuivait jusque dans la chambre à coucher. Il n'oubliait jamais le plaisir de son partenaire, mais les attentions qu'il pouvait avoir était toujours moins nombreuses que ce qu'il attendait en retour. Pourtant, lorsqu'il était celui qui donnait, il éprouvait toujours une certaine satisfaction - différente que lorsqu'il était celui qui recevait - face aux réponses que le corps de son amant lui offrait. La façon dont ses doigts se perdaient dans ses cheveux blonds, alors qu'il continuait à déposer des baisers sur sa peau d’albâtre, s'amusant malgré son impatience à attiser le désir du brun, frôlant l'indécence alors que ses lèvres s'attardaient vers son bas ventre. Le prince sentait le feu qui brûlait dans ses reins s'emparer de tout son corps, alors qu'Adonis le forçait à se détacher de lui par ses gestes empressés. Une maladresse qui n'était pas la sienne d'ordinaire, mais qui faisait sourire intérieurement le blond. Il savait que son manque était réciproque, et ça le réconfortait davantage dans son ressenti. Plongeant son regard brûlant de désir dans les yeux sombres de l'Eartanarien, Cal le laissa se défaire de sa chemise. Il se laissa ensuite attirer vers le brun à nouveau, lui cédant une partie du pouvoir qu'il cherchait toujours à détenir d'ordinaire. L'Oshun n'était pas stupide, il savait très bien que son amant lui laissait volontiers prendre le dessus, alors qu'il aurait très bien pu lui tenir tête si l'envie lui était venue. Mais Adonis savait également se montrer plus directif lorsqu'il le fallait, et c'était ça qui plaisait au prince des flammes. Leurs lèvres s'attiraient à nouveau pour un autre baiser, durant lequel leurs langues s'adonnèrent à une lutte que Cal ne pouvait qu'apprécier. Il était si facile de se perdre dans les bras de son amant, que ça en devenait risible. Le blond ne pouvait plus se voiler la face. Personne ne réussissait à lui faire ressentir la même chose car les sentiments qu'il ressentait à l'égard du brun ne lui était réservé qu'à lui. Des sentiments sur lesquels il avait encore du mal à mettre un nom, même dans sa tête. L'admettre était déjà une chose, l'accepter en était encore une autre. Mais de telles pensées n'avaient pas leur place dans la tête du prince, alors qu'il était bien trop occupé avec le corps du Griffith, avec sa bouche et toutes les sensations que cela lui faisait ressentir. Il se délesta de la chemise qui collait à sa peau, l'envoyant au pied du lit sans se soucier de froisser le tissu impeccable. Ses doigts vinrent trouver le pantalon d'Adonis afin d'en défaire les boutons. S'il en avait eu la patience, il aurait probablement jouer avec lui un peu plus longtemps. Les soupirs et gémissements d'Adonis étaient quelque chose que Cal ne se lassait pas d'entendre, mais il avait bien trop besoin de lui pour faire preuve d'autant de patience. Et il savait que le ressenti était partagé. Le prince déchu n'avait pas besoin d'ouvrir la bouche, son corps parlait déjà à sa place. Cal ne pensait pas qu'il aurait un jour pu désirer son amant aussi fort, mais les sentiments qui les liaient désormais semblaient exacerber chaque chose que le blond pouvait ressentir pour le Griffith. Une passion destructrice qui le dévorait de l'intérieur. Adonis allait définitivement le mener à sa perte, il en était certain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
administrator
avatar
administrator
‹ MESSAGES : 3233
‹ AVATAR : dylan o'brien
‹ CRÉDITS : (av) é-love-die / (gif profil) me
‹ COMPTES : Veda Kimora / Gareth K'han

‹ AGE : L’homme vient tout juste de passer son anniversaire dans les prisons glaciales de Launondie. Désormais âgé de 26 ans, le brun commence à acquérir expérience et alliés.
‹ STATUT : L'amour n'a plus sa place dans le coeur du Griffith, qui préfère encore semer la mort que de laisser saigner son coeur. Fiancé à Isaure Oshun envers et contre tout, Adonis refuse d'accorder un regard à d'autres et particulièrement à Historia Oathbridge, la femme que son père veut le voir épouser.
‹ SANG : Le sang pourpre qui coule dans ses veines était autrefois qualifié de sang argent. Désormais et grâce à son père, c’est à nouveau le bleu de la royauté qui teinte l’hémoglobine Griffith.
‹ COMPETENCES : charisme (niv. 4), manipulation (niv. 5), audace (niv. 6), leadership (niv. 4), méfiance (niv. 1)
‹ METIER : Traitre à la couronne impériale, comme tous les Griffith, Adonis est désormais prince d’Eartanera. Il n’exerce pour le moment aucun métier officiel dans le gouvernement de son père, et essaie plutôt de se remettre d’un mois d’emprisonnement.
‹ ALLEGEANCE : Lui-même. Adonis a fomenté plusieurs alliances en échange d'une couronne qu'il attend encore patiemment. Plus motivé que jamais, le Griffith refuse de voir la couronne lui échapper.
‹ ADIUTOR : Aléa Dochain, l'ombre protectrice, capable de tout pour lui. Elle est sa main armée, elle est son réconfort. Elle est loin de lui, aussi, mais il devait la laisser partir après lui avoir fait subir un mois de prison.
‹ POINTS : 2181

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:

MessageSujet: Re: sometime's love is not enough and the road gets tough i don't know why (calonis) Lun 28 Aoû - 23:38

La satisfaction s’empara de son être quand Cal jeta sa chemise derrière lui, sans aucune considération pour le tissu précieux dans laquelle elle avait été taillée, ou pour les esclaves qui nettoyaient les vêtements de l’héritier. A vrai dire, Adonis s’en fichait totalement lui aussi. Il ne pensait qu’à une chose : le plaisir qu’il partageait avec Cal, et il ne pensait qu’à un être : celui qui était au dessus de lui. Pendant ce moment hors du temps, le brun oubliait même son objectif premier en venant ici. Pourquoi il s’était laissé embrasser par le prince, la première fois que Cal l’avait fait taire d’un baiser. Pourquoi il avait continué à lui obéir, à venir le rejoindre. Il oublia tout ça, et devenait cet être vulnérable aux caresses de son prince. Adonis perdait son souffle, déjà, alors que leur baiser s’intensifiait et envoyait des décharges partout en lui, des pulsions qui rendaient son pantalon trop étroit et qui faisait perler la sueur, déjà, sur son front et dans son dos, collé au tissus de satin. Cal semblait le sentir, car le prince ne mis pas longtemps avant de s’attaquer au bouton de son pantalon. En sentant les doigts de son amant effleurer la peau sensible de son bas-ventre, le brun retint un gémissement de justesse et se releva sur les coudes pour le regarder faire. Parce qu’il n’y avait rien de plus séducteur, pour lui, que de voir Cal le déshabiller avec empressement comme il était en train de le faire. L’eartanarien ne pouvait pas beaucoup plus bouger, mais Cal devrait bien finir par le libérer pour lui retirer ces quelques vêtements de trop. Adonis s’appuya sur une main, il lança l’autre dans le dos de Cal et tira sur lui pour se hisser à sa hauteur. Cal était toujours à califourchon sur lui, mais peut importe. Adonis enfonçait presque le peu d’ongle qu’il avait dans la peau chaude de l’homme qui faisait battre son coeur à du cent à l’heure rien qu’en le touchant. D’ailleurs il pouvait le sentir, le palpitant. Il battait la chamade, comme si il devait battre pour deux. Comme si il sentait la présence de Cal et voulait le rejoindre à tout prix. Adonis glissa ses lèvres sur la machoire de son prince, et mordit parfois doucement la peau, sans jamais y aller trop fort. Pourtant il en avait envie, il avait envie de marquer cette peau comme étant la sienne. Que sa fiancé voit ce morceau rougi et comprenne que Cal était déjà pris. Adonis ne se rendit pas compte que son inconscient agit pour lui, et sans même l’avoir vu – car il avait fermé les yeux pour s’enivrer de la sensation que sa bouche receçait – il laissa une trace rougie sur la peau du prince des flammes. Le brun n’aimait pas beaucoup la délicatesse, ou alors si, une fois qu’ils avaient terminé. Quand ils restaient allongés l’un contre l’autre, là il aimait sentir la peau de l’héritier sous ses doigts.

