AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
fermeture du forum
Merci à tous pour tous ces beaux mois passés sur le forum. On souhaite bonne continuation à tout le monde!

Partagez| .

it takes a monster, to destroy a monster (mavonis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
fire nation
avatar
fire nation
‹ MESSAGES : 2086
‹ AVATAR : dominic sherwood.
‹ CRÉDITS : laura bae, dandelion.
‹ COMPTES : esprit, guérison, métal, vol, électricité, intelligence.

‹ AGE : vingt-trois années noyées dans les flammes de la vengeance et de la colère. vingt-trois années livré aux flammes destructrices et impitoyables.
‹ STATUT : pion politique sur l'échiquier géant qu'est l'empire d'aksana, maven est une pièce maîtresse déplacée au gré des jumeaux oshun. autrefois fiancé à elizaveta valaeris, maven se voit désormais fiancé à son premier amour, la reine de son coeur : merle osanos.
‹ SANG : royal, bleu, aussi pur qu'il est possible de l'être. maven est fier de pouvoir s'en targuer. au-dessus des autres, il ne cesse de l'afficher sans vergogne.
‹ POUVOIR : ça crépite au bout des doigts, dangereusement. suite à la propagation du virus, le vilain prince du feu a acquis une nouvelle maîtrise de son précieux feu. désormais roi des éclairs, il s'amuse à créer des halos lumineux entre ses doigts abîmés, préparant sa revanche à l'encontre de celui qu'il hait tant.
‹ ALLEGEANCE : la famille oshun, son propre sang. ces deux jumeaux diaboliques. pour la puissance et la royauté. pour la continuation de la grandeur du feu.
‹ ADIUTOR : lara til'illan, la petite terrible. celle qui le détestait. celle qu'il haïssait. celle qui a rejoint les rangs de pollux et qui rêve de se venger.
‹ POINTS : 1170

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: it takes a monster, to destroy a monster (mavonis) Jeu 22 Mar - 19:19





IT TAKES A MONSTER, TO DESTROY A MONSTER
maven & adonis


Il détestait cet endroit. Les moindres recoins de cet austère palais de pierre. Chaque recoin d’ombre semblait contenir un ennemi, prêt à se jeter à son cou. Un intrus, un adversaire, un monstre. L’Oshun savait qu’il était tout cela à leurs yeux. Et bien plus encore. L’incontrôlable fils du feu, le démon de la guerre. Celui qui portait la marque de son inimitié viscérale avec l’enfant prodige. Une balafre et un nez qui plus jamais ne pourrait recouvrir sa splendeur d’antan. Irrémédiablement marqués par cet affrontement ridicule, par cette haine paranoïaque qui avait envahi l’esprit du sanguinaire. De pernicieuses paroles qui s’étaient insinuées dans son âme déjà meurtrie et avaient fait des ravages inconsidérables. Les démons internes s’étaient éveillés, susurrant des paroles destructrices à son oreille. Et la raison l’avait quitté. Entièrement délaissé. Pour laisser place à la folie la plus terrible, la plus indomptable, la plus imprévisible. Maven n’avait plus eu que le visage de l’ennemi séculaire en tête. Délaissant tout et tout le monde. Même son propre sang. Même le grand amour de sa vie. Ironiquement, seul Adonis comptait encore. Et cette obsession malsaine l’avait alors conduit à l’isolement complet. Autarcie complète, seulement troublée par ses sombres pensées. Mais l’homme aux yeux dorés était fort. Capable de supporter les coups. Après tout, il avait été élevé pour cela. Pour maculer ses mains d’un sang innocent, pour le compte de l’infâme famille Oshun. Elevé pour n’être que le bouclier, le bras armé de son frère aîné. Pour se jeter devant Cal, plutôt que de laisser ce dernier être effleuré par le moindre danger. Parce que sa vie n’avait absolument aucune valeur, comparée à celle du charismatique roi de la nation du feu. Il errait, comme l’âme peinée et sans but qu’il était. Errait parmi ces dédales inconnus. Priait pour que chaque lendemain sonne le retour vers sa patrie bien aimée. Il détestait être ici. En terre étrangère. Et d’autant plus depuis qu’il avait aperçu le visage de l’immonde traîtresse, de celle qui avait terminé de détruire le peu d’espoir qui brûlait encore en lui. Désormais, le blond n’était plus rien. Plus rien qu’une âme effectuant ses dernières pénitences. Attendant l’heure où son esprit serait appelé vers un autre monde. Un monde spirituel bien plus adapté à cette humanité débordante, source de toutes ses peines. La lune avait pris son apogée depuis plusieurs heures, désormais, au cœur de la voûte céleste. Et les bras de Morphée continuaient d’être interdit au sanguinaire. D’immenses cernes bleutés ornaient son visage marmoréen. Un visage de cauchemar. Impossible de l’aimer. Aussi repoussant intérieurement qu’extérieurement. Mais il y était habitué, désormais. Et alors que Maven gagnait l’extérieur du palais de Greenstall, il remarqua une silhouette. Seule, abandonnée à une pâleur lunaire. Rapidement, ses réflexes de combattant aguerri se mirent en branle. Genoux fléchis, poings serrés, il s’approcha à pas de loups de l’intrus. Prêt à le mettre à terre, à déchaîner cette violence interne qui ne demandait perpétuellement qu’à s’exprimer. Lorsqu’il reconnût celui dont il avait été l’un des sauveurs. Celui pour qui il avait risqué sa vie. Au nom de l’amour inconditionnel que lui portait Cal. Adonis Griffith. « Tu d’vrais pas rester tout seul. C’est dangereux. » Grognement rauque à la place de la voix velouté de son aîné. Mais il n’était qu’un chien. Un chien qui n’avait pas été éduqué pour la politesse, la politique ou la bonne manière. Dur, brute. Sauvage. « C’est pas prudent, Adonis. Et j’jure que j’viendrais pas sauver tes fesses encore une fois. Va r’trouver Izolda ou Cal ou peu importe. Mais tu peux plus sortir dehors comme ça. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
earth mutant
avatar
earth mutant
‹ MESSAGES : 7607
‹ AVATAR : dylan o'brien
‹ CRÉDITS : (av) self / (icons sign) self / (gif profil) tumblr
‹ COMPTES : star n'zuzi (spoiler alert: c adonis le plus sympa oopsie)

