AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
bon anniversaire pinned!
Le forum souffle sa première bougie grâce à vous ! Merci pour votre investissement sur le forum et pour tous ces rps qui nous font rêver ! Et parce qu’un an, ça se fête, n’hésitez pas à participer aux quelques animations mises en place ! En route vers d'autres belles années !

Partagez| .

it all falls down but you raise me up ♖(one shot)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
water mutant
avatar
water mutant
‹ MESSAGES : 652
‹ AVATAR : Boyd Holbrook
‹ CRÉDITS : (babine) avatar - (astra) codes signa - (tyrell babe) gif signa - (vesperal) gif profil
‹ COMPTES : Pollux le leader rebelle // Murtagh le sauvage

‹ AGE : Il vient tout juste de passer la porte de la trentaine. Ce sont donc trente années qui s'écoulent dans ses veines.
‹ STATUT : Ancien célibataire endurci, volage du premier regard. Son coeur est tombé pour elle, Svea Oshun, et aujourd'hui il se meurt de sa disparition. L'amour fait mal et il le sait à présent. Pourtant son myocarde bat encore, perdu entre douleur et déni.
‹ SANG : Bronze et impunément fier de l'être. Il l'était. Dorénavant il n'y a plus que la honte et la différence.
‹ POUVOIR : L'eau, cette si belle clarté, a laissé place à la souillure du sang. Liquide carmin capable d'être bafoué entre ses mains d'un simple regard. Emotions qui trahissent et angoisses qui s'enlaidissent. Il n'en voulait pas il n'a rien demandé. Virus d'un rien, chagrin de demain.
‹ METIER : Gardien à la prison du Palais des Griffith se trouvant à Greenstall.
‹ ALLEGEANCE : A lui-même. Il espionnait pour la résistance, se prétendait à la fois ami de la couronne et rebelle. Il mène son monde à la baguette, autant que faire se peut, mais à force de croire aux autres il a fini par se rendre compte que le pouvoir appelle le pouvoir. Gouvernement ou Résistance, il semble prendre le parti de sa propre survie. Dorénavant leader invisible des Sparrows dont le monde ignore l'existence.
‹ ADIUTOR : Airen Lokarth. Il l'a haï durant des années, le considérant bien plus comme un parasite qu'autre chose. Ils se sont disputés, parfois cognés il doit bien l'avouer, mais aujourd'hui il ne saurait plus le quitter.
‹ POINTS : 1866

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: it all falls down but you raise me up ♖(one shot) Jeu 7 Juin - 22:57

Nikolai

it all falls down but you raise me up


Greenstall. Eartanera, pays de la terre au climat qui ne devrait pas lui être inconnu et qui l’est pourtant en tout. Nikolai ne vient pas de ce monde, Aguarinui originel qui s’est plus ou moins habitué à la chaleur de Flammaerin. Cité qu’il a dû fuir. Qu’ils ont dû fuir pour espérer rejoindre une terre à même d’accepter la différence qui souillait dorénavant son sang. T’es pas un monstre. Alors la prochaine fois que tu penses un truc comme ça, je t’en fous une. Les mots résonnent encore dans un coin de sa caboche tandis qu’allongé sur le dos il triture du bout des doigts la cicatrice qui est venue se former au niveau de sa main. Pensif, il ne parvient pas à dormir, allongé sur ce qu’il considère comme une rigolade, un vulgaire bout de matelas qui leur sert pour l’instant de lit. Et dire que Svea voulait l’accompagner tout de suite… Son égo n’aurait pas supporté qu’elle voit la misère temporaire dans laquelle ils vivaient tous deux en attendant de pouvoir aménager proprement la maison. Au moins avaient-ils déjà un toit, ce qui en soi, était plutôt une bonne chose. Réfléchir à ce qu’ils vont bien pouvoir faire est un moyen d’échappatoire comme un autre alors que les prunelles azures glissent jusqu’à son voisin qui lui tourne le dos dans son sommeil. Il sent sa chaleur jusqu’ici bien qu’ils ne soient pas collés, Nikolai maintenant une certaine distance avec Airen, sauf probablement quand il dormait car d’ordinaire lorsque le blond était dans un profond sommeil il n’était pas certain qu’il ne se rapproche pas, par réflexe, vers la source de chaleur à proximité. T’es pas un monstre. T’es pas un monstre. Il a beau se répéter les paroles en boucle et en boucle, l’ancien maître de l’eau a bien du mal à y croire. En un claquement de doigts, tout a basculé pour lui, et bien qu’il tente de mettre de l’ordre, bien qu’il tente de se persuader du contraire, il n’y parvient pas encore. Là, s’il le voulait, il suffirait d’un regard pour que son ancien adiutor se vide de son sang sur le matelas. Purement et simplement. Endormi il ne sentirait même rien. Cette seule pensée lui arrache un frisson et il se redresse, bientôt assis dans le lit, littéralement pris d’une sueur froide. Lentement, sa main abîmée vient courir le long de son visage qui a un tantinet pâli, puis il évite de tourner la tête pour regarder le brun encore allongé. Ce n’est pas l’envie qui manque, de la fixer, d’analyser. Nikolai ne s’est rendu compte que depuis quelques semaines qu’il n’a en vérité jamais pris le temps de le regarder distinctement plus de deux minutes. Avant. Avant il l’exécrait, le maudissait d’être lié à lui dans la vie comme dans la mort. Il ne comprend pas bien comment ils en sont arrivés là, et il n’a d’ailleurs toujours pas la réponse au pourquoi Airen fait-il ça. Il ne sait pas. Ils ne savent pas.