Mais ils ne faisaient que commencer. Les mains d’Adonis se glissèrent entre eux, et il les occupa à défaire la boucle de la ceinture de Cal, et son bouton. Adonis sourit contre la peau de Cal, quelque part sur sa clavicule. Plus petit, mais surtout sous lui, Adonis du lever les yeux pour voir celui qui devait normalement devenir son roi. Il l’était déjà, quelque part. Il regnait sur ses sentiments avec une main de fer dans un gant de velours. Il était le seul maître de son coeur, et Adonis était prêt à la laisser maître de sa vie, si en échange il lui donnait les mêmes pouvoirs. Le brun finit par pousser Cal, d’abord doucement, puis plus franchement. Il tira sur son pantalon, dans l’objectif de le lui faire enlever. Et puis Cal devait se déplacer pour qu’il puisse enfin se débarasser du sien. Le prince le faisait se sentir à l’étroit, et c’était de plus en plus insupportable. Il voulait sa peau contre la sienne, ses lèvres parcourant son épiderme et ses mains pour le posséder.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fire nation
avatar
fire nation
‹ MESSAGES : 362
‹ AVATAR : max irons bby
‹ CRÉDITS : av ; lise aka ado l'amour de ma vie.
‹ COMPTES : amara, la chose fragile.

‹ AGE : vingt-huit ans, une jeunesse trop vite passée, un avenir déjà tout tracé et une couronne qui repose désormais sur ses cheveux d'or.
‹ STATUT : mariée à saeko oshun, une issue dont il a su tiré un avantage certain. plus qu'un simple parti qu'on lui a imposé, saeko est devenue une alliée de choix à ses côtés, l'impératrice qui saura renforcer son règne.
‹ SANG : bleu, le symbole premier d'une royauté qui se complaît à rappeler à chacun leur supériorité.
‹ COMPETENCES : charisme (niv. 1), domination (niv. 1), intimidation (niv. 1).
‹ METIER : empereur, un rôle sur mesure pour lequel il a été préparé depuis sa plus tendre enfance.
‹ ALLEGEANCE : cal n'est fidèle qu'à lui-même. il souhaite aller loin, même si cela signifie parfois avoir à sacrifier certaines personnes.
‹ ADIUTOR : naos, qu'il ne porte pas forcément dans son cœur mais leur duo fonctionne, du moins en apparence.
‹ POINTS : 1180

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:

MessageSujet: Re: sometime's love is not enough and the road gets tough i don't know why (calonis) Jeu 31 Aoû - 0:30

sometime's love is not enough and the road gets tough i don't know why ft. @Adonis Griffith

Chaque sensation, chaque sentiment semblait être décuplé lorsque Cal partageait l'étreinte d'Adonis. Il n'avait jamais connu une telle chose. Il avait toujours pensé que de tels sentiments étaient réservés à ceux dont la vie était bien plus simple que la sienne. Des histoires destinées aux enfants, et aux adultes désabusés, pour leur donner une raison de s'accrocher à leur existence minable. Il pensait ne jamais trouver quelque chose comme ça, ne jamais expérimenter les choses qu'on associait à un sentiment aussi fort. Mais là, alors que le brun se trouvait sous lui, que ses mains parcouraient son corps, laissant derrière elles des tracés brûlants, exquis, et que la tornade de sentiments s'était à nouveau emparée du prince, il n'y avait plus de place au doute. Si c'était ça l'amour, Cal pouvait comprendre tous ces fous. Car si c'était ça ce qu'ils ressentaient tous, il n'était pas étonné que de tels sentiments puissent dicter le monde dans lequel ils vivaient. Que cet amour puisse déclencher des guerres, justifier des meurtres, dévaster tout sur son passage. Et c'était ça, qui était terrifiant. Car ce sentiment était bien plus puissant qu'il ne le serait jamais et qu'il n'avait aucune emprise dessus, aucun contrôle. Les lèvres du Griffith contre sa mâchoire étaient comme une caresse sur sa peau. Il ne fit pas attention au fait que le brun s'attardait à certains endroits, ou alors il ne s'en soucia pas. Peu importe les marques qu'il pouvait avoir. Cal était prince, il était libre de faire ce qu'il souhaitait. Il était loin de penser ainsi d'ordinaire, et de laisser son amant prendre de telles libertés avec son corps, mais aujourd'hui les choses étaient différentes. Sans savoir expliquer pourquoi, l'héritier sentait que quelque chose n'était pas pareil. Comme un mur qui s'était abaissé, une barrière invisible qu'ils avaient brisé. Les mains de son amant se glissèrent entre eux afin de défaire son pantalon. Cal n'avait qu'une envie, se défaire du tissu qui l'oppressait et qu'Adonis fasse de même. Il en avait assez de cette barrière qui les séparait, il souhaitait sentir la peau du prince déchu contre la sienne, sentir la chaleur de son corps pressé contre le sien. Sentir chaque muscle se tendre sous ses caresses. Sentir son corps répondre au plaisir qu'il lui ferait ressentir. L'Oshun s'empara une dernière fois des lèvres du Griffith, avant de s'éloigner très légèrement pour se débarrasser des derniers vêtements qu'il portait encore. Il ne s'écarta que très peu, tout juste ce qui était suffisant pour que son amant puisse faire de même. Cal se délectait de la vision qui s'offrait à lui, du corps qu'il connaissait par cœur, de chaque détail, chaque grain de beauté, chaque cicatrice, qui était gravé dans sa mémoire. Ses iris sombres croisèrent les prunelles enflammées du brun, et il n'en fallut pas plus au prince pour s'approcher à nouveau, telle un prédateur face à sa proie. Sa langue alla chercher celle d'Adonis alors qu'ils partageaient un nouveau baiser. Le blond l'allongea à nouveau entre les draps, laissant enfin s'exprimer le feu qui brûlait en lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
administrator
avatar
administrator
‹ MESSAGES : 3233
‹ AVATAR : dylan o'brien
‹ CRÉDITS : (av) é-love-die / (gif profil) me
‹ COMPTES : Veda Kimora / Gareth K'han

‹ AGE : L’homme vient tout juste de passer son anniversaire dans les prisons glaciales de Launondie. Désormais âgé de 26 ans, le brun commence à acquérir expérience et alliés.
‹ STATUT : L'amour n'a plus sa place dans le coeur du Griffith, qui préfère encore semer la mort que de laisser saigner son coeur. Fiancé à Isaure Oshun envers et contre tout, Adonis refuse d'accorder un regard à d'autres et particulièrement à Historia Oathbridge, la femme que son père veut le voir épouser.
‹ SANG : Le sang pourpre qui coule dans ses veines était autrefois qualifié de sang argent. Désormais et grâce à son père, c’est à nouveau le bleu de la royauté qui teinte l’hémoglobine Griffith.
‹ COMPETENCES : charisme (niv. 4), manipulation (niv. 5), audace (niv. 6), leadership (niv. 4), méfiance (niv. 1)
‹ METIER : Traitre à la couronne impériale, comme tous les Griffith, Adonis est désormais prince d’Eartanera. Il n’exerce pour le moment aucun métier officiel dans le gouvernement de son père, et essaie plutôt de se remettre d’un mois d’emprisonnement.
‹ ALLEGEANCE : Lui-même. Adonis a fomenté plusieurs alliances en échange d'une couronne qu'il attend encore patiemment. Plus motivé que jamais, le Griffith refuse de voir la couronne lui échapper.
‹ ADIUTOR : Aléa Dochain, l'ombre protectrice, capable de tout pour lui. Elle est sa main armée, elle est son réconfort. Elle est loin de lui, aussi, mais il devait la laisser partir après lui avoir fait subir un mois de prison.
‹ POINTS : 2181

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:

MessageSujet: Re: sometime's love is not enough and the road gets tough i don't know why (calonis) Dim 3 Sep - 0:24

L’étreinte que les deux hommes partageait avait un petit quelque chose de différent de d’habitude. Depuis qu’ils avaient débuté leurs petites séances hébdomadaires, le prince et le noble avaient appris à se connaître et à savoir ce qui ferait exactement vibrer l’autre, ce qui le ferait gémir, ce qui le ferait se perdre. Cal avait très bien retenu comment rendre Adonis dépendant de lui, comme lui faire perdre tout controle sur son corps et sur ses sentiments. Le brun se laissa à nouveau poussé contre les draps de satin, et attira Cal contre lui en palpant ses flancs, en martyrisant son dos avec le peu d’ongles qu’il avait. Il voulait le posséder, aujourd’hui plus que jamais. Il voulait déjà lui demander, déjà lui faire comprendre qu’il voulait être son égal. Qu’il voulait se donner complètement à lui et que Cal en fasse autant. Mais pour le moment, Adonis ne peut rien demander, il ne savait plus réfléchir. Cal le voulait, et Cal l’aurait. Le noble avait le sentiment d’être complet quand il pouvait goûter aux plaisir que lui offrait Cal. Il oubliait la décence, soupirait son prénom et s’accrochait aux draps quand son prince lui accordait trop de faveurs.