‹ AGE : Il a eu 26 ans le 23 septembre dernier. On a tendance à lui donner plus, à penser que l'homme qui a déjà vécu autant a plus d'années au compteur mais Adonis est pourtant toujours jeune. Il comble l'inexpérience par l'ambition et le culot.
‹ STATUT : Marié à une femme qu’il aime, certes, mais son coeur se consume d'un amour interdit pour l'empereur tombé.Izolda est sa meilleure alliée, mais elle n’est pas lui. Après avoir passé des mois à tenter de l’oublier, Adonis se livre enfin à ses sentiments. Tout entier, sans barrière, sans retenue, quitte à finir avec le coeur en tas de cendres.
‹ SANG : C'est d'un bleu roi que son hémoglobine est teintée, comme cela aurait toujours du l'être. Le Griffith a récupéré sa couronne au prix fort, mais au moins tout cela n'a pas été vain.
‹ POUVOIR : Quatre semaines douloureuses ont transformées la vie d'Adonis à tout jamais. Le fier Eartanarien a perdu sa belle légitimité à cause d'inconnus. La colère qui brûle dans ses veines transforme sa terre adorée en une lave brûlante.
‹ METIER : Il y est arrivé, le but ultime est atteint avant même sa trentième année. Roi d'Eartanera, Adonis assoit son pouvoir sur la nation qu'il aime tant.
‹ ALLEGEANCE : Lui-même. Adonis a fomenté plusieurs alliances en échange d'une couronne qu'il a enfin obtenu. Plus motivé que jamais, le Griffith refuse de voir la couronne lui échapper. Il a également tout récemment fondé un mouvement activiste pour le bien des mutants à travers tout Aksana, avec Rayna Belikov et Rita Kimora.
‹ ADIUTOR : Aléa Dochain, l'ombre protectrice, capable de tout pour lui. Elle est sa main armée, elle est son réconfort. C'est elle son bras-droit, désormais.
‹ POINTS : 7332

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: Re: it takes a monster, to destroy a monster (mavonis) Dim 8 Avr - 16:41

