AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
bon anniversaire pinned!
Le forum souffle sa première bougie grâce à vous ! Merci pour votre investissement sur le forum et pour tous ces rps qui nous font rêver ! Et parce qu’un an, ça se fête, n’hésitez pas à participer aux quelques animations mises en place ! En route vers d'autres belles années !

Partagez| .

i waited for you. i was expectation. i was your steps. i was hunger. (os)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
air nation
avatar
air nation
‹ MESSAGES : 581
‹ AVATAR : holliday grainger
‹ CRÉDITS : afanen (ava), astra (sign.)
‹ COMPTES : sabah khodja

‹ AGE : Vingt-cinq sévices, le faciès poupin et l’œil torve aux reflets de jade, lueurs fauves des diables captifs. Immaculé éclos, nantis de l'obscur, magnificence réprouvée que l'on conjoncture ingénuité. Succube laiteuse, souveraine du candide illusoire.
‹ STATUT : Fiancée. Imbroglio des idylles, hyménée enjoint dans la mécaniques des alliances, noces qui ne peuvent être irréversibles. Patronyme qu'elle ne lui a point cédé, persistant en ses éréthismes. Céladon dont le myocarde fût dérobé, amours cannibales, querelles ardentes au fatum mortifère, parjure adultérin ayant enfanté l'inenvisageable.
‹ SANG : Amertume crasse de la caryatide se prêtant aux jeux de dupes. Tracassin fantasmagorique, de l'argent l'opprimée véritable. Amaurose volontaire, l'opiniâtre se revendique d'un céruléen sublime, vengeresse terrible.
‹ METIER : Styliste. Bohème, la psyché se radoucit lorsqu'aux soies, elle imprime le nacre des griffes, la pulpe cajolant les étoffes avec la tendresse insensée de quelques harpies folâtres. Prédisposition ostensible pour l'ouvrage, manifeste vipérin du génie, modiste virtuose, épigone légitime de ses pairs.
‹ ALLEGEANCE : Infatuée, sommité des siens qu'elle voudrait irréfragable, qu'elle sait pourtant inachevée. Primesaut mauvais d'enfant gâtée qui se sait destinée à régner, aspirant à auréoler sa flavescente tignasse d'un diadème sien depuis toujours. Ovation sournoise à sa fratrie d'adoption, nécessité préalable à l'avènement de son apothéose viciée, au salut de son propre purgatoire.
‹ ADIUTOR : Athelstan, ocre au poignet, langueur du mêlé qui subit les crises, enchaîné de manière irréversible à sa propre Méduse.
‹ POINTS : 1657

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: i waited for you. i was expectation. i was your steps. i was hunger. (os) Mar 12 Juin - 0:49


You who were darkness warmed my flesh
where out of darkness rose the seed.
Then all a world I made in me;
all the world you hear and see
hung upon my dreaming blood.


Judas a les yeux si bleus.
D'ces bleus infinis, ces bleus capricieux.