Le corps moite d’avoir trop aimé, Adonis ne bougeait plus. Son torse se soulevait à une vitesse folle, alors qu’il cherchait son air. Ses cheveux bruns collaient à son front, et son corps luisait à la lueur du soleil qui taquinait l’espace entre les tentures fermées et le mur. Adonis les observa un instant, il regarda la pièce, et puis bougea presque difficilement. Pas pour partir, non. Il refuserait que Cal essaie de le faire sortir. Aujourd’hui il resterait. Le noble glissa une main sur le torse du Oshun, et ses lèvres contre les siennes. Il ne dit rien, mais l’embrassa pendant une éternité. C’était un baiser doux, durant lequel Adonis en profita pour glisser une jambe entre celles de son amant, et lui grimper à moitié dessus. Il laissa ses doigts dessiner des spirales sur son torse, et puis glissa son nez contre la machoire de Cal. Il adorait tout chez lui. Son odeur, la manière dont son corps gardait une chaleur exquise en permanence, le regard qu’il lui lançait quand ils couchaient ensemble.

Quand ils faisaient l’amour. Adonis frissona doucement à cette pensée, il espéra que Cal n’allait pas se poser de question, qu’il pensait que c’était le froid. Ce qu’il venait de vivre l’avait retourné. Bien plus que d’habitude. Il sentait ses jambes molles et son coeur battait toujours la chamade. Adonis posa un baiser dans le creux du cou de Cal, et n’en délogea pas son visage. « Laisse moi rester. » souffla-t-il. Il sentit son estomac se contracter violemment. La peur du rejet se faufilait en lui, et un nouveau frisson provoqua une chaire de poule sur ses bras. Qui était-il pour rester dans le lit du prince, après tout ? Adonis espérait qu’il n’était pas rien. Qu’il n’était pas juste un autre amant avec qui on baise pour le jeter dehors la seconde d’après. Il n’était pas une catin, mais pour Cal, ils l’étaient tous si le prince l’exigeait. Etait-il tombé dans cet engrenage là? Adonis poussait sa chance, plus loin qu’il ne l’avait jamais fait. Si Cal ne le rejettait pas, c’était définitivement qu’il ne s’était pas trompé en interpretant les signes. En intreprêtant sa jalousie, son humeur massacrante parce qu’il n’était pas là, sa manière de l’embrasser, même quand on n’était pas mercredi, dans sa chambre. Non, Adonis ne pouvait pas se tromper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fire nation
avatar
fire nation
‹ MESSAGES : 362
‹ AVATAR : max irons bby
‹ CRÉDITS : av ; lise aka ado l'amour de ma vie.
‹ COMPTES : amara, la chose fragile.

‹ AGE : vingt-huit ans, une jeunesse trop vite passée, un avenir déjà tout tracé et une couronne qui repose désormais sur ses cheveux d'or.
‹ STATUT : mariée à saeko oshun, une issue dont il a su tiré un avantage certain. plus qu'un simple parti qu'on lui a imposé, saeko est devenue une alliée de choix à ses côtés, l'impératrice qui saura renforcer son règne.
‹ SANG : bleu, le symbole premier d'une royauté qui se complaît à rappeler à chacun leur supériorité.
‹ COMPETENCES : charisme (niv. 1), domination (niv. 1), intimidation (niv. 1).
‹ METIER : empereur, un rôle sur mesure pour lequel il a été préparé depuis sa plus tendre enfance.
‹ ALLEGEANCE : cal n'est fidèle qu'à lui-même. il souhaite aller loin, même si cela signifie parfois avoir à sacrifier certaines personnes.
‹ ADIUTOR : naos, qu'il ne porte pas forcément dans son cœur mais leur duo fonctionne, du moins en apparence.
‹ POINTS : 1180

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:

MessageSujet: Re: sometime's love is not enough and the road gets tough i don't know why (calonis) Dim 10 Sep - 12:19

sometime's love is not enough and the road gets tough i don't know why ft. @Adonis Griffith

Allongé sur le dos, Cal était toujours long à se remettre des étreintes qu'il partageait avec Adonis. La passion qui l'habitait embrasait son corps, le laissant épuisé, mais toujours comblé. Un sentiment qui s'intensifiait semaine après semaine, qui le laissait toujours pensif après le départ de son amant. C'était en partie pour ça que le prince exigeait toujours du brun qu'il quitte sa chambre dès qu'il avait retrouvé ses esprits. Car le laisser rester signifiait beaucoup trop de choses. La façon dont le blond se comportait avant leurs ébats était une chose, mais ce qui se passait après en disait beaucoup plus sur la relation qu'ils partageaient - du moins, c'était ce que Cal pensait. Mais il devenait de plus en plus compliqué de laisser le Griffith partir, car l'héritier savait qu'il n'aurait plus l'occasion d'avoir une telle proximité avec lui avant toute une semaine. Une longue semaine qui prenait des aspects de torture pour le prince. Cal ne bougea pas lorsque l'Eartanarien vint poser ses lèvres contre les siennes. Il le laissa faire, répondant à se baiser avec la même douceur qu'Adonis avait utilisé avant lui. L'une de ses mains glissa dans le dos du prince déchu, comme pour l'empêcher de s'éloigner - comme s'il en avait eu l'intention. Il n'arrivait jamais à se satisfaire des lèvres du brun, de la sensation qu'elles lui procuraient. Adonis vint enfouir sa tête dans le cou du prince, ce dernier laissant ses doigts se promener paresseusement sur la peau chaude de son amant. La question ne surprit pas réellement Cal. Il l'avait attendu bien avant, lors de leurs précédentes entrevues. Et si, les dernières fois, il avait réussi à se convaincre qu'il aurait pu lui dire non, aujourd'hui le mot refusait de passer ses lèvres. Comme un mot interdit, qu'il lui était impossible de prononcer à voix haute. Car il ne voulait pas que le brun parte. Il voulait qu'il reste, à ses côtés. Mais l'admettre, c'était admettre sans le dire tout ce qu'il savait déjà, mais qu'il n'avait jamais partagé avec Adonis. C'était le laisser prendre une place plus importante dans sa vie. C'était autoriser une nouvelle habitude à leur routine si bien huilée. C'était perdre une partie du contrôle qu'il avait sur sa vie. C'était beaucoup de choses en réalité, des choses qui effrayaient Cal, mais il n'en avait que faire. Peu importe les répercussions que cela pourrait avoir sur le futur. Le risque en valait le coup. Sans dire un mot, l'héritier se contenta de déloger le visage de son amant de son cou afin de pouvoir déposer un nouveau baiser sur ses lèvres. Un baiser court, mais qui était bien suffisant comme réponse. Oui. Oui tu peux rester. C'est même un ordre en réalité. C'était grisant et à la fois angoissant comme ressenti. Et toutes les inquiétudes de Cal étaient bien loin, alors qu'il avait Adonis entre ses bras. L'avertissement d'Elizaveta ne résonnait plus que comme un lointain souvenir, qu'il avait balayé d'un revers de la main dès lors qu'il avait autorisé le brun à rester à ses côtés. Il lui faisait confiance, plus qu'il n'osait l'admettre.  « J'aimerais que tout soit toujours aussi simple. » Il en rêvait même. La couronne était un lourd poids à porter, une croix que Cal avait depuis longtemps accepté. Mais il lui arrivait parfois de penser à ce qu'il devait abandonner, aux concessions qu'il devait faire pour y parvenir. Lorsqu'il était juste avec Adonis, il était facile d'oublier tout ça. D'oublier les responsabilités et les problèmes, mais au final, tout semblait toujours finir par le rattraper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
administrator
avatar
administrator
‹ MESSAGES : 3233
‹ AVATAR : dylan o'brien
‹ CRÉDITS : (av) é-love-die / (gif profil) me
‹ COMPTES : Veda Kimora / Gareth K'han