Le réveil avait été doux, et pour cause: il s’était réveillé auprès de son amant. Mais son corps anchylosé des affres de la prison et de la bataille qui avait suivi ne supportait plus d’être allongé, même entre les bras de l’homme qu’il aimait. Alors il avait posé un baiser sur les lèvres d’un Cal encore un peu endormi, et s’était levé pour sortir. Il avait enfilé sa chemise, et son pantalon très rapidement, mais n’avait pas remis ses chaussures. Vieille manie des Eartanariens, que de marcher à pieds nus. Même si il avait perdu son élément, le Griffith continuait à vouloir sentir la terre sous ses pas. Contrairement aux maîtres du métal, ceux qui maîtrisaient la lave ressentaient toujours leur élément, mais étaient simplement incapable de l’utiliser autrement que sous une forme brûlante d’une rage infernale. Le brun se faufila dans les couloirs du palais, presque comme un imposteur alors qu’il était chez lui, et il s’arrêta à l’extérieur, dans les jardins. Ses pieds ressentaient le froid de la terre, humide à cause de la rosée, mais aussi la chaleur qui pouvait si facilement s’en dégager, si ce maître de la lave le décidait. Le jeune homme posa une main sur son épaule abimée, la douleur commençait à se réveiller et il n’avait pas pris ses cachets avec lui. Il grimaça doucement, avant de passer ses doigts sur son nez, dans un geste devenu habituel. Comme si il pouvait en changer la forme, comme si à force de le toucher, il retrouverait sa position initiale. Le brun leva le regard vers la lune, tandis qu’au loin, très loin, l’aube semblait commencer à vouloir pointer le bout de son nez. Le roi ferma les yeux un instant, il était dehors. Dehors. Libre. Le vent caressait doucement ses cheveux, et si il le voulait, il pouvait courir dans une direction, sans s’arrêter, et s’échapper. Il était libre, et depuis déjà son premier séjour en prison, c’était une des choses les plus importantes pour lui. Pourtant, il avait encore le sentiment de sentir les menottes autour de ses poignets, et les frotta avant d’entendre la voix d’un prince qu’il redoutait. Adonis se retourna, un sursaut incontrôlable le pris et il posa son regard sur Maven Oshun. Le coeur du brun battait à tout rompre, alors qu’il eut le réflexe de reculer d’un léger pas, avant de se souvenir que Maven l’avait sortit de sa prison, et l’avait protégé jusqu’à sa victoire. « Je suis en sécurité Maven. » Il le dévisage, un instant. Il ne devrait pas en avoir le droit; c’est lui qui lui a fait cette balafre. Et pourtant, l’ambre glisse de part et d’autre de la grosse cicatrice, et Adonis s’approche avec prudence. « Pourquoi t’es venu, hein? Je pensais que rien ne te ferait plus plaisir que de me tuer, et maintenant…» Il hésite, ses sourcils se froncent doucement. « Et maintenant tu me protèges? » Adonis est perdu, il veut savoir. Il veut savoir si il peut lui faire confiance, où si il devrait reculer, et s’éloigner de cette bête sauvage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fire nation
avatar
fire nation
‹ MESSAGES : 2086
‹ AVATAR : dominic sherwood.
‹ CRÉDITS : laura bae, dandelion.
‹ COMPTES : esprit, guérison, métal, vol, électricité, intelligence.

‹ AGE : vingt-trois années noyées dans les flammes de la vengeance et de la colère. vingt-trois années livré aux flammes destructrices et impitoyables.
‹ STATUT : pion politique sur l'échiquier géant qu'est l'empire d'aksana, maven est une pièce maîtresse déplacée au gré des jumeaux oshun. autrefois fiancé à elizaveta valaeris, maven se voit désormais fiancé à son premier amour, la reine de son coeur : merle osanos.
‹ SANG : royal, bleu, aussi pur qu'il est possible de l'être. maven est fier de pouvoir s'en targuer. au-dessus des autres, il ne cesse de l'afficher sans vergogne.
‹ POUVOIR : ça crépite au bout des doigts, dangereusement. suite à la propagation du virus, le vilain prince du feu a acquis une nouvelle maîtrise de son précieux feu. désormais roi des éclairs, il s'amuse à créer des halos lumineux entre ses doigts abîmés, préparant sa revanche à l'encontre de celui qu'il hait tant.
‹ ALLEGEANCE : la famille oshun, son propre sang. ces deux jumeaux diaboliques. pour la puissance et la royauté. pour la continuation de la grandeur du feu.
‹ ADIUTOR : lara til'illan, la petite terrible. celle qui le détestait. celle qu'il haïssait. celle qui a rejoint les rangs de pollux et qui rêve de se venger.
‹ POINTS : 1170

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: Re: it takes a monster, to destroy a monster (mavonis) Jeu 19 Avr - 23:00





