AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
nouvelle guerre à aksana
C'est la guerre à Aksana! Les maîtres apprennent à maîtriser leurs pouvoirs et les frontières sont gardées.
saison deux
La saison deux à été lancée ! Pour en savoir plus...
clique ici !
previously on putw
Votre personnage fait partie de l'histoire, intégrez le !
Venez nous dire ce qui est arrivé à votre personnage
et en quoi il a un impact sur l'histoire

Partagez| .

ain't no rest for the wicked (meiss)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
fire nation
avatar
fire nation
‹ MESSAGES : 1203
‹ AVATAR : dominic sherwood.
‹ CRÉDITS : av (@dandelion) + queen clara.
‹ COMPTES : joyeuse, grincheux.

‹ AGE : vingt-trois années noyées dans les flammes de la vengeance et de la colère. vingt-trois années livré aux flammes destructrices et impitoyables.
‹ STATUT : fiancé à liza valaeris, à la fois ennemie et amante, tendresse et destruction. une union non-désirée, une guerre à venir.
‹ SANG : royal, bleu, aussi pur qu'il est possible de l'être. maven est fier de pouvoir s'en targuer. au-dessus des autres, il ne cesse de l'afficher sans vergogne.
‹ COMPETENCES : attaquant (niv. 5), intimidation (niv. 5), méfiance (niv. 5).
‹ METIER : magistrat au département de la justice, optant toujours pour la peine la plus lourde possible. plus le sang sera versé, mieux sa conscience se portera.
‹ ALLEGEANCE : autrefois à sa déesse, sa soeur aînée. celle qui l'a trahi. il a désormais ployé le genou devant le nouvel empereur d'aksana : cal oshun.
‹ ADIUTOR : tami, fidèle protectrice soumise aux flammes de la tempête maven. parfois amis, parfois rivaux, il sont cependant contraints à se supporter.
‹ POINTS : 755

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:

MessageSujet: ain't no rest for the wicked (meiss) Lun 10 Juil - 22:13

THE WORLD WAS ON FIRE AND NO ONE COULD SAVE ME BUT YOU. IT'S STRANGE WHAT DESIRE WILL MAKE FOOLISH PEOPLE DO. I'D NEVER DREAMED THAT I'D MEET SOMEBODY LIKE YOU AND I'D NEVER DREAMED THAT I'D LOSE SOMBEDOY LIKE YOU.  