‹ AGE : L’homme vient tout juste de passer son anniversaire dans les prisons glaciales de Launondie. Désormais âgé de 26 ans, le brun commence à acquérir expérience et alliés.
‹ STATUT : L'amour n'a plus sa place dans le coeur du Griffith, qui préfère encore semer la mort que de laisser saigner son coeur. Fiancé à Isaure Oshun envers et contre tout, Adonis refuse d'accorder un regard à d'autres et particulièrement à Historia Oathbridge, la femme que son père veut le voir épouser.
‹ SANG : Le sang pourpre qui coule dans ses veines était autrefois qualifié de sang argent. Désormais et grâce à son père, c’est à nouveau le bleu de la royauté qui teinte l’hémoglobine Griffith.
‹ COMPETENCES : charisme (niv. 4), manipulation (niv. 5), audace (niv. 6), leadership (niv. 4), méfiance (niv. 1)
‹ METIER : Traitre à la couronne impériale, comme tous les Griffith, Adonis est désormais prince d’Eartanera. Il n’exerce pour le moment aucun métier officiel dans le gouvernement de son père, et essaie plutôt de se remettre d’un mois d’emprisonnement.
‹ ALLEGEANCE : Lui-même. Adonis a fomenté plusieurs alliances en échange d'une couronne qu'il attend encore patiemment. Plus motivé que jamais, le Griffith refuse de voir la couronne lui échapper.
‹ ADIUTOR : Aléa Dochain, l'ombre protectrice, capable de tout pour lui. Elle est sa main armée, elle est son réconfort. Elle est loin de lui, aussi, mais il devait la laisser partir après lui avoir fait subir un mois de prison.
‹ POINTS : 2181

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:

MessageSujet: Re: sometime's love is not enough and the road gets tough i don't know why (calonis) Dim 10 Sep - 17:40

La main de Cal dans son dos était chaude et douce. Elle le pressait contre lui, l’enjoignait de ne pas partir. De ne jamais partir. Adonis se sentait maître du monde, entre les bras de celui qui deviendrait empereur. Etre aimé de Cal, c’était avoir plus de pouvoir, déjà, que tous les nobles de la cour. Pourtant Adonis ne pensait pas à ça, il ne pensait pas au pouvoir que lui octroyait le fait d’être si proche du prince. Il ne pensait à cette proximité, à leurs corps entremêlés, à l’odeur de son prince qu’il respirait, en attendant le verdict. Ca ne dit rien, mais vint chercher son visage par le menton. Il le délogea de là où il était, et Adonis n’eut que le temps de plonger son regard ambré quand celui, un peu plus sombre, de son amant avant de se faire embrasser doucement. Il ferma les yeux, profita de la sensation de bien-être qui l’envahissait tout entier, et dont l’épicentre était sa bouche, qui recevait un doux baiser du prince qu’il aimait si fort. Adonis sentit son coeur battre un peu plus fort, se répercutant dans sa cage thoracique. Avec leur proximité, peut être que Cal pouvait le sentir, ou même l’entendre, car Adonis avait le sentiment que le son criait dans ses oreilles, alors que le sang puslé plus rapidement faisait une cacophonie dans ses veines. Adonis ouvrit les yeux doucement, alors que Cal éloignait ses lèvres. Il cligna des paupières et le regarda. Ne resistant pas à la tentation, il glissa sa main plus haut et posa le bout de ses doigts sur la ligne de sa machoire, la trançant avant de laisser ses doigts se perdre près de son oreille, et dans les cheveux blonds qu’il savait atteindre. Adonis le regardait d’un regard nouveau, qu’il n’avait jamais eu conscience de poser sur Cal. Qu’il ne s’était jamais laissé avoir. Il le regardait comme si il le voyait pour la première fois, et qu’il était la plus belle chose que ses yeux eurent la chance de voir. Adonis sourit doucement, ses doigts firent le chemin inverse, s’arrêtèrent un instant sur le menton de Cal, et puis il redessina distraitement le contour de son lèvre avec son index et son majeur. « Toi plus que n’importe qui d’autre a le pouvoir de simplifier les choses. » fit-il doucement. A nouveau, son estomac se contracta. C’était maintenant qu’il devait tout dire, ou en tout cas commencer à déployer une stratégie qu’il avait depuis longtemps imaginé. Mais récemment, le plan avait un peu changé. Il voulait y intégrer les sentiments qu’il avait, il voulait que Cal sache qu’il n’en aimerait jamais aucun autre, parce qu’il lui avait pris son coeur à force de se concentrer sur lui toutes les semaines pendant plusieurs années. A force de lui donner tout son attention, à lui seul. C’était grisant, c’était plus que ça, même. Adonis laissa retomber sa main sur le torse de Cal, et pour se donner un peu plus de conviction, il vint à nouveau voler ses lèvres. Juste une seconde, le temps de se convaincre qu’il n’était pas le seul à aimer jusqu’à la folie. « Tu n’as pas à porter tout ce poids, seul, sur tes épaules. Et je n’ai pas à épouser ta soeur, si tu ne le veux pas. » souffla-t-il en posant son regard dans celui de Cal. Il allait commencer comme ça, avant de lui expliquer comment il pouvait si facilement se décharger de la gouvernance d’eartanera, comment il pouvait faire de lui un roi, comment ils pourraient vivre ensemble envers et contre tous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fire nation
avatar
fire nation
‹ MESSAGES : 362
‹ AVATAR : max irons bby
‹ CRÉDITS : av ; lise aka ado l'amour de ma vie.
‹ COMPTES : amara, la chose fragile.

‹ AGE : vingt-huit ans, une jeunesse trop vite passée, un avenir déjà tout tracé et une couronne qui repose désormais sur ses cheveux d'or.
‹ STATUT : mariée à saeko oshun, une issue dont il a su tiré un avantage certain. plus qu'un simple parti qu'on lui a imposé, saeko est devenue une alliée de choix à ses côtés, l'impératrice qui saura renforcer son règne.
‹ SANG : bleu, le symbole premier d'une royauté qui se complaît à rappeler à chacun leur supériorité.
‹ COMPETENCES : charisme (niv. 1), domination (niv. 1), intimidation (niv. 1).
‹ METIER : empereur, un rôle sur mesure pour lequel il a été préparé depuis sa plus tendre enfance.
‹ ALLEGEANCE : cal n'est fidèle qu'à lui-même. il souhaite aller loin, même si cela signifie parfois avoir à sacrifier certaines personnes.
‹ ADIUTOR : naos, qu'il ne porte pas forcément dans son cœur mais leur duo fonctionne, du moins en apparence.
‹ POINTS : 1180

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:

MessageSujet: Re: sometime's love is not enough and the road gets tough i don't know why (calonis) Sam 16 Sep - 21:38

sometime's love is not enough and the road gets tough i don't know why ft. @Adonis Griffith

Son regard s'attardait sur le visage du brun, ne se souciant que très peu des doigts de son amant qui traçaient les contours de son visage. Le toucher d'Adonis était toujours agréable, qu'importe la situation.  Cal se rendait compte qu'il avait fini par mémoriser chaque détail du visage du brun, après toutes ces années à l'observer avec attention, sans même s'en rendre compte. Mais la vue était toujours aussi agréable, voir même davantage qu'au début. Lorsque les doigts du prince déchu vinrent effleurer ses lèvres, l'héritier ferma les yeux, se concentrant uniquement sur la sensation et sur le calme dont il profitait pour l'instant, Adonis pressé fermement contre lui. La voix du brun s'éleva dans la pièce. Pendant un instant, Cal garda les paupières closes, s'interrogeant sur le sens des paroles de son amant. Il était vrai que le jeune homme tenait leur relation secrète uniquement car le prince l'avait exigé. Cette même relation aurait peut-être été plus simple si elle avait été dévoilée aux yeux de tous, mais le blond n'était pas prêt. Pas prêt à devoir affronter la cour, le peuple. Pas prêt à assumer haut et fort et qu'il aimait quelqu'un, et que ce quelqu'un était un homme. Lui qui affirmait ne pas se soucier de ce que les gens pensaient de lui, se rendait compte qu'il laissait les autres avoir plus d'emprise sur sa vie qu'il n'osait l'admettre. Il évitait de trop s'attarder sur la question, car jusqu'à présent, la relation qu'il entretenait avec Adonis avait toujours fonctionné, uniquement confinée à l'intimité de sa chambre. Les lèvres du brun vinrent à nouveau effleurer les siennes, mais le geste fut trop bref, trop rapide pour que le prince ne puisse réellement y répondre. Rapidement, l'Eartanarien reprit la parole, laissant Cal un peu plus perplexe. « Qu'essayes-tu de sous-entendre, Adonis? » Ses iris s'attardaient dans le regard sombre du Maître, cherchant des réponses à ses questions. « Tu serais celui qui se tiendrait à mes côtés sur le trône, c'est ça? Pas d'Isaure, pas de Saeko? » L'espace de quelques secondes, il se laissa aller à imaginer ce futur. Deux rois sur le trône d'Aksana, un mariage d'amour. Ça aurait presque pu le faire sourire, mais cette pensée n'était qu'un rêve qui ne pourrait jamais se réaliser. Et l'envisager était une perte de temps que Cal ne pouvait se permettre. Il devait se focaliser sur un avenir accessible, réalisable. « Comme si c'était aussi simple. » Adonis n'était pas stupide, il devait bien savoir que de telles choses étaient impossibles. Beaucoup trop de variables entraient en compte, beaucoup trop d'obstacles qu'ils ne sauraient surmonter. Alors Cal attendait d'entendre ce que son amant avait à lui soumettre, même si une impression désagréable commençait à s'insinuer en lui, sans qu'il n'arrive à mettre le doigt dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
administrator
avatar
administrator
‹ MESSAGES : 3233
‹ AVATAR : dylan o'brien
‹ CRÉDITS : (av) é-love-die / (gif profil) me
‹ COMPTES : Veda Kimora / Gareth K'han