IT TAKES A MONSTER, TO DESTROY A MONSTER
maven & adonis


« Je suis en sécurité Maven. » Pour toute réponse, le gamin sauvage grogna. Il était sur le qui-vive, scrutant l’obscurité qui les engloutissait, petit à petit. Les ténèbres s’enroulaient autour d’eux, dangereuses entités qui obstruaient la vision de l’enfant du feu. Parce que sa nouvelle grande vocation, dans son existence délabrée, emplie de trahisons et de déceptions, était de préserver la vie de celui qui avait été son plus grand ennemi, sa Némésis. Terrible et cruelle ironie du sort. Mais il ne faisait pas cela pour le nouveau roi de la terre. Seulement pour son frère aîné, le grand et merveilleux Cal Oshun. Parce qu’Adonis était le grand amour de sa vie et que s’il était amené à le perdre, alors son univers s’effondrerait. Peut-être même que le roi du feu viendrait à en crever de douleur. Et l’Oshun ne voulait pas que son frère connaisse cela. Jamais. Parce qu’il en faisait lui-même actuellement les frais. Et que le jeu n’en valait pas la chandelle. Tomber amoureux pour finir par mourir de cette même maladie. La reine des océans ne lui avait pas seulement brisé le cœur. Elle l’avait anéanti dans son entièreté. Désormais, le grand guerrier n’était plus qu’une ombre, une vague réminiscence de l’homme qu’il avait été autrefois. Mais Maven n’était plus rien, désormais. Plus rien qu’une âme errante qui attendait simplement que la grande faucheuse vienne le retirer de cette horrible existence qui était la sienne. Il allait bientôt exhaler son dernier souffle. Chaque fibre de son corps le lui criait. Mais il n’était pas effrayé, le belliqueux. Il entrevoyait ce moment comme une véritable délivrance. Mais, en attendant, il comptait bien veiller à la sécurité de celui qui lui avait apposé sa marque éternelle sur le visage. Grande balafre immonde qui ourlait sa blanche d’écume. Tous le dévisageaient. Comme si sa monstruosité intérieure était enfin peinte à l’extérieur. Même l’auteur de tous ces troubles était troublé, face à cette vision effrayante. Mais le prince du feu en avait l’habitude, désormais. L’habitude de n’être considéré que comme un chien, une arme de guerre légèrement endommagée, mais toujours en état de marche. Et c’était là le principal, pour la plupart des âmes peuplant Aksana. Parce qu’ils ne le considéraient nullement en tant qu’humain. Alors même que son âme était probablement la plus loyale et bienveillante de cette corbeille de crabes. « Pourquoi t’es venu, hein ? Je pensais que rien ne te ferait plus plaisir que de me tuer et maintenant… Et maintenant tu me protèges ? » Maven haussa les épaules. Malheureusement, celui qui lui faisait face était incapable de décrypter son langage corporel. Or, le sauvage n’aimait guère utiliser la parole pour exprimer ce qu’il pouvait ressentir. Les mots étaient trompeurs, trop propres à l’interprétation et aux quiproquos. Isaure savait lire en lui. La grande traîtresse, également. Et même ce frère qu’il commençait seulement à véritablement redécouvrir. « C’est pour Cal. J’lui ai promis d’te protéger. S’il t’arrivait quelque chose, il s’en r’mettrait pas. Si tu mourrais, cet idiot s’rait bien capable d’se tuer pour rester avec toi. » Nouveau grognement. Protéger Cal aurait été trop difficile, en cas de mort imminente de son roi adoré. Alors, pragmatique comme il l’était, Maven s’intéressait presque exclusivement à Adonis, désormais. Peut-être n’était-il pas la plus vive lumière de l’ancien empire, mais son esprit avait été entraîné à réagir en soldat. Envisager les risques et s’adapter en conséquences. « Tu s’ras jamais vraiment en sécurité. Surtout maintenant que t’es roi. D’autres viendront pour essayer de te casser le nez. Ou pire. » Le silence les étreignit, l’espace d’un instant, avant que la voix rauque et sauvage de l’Oshun ne se remette à vibrer :  « J’suis désolé, pour … Ca. Et désolé aussi qu’les médecins aient pas réussi à te le remettre bien droit. Mais t’en fais pas. Ca s’voit presque pas. Et j’suis désolé d’avoir été en colère mais j’croyais vraiment tout ce qu’Ils m’ont dit. Qu’tu t’envoyais ma fiancée, qu’tu me manipulais, qu’tu m’en voulais personnellement. Merle m’a fait voir les choses telles qu’elles sont. Enfin, elle le faisait. » Et son cœur qui se serra douloureusement une nouvelle fois, hurlant presque à la mort. Il espérait que tous ses supplices prendraient bientôt fin. Il priait même pour cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
earth mutant
avatar
earth mutant
‹ MESSAGES : 7607
‹ AVATAR : dylan o'brien
‹ CRÉDITS : (av) self / (icons sign) self / (gif profil) tumblr
‹ COMPTES : star n'zuzi (spoiler alert: c adonis le plus sympa oopsie)