           Tu n'avais jamais vraiment été du genre romantique ou attaché aux choses du cœur. Tu étais plutôt tout le contraire, à vrai dire. Tu préférais te nourrir de violence plutôt que d'endurer un dîner aux chandelles ; avoir le nez cassé plutôt que de te coltiner une ballade au clair de lune. Et pourtant. Pourtant, tu étais en train de préparer une soirée folle, pour celle qui s'était imposée dans ton cœur, à grands coups de phrases agressives et de séances collectives belliqueuses. Elle avait toujours été ton amie, celle qui comprenait mieux que personne ce besoin brûlant de laisser exploser toute la fureur qui t'habitait. Celle qui riait avec toi des effusions de sang et qui ne te jugeait pas, pour tous ces actes qui t'avaient valu le surnom de monstre Oshun. Elle aimait tes qualités et probablement encore plus tes défauts. Et pour tout cela, tu ne pouvais qu'être encore plus touché qu'une telle personne accepte de partager ton quotidien. Pour vos trois mois, tu lui avais permis de briser le poignet de ton frère, grâce à une petite embuscade de ton goût. Au bout de six mois de relation, tu lui avais offert de marquer au fer chaud de tes mains, l'inscription de son choix sur qui elle désirait. Mais aujourd'hui était l'anniversaire de votre première année de relation. Et tu étais bien décidé à marquer ça. Vous ne partagiez pas un amour conventionnel, loin de là même. Votre relation faisait beaucoup jaser, à la cour. Un prince royal et une petite mêlée, celle-là même qui était dévouée à ta sœur aînée. Mais tu n'en avais cure. Pour la première fois, tu te sentais pleinement compris. Accepté. Et apprécié pour ce que tu étais réellement et non pas pour ta position politique. Tu avais demandé conseil à Isaure, quant à ce que tu pourrais offrir à Weiss. Elle la connaissait mieux que personne. Mais ses idées étaient aussi ridicules que radicalement opposées à ce qu'était Weiss. Des fleurs, des chocolats ou une nuit étoilée romantique, rien de tout cela n'était pour lui plaire. Tu en étais certain, tu aurais détesté tout cela, toi aussi. Car vous étiez deux âmes complémentaires, faites pour s'entendre. Faites l'une pour l'autre. C'était ridicule, naïf et cliché mais pourtant, les choses étaient ainsi. Même si cela ne manquait jamais de faire rire Weiss aux éclats, lorsque tu abordais le sujet. D'ailleurs, à bien y réfléchir, elle semblait beaucoup s'esclaffer à tes dépends. Et tu devais parfois te retenir de ne pas l'envoyer valser de l'autre côté de la pièce. Tu avais alternativement envie de l'étrangler et de l'embrasser. Et c'était même parfois ce qui se produisait, à vrai dire. Votre relation n'était ni saine, ni équilibrée. Deux fauves tentant de s'apprivoiser, cela créait forcément des étincelles. Vos proches étaient aux premières loges et ne cessaient de répéter que peut-être, votre association n'était pas la meilleure idée du siècle. Mais vous n'en faisiez qu'à votre tête, comme toujours. Électrons libres, vous n'étiez pas vraiment en bons termes avec l'autorité. Vous aviez toujours été vos propres juges, vos propres maîtres. Et vous ne comptiez pas ployer le genou devant qui que ce soit. La belle pouvait bien rire tant qu'elle voulait, mais il était certain que c'était le destin qui vous avait réuni. Et tu comptais bien faire honneur à la providence, en proposant à celle que tu évitais d'appeler chérie, une petite soirée de ton cru qui, tu en étais certain, allait réchauffer son cœur de glace. Tu pénétras dans les quartiers de la jolie verte, t'approchant à pas de velours tandis qu'elle te tournait le dos. « Salut ma grande. » Tu avais à peine posé la main sur son épaule, que Weiss, par un mécanisme bien rôdé d'auto-défense, te retournas une gifle qui laissa une trace brûlante sur ta joue de marbre. « Et bien, moi aussi je suis content de te voir. » Tu ricanas amèrement tandis qu'un sourire faisait son apparition sur ton beau visage. C'était explosif, entre elle et toi. Volcanique. Dangereux. Mais terriblement palpitant. « Il paraît que l'amour fait mal et je crois que je n'avais jamais compris à quel point ce dicton pouvait être vrai, avant de te rencontrer. » Pas de mots doux, pas de caresses tendres ou de mots de consolation, entre vous. C'était une affaire de chairs et d'âmes, de pièces faites pour s'assembler et non de sentiments dégoûlinants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
green
avatar
green
‹ MESSAGES : 734
‹ AVATAR : lee sung kyung, my bby.
‹ CRÉDITS : av (queen manojito)

‹ AGE : vingt-huit ans.
‹ STATUT : indépendante et solitaire, aucun être n'a su faire battre son cœur.
‹ SANG : mêlé au sang usé, trahi et exploité.
‹ COMPETENCES : attaquant (niv. 3), intimidation (niv. 2), vigilance (niv. 1)
‹ METIER : adiutor, garde du corps et protectrice de la princesse du feu, espion de la ligue à la cour et enfant invaincue des arènes.
‹ ALLEGEANCE : à elle-même, à la princesse puis aux mêlés. l'ordre peut varier selon les circonstances.
‹ ADIUTOR : la princesse au sang bleu, isaure oshun.
‹ POINTS : 1980

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:

MessageSujet: Re: ain't no rest for the wicked (meiss) Jeu 13 Juil - 4:09


What a wicked game to play, to make me feel this way. What a wicked thing to do, to make me dream of you. What a wicked thing to say, you never felt this way.