‹ AGE : L’homme vient tout juste de passer son anniversaire dans les prisons glaciales de Launondie. Désormais âgé de 26 ans, le brun commence à acquérir expérience et alliés.
‹ STATUT : L'amour n'a plus sa place dans le coeur du Griffith, qui préfère encore semer la mort que de laisser saigner son coeur. Fiancé à Isaure Oshun envers et contre tout, Adonis refuse d'accorder un regard à d'autres et particulièrement à Historia Oathbridge, la femme que son père veut le voir épouser.
‹ SANG : Le sang pourpre qui coule dans ses veines était autrefois qualifié de sang argent. Désormais et grâce à son père, c’est à nouveau le bleu de la royauté qui teinte l’hémoglobine Griffith.
‹ COMPETENCES : charisme (niv. 4), manipulation (niv. 5), audace (niv. 6), leadership (niv. 4), méfiance (niv. 1)
‹ METIER : Traitre à la couronne impériale, comme tous les Griffith, Adonis est désormais prince d’Eartanera. Il n’exerce pour le moment aucun métier officiel dans le gouvernement de son père, et essaie plutôt de se remettre d’un mois d’emprisonnement.
‹ ALLEGEANCE : Lui-même. Adonis a fomenté plusieurs alliances en échange d'une couronne qu'il attend encore patiemment. Plus motivé que jamais, le Griffith refuse de voir la couronne lui échapper.
‹ ADIUTOR : Aléa Dochain, l'ombre protectrice, capable de tout pour lui. Elle est sa main armée, elle est son réconfort. Elle est loin de lui, aussi, mais il devait la laisser partir après lui avoir fait subir un mois de prison.
‹ POINTS : 2181

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:

MessageSujet: Re: sometime's love is not enough and the road gets tough i don't know why (calonis) Dim 17 Sep - 1:13

Adonis ne s’en serait jamais cru capable, mais il se sentit plus amoureux encore alors que le blond fermait les yeux sous les caresses de ses doigts, lui démontrant par le même geste sa pleine confiance en ce qu’Adonis pouvait bien faire. Ce geste à première vue insignifiant avait une portée particulière pour l’Eartanarien, qui se méfiait de tout et de tout le monde. Et qui savait qu’il en allait de même pour Cal. Adonis pris alors la parole, après avoir rapidement effleuré les lèvres de Cal des siennes. Il avait peur, mais la position qu’il avait contre l’héritier de l’empire lui conférait un certain courage, une audace sans faille qui était sienne depuis qu’il était venu au monde. « Qu'essayes-tu de sous-entendre, Adonis? » Cal semblait perplexe, et Adonis eut soudainement peur qu’il était en train de faire une bêtise. « Tu serais celui qui se tiendrait à mes côtés sur le trône, c'est ça? Pas d'Isaure, pas de Saeko? » Etait-ce si impensable ? Adonis sentait la vexation s’emparer de son être, et une sorte de détresse aussi. N’avait-il pas droit à cette place, après tout ? Il eut un léger mouvement de recul, sa main à plat sur le torse de Cal, mais le blond ne semblait pas s’en formaliser parce qu’il continua. « Comme si c'était aussi simple. » Adonis sentit son cœur battre la chamade. Il était perdu, ne savait plus trop bien si l’idée plaisait à Cal ou non. « Je sais que ce n’est pas si simple. Ce n’est pas ça que j’avais en tête… Pas tout à fait. » avoua Adonis, à demi-mot. Il voulait se taire, embrasser Cal ne serait-ce que pour revenir à cette douce félicité dans laquelle leurs ébats les avaient plongés. Adonis glissa sa main le long du torse refroidi de son amant. L’air ambiant rendait sa peau un peu moins chaude, et sous la main presque brûlante d’Adonis, la sensation n’était pas aussi agréable qu’il l’aurait voulu. Il bougea un peu, remonta sa main jusqu’à glisser ses doigts sur la mâchoire de Cal. Le séduire, pour éviter sa colère. Il lui sourit, sans se rendre compte que son regard criait son amour à sa place. « Je sais que tu n’as pas le choix d’épouser Saeko. » d’ailleurs, c’était douloureux rien que d’y penser. Adonis glissa sa langue sur sa lèvre inférieure. Il détourna le regard de Cal. Il savait, bon sang, que Cal ne serait jamais à lui. Pas tout à fait, il y en aurait toujours une autre. Une femme. Un être capable de donner des héritiers au roi. Adonis pouvait faire ce qu’il voulait, comploter autant qu’il voulait, il ne se ferait jamais pousser un utérus capable de développer un bébé. Et c’était bien là le cœur du problème. Si il avait été une femme, il aurait peut-être réussi à le convaincre plus facilement. Adonis soupira, et posa à nouveau son regard sur Cal. « J’aurais aimé que tu ne l’épouse pas, mais je sais que tu n’as pas le choix. » confia-t-il. Avait-il déjà parlé à Cal de cette manière ? S’était-il déjà ouvert, comme ça, à quelqu’un d’autre qu’à un Griffith, Wanda, Andrei ou Aléa ? Cal était au-dessus d’eux tous, quelque part. Il faisait vibrer son cœur et lui donnait des ailes. « Je… » Adonis laissa ses doigts remonter le long de la mâchoire de Cal, ils dépassèrent son oreille et caressèrent les cheveux blonds. L’Eartanarien avait les doigts qui tremblaient. Il se pencha, embrassa Cal encore une fois et pris son temps. A nouveau, sa main retomba sur le torse du blond, et il caressa la peau lisse de son prince tout en approfondissant leur baiser. Adonis avait le cœur au bord des lèvres, ses sentiments s’entrechoquait contre les lèvres de Cal et il finit par le murmurer comme l’on murmure une prière, entre deux mouvements de leurs bouches, en plein milieu d’un baiser qui ne voulu pas s’arrêter. « Je t’aime. » Et ses lèvres repartirent de plus belles l’embrasser, l’empêcher de répondre, l’empêcher de le jeter dehors, l’empêcher de lui briser le cœur en laissant planer un silence lourd de signification.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fire nation
avatar
fire nation
‹ MESSAGES : 362
‹ AVATAR : max irons bby
‹ CRÉDITS : av ; lise aka ado l'amour de ma vie.
‹ COMPTES : amara, la chose fragile.

‹ AGE : vingt-huit ans, une jeunesse trop vite passée, un avenir déjà tout tracé et une couronne qui repose désormais sur ses cheveux d'or.
‹ STATUT : mariée à saeko oshun, une issue dont il a su tiré un avantage certain. plus qu'un simple parti qu'on lui a imposé, saeko est devenue une alliée de choix à ses côtés, l'impératrice qui saura renforcer son règne.
‹ SANG : bleu, le symbole premier d'une royauté qui se complaît à rappeler à chacun leur supériorité.
‹ COMPETENCES : charisme (niv. 1), domination (niv. 1), intimidation (niv. 1).
‹ METIER : empereur, un rôle sur mesure pour lequel il a été préparé depuis sa plus tendre enfance.
‹ ALLEGEANCE : cal n'est fidèle qu'à lui-même. il souhaite aller loin, même si cela signifie parfois avoir à sacrifier certaines personnes.
‹ ADIUTOR : naos, qu'il ne porte pas forcément dans son cœur mais leur duo fonctionne, du moins en apparence.
‹ POINTS : 1180

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:

MessageSujet: Re: sometime's love is not enough and the road gets tough i don't know why (calonis) Dim 17 Sep - 18:13

sometime's love is not enough and the road gets tough i don't know why ft. @Adonis Griffith