‹ AGE : Il a eu 26 ans le 23 septembre dernier. On a tendance à lui donner plus, à penser que l'homme qui a déjà vécu autant a plus d'années au compteur mais Adonis est pourtant toujours jeune. Il comble l'inexpérience par l'ambition et le culot.
‹ STATUT : Marié à une femme qu’il aime, certes, mais son coeur se consume d'un amour interdit pour l'empereur tombé.Izolda est sa meilleure alliée, mais elle n’est pas lui. Après avoir passé des mois à tenter de l’oublier, Adonis se livre enfin à ses sentiments. Tout entier, sans barrière, sans retenue, quitte à finir avec le coeur en tas de cendres.
‹ SANG : C'est d'un bleu roi que son hémoglobine est teintée, comme cela aurait toujours du l'être. Le Griffith a récupéré sa couronne au prix fort, mais au moins tout cela n'a pas été vain.
‹ POUVOIR : Quatre semaines douloureuses ont transformées la vie d'Adonis à tout jamais. Le fier Eartanarien a perdu sa belle légitimité à cause d'inconnus. La colère qui brûle dans ses veines transforme sa terre adorée en une lave brûlante.
‹ METIER : Il y est arrivé, le but ultime est atteint avant même sa trentième année. Roi d'Eartanera, Adonis assoit son pouvoir sur la nation qu'il aime tant.
‹ ALLEGEANCE : Lui-même. Adonis a fomenté plusieurs alliances en échange d'une couronne qu'il a enfin obtenu. Plus motivé que jamais, le Griffith refuse de voir la couronne lui échapper. Il a également tout récemment fondé un mouvement activiste pour le bien des mutants à travers tout Aksana, avec Rayna Belikov et Rita Kimora.
‹ ADIUTOR : Aléa Dochain, l'ombre protectrice, capable de tout pour lui. Elle est sa main armée, elle est son réconfort. C'est elle son bras-droit, désormais.
‹ POINTS : 7332

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: Re: it takes a monster, to destroy a monster (mavonis) Ven 20 Avr - 14:09