C’était un besoin répugnant. L’amour. Weiss en avait tellement ri, s’en était moquée avec toute son ardeur que lorsque ça la frappa, elle crut en vomir. Ces sentiments flasques et énigmatiques qui  lui tambourinaient le cœur, elle pensait prête à mourir sans jamais les avoir ressentis. Elle qui avait passé sa vie dans la solitude, ne pouvait s’autoriser à aimer un autre être qu’elle-même. C’était mal. Si mal. Mais si bon, aussi. Elle arrivait presque à se persuader que c’était juste un béguin et que ça la passerait lorsque son jouet préféré serait cassé. Que l’un d’entre eux finisse malade de cette relation, autant abusif que fougeuse. Mais Maven. Maven. Malgré son génie naturel, elle n’avait jamais prévu de tomber amoureuse de Maven Oshun. D’être accrochée à lui comme une sangsue à son sang—bien qu’elle appréciait autant de le voir ensanglanté que nu. Il était son ami, son punching-ball, son égal. Jamais, ô grand jamais, aurait-il pu devenir son amant. C’était prohibé. Dangereux. Et à la fois si excitant. Et pourtant, c’était arrivé. Cette passion sauvage à laquelle ils s’adonnaient allait les détruire, autant l’un que l’autre, mais ils étaient bien trop téméraires pour arrêter. Ou peut-être juste simplement stupide.
« Salut ma grande. » N’avait-il pas déjà posé main sur elle qu’elle se retourna instinctivement pour que la sienne rencontre son visage. C’était instinctif et volontaire, représentatif de salutations aimantes. Le genre de geste tendre qu’un autre homme n’aurait pu supporter. « Et bien, moi aussi je suis content de te voir. » Elle haussa un sourcil, visiblement perdue dans la conversation. « J’ai jamais dit que je voulais voir ta sale face. » Car c’était comme ça entre eux. Push and pull. Tout dépendait du timing ; certaines nuits, elle priait pour avoir son corps au-dessus du sien et d’autres où elle ne voulait que laisser des marques de tourment fraîches sur sa peau sans avoir à s’excuser. Et elle ne s’excusait jamais. « Il paraît que l'amour fait mal et je crois que je n'avais jamais compris à quel point ce dicton pouvait être vrai, avant de te rencontrer. » Tiquée par ses mots, elle se rapprocha de lui, plus qu’ils ne l’étaient déjà, l’air renfrogné. Elle leva les yeux au ciel devant cette déclaration d’amour aussi mièvre que niaise. Un sentiment inconnu bouillonna à l’intérieur d’elle et le retint de lui mettre une nouvelle claque. Mais pas par amour, cette fois-ci. « Est-ce que c'est comme ça que t'as mis toutes les filles de Launondie dans ton lit ou je suis la seule à qui tu sors ce genre de connerie? » répondit-elle d’un ton sec, se voulant insaisissable et possessif alors qu’elle le savait sien. Elle posa un regard amusé sur lui tandis que ses mains se joignirent derrière son cou. « Est-ce que tu veux que je te fasse vraiment mal, Maven ? » Puis sa bouche se rapprocha de son oreille, provoquant un tremblement sur la peau de son amant à chaque mot soupiré qui glissait jusqu’à sa nuque. « Parce que c’est très facile pour moi. On sait bien tous les deux que je te maîtrise aisément. » Car Weiss avait le dessus. Elle avait toujours le dessus. Et elle ne voyait aucun intérêt à prétendre qu’elle était frêle et inoffensive lorsqu’elle savait qu’il l’aimait pour ça—sa capacité à le tenir en laisse, à lui infliger des bleus qui duraient des mois et prononcer les mots qui savaient le torturer. Une femme faible ne pouvait endurer son idylle ; elle se serait retrouvée morte en plein acte ou écrasée par le poids de sa dominance.
Mais pour leur premier anniversaire, peut-être qu’elle lui laisserait l’avantage. Elle lui offrirait ces illusions de supériorité et de force qui le combleraient tellement. Et lorsqu’il ne s’y attendrait le moins, elle le frapperait avec toute sa rage. Ses os se casseraient contre sa peau et sa bouche recracherait un sang si rouge, si pur, qu’elle en oublierait cette vile couleur qui les séparait.
Un noble et une mêlée. Un prince et une Verte. Un mélange infâme aux yeux de la cour. D’autant plus qu’elle ne lui appartenait pas. Weiss était la possession d’Isaure, son amie comme sa seule gardienne. Et parfois elle espérait, dans ses fantasmes les plus fous, être liée à Maven et seulement lui. Vivre avec lui et mourir pour lui. Même si c’était ridicule. Il n’avait pas besoin de sa protection, ni de son assistance. « J’espère que t’as pas prévu des folies, je ressens encore le bleu de la dernière fois. » dit-elle, en posant sa main sur sa hanche. Elle ne savait même pas s’il était l’instigateur de cette blessure ou si elle devait remettre la faute sur ses adversaires du Trou. Mais comme si son bien-être allait empêcher la sauvagerie de Maven. S’il le voulait, il la plierait en deux et la casserait en mille morceaux. Et tout ce qu’elle pouvait faire c’était le supplier de continuer malgré la douleur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fire nation
avatar
fire nation
‹ MESSAGES : 1203
‹ AVATAR : dominic sherwood.
‹ CRÉDITS : av (@dandelion) + queen clara.
‹ COMPTES : joyeuse, grincheux.