« Qu'est-ce que tu as en tête dans ce cas? » Les mots du brun ne cessaient d'attiser la curiosité de Cal, mais également son incompréhension. Il détestait ne pas comprendre, et même si cela venait d'Adonis, il n'aimait pas qu'on le fasse tourner en rond. Il sentait que son amant était quelque peu hésitant à l'idée de partager le fond de ses pensées avec lui, ce qui ne faisait que renforcer son impatience. Malgré tout, le jeune homme ne se défaisait pas de cette tendresse nouvelle qui s'était glissée dans leur relation, laissant ses doigts courir le long de la mâchoire de l'héritier. Le regard du blond ne quittait pas les iris de son partenaire, le sourire gagnant ses prunelles. Il n'arrivait pas à se satisfaire de cette vue, des expressions qu'il trouvait ancrées sur le visage du Griffith. La voix d'Adonis était empreinte d'une émotion qui laissa Cal décontenancé. Il savait que son mariage était inévitable, tout comme celui de son amant avec sa propre sœur jumelle. Au fond, il ne pouvait que comprendre ce que l'Eartanarien ressentait. Il détestait l'image qui s'imposait régulièrement dans son esprit, celle d'Isaure et d'Adonis, de la famille qu'ils formeraient un jour. Le prince savait qu'il détesterait le jour de leur mariage, qu'il haïrait de les avoir toujours sous son nez, dans le palais. Il détestait Isaure de pouvoir posséder ce que lui ne pourrait jamais avoir totalement. Il lui en voulait pour ça, alors que la jeune femme n'y pouvait rien. Il en voulait à leur mère d'avoir arrangé cette union. Alors il pouvait comprendre Adonis, bien que la perspective de son mariage avec Saeko ne le dérangeait pas, lui. Les mots d'Adonis lui semblaient sincères, et Cal avait l'impression de découvrir une autre facette de l'homme qu'il aimait, presque vulnérable. « Imagine si c'était Ariane que j'épousais. » Un choix qui aurait pu être probable, si sa descendance n'avait pas dû appartenir à la nation du feu. La question ne s'était jamais posée entre eux, mais Cal souhaitait faire comprendre à Adonis ce que lui pouvait ressentir. La frustration de savoir qu'il aurait pu être à la place d'Isaure, que c'était avec cette femme dont il avait été si proche fut un temps qu'il allait devoir partager son amant. La notion même de partage était inconnue au prince, une possessivité maladive lorsqu'il s'agissait du maître. Mais il allait devoir s'y faire, car même lui ne pouvait s'opposer à cette union. Adonis semblait avoir perdu une partie de cette assurance qui ne le quittait d'ordinaire pas, alors que ses doigts tremblants effleuraient les cheveux blonds du prince. Ce dernier répondit au baiser que le brun lui offrait, d'une manière presque paresseuse alors que le toucher du Griffith se faisait exquis contre sa peau. Finalement, les mots quittèrent les lèvres du maître, comme un souffle contre la bouche de l'héritier. Il sentait la cadence de son cœur accélérer, alors que les mots résonnaient contre ses tympans. Il avait toujours pensé que le jour où quelqu'un lui dirait ces mots là, il prendrait peur. Mais maintenant que les paroles venaient d'Adonis, il les accueillait avec délectation, savourant la saveur qu'elles apportaient. Leur baiser s'intensifia davantage, pris d'une passion et d'une ferveur nouvelle, tout son être gonflé par les mots que son amant venait de prononcer. D'un mouvement du bassin, une main fermement appuyé dans son dos, Cal fit rouler Adonis pour se retrouver à nouveau au-dessus de lui. Leurs lèvres ne se quittaient pas, leurs langues s'adonnaient à ce ballet enflammé, cette danse synchronisée qu'ils maîtrisaient mieux que quiconque. Soutenant son propre poids pour ne pas écraser le brun, le prince laissa l'une de ses mains se perdre dans les cheveux du maître. Finalement, forcé de quitter la bouche du brun pour reprendre son souffle, l'Oshun plongea son regard ardent dans celui de son partenaire, espérant lui faire comprendre ce qu'il n'arrivait pas à dire. Ses sentiments étaient partagés, mais Cal n'avait jamais été de ceux qui réussissaient à s'exprimer à voix haute. « J'ai de très bonnes idées pour occuper notre temps mais je veux d'abord savoir ce que tu as en tête. » Il l'encourageait une fois de plus à partager avec lui le fond de ses pensées. Adonis venait de s'ouvrir à lui, d'être totalement sincère, alors qu'avait-il à craindre de plus désormais?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
administrator
avatar
administrator
‹ MESSAGES : 3233
‹ AVATAR : dylan o'brien
‹ CRÉDITS : (av) é-love-die / (gif profil) me
‹ COMPTES : Veda Kimora / Gareth K'han

‹ AGE : L’homme vient tout juste de passer son anniversaire dans les prisons glaciales de Launondie. Désormais âgé de 26 ans, le brun commence à acquérir expérience et alliés.
‹ STATUT : L'amour n'a plus sa place dans le coeur du Griffith, qui préfère encore semer la mort que de laisser saigner son coeur. Fiancé à Isaure Oshun envers et contre tout, Adonis refuse d'accorder un regard à d'autres et particulièrement à Historia Oathbridge, la femme que son père veut le voir épouser.
‹ SANG : Le sang pourpre qui coule dans ses veines était autrefois qualifié de sang argent. Désormais et grâce à son père, c’est à nouveau le bleu de la royauté qui teinte l’hémoglobine Griffith.
‹ COMPETENCES : charisme (niv. 4), manipulation (niv. 5), audace (niv. 6), leadership (niv. 4), méfiance (niv. 1)
‹ METIER : Traitre à la couronne impériale, comme tous les Griffith, Adonis est désormais prince d’Eartanera. Il n’exerce pour le moment aucun métier officiel dans le gouvernement de son père, et essaie plutôt de se remettre d’un mois d’emprisonnement.
‹ ALLEGEANCE : Lui-même. Adonis a fomenté plusieurs alliances en échange d'une couronne qu'il attend encore patiemment. Plus motivé que jamais, le Griffith refuse de voir la couronne lui échapper.
‹ ADIUTOR : Aléa Dochain, l'ombre protectrice, capable de tout pour lui. Elle est sa main armée, elle est son réconfort. Elle est loin de lui, aussi, mais il devait la laisser partir après lui avoir fait subir un mois de prison.
‹ POINTS : 2181

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:

MessageSujet: Re: sometime's love is not enough and the road gets tough i don't know why (calonis) Dim 17 Sep - 21:34

« Qu'est-ce que tu as en tête dans ce cas? » Adonis ne répondit pas, conscient qu’il allait sans doute frustrer le blond mais il s’en fichait, il avait besoin de faire ça à son rythme. C’était clair dans sa tête. Tester le terrain avant de se lancer, avouer ses sentiments, s’ouvrir la porte vers le bonheur qu’il attendait depuis des mois et des années, même. Et tout ça avec Cal. Il était persuadé que son amour était réciproque, mais au moment de lui avouer, il cherchait ses mots. Alors il parlait d’autre chose, du mariage entre Saeko et Cal, d’Isaure… « Imagine si c'était Ariane que j'épousais. » Adonis se figea entre les bras de son amant. Il sentit son estomac se tordre et secoua la tête, avant de finalement aller l’embrasser, sans rien dire. Non, non, pas Ariane. C’était impensable, inimaginable. Rien que de penser à Cal qui devrait la toucher, il avait envie de faire s’écrouler des montagnes. Est-ce que c’était ça que ressentait Cal ? Apparemment oui, c’était comme si Cal venait de lui dire ‘je t’aime et te voir épouser ma sœur est une torture’. Alors Adonis n’eut plus tant de mal à l’embrasser, à souffler ces mots, à continuer à l’embrasser de plus belle parce que leur amour était réciproque. Cal fut soudainement pris d’une nouvelle vigueur, et le retourna sur le dos. Adonis eut presque envie de lâcher un rire contre sa bouche, tant il se sentait heureux d’être l’objet de tout ce désir, de tout cet amour. Le brun leva les mains et les glissa autour des hanches de Cal pour le colle un peu plus contre lui. Il le laissa venir l’embrasser, sentit ses mains dans ses cheveux et lâcha même un léger gémissement d’aise dans sa bouche alors que Cal le faisait se sentir comme un roi, déjà, avant même qu’Adonis ait pu le lui demander. Il aurait voulu continuer à l’embrasser des jours et des semaines durant, mais même eux devaient respirer et ils s’éloignèrent l’un de l’autre, le souffle court, le cœur battant et l’œil pétillant de sentiments qui débordaient de tous les côtés.  « J'ai de très bonnes idées pour occuper notre temps mais je veux d'abord savoir ce que tu as en tête. » Adonis sourit doucement. Cal ne lui dirait pas non, Cal ne lui ferait jamais de mal, parce qu’il l’aimait. Il pouvait le voir, il pouvait le sentir. La manière dont il se l’appropriait, dont il le gardait sous lui comme ça. Et puis ce baiser qui lui avait fait perdre la tête. Déj), Adonis voulait recommencer. Il glissa ses doigts sur la hanche de son amant, en de douces caresses. « Je veux être ton égal. » souffla-t-il, plus confiant qu’avant. Il glissa sa langue sur sa lèvre inférieure, ses doigts toujours occupés à caresser la peau de son prince. « Fait moi roi. Je ne peux pas régner à tes côtés mais ce sera tout comme. J’épouserai une fille d’Eartanera, pour me donner des héritiers, comme Saeko pour toi. Isaure en épousera un autre, et tu n’auras plus de soucis à te faire pour Eartanera. » d’une traite, il lui avait dit ça. Adonis avait le regard plein d’espoir. Si Cal lui disait oui, il aurait réussi là où tous les Griffith avaient échoué depuis son grand père. Il aurait récupéré le pouvoir, et mieux encore, il l’aurait fait pacifiquement depuis le lit de son amant. « Je veux juste Eartanera, et toi. » surtout toi, avait-il envie de dire, mais Adonis n’était pas certain que c’était la vérité. Si Cal lui disait non, si il lui demandait de choisir entre son peuple et lui, Adonis n’était pas certain de choisir l’homme de sa vie. Elevé en Griffith depuis sa naissance, Eartenara était censé être son seul amour, sa seule préoccupation, et il avait tout fait pour la récupérer. Il espérait si fort que ça lui en donnait mal au ventre. Cal l’aimait, il le voulait sans doute heureux, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fire nation
avatar
fire nation
‹ MESSAGES : 362
‹ AVATAR : max irons bby
‹ CRÉDITS : av ; lise aka ado l'amour de ma vie.
‹ COMPTES : amara, la chose fragile.

