AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

we were kids in love (nehidonis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: we were kids in love (nehidonis) Ven 11 Mai - 15:02

we were kids in love
Patronyme 1
feat.
Dénomination 2


 

 



 

 

i don't know where you going, but do you got room for one more troubled soul ? i don't know where i'm going but i don't think i'm coming home.

La voilà assise sur l’herbe fraiche encore humide la rosée matinale. Il faut dire qu’il n’est pas tard mais elle n’arrivait plus à dormir. elle aurait pu rester allongée dans son lit à paraisser, profitant de ce jour de répi accordé au milieu du rythme effrenné des cours, mais impossible pour elle de rester immobile quand ses pensées bouillonnent comme un torrent. Elle passe les heures, les minutes et les secondes à se demander si elle a pris la bonne décision. Ça ne date plus d’hier mais son questionnement perpétuel ne trouve jamais de repos. Elle sait que tout le monte l’exhorterait à ne pas poursuivre cette folie si leur relation était connue de tous, mais elle n’arrive pas non plus à se résoudre à y mettre fin. Elle l’aime. Leur tragédie réside dans ce mot qui a battit comme détruit nombre d’empires. L’amour. Il s’est glissé dans leur coeur insidieusement. Il embellit leur monde tout en réveillant des inquiétudes terribles. Elle voudrait pouvoir rêver sans que la réalité ne se rappelle sans cesse à elle. Son étreinte, sa protection, ses baisers, rien n’est une armure assez solide contre les flèches de la réalité. Un bouclier tout au plus, mais elle a constamment peur qu’il se brise. Et pourtant elle ne se remettrait pas de le perdre. Voilà pourquoi elle s’est montrée très réticente à reconnaître la réciprocité de ses sentiments envers Adonis Griffith. Elle savait bien qu’à partir du moment où elle l’admettrait dans son fort intérieur, le retour en arrière ne serait plus possible. Mais vaut-il mieux étreindre des rêves pour un moment fugace ou brûler toute sa vie d’amour en silence ? La première fois que leurs lèvres se sont rencontrées, maladroitement, elle a tout oublié de la logique. Les sentiments se sont échappés comme une nuée d’oiseaux de sa précieuse boite de Pandore personnelle. Sa maîtrise jusque-là si parfaite des attitudes et des réactions s’est écroulée. Entre ses bras tout devient différent. La liberté lui mord le coeur avec une cruauté presque agréable. Elle vit des moments qu’elle n’aurait jamais ne serait-ce qu’espérer vivre. Bien que la peur ne soit jamais loin. Il est prince admiré quand elle est roturière attachée à sa famille par son sang. Admiré même par elle. Puisqu’elle pourrait le suivre jusqu’au bout du monde s’il lui demandait. Parfois cette quantité impressionnante d’amour l’effraie. D’autant plus quand elle se rappelle que l’avenir d’une telle relation est plus qu’incertain. D’autres fois elle s’imagine qu’ils pourraient avoir un futur. Et elle se roule en boule, tiraillée entre les affres de la réalité et l’envie d’y croire. Ce sont ce genre de considérations qui sont aptes à la tirer si tôt du sommeil. Elle s’est étendue sur l’herbe pour pouvoir réfléchir dans un climat un peu moins oppressant que celui d’une chambre. Les nuages ont déserté le ciel ce matin, et les rayons du soleil offrent déjà une légère chaleur réconfortante. Comment échapper au piège de l’amour quand on veut tant que ça ne s’arrête jamais. Elle soupire. Plus elle pense à lui et plus elle désire sa présence auprès d’elle. C’est un cercle vicieux qui ne prendra jamais fin.
©️ Gasmask


Revenir en haut Aller en bas
administrator
avatar
administrator
‹ MESSAGES : 7545
‹ AVATAR : dylan o'brien
‹ CRÉDITS : (av) self / (icons sign) self / (gif profil) tumblr
‹ COMPTES : star n'zuzi (spoiler alert: c adonis le plus sympa oopsie)