‹ AGE : vingt-trois années noyées dans les flammes de la vengeance et de la colère. vingt-trois années livré aux flammes destructrices et impitoyables.
‹ STATUT : fiancé à liza valaeris, à la fois ennemie et amante, tendresse et destruction. une union non-désirée, une guerre à venir.
‹ SANG : royal, bleu, aussi pur qu'il est possible de l'être. maven est fier de pouvoir s'en targuer. au-dessus des autres, il ne cesse de l'afficher sans vergogne.
‹ COMPETENCES : attaquant (niv. 5), intimidation (niv. 5), méfiance (niv. 5).
‹ METIER : magistrat au département de la justice, optant toujours pour la peine la plus lourde possible. plus le sang sera versé, mieux sa conscience se portera.
‹ ALLEGEANCE : autrefois à sa déesse, sa soeur aînée. celle qui l'a trahi. il a désormais ployé le genou devant le nouvel empereur d'aksana : cal oshun.
‹ ADIUTOR : tami, fidèle protectrice soumise aux flammes de la tempête maven. parfois amis, parfois rivaux, il sont cependant contraints à se supporter.
‹ POINTS : 755

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:

MessageSujet: Re: ain't no rest for the wicked (meiss) Ven 14 Juil - 15:52

THE WORLD WAS ON FIRE AND NO ONE COULD SAVE ME BUT YOU. IT'S STRANGE WHAT DESIRE WILL MAKE FOOLISH PEOPLE DO. I'D NEVER DREAMED THAT I'D MEET SOMEBODY LIKE YOU AND I'D NEVER DREAMED THAT I'D LOSE SOMBEDOY LIKE YOU.  


           « Je n'ai jamais dit que je voulais voir ta sale face. » Maven leva les yeux au ciel, faussement exaspéré. Il avait l'habitude des petits coups d'éclats de Weiss. C'était peut-être même ce qu'il préférait chez elle, en fin de compte. Elle n'avait rien d'une douce poupée, aisément manipulable. La belle adiutor ne ressemblait en rien aux filles qu'il avait l'habitude de fréquenter. Le prince Oshun avait toujours eu un faible non-négligeable pour les princesses dociles, si enclines à se prosterner devant lui. Mais avec Weiss, c'était une toute autre histoire. Elle lui était infiniment semblable, tant et si bien que leurs similitudes rendaient le jeune homme perplexe, parfois. Être avec quelqu'un d'aussi sauvage et incompréhensible rendait sa vie beaucoup plus amusante. Beaucoup plus excitante. La routine n'avait pas lieu d'être, entre eux. Rien n'était jamais ni prévisible, ni ennuyeux.  Et c'était délicieusement exaltant, de partager ainsi avec sa moitié le même amour de la violence. Le même besoin de se laisser aller à ses instincts les plus primitifs. Leur relation était ponctuée de disputes et de réconciliations sur l'oreiller, de phrases cinglantes et de mots compréhensifs. C'était tumultueux et la plupart des gens peinaient à croire que ces deux là puissent former un véritable couple. Rien ne le laissait présager, de l'extérieur. Mais une fois les portes fermées, il leur arrivait de se laisser aller à quelques gestes tendres. Et cette facette de leur personnalité, Maven et Weiss ne pouvaient, ni ne voulaient, la dévoiler au grand public. Ils devaient rester des créatures effrayantes aux yeux du commun des mortels. « Est-ce que c'est comme ça que t'as mis toutes les filles de Launondie dans ton lit ou je suis la seule à qui tu sors ce genre de connerie ? » Le maître du feu se laissa aller à rire à gorge déployée. C'était grâce à ce genre de répartie qu'il était tombé, petit à petit, sous le charme de la jeune Rene. Et alors que la belle joignit ses mains autour de la nuque de Maven, se dernier posa les siennes sur sa taille fine. Celle-là même sur laquelle il avait apposé sa morsure, quelques semaines auparavant. Leurs ébats étaient dangereux et se finissaient par des hématomes en tous genres pour les deux partis. « T'es la seule qui appelle ça des conneries. Les autres filles adorent ce genre de choses. Et parfois, je n'ai même pas besoin d'ouvrir la bouche. Mon corps d'Apollon fait tout le travail. » Un petit sourire satisfait se peignit sur son visage pâle. Le prince n'avait jamais eu le contact facile avec les autres et surtout pas avec les femmes. Mais il connaissait Weiss depuis de très longues années et ils avaient été amis avant de se laisser aller à d'autres sentiments. « Est-ce que tu veux que je te fasse vraiment mal, Maven ? Parce que c'est très facile pour moi. On sait bien tous les deux que je te maîtrise aisément. » La belle s'amusait avec son amant, rapprochant toujours un peu plus ses lèvres de son oreille, tandis que des frissons commençaient à naître le long de la colonne vertébrale du prince. Weiss était une joueuse hors-pair, notamment lorsqu'il était question de le rendre furieux … Ou de faire monter en lui des langues brûlantes de désir. Mais cependant, il n'était qu'un homme et n'appréciait guère que sa belle s'érige en supérieure. Maven aimait cette sensation de contrôle, celle d'avoir le pouvoir et d'être le seul capitaine de sa propre destinée. Et Weiss lui rappelait continuellement que tout cela n'était qu'une énième illusion, qui jamais ne dépasserait le cadre féerique de son imagination. « Je te laisse me maîtriser simplement pour que tu acceptes de coucher avec moi. Je crois que je mérite le titre de plus galant petit-ami de l'univers. » L'idée de se lancer à corps perdu dans une énième querelle pour déterminer qui était le plus fort des deux n'était pas pour déplaire à Maven mais en ce premier anniversaire, il avait décidé de faire plaisir à Weiss, en lui laissant l'illusion qu'elle était la plus forte des deux. La pauvre petite avait besoin d'un peu de réconfort. « J'espère que t'as pas prévu des folies, je ressens encore le bleu de la dernière fois. » L'Oshun haussa un sourcil satisfait. Il aimait laisser sa marque, notamment pour que tous puissent voir ce qui lui appartenait. Maven n'était pas vraiment du genre à partager. Un petit prince bien capricieux, d'une jalousie maladive. « Je suis extraordinaire. Avant de faire des folies de nos corps, nous allons laisser jouer de petits poings. Comme je suis un homme incroyablement prévenant, j'ai choisi des victimes particulières. Toutes dans le top 5 des gens que tu rêves de voir mort. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
green
avatar
green
‹ MESSAGES : 734
‹ AVATAR : lee sung kyung, my bby.
‹ CRÉDITS : av (queen manojito)