‹ AGE : vingt-huit ans, une jeunesse trop vite passée, un avenir déjà tout tracé et une couronne qui repose désormais sur ses cheveux d'or.
‹ STATUT : mariée à saeko oshun, une issue dont il a su tiré un avantage certain. plus qu'un simple parti qu'on lui a imposé, saeko est devenue une alliée de choix à ses côtés, l'impératrice qui saura renforcer son règne.
‹ SANG : bleu, le symbole premier d'une royauté qui se complaît à rappeler à chacun leur supériorité.
‹ COMPETENCES : charisme (niv. 1), domination (niv. 1), intimidation (niv. 1).
‹ METIER : empereur, un rôle sur mesure pour lequel il a été préparé depuis sa plus tendre enfance.
‹ ALLEGEANCE : cal n'est fidèle qu'à lui-même. il souhaite aller loin, même si cela signifie parfois avoir à sacrifier certaines personnes.
‹ ADIUTOR : naos, qu'il ne porte pas forcément dans son cœur mais leur duo fonctionne, du moins en apparence.
‹ POINTS : 1180

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:

MessageSujet: Re: sometime's love is not enough and the road gets tough i don't know why (calonis) Dim 24 Sep - 18:57

sometime's love is not enough and the road gets tough i don't know why ft. @Adonis Griffith

Les caresses de son amant étaient délicieuses et Cal s'en délectait. Il aurait pu profiter davantage, ne se concentrer que sur ça, mais Adonis reprit rapidement la parole. Le prince l'écoutait déverser des mots dont il ne savait que faire, l'observant étaler face à lui sa plus grande ambition. Une couronne, voilà ce qu'Adonis voulait. Il semblait avoir réfléchi depuis longtemps à cette possibilité qu'il exposait à son partenaire, un futur tout tracé qui aurait presque pu faire envie à Cal. Presque. Un silence se glissa entre les deux hommes, alors que l'héritier pesait le poids des mots de son amant. Son corps fut le premier à répondre alors que ses muscles se tendaient, que ses iris s'assombrissaient. Son regard dur était fixé sur le visage du brun, ses lèvres fermées. Alors, il recula. Une distance douloureuse qui les séparait désormais, alors que Cal se redressait. Adonis voulait une couronne. Adonis voulait le pouvoir. Il voulait des choses qui ne lui appartenaient pas. Il voulait des choses que seul Cal serait un jour en mesure de lui offrir. Et alors, les liens se firent. Son cœur qui battait si fort et si vite quelques secondes plutôt se crispa dans sa poitrine. Le feu qu'il maîtrisait d'ordinaire menaçait de l'emporter, de le consumer de l'intérieur. Adonis l'avait manipulé. Il l'avait manipulé pour obtenir ce qu'il souhaitait avoir depuis toujours. Et s'il s'était lui aussi brûlé les ailes dans cette relation, le résultat était le même. Adonis avait cherché à profiter de lui, à profiter de sa position et des sentiments qu'il pouvait avoir à son égard. Il avait cherché à utiliser le lien qui les unissait à ses propres fins. Et ça, Cal ne pouvait l'accepter. Il se sentait trahi, utilisé par cet homme pour lequel il avait finalement réussi à accepter ses sentiments. Cet homme qui aurait pu le faire remettre en question son futur, et la place qu'il y occuperait. Cet homme qu'il aimait, et auquel il pensait pouvoir accorder une confiance aveugle. De toute les personnes qui l'entouraient, jamais Cal n'avait pensé qu'Adonis puisse le trahir. Ce que le prince ressentait désormais lui déplaisait énormément. Ce sentiment qui écrasait sa poitrine, qui faisait battre le sang à ses tempes, qui lui donnait envie de hurler, de déverser toute cette colère et cette amertume qui s'étaient emparées de lui. Il comprenait Isaure, désormais. Ô oui qu'il la comprenait. Il pensa aussi à Elizaveta, et à son avertissement. Il avait été stupide, Cal, aveuglé par l'amour. Il n'avait pas su interpréter les signes, il s'était laissé berner par l'excellent manipulateur qu'était Adonis. Si son égo en prenait un coup, c'était bien son cœur qui en souffrait le plus. « Pars. » Il n'avait pas répondu à ce qu'Adonis proposait, mais la réponse, même informulée, était claire. Cal avait besoin d'être seul, il avait besoin de pouvoir réfléchir à ce qui venait de se passer. Car l'héritier était perdu, et qu'il ne savait plus quoi faire, ni quoi penser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
administrator
avatar
administrator
‹ MESSAGES : 3233
‹ AVATAR : dylan o'brien
‹ CRÉDITS : (av) é-love-die / (gif profil) me
‹ COMPTES : Veda Kimora / Gareth K'han

‹ AGE : L’homme vient tout juste de passer son anniversaire dans les prisons glaciales de Launondie. Désormais âgé de 26 ans, le brun commence à acquérir expérience et alliés.
‹ STATUT : L'amour n'a plus sa place dans le coeur du Griffith, qui préfère encore semer la mort que de laisser saigner son coeur. Fiancé à Isaure Oshun envers et contre tout, Adonis refuse d'accorder un regard à d'autres et particulièrement à Historia Oathbridge, la femme que son père veut le voir épouser.
‹ SANG : Le sang pourpre qui coule dans ses veines était autrefois qualifié de sang argent. Désormais et grâce à son père, c’est à nouveau le bleu de la royauté qui teinte l’hémoglobine Griffith.
‹ COMPETENCES : charisme (niv. 4), manipulation (niv. 5), audace (niv. 6), leadership (niv. 4), méfiance (niv. 1)
‹ METIER : Traitre à la couronne impériale, comme tous les Griffith, Adonis est désormais prince d’Eartanera. Il n’exerce pour le moment aucun métier officiel dans le gouvernement de son père, et essaie plutôt de se remettre d’un mois d’emprisonnement.
‹ ALLEGEANCE : Lui-même. Adonis a fomenté plusieurs alliances en échange d'une couronne qu'il attend encore patiemment. Plus motivé que jamais, le Griffith refuse de voir la couronne lui échapper.
‹ ADIUTOR : Aléa Dochain, l'ombre protectrice, capable de tout pour lui. Elle est sa main armée, elle est son réconfort. Elle est loin de lui, aussi, mais il devait la laisser partir après lui avoir fait subir un mois de prison.
‹ POINTS : 2181

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:

MessageSujet: Re: sometime's love is not enough and the road gets tough i don't know why (calonis) Dim 24 Sep - 20:40

Le regard de son prince s’assombrit, et Adonis pressent que la suite ne va pas lui plaire. Il le voit s’éloigner, la bouche close et le regard plus sombre que jamais. Ses muscles sont tendus, et Adonis n’a aucun mal à imaginer la colère que son prince retient. Il veut le suivre, d’ailleurs il amorce un mouvement pour le faire. Il pose sa main sur son bras, le regard presque implorant. Non, ne me rejette pas, pas maintenant, pas après t’avoir dit que je t’aimais, se dit-il. Mais il n’en dit rien, pas tout haut, et sa main glisse sur le bras de Cal alors que celui-ci s’éloigne de lui. Il lui impose une distance qui lui fait mal, comme si, quand il lui avait avoué son amour, Adonis avait attaché son coeur à Cal et que la moindre distance l’arrachait un peu plus à sa poitrine. Cal lui fait peur, en cet instant. Il s’est éloigné, il a posé sur lui un regard de feu, le regard d’un roi sur un homme qu’il s’apprête à condamner. Adonis sent son coeur se serrer, mais Cal ne fait rien. Il ne se lève pas, il ne se rhabille pas. Il n’apelle personne. Adonis hésite, il attend la tempête mais elle n’arrive pas. Non. C’est pire.