Maven a tout d’un bête: l’apparence, certes, mais aussi et surtout le comportement. Le grognement dépréciateur qu’il produit hérisse provoque une chair de poule désagréable le long de l’échine du Grififth, qui laisse ses ambres couler contre la posture tout sauf princière de ce dernier né de la terrible Camilla Oshun. Son comportement et ses mouvements étaient une énigme pour l’homme qui avait passé des mois à soigneusement éviter la présence du guerrier implacable. Survivre à une échauffourée avec lui était suffisante, et Adonis n’aurait jamais poussé sa chance à tenter un second combat, alors que l’Oshun avait derrière lui des années d’entrainements, contre les misérables semaines que se trainait le futur roi de ces terres. « C’est pour Cal. J’lui ai promis d’te protéger. S’il t’arrivait quelque chose, il s’en r’mettrait pas. Si tu mourrais, cet idiot s’rait bien capable d’se tuer pour rester avec toi. » Alors comme Adonis ne sait pas, il demande. Et la réponse lui arrache un brin de sourire qu’il tente cependant de réfréner. Imaginer que Cal l’aimait, l’aimait vraiment, au point d’en crever de désespoir si il venait à quitter cette terre était plaisant. Mais le cœur encore meurtri d’un homme bien trop souvent blessé se rappelle vite à lui, et le sourire se fane aussi brusquement qu’il est arrivé, laissant pourtant dans le regard un éclat brillant, seule stigmate de l’élan de bonheur encore ressenti quelques heures avant, quand l’empereur tombé s’est affranchi de leur secret le moins bien gardé d’Aksana, pour aller poser son amour contre ses lèvres esseulées. Maven continue, cependant, et Adonis le laisse faire. Jamais il n’a entendu cet homme parler autant, pas d’une traite, et ce même quand ils étaient plus proches. Du temps où il devait épouser la précieuse Isaure, et que Maven semblait l’accepter comme futur beau-frère. Un temps révolu depuis ce qui lui semble être des siècles, alors que ça ne faisait même pas un an. « Tu s’ras jamais vraiment en sécurité. Surtout maintenant que t’es roi. D’autres viendront pour essayer de te casser le nez. Ou pire. » Adonis secoue doucement la tête, un souvenir qui n’a plus rien douloureux, imprimé sur son visage, et les doigts qui rejoignent encore et encore l’arrête cabossée de son nez. Il ne peut pas s’en empêcher, Adonis. « J’suis désolé, pour … Ca. Et désolé aussi qu’les médecins aient pas réussi à te le remettre bien droit. Mais t’en fais pas. Ca s’voit presque pas. Et j’suis désolé d’avoir été en colère mais j’croyais vraiment tout ce qu’Ils m’ont dit. Qu’tu t’envoyais ma fiancée, qu’tu me manipulais, qu’tu m’en voulais personnellement. Merle m’a fait voir les choses telles qu’elles sont. Enfin, elle le faisait. » Adonis ouvre la bouche pour répondre, mais rapidement, les mots de l’Oshun s’impriment dans son palpitant, alors que sa voix est celle d’un homme blessé. Adonis ne sait que trop bien ce qui se passe dans le cœur et la tête d’un homme qui parle comme ça, et son regard change un peu, alors qu’il amorce un pas vers le prince des flammes. « Ils étaient occupés avec autre chose. » Le virus. Ils étaient occupés à essayer de le maintenir en vie, comme le reste des Griffith et des nobles, tout en essayant eux-mêmes de rester en vie. Car ils avaient bien tous cru qu’ils allaient crever, avec ce foutu virus. « Ca se voit moins que ça. » fait Adonis en levant le menton en direction de la balafre qui divise la face de Maven. « J’aimais bien te dire que je suis désolé moi aussi, mais ce n’est pas le cas. C’était parer ton coup ou crever, c’était tout ce que je pouvais faire face à toi de toute façon. » Il devait bien l’admettre : Maven était plus puissant que lui en terme de combat. Il inspire profondément, le Griffith. « Protège Cal plutôt que moi. » Adonis n’avait pas compris, il n’avait pas compris que dans la tête de Maven, il protégeait Cal en protégeant Adonis. Le brun pensait qu’il faisait ça pour éviter une dépression à son frère, pas parce qu’il pensait réellement que la mort du brun aurait un réel impact sur la santé mentale mais aussi physiquement du roi flamaerien. Un ange passe, pendant lequel Adonis réfléchi. Doit-il poser sa future question ? Prendra-t-il le risque ? « Maven… » Il déglutit doucement, l’idée de poser une question si capitale à un homme en qui il n’a pas pleinement confiance est dérangeante, mais le brun sait de qui la réponse va venir, et sait le degré d’incertitude qui y sera lié. Cependant, il se souvient d’un Maven plus pur que ce que les gens connaissent. Avec un esprit plus direct, et moins enclin à la manipulation. C’était pour ça qu’il a été si facile pour le Griffith de s’imiscer dans sa vie, et lui faire croire qu’ils étaient véritablement des amis, alors qu’Adonis ne voyait en cet Oshun qu’un moyen pour arriver à ces fins. Et pourtant il devait bien admettre qu’il y avait des choses en lui qu’il avait apprécié, et sa candeur en avait été une. « Parle-moi de Merle. » un nouveau blanc, plus court. « Elle est venue avec son armée, pour délivrer Eartanera, et moi, par la même occasion. Elle a même envoyé Elhara Sorensen pour ça. Pourquoi ? Parle-moi d’elle, est-ce que je peux lui faire confiance ? Est-ce qu’elle essaie de me manipuler ? … Est-ce qu’elle t’as manipulé ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fire nation
avatar
fire nation
‹ MESSAGES : 2086
‹ AVATAR : dominic sherwood.
‹ CRÉDITS : laura bae, dandelion.
‹ COMPTES : esprit, guérison, métal, vol, électricité, intelligence.

‹ AGE : vingt-trois années noyées dans les flammes de la vengeance et de la colère. vingt-trois années livré aux flammes destructrices et impitoyables.
‹ STATUT : pion politique sur l'échiquier géant qu'est l'empire d'aksana, maven est une pièce maîtresse déplacée au gré des jumeaux oshun. autrefois fiancé à elizaveta valaeris, maven se voit désormais fiancé à son premier amour, la reine de son coeur : merle osanos.
‹ SANG : royal, bleu, aussi pur qu'il est possible de l'être. maven est fier de pouvoir s'en targuer. au-dessus des autres, il ne cesse de l'afficher sans vergogne.
‹ POUVOIR : ça crépite au bout des doigts, dangereusement. suite à la propagation du virus, le vilain prince du feu a acquis une nouvelle maîtrise de son précieux feu. désormais roi des éclairs, il s'amuse à créer des halos lumineux entre ses doigts abîmés, préparant sa revanche à l'encontre de celui qu'il hait tant.
‹ ALLEGEANCE : la famille oshun, son propre sang. ces deux jumeaux diaboliques. pour la puissance et la royauté. pour la continuation de la grandeur du feu.
‹ ADIUTOR : lara til'illan, la petite terrible. celle qui le détestait. celle qu'il haïssait. celle qui a rejoint les rangs de pollux et qui rêve de se venger.
‹ POINTS : 1170