Portes closes, thébaïde assassinée drapée de l'obscur. Derrière les murs, on geint et on pleure la perte de l'aimée, fille prodigue qui ne reviendra jamais. On accuse le coup, on se prépare à immoler les traîtres en agitant vainement l'index vers les tout-désignés monstres, assassin, lâches, meurtriers. Ces milliers de choses et toujours pas assez, pas assez pour venger l'honneur bafoué, pour tarir ces larmes feintes par centaines en ces cosmos négligeant qu'on prétend plèbes, courtisans et familiers. Lueurs enfants mirant l'horizon où quelques raidillons s'esbignent, voguant vers d'autres aires où sa place n'est plus à briguer. Pas qu'elle ait honte, l'ingénue, pas qu'elle s'effraie qu'on lui porte la moindre haine, qu'on prétende la dépouiller de quelques oripeaux. Il n'est rien qu'elle n'a laissé en ces murailles pâles, si ce n'est le ressentiment le plus amer. Cadet nié par l'essaim, polarisé par les esquisses ébauchées à l'idéal mensonger, âme guerrière encensée par la fièvre qui ravage et assassine en leurs rangs. Il est des fléaux pires que les guerres aliénant des contrées entières, il est celui, impalpable aux premiers abords quoique plus subversif encore, des dissensions domestiques. Davantage cruelles par leurs offenses, chiennes par leurs outrages, elles assassinent le frère, l'époux, conduisent le candide en ses naïvetés juvéniles à entacher ses paumes d'un carmin insoluble pour l'amour de l'être, l'unique, l'aliénation. L'amant. Ô jeunesse sacrifiée. Remembrances dissolues des enfances inoffensives quoique mouvementées, à cavaler sur le marbre, battant le pavé avec la détermination brutale se saisissant en l'instant présent de sa carcasse désarticulée. Fuite, angoisse étreignant le myocarde, demeures qu'elle délaisse pour mieux disparaître dans la ville, se mêler à la foule, non délestée de son ombre. Ambroise adoré. Reprendre haleine une demi seconde, maintenant l'appui sur le dossier d'un fauteuil déglingué. Tachycardie. Ce n'est pas tant qu'elle l'a haïe, leur monarque trépassée, pas qu'elle reste insensible à la tragédie, énième acte d'une série qui ne faisait que commencer. Éternelle sensation d'avoir été spoliée, gamine écartée de promesses miroitées, reconnaissance niée du père, grossièreté asthénique de la mère. Elle aurait voulu lui dire davantage, lui crier ses rages et ses peines, bousculer ses préciosités de reine. Le temps des remords n'était plus et elle ne pleurerait guère, parce qu'au maelstrom des émotions se mêlait l'intime vendetta du daron déporté. Modèle condamné, ires adulescentes éveillées dès lors. Pardon qu'elle ne lui offrirait jamais.

Paupières closes, fourmillements aux membres endoloris. Reins broyés, déviation aggravée des épines lombaires. Vertiges éteints, avancée brutale dans la foule. Dextre relevée, benjamin frayant avec difficulté son chemin au cœur vivant de la citadelle, c'est non sans accrocs qu'ils progressent, chaque pas plus rude que le précédent. Chaleurs des jours nouveaux, troubles réguliers, c'est ensuquée qu'elle supplie de s'immobiliser, l'épigastre martelée, raviné par la géhenne dont on ne s'effraie plus. « Encore ? » murmure l'autre. « Je vais aller chercher quelqu'un, qu'on te ramène. » Plainte réitérée, les jambes si lourdes qu'elle se mordait – à nouveau – les doigts. Trop entêtée. Ombre qui disparaît, détale sans attendre à la recherche d'une aide quelconque, porteurs, soutiens, piliers. Tachypnée happant la douce, migraine criminelle, confondue dans ses éréthismes conjoints à en ignorer les moiteurs caractéristiques.