« Pars. » Il aurait dû s’énerver. Il aurait dû lui crier dessus, déverser sa colère, n’importe quoi. C’était pire, Adonis avait le sentiment d’avoir brisé l’homme qu’il aimait, et la violence de cette pensée le heurta plus fort encore que si Cal l’avait frappé ou insulté. Il se leva, toujours hésitant. Il aurait aimé changé d’avis, dire à Cal que ce n’était pas grave, qu’il ne voulait pas vraiment de la couronne si il ne voulait pas la lui donner. Mais ça aurait été un mensonge. Un mensonge avec lequel il n’aurait pas su vivre et continuer d’aimer le prince. Alors Adonis prend une décision. Non, il n’essaiera pas de le rassurer. Non, il n’essaiera pas de se rapprocher, de lui faire oublier ces quelques secondes, de l’embrasser, de souffler des je t’aime sur sa bouche, entre chaque baiser. Il va fuir, parce qu’il n’a pas le choix. Il va fuir, parce qu’il a le sentiment que c’est ce que Cal lui offre comme seule alternative. Adonis sait qu’il vient de faire acte de trahison, en demandant la sécession et il sait que c’est passible d’une peine de mort. Si Cal n’a pas encore appelé de gardes, c’est peut être pour lui laisser une petite chance. Adonis la saisit.

Il se lève, et attrape ses vêtements qu’il enfile à la hâte. Il lance un regard à Cal, voudrait lui dire qu’il l’aime, il voudrait le lui répéter encore une fois mais son regard parle pour lui. L’ambre de ses iris se pose sur le noir de celles de Cal, comme un dernier baiser. « Je suis désolé. » souffle-t-il. Parce qu’il le voit bien, que Cal ne va pas bien. Il le connait comme personne, ils peuvent tous se targuer de savoir qui est Cal Oshun mais Adonis voit au-delà de ça, au-delà de l’homme fort, de l’héritier de l’empire. Il se mord doucement la lèvre avant de partir. Il marche vite, dans les couloirs, et fait appeler son adiutor par un esclave qu’il croise en chemin. Arrivé près de ses appartements, Adonis se dépêche et entre à l’intérieur, il attrape une sacoche, lui qui n’a jamais fait ses propres bagages, et attrape quelques vêtements. Il doit fuir la capitale au plus vite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fire nation
avatar
fire nation
‹ MESSAGES : 362
‹ AVATAR : max irons bby
‹ CRÉDITS : av ; lise aka ado l'amour de ma vie.
‹ COMPTES : amara, la chose fragile.

‹ AGE : vingt-huit ans, une jeunesse trop vite passée, un avenir déjà tout tracé et une couronne qui repose désormais sur ses cheveux d'or.
‹ STATUT : mariée à saeko oshun, une issue dont il a su tiré un avantage certain. plus qu'un simple parti qu'on lui a imposé, saeko est devenue une alliée de choix à ses côtés, l'impératrice qui saura renforcer son règne.
‹ SANG : bleu, le symbole premier d'une royauté qui se complaît à rappeler à chacun leur supériorité.
‹ COMPETENCES : charisme (niv. 1), domination (niv. 1), intimidation (niv. 1).
‹ METIER : empereur, un rôle sur mesure pour lequel il a été préparé depuis sa plus tendre enfance.
‹ ALLEGEANCE : cal n'est fidèle qu'à lui-même. il souhaite aller loin, même si cela signifie parfois avoir à sacrifier certaines personnes.
‹ ADIUTOR : naos, qu'il ne porte pas forcément dans son cœur mais leur duo fonctionne, du moins en apparence.
‹ POINTS : 1180

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:

MessageSujet: Re: sometime's love is not enough and the road gets tough i don't know why (calonis) Mar 26 Sep - 21:26

Cal ne bougea pas alors qu'Adonis se levait, récupérant ensuite ses vêtements qui jonchaient le sol autour du lit. Il aurait pu paraître impassible, insensible face à cette situation, si l'on pouvait seulement faire abstraction de la flamme qui brûlait dans ses iris. Ses mâchoires crispées le trahissaient également, tout comme le regard de fer qui était braqué sur le brun. Ce dernier ne discuta pas l'ordre que venait de lui donner son prince. Il avait probablement compris. Compris qu'il était allé trop loin, qu'il avait dépassé une limite pourtant infranchissable. Leurs regards se croisèrent une dernière fois, et Cal dû réprimer l'envie de faire marche arrière. Il en rêvait pourtant. Oublier les dernières minutes, garder uniquement ce qui avait de l'importance. Mais c'était impossible. « C'est trop tard pour t'excuser. » Et il le pensait. Les mots étaient sortis seuls, sans qu'il ne puisse rien y faire. Sa voix était teintée d'une mélancolie et d'une tristesse inhabituelles chez Cal. Il aurait aimé s'énerver sur son amant, décharger sa colère et son amertume sur lui, ça aurait été plus simple, mais il n'en était pas capable. Il se contenta de le fixer, de le regarder partir jusqu'à ce que sa silhouette disparaisse de son champ de vision. Alors, le silence l'enveloppa, le ramenant douloureusement à la réalité, le mettant face ce qui venait de se passer quelques minutes auparavant. Les mots d'Adonis résonnaient encore dans son crâne. L'expression du visage du brun, miroir du propre faciès de Cal, était ancrée dans sa mémoire. Il y avait vu de la peine, de la douleur. Et il se demandait si ce que l'Eartanarien avait pu lui dire était sincère. S'il y avait une part de vérité à ses mots, ou si le Griffith était seulement un bon acteur, qu'il l'avait dupé du début à la fin. Au fond de lui, le blond savait que ça n'était pas possible, mais il était bien trop blessé pour penser de manière cohérente. Il resta quelques secondes, quelques minutes, immobile, hors du temps. A ressasser. A réfléchir. A cogiter. Et enfin, il se décida. Il sortit de sa torpeur pour récupérer ses vêtements et les enfiler à la hâte, peu soucieux de l'apparence qui était la sienne. La première vague de tristesse et de déception avait laissé place à un mélange de sentiments plus complexe. La colère l'envahissait, autant que la rancœur. Il lui en voulait. Il en voulait à Adonis pour ce qu'il avait fait, il lui en voulait d'avoir détruit le semblant de relation qu'ils avaient pu avoir. D'un geste vif, Cal ouvrit la porte de sa chambre, avançant dans ses appartements d'un pas pressé, sans accorder d'attention aux esclaves qu'il pouvait croiser sur son chemin et qui le regardaient avec insistance. Lorsqu'il croisa un garde, le prince l'apostropha. Il avait retrouvé toute sa contenance et sa voix ne le trahissait plus désormais. « Faites appel à toute ma garde, ainsi qu'à Loras, et allez arrêter Monsieur l'ambassadeur Adonis Griffith dans ses appartements, sur ordre du prince héritier Cal Oshun. » Le garde ne posa pas davantage de questions, il savait qu'il n'obtiendrait pas de réponse de toute façon. Cal regagna ensuite sa chambre. Il ne voulait pas être là lorsqu'ils arrêteraient Adonis. Il ne voulait pas voir son ancien amant traîné en prison. Car même si c'était justifié, le prince savait que cette vue lui serait douloureuse. Alors il préféra s'enfermer, loin de toute l'agitation qui ébranlait les murs du palais. Il avait besoin d'être seul, besoin de tirer une croix sur cet amour qui ne devait plus être.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

sometime's love is not enough and the road gets tough i don't know why (calonis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PINNED UNDER THE WEIGHT :: into the past :: flashbacks :: Saison 1-