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: Re: it takes a monster, to destroy a monster (mavonis) Ven 27 Avr - 0:45





IT TAKES A MONSTER, TO DESTROY A MONSTER
maven & adonis


« Ça se voit moins que ça. » L’enfant de la terre fit signe en direction de l’affreuse balafre qui séparait en deux le visage fermé de l’Oshun. Infâme cicatrice, ourlée de bords légèrement rougeâtres qui n’arrivaient pas à parfaitement guérir. Comme si le mal qui le rongeait de l’intérieur semblait absolument vouloir se peindre à l’extérieure. Vaine fatalité qui ne cessait de s’abattre sur les épaules déjà trop lourdes pour son jeune âge. A peine vingt-trois ans et presque autant d’années de malheur. Véritable tragédie moderne. Le fils du feu haussa les épaules. Son apparence ne lui importait que très peu, en réalité. Être beau ou laid était une préoccupation bien trop éloignée de ses considérations propres. Le pratique et jamais l’agréable. Plutôt les autres que lui-même. Parce qu’il avait été élevé ainsi. Et qu’il était bien trop tard désormais pour espérer un quelconque changement de sa part. « J’aimerais bien te dire que je suis désolé moi aussi mais ce n’est pas le cas. C’était parer ton coup ou crever, c’était tout ce que je pouvais faire face à toi de toute façon. » Nouveau grognement, suivi d’un haussement d’épaule. En vérité, Maven ne lui en voulait même pas. Lui aussi avait abîmé le visage d’ange du Griffith et n’en ressentait pas pour autant une intolérable culpabilité. Parce que le terrible ne pouvait mourir, puisqu’il était le chien de garde de ses précieux aînés. Alors, casser le nez d’Adonis lui était apparue comme une façon facile de continuer à remplir son devoir. Au moins sa grande Némésis de toujours reconnaissait-elle sa supériorité au combat. Probablement le seul domaine dans lequel le blond ne se sentait pas entièrement dépassé. Maître dans l’art d’asséner la mort, de torturer et de faire expirer ses semblables. « Protège Cal plutôt que moi. » Décidément, le brun qui se prétendait si intelligent et futé, ne comprenait visiblement pas où le sauvage voulait en venir. Un soupir s’échappa de ses lèvres. Si Adonis refusait de comprendre alors Maven n’allait pas s’échiner à le lui faire rentrer dans la tête. Il n’aimait pas parler. Ni répéter. Et ne savait comment convaincre autrui. Le discours n’était certainement pas sa meilleure arme. Probablement même la pire. Son précieux frère aîné aimait le nouveau roi d’Eartanera. Trop pour son propre bien. Et c’était seulement pour cela qu’il collait au train du Griffith. Mais aussi parce qu’au fond de son âme calcinée par les trop nombreuses âmes mauvaises qui l’entouraient, les réminiscences de la fausse amitié qu’il avait entretenu avec Adonis continuait d’affleurer à sa la surface de sa conscience. Il avait cru voir en lui un ami, un allié, un frère. Et Maven s’était trompé. Mais il ne pouvait l’abandonner à son sort. Pas quand le bien-être et le bonheur de Cal en dépendaient. « Maven … Parle-moi de Merle. » Fulgurante grimace de douleur sur son visage aux traits tirés. Tristesse immense qui déferla dans son âme, comme une immense vague ravageant tout sur son passage. Le souvenir de l’incroyable mais perfide s’imposa à lui. Alors même qu’il tentait de l’éloigner perpétuellement de ses pensées. Même si l’Osanos n’avait de cesse d’y revenir. Après tout, cela avait toujours été son fief. « Elle est venue avec son armée, pour délivrer Eartanera et moi, par la même occasion. Elle a même envoyé Elhara Sorensen pour ça. Pourquoi ? Parle-moi d’elle, est-ce que je peux lui faire confiance ? Est-ce qu’elle essaie de me manipuler ? … Est-ce qu’elle t’a manipulé ? » Maven recula d’un pas. Comme s’il venait d’être mortellement blessé par le grand amour de Cal. Comment pouvait-il savoir ? Cela faisait-il parti d’un jeu bien plus grand qu’il ne l’avait d’abord imaginé ? Peut-être Adonis était-il de mèche avec Merle, finalement. Peut-être se riaient-ils tous les deux du pauvre prince Oshun, si facile à duper. L’animal acculé ferma les yeux, l’espace de quelques secondes. Comme pour tenter de chasser les ténèbres qui l’assaillaient alors. Rester aux prises avec la réalité. Ne pas sombrer. Pas encore une fois. « Elle, toi, Cal … Vous êtes pas comme moi. Vous mentez, vous trichez, vous prévoyez tout. On peut pas vous faire confiance, jamais vraiment, tout cas. » Simple réalité qu’il énonçait là. Maven était d’une loyauté sans faille, certainement pas du genre à retourner sa veste. Prêt à tout pour ceux qu’il estimait sincèrement. Mais, à son plus grand désespoir, tout ceux qui l’entouraient n’étaient pas ainsi. Au contraire. « J’veux pas parler d’elle et de moi, Adonis. J’peux pas t’aider sur cette décision. Cal lui fait confiance. Moi, j’lui fais plus confiance maintenant. Si elle t’a aidé, c’est qu’elle a sur’ment b’soin de toi pour une raison ou une autre, alors peut-être que tu peux lui faire confiance. Ou peut-être pas. J’suis pas très doué à ce jeu là moi, tu sais. J’suis le chien de garde, pas l’cerveau d’la famille. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
earth mutant
avatar
earth mutant
‹ MESSAGES : 7607
‹ AVATAR : dylan o'brien
‹ CRÉDITS : (av) self / (icons sign) self / (gif profil) tumblr
‹ COMPTES : star n'zuzi (spoiler alert: c adonis le plus sympa oopsie)