‹ AGE : Il a eu 26 ans le 23 septembre dernier. On a tendance à lui donner plus, à penser que l'homme qui a déjà vécu autant a plus d'années au compteur mais Adonis est pourtant toujours jeune. Il comble l'inexpérience par l'ambition et le culot.
‹ STATUT : Marié à une femme qu’il aime, certes, mais son coeur se consume d'un amour interdit pour l'empereur tombé.Izolda est sa meilleure alliée, mais elle n’est pas lui. Après avoir passé des mois à tenter de l’oublier, Adonis se livre enfin à ses sentiments. Tout entier, sans barrière, sans retenue, quitte à finir avec le coeur en tas de cendres.
‹ SANG : C'est d'un bleu roi que son hémoglobine est teintée, comme cela aurait toujours du l'être. Le Griffith a récupéré sa couronne au prix fort, mais au moins tout cela n'a pas été vain.
‹ POUVOIR : Quatre semaines douloureuses ont transformées la vie d'Adonis à tout jamais. Le fier Eartanarien a perdu sa belle légitimité à cause d'inconnus. La colère qui brûle dans ses veines transforme sa terre adorée en une lave brûlante.
‹ METIER : Il y est arrivé, le but ultime est atteint avant même sa trentième année. Roi d'Eartanera, Adonis assoit son pouvoir sur la nation qu'il aime tant.
‹ ALLEGEANCE : Lui-même. Adonis a fomenté plusieurs alliances en échange d'une couronne qu'il a enfin obtenu. Plus motivé que jamais, le Griffith refuse de voir la couronne lui échapper. Il a également tout récemment fondé un mouvement activiste pour le bien des mutants à travers tout Aksana, avec Rayna Belikov et Rita Kimora.
‹ ADIUTOR : Aléa Dochain, l'ombre protectrice, capable de tout pour lui. Elle est sa main armée, elle est son réconfort. C'est elle son bras-droit, désormais.
‹ POINTS : 7146

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: Re: we were kids in love (nehidonis) Sam 2 Juin - 2:03

Le réveil est doux, comme toujours, ou souvent en tout cas. Allongé sur le ventre, le bras replié sous son oreiller et le visage à moitié enfoncé dans le duvet confortable du coussin, le brun s’éveille doucement. Il ouvre légèrement les yeux, et laisse un peu de lumière effleurer ses ambres, avant de laisser ses paupières se refermer doucement. Le jeune étudiant est encore trop endormi, mais le soleil taquine ses paupières closes. Il est avide de se refléter dans l’or qui habille le regard du Griffith, et Adonis le sait. Il soupire, et se retourne sur le dos, avant de s’étirer et de, finalement, ouvrir les yeux. Il plisse les paupières, la lumière est éblouissante, mais il s’y habitue rapidement. Et quand c’est fait, le prince qui n’en est pas vraiment un se lève. Il s’étire encore une fois, son pantalon de pyjama tombant un peu plus contre ses hanches alors que son t-shirt se soulève, dévoilant un peu de peau porcelaine. Le brun déglutit, il entame son rituel matinal avec précision. Le pavillon des maîtres de la terre est encore silencieux. Il est un peu à l’écart des autres. Des bronze, parce qu’il est un Griffith et que même ici, ça veut encore dire quelque chose. Le dortoir où il dort n’est pas vraiment un dortoir, d’ailleurs. Ils ne sont pas nombreux à être nobles eartanariens, de son âge, à l’académie. Il partage son dortoir avec les garçons Wheatdrop, et Isaak.

Quand il est enfin prêt, le brun se rend au refectoire, attrape quelques baies, et se rend compte que personne n’est encore là. Il regarde alors enfin la montre qu’il a enfilé rapidement, et se rend compte que si il avait pensé à regarder l’heure plus tôt, il ne serait même pas sortit de son lit. Le soleil vient probablement de se lever, mais Adonis n’est pas quelqu’un qui dort beaucoup, quand les beaux jours reviennent et que le soleil caresse ses paupières pourtant toujours closes. Le jeune homme se rend alors dans le parc de l’académie, il retire ses chaussures, pour laisser la plante de ses pieds faire un avec son élément, et les tient dans une main, alors que de l’autre, il glisse la poignée de baies qu’il a pris avec, dans sa bouche, une à une. Ses pas le mènent vers un endroit où, il y a encore quelques jours, il était avec Nehina. Il y va naturellement, sans doute parce que, depuis qu’il est éveillé, il n’a fait que penser à elle. A son regard clair, ses longs cheveux blonds, si doux sous ses doigts, si doux qu’on pourrait croire qu’il s’agit de filaments de nuages. Il n’a fait que penser à ce sourire qu’elle ne réserve qu’à lui – du moins il le croit et l’espère – et cette manière qu’elle a de prononcer son prénom, particulièrement quand elle tente de résister à ses avances. Pourtant il n’y a plus matière à résister, car il est arrivé à ses fins, et l’objet de ses pensées est sien.

Alors que ses pas le mènent vers leur endroit à eux, le brun se rend compte qu’il n’est pas seul. Un sourire étire ses lèvres alors qu’il la voit allongée dans l’herbe, le soleil faisait briller ses cheveux, et rayonner sa peau. Il s’approche, doucement, pose ses chaussures sur le sol, mais elle l’a entendu. Elle ouvre les yeux, sans doute pour savoir qui est près de lui, mais Adonis ne dit rien, il se contente de se pencher et de poser un baiser sur ses lèvres. Un baiser encore chaste, car ils n’en ont pas encore échangés des tonnes, et qu’Adonis n’est pas encore certain de savoir bien s’y prendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

we were kids in love (nehidonis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PINNED UNDER THE WEIGHT :: playground :: anciens rps-