‹ AGE : vingt-huit ans.
‹ STATUT : indépendante et solitaire, aucun être n'a su faire battre son cœur.
‹ SANG : mêlé au sang usé, trahi et exploité.
‹ COMPETENCES : attaquant (niv. 3), intimidation (niv. 2), vigilance (niv. 1)
‹ METIER : adiutor, garde du corps et protectrice de la princesse du feu, espion de la ligue à la cour et enfant invaincue des arènes.
‹ ALLEGEANCE : à elle-même, à la princesse puis aux mêlés. l'ordre peut varier selon les circonstances.
‹ ADIUTOR : la princesse au sang bleu, isaure oshun.
‹ POINTS : 1980

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:

MessageSujet: Re: ain't no rest for the wicked (meiss) Lun 24 Juil - 2:53

Il méritait des claques, et il les demandait. Weiss parfois oubliait qu’elle était supposée être amoureuse de lui lorsqu’il débitait ses conneries habituelles. La Verte au tempérament de feu ne supportait pas l’arrogance et malheureusement pour elle, les provocations de Maven ressemblaient plus souvent à des déclarations de guerre que des réconciliations amoureuses. « T'es la seule qui appelle ça des conneries. Les autres filles adorent ce genre de choses. Et parfois, je n'ai même pas besoin d'ouvrir la bouche. Mon corps d'Apollon fait tout le travail. » Elle resserra son étau autour de son cou et grinça des dents. « Comment ça les "autres filles" ? » Ses ongles s’enfoncèrent dans sa peau et sa colère prit le dessus. « T’en vois beaucoup "d’autres filles" toi ? J’espère pas pour toi sinon je te démonte direct, compris ? » Bien incapable de cacher ses émotions et de dissimuler sa jalousie sous un masque froid et indifférent. Elle savait pertinemment bien qu’elle ne pouvait s’attendre à de la fidélité de la part du prince mais elle osait espérer qu’il n’était pas assez suicidaire pour batifoler—ou ne serait-ce que porter un regard sur une autre fille qu’elle. Non, bien sûr que non. Maven était fidèle comme un chien. Un chien de garde posté aux pieds d’Isaure qui avait établi sa niche dans le lit de Weiss. Malgré ses désirs charniers, il ne pouvait s’imaginer avec quelqu’un d’autre. Son cœur naïf en était persuadé. Elle se calma jusqu’à ce que son visage retrouve sa couleur blême et que son toucher se transforme en tendresse rougeâtre. Elle avait pourtant le dessus sur lui. Capable de le faire languir ou de lui faire recracher ses os, elle n’allait pas s’énerver maintenant alors que c’était un jour spécial. Alors elle joua le jeu, porta l’un de ces masques que les adiutors ne connaissaient que trop bien face aux nobles : la duperie. Elle le laissa croire qu’elle n’était pas jalouse, qu’elle valait mieux que ça ; qu’elle était meilleure et qu’elle serait toujours au-dessus, et lorsqu’elle fondit dans son masque, elle essaya de se convaincre cette même illusion. « Je te laisse me maîtriser simplement pour que tu acceptes de coucher avec moi. Je crois que je mérite le titre de plus galant petit-ami de l'univers. » Elle porta un sourire jaune à ses lèvres tandis qu’elle s’immisçait de plus en plus dans ses bras, prête à les casser si nécessaire. « Ou peut-être que t’as peur de ne pas savoir me gérer si je te laissais faire ? » Elle éclata de rire. Un rire dur, moqueur, insultant et le jaugea de haut en bas. Il avait le physique