Mille soleils noirs marquant l'extinction de ces jeunesses sauvages, ces folles années meurtrières. Mère nouvelle rejoignant le sable, arabesques léchant la poussières alors que dix mains se tendent, retiennent la carcasse accidentée. Il n'est pas là. Ne revient pas. C'est qu'elle lutte, la blonde Valaeris, devient furie en exigeant qu'aucun ne la touche, ne prétend pas concéder la moindre attention aux gesticulations de la populace qui s’affaire pour mieux lui venir en aide. Soufflet opposé à l'affront du minois horrifié. Un semblant de chienne mettant bas en place publique. Poupée vivement soulevée, transbahutée avec ces maladresses tendres de vilains jusqu'à la première cahute. Paillasse sommaire, plainte étouffée alors qu'elle cherche désespérément la moindre gueule connue. S’époumone soudainement à la vision d'une cascade de fils d'or. Asteria. Paumes aussitôt saisies, calme qu'on tente de faire éclore chez la harpie qui se tord de douleur, mesure singulière de la vitalité de l'héritier. A quelques mètres, psalmodie murmurée, implorant quelques déités de bénir les lieux. Médecin qu'on annonce déjà, qu'on lui promet d'être le meilleur. Assez. Elle n'écoute déjà plus. Que sont les promesses, si ce ne sont des mensonges supplémentaires ? Assez de mots, quand elle ne veut rien d'autre que celui qu'elle a trop aimé, et pourtant. Il a tout ruiné. Sabordé les amours, décimé ces quelques rêves de môme toujours lovés sous ses oreillers. Va, je ne te hais point. Elle sait, en son for intérieur, que ce n'est qu'un temps, rien qu'une passade, un caprice pour faire enrager ses pairs avant d'être rattrapé par ses propres démons. Il ne tardera pas à partir, comme il l'a toujours fait, comme à chaque fois qu'il lui a houspillé le cœur, et ça ne l'empêche pas d'ébaucher un sourire teinté de souvenirs amers lorsqu'elle le voit débouler, suivi de près par sa propre dualité. Le souffle court, le cœur au bord des yeux. Il est beau, Eros, un peu trop sans doute, lorsqu'il se penche sur son visage défait, teinté de larmes. Elle refuse les cris et les remontrances, s'apprête à réfuter avec vigueur l'accusation véridique de l'escapade qu'elle avait fomenté malgré ses interdictions, sans besoin de le faire car il se tait. Il sait. Paupières closes, elle attend, quelque chose, quelqu'un, mais il n'y a que le sang. Entre ses guibolles désapées, un monde qui s'éveille. Dans le vacarme, les intonations cinglantes, la populace qu'on jette sans patience aucune au dehors des murs, Achille terrible qui s'assure qu'on s'éloigne, qu'on rende le calme à l'indisposée. Que ferait-elle sans lui et lui sans elle ? Spectateur de chaque ères, promesses d'enfants résonnants à perpétuité. C'est qu'elle l'aime sans doute mieux que d'autres, parce qu'il devine sans qu'elle n'évoque, qu'il formule sans qu'elle ne réclame. Une partie d'elle. Une partie de lui. Tempête sous le crâne, Elvira n'est déjà plus, presse significativement les paupières, se figure la physionomie d'une autre. Voudrait retourne au giron de sa désillusionnée de mère. C'est qu'elle n'ont jamais rien eu d'autre qu'insipide. Pas de caresses, pas de mots doux. Galya était aussi brisée par ses noces qu'Elvira pouvait lui concéder d'importance – terreur de ne pas savoir aimer l'avorton tailladant ses chairs. La faute au père, papa, papa adoré. Mémoire de la doucette aux yeux rougies face à l'homme. Face aux cris. Beuglements de l'empiriste qui s'affaire à extirper de là le fruit de ses amours dévastées, implorant la mère absente – insensible aux revendications de ses cinq témoins d'éternité – de commencer à s'activer. Sursaut de conscience, broyant avec une précision mécanique chacune des phalanges offertes à sa poigne, rendant coup pour coup, morsure de louve blessée, successivement à l'aimé autant qu'à la moitié. Rivages laiteux dévorés par des centaines de perles, cristal singulier rarement affiché. Géhenne improbable qu'on aurait jamais su connaître, tourment de ces femmes qui ne deviennent véritablement mères que par le déchirement de leurs soies, ces lacérations grandissantes et leurs aboutissants. Un dernier cri, une énième poussée, et c'en est fini.

Un miaulement, une plainte, mouflet vigoureusement frictionné pour le réchauffer avant qu'on ne l'abandonne sur la poitrine dolente de sa mère qui dès lors, sait qu'elle lui sacrifiera tout. Elle se l'est d'ors et déjà juré, car en l'instant, son seul roi est né.

Judas a les yeux si bleus.
D'ces bleus infinis, ces bleus capricieux.
Un soupçon de chagrin, un soupçon d'amer,
puisque rien ne vaudra jamais ces yeux verts.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

i waited for you. i was expectation. i was your steps. i was hunger. (os)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PINNED UNDER THE WEIGHT :: aksana :: Aerinstin :: Hsratar-