Avec le plus de discrétion possible, le blond se tourne pour être dos au mur et assis en tailleur. Sans le vouloir, l’un de ses orteils heurte Airen encore sagement endormi et il se fige, grimace déformant son visage à l’idée qu’il puisse le réveiller. Mais le brun ne bouge pas d’un pouce, immobile et visiblement dans un sommeil aussi profond que ceux dans lequel Nikolai peut se trouver de temps à autre. Car il ne va pas se mentir, il dort moins bien qu’avant, et ça se lit sur sa tronche, perpétuellement. En silence, il se perd à observer ce dos tourné qu’il lui présente, laissant ses yeux glisser sur chaque ligne de muscle dans le seul but de s’occuper et penser à autre chose que sa peur bleue de faire une connerie avec son pouvoir. La perte de contrôle est probablement l’une de ses plus grandes craintes puisqu’elle l’a toujours suivie, depuis l’enfance. Son père en avait fait un point d’honneur. Son père, sa mère, son frère et sa sœur, tous encore à Aguarinui, et lui sans nouvelles. Il doit être haï, le serait probablement encore plus avec sa mutation, il en est certain. Comment diable Airen voudrait-il qu’il arrête de se considérer comme quelque chose qui ne devrait pas exister ? Par les Sept, ce que l’ironie peut être belle, Halwyn forcé de comprendre le sentiment que peuvent avoir tous les mêlés en ce bas monde. Il aurait dû se souvenir. Se souvenir que fût un temps où il traînait bien plus avec des êtres humains comme Airen que la majorité détentrice du sang, à l’époque jugé comme béni des dieux. Où est passé ce Nikolai qui n’en avait que faire des préjugés ? Où est passé ce Nikolai bien plus adepte de la tolérance qu’il ne le pense ? Où est-ce qu’il est ?

C’est en pensant à Svea puis en continuant d’observer le mêlé endormi qu’il semble le retrouver. Un peu. Un bout de lui-même. Ce bout qui lui manquait encore pour voir plus loin que le bout de son nez. Le monde ne file plus droit et même s’il est à Eartanera, il n’approuve qu’une petite partie des principes d’Adonis Griffith. Il n’est là que parce qu’il devait fuir et que Greenstall était la ville la moins apte à le détruire. A les détruire. C’est donc en silence que les idées germent dans son esprit, qu’il sait dorénavant que s’il ne fait pas les choses lui-même il n’arrivera jamais à rien. Le gouvernement, les dirigeants et les résistantes n’ont eu de cesse de le décevoir. Ils finissent tous par rechercher le pouvoir. Le pouvoir, grand bien leur fasse, il le leur laisse, mais il est hors de question que la citoyenneté en paye les conséquences. Nikolai ne veut plus craindre un châtiment de la part du haut Sacerdos quand il se rend à un mariage. Il ne veut plus craindre pour sa différence. Que le virus ait tout détruit ne change rien ou fait tout comprendre. Airen est et restera son adiutor, qu’ils s’insultent, se disputent ou persistent à se chamailler, contre vent et marée. Il restera ce parasite tant détesté qui en définitive est devenu bien plus que ça au fil des années. Non. Nikolai ne s’est pas perdu en route. Il avait juste oublié. Et c’est en silence à contempler le mêlé qu’il a fini par se retrouver. Lentement, il se remet à bouger, s’allonge à même le matelas, cheveux mordorés ébouriffé de n’avoir que trop pensé. Puis, d’un sourire extrêmement malicieux, il vient délicatement poser ses pieds glacés contre les mollets d’Airen. « J’ai froid les pieds. » qu’il prononce simplement face au regard bougon et mal réveillé qu’il s’apprête à prendre. « Arrête de ronchonner, j’ai eu une idée. » qu’il ajoute alors sans jamais retirer ses pieds de la peau chaude du brun.  



AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

it all falls down but you raise me up ♖(one shot)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PINNED UNDER THE WEIGHT :: aksana :: Eartanera :: Greenstall-