et la force sans doute, mais Maven. Maven, celui qu’elle aimait tant, était simplement stupide. Manipulé et utilisé comme un vulgaire jouet ; si elle ne pouvait le battre avec la puissance de ses poings, elle était capable de l’achever avec la sournoiserie de son cerveau. Prise d’une fausse pitié, elle posa ses lèvres sur les siennes puis lui caressa la tête comme à un enfant qui a perdu sa sucette. « Même si on est pas de la même league, j’adore jouer avec toi. » Et elle s’attendait à un jeu d’enfer pour leur première année de relation. Abusive, sauvage, et probablement cocue. Son physique ne le sauverait pas d’un mauvais cadeau. Elle lui éclaterait les muscles à la moindre déception.  « Je suis extraordinaire. Avant de faire des folies de nos corps, nous allons laisser jouer de petits poings. Comme je suis un homme incroyablement prévenant, j'ai choisi des victimes particulières. Toutes dans le top 5 des gens que tu rêves de voir mort. » Le regard de Weiss pétilla comme des feux d’artifice illuminant une nuit obscure. Son côté enfantin se réveilla mais aussi son envie de casser des gueules. La compagnie de l’Oshun était divertissante mais pas suffisamment à son goût. Bien qu’elle avait envie de jouer avec lui toute la nuit, elle était plus poussée par une envie de voir du sang que de monter au ciel. « Est-ce que tu vas enfin me laisser démembrer Cal ? » Elle fit mine de réfléchir. « Ou tu as ta mère ligotée quelque part dans une cave ? Hmm... Je taperais bien dans Wanda comme ballon mais ses seins risquent de se dégonfler. Je suis même pas sûre que ça soit agréable. » Dommage. Elle était si jolie et Weiss aurait adoré la relooker.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fire nation
avatar
fire nation
‹ MESSAGES : 1203
‹ AVATAR : dominic sherwood.
‹ CRÉDITS : av (@dandelion) + queen clara.
‹ COMPTES : joyeuse, grincheux.

‹ AGE : vingt-trois années noyées dans les flammes de la vengeance et de la colère. vingt-trois années livré aux flammes destructrices et impitoyables.
‹ STATUT : fiancé à liza valaeris, à la fois ennemie et amante, tendresse et destruction. une union non-désirée, une guerre à venir.
‹ SANG : royal, bleu, aussi pur qu'il est possible de l'être. maven est fier de pouvoir s'en targuer. au-dessus des autres, il ne cesse de l'afficher sans vergogne.
‹ COMPETENCES : attaquant (niv. 5), intimidation (niv. 5), méfiance (niv. 5).
‹ METIER : magistrat au département de la justice, optant toujours pour la peine la plus lourde possible. plus le sang sera versé, mieux sa conscience se portera.
‹ ALLEGEANCE : autrefois à sa déesse, sa soeur aînée. celle qui l'a trahi. il a désormais ployé le genou devant le nouvel empereur d'aksana : cal oshun.
‹ ADIUTOR : tami, fidèle protectrice soumise aux flammes de la tempête maven. parfois amis, parfois rivaux, il sont cependant contraints à se supporter.
‹ POINTS : 755

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:

MessageSujet: Re: ain't no rest for the wicked (meiss) Sam 5 Aoû - 18:04

THE WORLD WAS ON FIRE AND NO ONE COULD SAVE ME BUT YOU. IT'S STRANGE WHAT DESIRE WILL MAKE FOOLISH PEOPLE DO. I'D NEVER DREAMED THAT I'D MEET SOMEBODY LIKE YOU AND I'D NEVER DREAMED THAT I'D LOSE SOMBEDOY LIKE YOU.  


           « Comment ça, les ''autres filles'' ? » Maven grogna en sentant l'étau des bras de Weiss se resserrer autour de son cou. Il aimait certes la sauvagerie qui animait en permanence l'esprit rebelle de la belle mêlée, mais n'appréciait que très peu l'idée de voir sa tête séparée du reste de son corps. Ses fossettes n'étaient mignonnes qu'à condition d'être accompagnées de ses gros bras. « T'en vois beaucoup ''d'autres filles'' toi ? J'espère pas pour toi, sinon je te démonte direct, compris ? » Ses ongles qui s'enfonçaient dans la peau de son cou le faisaient souffrir mais le prince était bien trop fier pour le reconnaître. D'autant plus lorsqu'il devait la douleur à une femme. Et puis, sa relation avec Weiss était basée sur une compétition permanente et le maître du feu ne voulait surtout pas lui donner des raisons de penser qu'elle lui était supérieure. Ce qui était complètement faux, de plus. L'attitude hargneuse de la brune le faisait rire, d'autant plus qu'elle n'arrivait que guère à cacher la jalousie qui la saisissait. Pourtant, Weiss connaissait Maven, probablement mieux que quiconque. Le blond était d'une loyauté sans failles, d'une fidélité qui ne pouvait être mise à l'épreuve. Les autres femmes étaient invisibles à ses yeux, il ne voyait que par la terrible verte, reine de son cœur. « Est-ce que c'est de la jalousie que j'entendrais dans ta voix, par hasard ? » Un petit sourire triomphant éclairait son beau visage. Weiss n'était pas vraiment du genre à s'étaler sur ce qu'elle ressentait. Et Maven était bien trop craintif pour s'exprimer à ce sujet. La seule façon qu'il avait pour comprendre les émotions qui traversaient la belle mêlée était de lire sur son visage, dans les flammes qui animaient toujours ses yeux. Ses joues rouges trahissaient sa jalousie, à l'idée que Maven puisse batifoler avec d'autres qu'elle. Mais bien rapidement, elle reprit une certaine contenance. Habituée à vivre au palais royal, Weiss avait appris à dissimuler ses émotions, à afficher un visage parfaitement lisse. « Ou peut-être que t'as peur de ne pas savoir me gérer si je te laissais faire ? » Son toucher redevint plus tout. Visiblement, elle semblait avoir abandonné l'idée de séparer sa tête du reste de son corps. Et le prince n'allait pas s'en plaindre. Elle posa ses lèvres sur les siennes, lui caressa la tête comme à un gentil animal obéissant. Mais Maven ne s'en formalisait pas. A vrai dire, il ne voyait même pas ce que ce geste avait de dégradant. Trop avide d'affection et de caresses, le monstre Oshun n'était en réalité qu'un homme naïf. Drôle de tempérament, lorsque l'on savait qu'il était associé à une soif perpétuelle de sang et de violence. La bête au cœur désespérément humain. « Même si on est pas de la même league, j'adore jouer avec toi. » (...) Son premier anniversaire de couple. Un an de pseudo-amour, de sexe bestial et de crises d'ego. Isaure avait prétendu que ce n'était pas à cela qu'une relation était censée ressembler, mais qu'en savait-elle, au fond ? Maven se sentait bien avec Weiss, parfaitement compris. Libre d'être lui-même, de laisser ses démons s'exprimer. « Est-ce que tu vas enfin me laisser démembrer Cal ? Ou tu as ta mère ligotée quelque part dans une cave ? Hmm... Je taperais bien dans Wanda comme ballon mais ses seins risquent de se dégonfler. Je suis même pas sûre que ça soit agréable. » Le prince se laissa aller à rire à gorge déployée. La plupart des filles auraient été horrifiées de recevoir un pareil cadeau d'anniversaire. Mais Weiss, elle, semblait ravie. Maven savait qu'il avait vu juste. La belle avait un instinct impulsif et violent. Et surtout, elle était obsédée par certaines cibles. Une espèce de désir de vengeance, qui ne faisait que s'accroître au fil des ans. « Ma mère est intouchable, tu le sais bien. Trop surveillée. Par contre, attraper Wanda a été un jeu d'enfants. Il a suffit que je lui donne un rendez-vous en prétendant être l'un de ses nombreux amants. Tu pourras confirmer ta théorie sur sa poitrine, comme ça. » Il allait offrir sa sœur en pâture à la femme qu'il aimait et ne voyait même pas de problèmes à cela. Prêt à tout pour satisfaire les rares personnes qui comptaient pour lui, Maven était même prêt à trahir sa famille pour cela. « Quant à Cal et un certain mêlé que tu hais également... Ils sont enfermés dans un entrepôt que j'ai loué pour la soirée. Loin de toute civilisation. Tu pourras les faire crier autant que tu le souhaites. » Un grand sourire fier de naître sur ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
green
avatar
green
‹ MESSAGES : 734
‹ AVATAR : lee sung kyung, my bby.
‹ CRÉDITS : av (queen manojito)

‹ AGE : vingt-huit ans.
‹ STATUT : indépendante et solitaire, aucun être n'a su faire battre son cœur.
‹ SANG : mêlé au sang usé, trahi et exploité.
‹ COMPETENCES : attaquant (niv. 3), intimidation (niv. 2), vigilance (niv. 1)
‹ METIER : adiutor, garde du corps et protectrice de la princesse du feu, espion de la ligue à la cour et enfant invaincue des arènes.
‹ ALLEGEANCE : à elle-même, à la princesse puis aux mêlés. l'ordre peut varier selon les circonstances.
‹ ADIUTOR : la princesse au sang bleu, isaure oshun.
‹ POINTS : 1980

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:

MessageSujet: Re: ain't no rest for the wicked (meiss) Lun 18 Sep - 17:31

Tout ça n’était qu’un jeu. Un jeu tellement dangereux. Un jeu qui méritait d’être joué. Un jeu qu’elle perdait. « Est-ce que c'est de la jalousie que j'entendrais dans ta voix, par hasard ? » Elle détourna le regard, mine de l’ignorer mais quiconque la connaissait savait. Atteinte d’une jalousie sauvage qui allait la consumer si elle la laissait, Weiss se perdait dans une obsession bestiale. Maven, le prince. Son prince. L’idée de l’imaginer avec autre qu’elle la rendait folle de rage, mais pour le bien-être de ce jeu vicieux qu’ils jouaient elle prétendait être désintéressée. « Baise tout ce qui bouge, j’en ai rien à foutre. » dit-elle, en cachant un sous-entendu qui lui déconseillait fortement de suivre ses paroles. Elle arracherait la tête de toutes les filles qu’ils toucheraient et ne se retiendrait pas de l’écorcher vif, quitte à se faire arrêter pour trahison et être renvoyée dans ce trou avec Isaure. Elle l’aimait à ce point et c’en était tellement dégoûtant. Elle se dégoûtait. Etre autant entichée d’un homme jusqu’à être prête à l’enfermer dans une cage pour l’avoir qu’à elle. Mais il ne sera jamais sien, pas vraiment. Tout le lui rappelait. Il était le fils de l’Impératrice, un sang bleu et bientôt il sera envoyé loin, très loin. Ses jours avec lui étaient comptés. Trois cents soixante-quatre jours déjà. Combien de temps lui restait-elle avec lui ? Elle voulait plus, encore plus, toujours plus. Cette pensée lui arracha un sourire amer qu’elle dissipa aussi vite qu’arrivé. « Ma mère est intouchable, tu le sais bien. Trop surveillée. Par contre, attraper Wanda a été un jeu d'enfants. Il a suffit que je lui donne un rendez-vous en prétendant être l'un de ses nombreux amants. Tu pourras confirmer ta théorie sur sa poitrine, comme ça. » Weiss prit un air boudeur, comme un enfant à qui on avait refusé un jouet. Wanda n’avait jamais été la plus intelligente des Oshun mais elle avait le mérite d’être déjà plus rusée que Maven. Weiss ne savait pas si elle devait se sentir fière ou menacée par ces petits stratagèmes. Peut-être que Maven savait réfléchir après tout, ou peut-être était-il poussé par l’instinct du chasseur prêt à tout pour sécuriser sa proie.  « Loin de moi l’envie d’insulter ta sœur mais elle est vraiment conne parfois. » Elle prit une grande inspiration, cachant sa déception. Wanda était tellement facile à attraper qu’elle en avait perdu son excitation. « Quant à Cal et un certain mêlé que tu hais également... Ils sont enfermés dans un entrepôt que j'ai loué pour la soirée. Loin de toute civilisation. Tu pourras les faire crier autant que tu le souhaites. » Un sourire revint doucement sur ses lèvres. Cal et Naos étaient déjà des jouets plus intéressants. Cal était toujours hors limite, la seule fois où elle a pu le toucher était ce jour où elle a envoyé une claque de la part de Cal. Naos, à côté, avait tellement été tabassé que l’activité en avait perdu de sa saveur. Elle s’amuserait à lui montrer son impuissance, son incapacité à protéger Cal alors que celui-ci est juste à côté. « Tu sais comment faire plaisir à une femme. » Elle s’agrippa à son cou et se mit à l’embrasser passionnément, laissant ses doigts se balader un peu partout sur son corps. Puis elle rompit tout à coup le baiser et plongea son regard noisette dans les yeux de Maven. « On commence par qui ? » Un sourire enthousiaste apparu sur ses lèvres mais elles n’oubliaient pas leurs besoins lubriques.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ain't no rest for the wicked (meiss)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PINNED UNDER THE WEIGHT :: into the past :: flashbacks :: rp alternatifs-