‹ AGE : Il a eu 26 ans le 23 septembre dernier. On a tendance à lui donner plus, à penser que l'homme qui a déjà vécu autant a plus d'années au compteur mais Adonis est pourtant toujours jeune. Il comble l'inexpérience par l'ambition et le culot.
‹ STATUT : Marié à une femme qu’il aime, certes, mais son coeur se consume d'un amour interdit pour l'empereur tombé.Izolda est sa meilleure alliée, mais elle n’est pas lui. Après avoir passé des mois à tenter de l’oublier, Adonis se livre enfin à ses sentiments. Tout entier, sans barrière, sans retenue, quitte à finir avec le coeur en tas de cendres.
‹ SANG : C'est d'un bleu roi que son hémoglobine est teintée, comme cela aurait toujours du l'être. Le Griffith a récupéré sa couronne au prix fort, mais au moins tout cela n'a pas été vain.
‹ POUVOIR : Quatre semaines douloureuses ont transformées la vie d'Adonis à tout jamais. Le fier Eartanarien a perdu sa belle légitimité à cause d'inconnus. La colère qui brûle dans ses veines transforme sa terre adorée en une lave brûlante.
‹ METIER : Il y est arrivé, le but ultime est atteint avant même sa trentième année. Roi d'Eartanera, Adonis assoit son pouvoir sur la nation qu'il aime tant.
‹ ALLEGEANCE : Lui-même. Adonis a fomenté plusieurs alliances en échange d'une couronne qu'il a enfin obtenu. Plus motivé que jamais, le Griffith refuse de voir la couronne lui échapper. Il a également tout récemment fondé un mouvement activiste pour le bien des mutants à travers tout Aksana, avec Rayna Belikov et Rita Kimora.
‹ ADIUTOR : Aléa Dochain, l'ombre protectrice, capable de tout pour lui. Elle est sa main armée, elle est son réconfort. C'est elle son bras-droit, désormais.
‹ POINTS : 7332

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: Re: it takes a monster, to destroy a monster (mavonis) Dim 3 Juin - 12:54

Adonis observe Maven, longuement.
Le silence s’étire, alors que les paroles du blond résonnent dans le crâne du couronné. Il finit par hocher la tête, doucement.
Je crois…” Il hésite, ses paupières se plissent légèrement, il regard ailleurs un instant puis repose son regard sur son némésis. Ou l’est-il encore? “Je crois que Cal a de la chance de t’avoir, Maven.” Son frère, avec lui. Son frère encore en vie, encore fidèle, prêt à tout pour satisfaire les besoins de l’autre, même à venir délivrer l’homme qu’il déteste si fort, avec tant d'ardeur et de passion. “Tu as raison: on ment, on triche et on prévoit tout. C’est comme ça que je suis devenu roi, comme ça ton frère restera roi, et comme ça que Merle est devenue reine. Les naïfs, les impulsifs et les honnêtes gens ne dirigent pas un peuple: ils subissent l’autorité de ceux qui y sont parvenus à leur place, Maven. Pourtant, ce n’est pas pour ça que l’on est mauvais. J’aimerais savoir, j’aimerais pouvoir déterminer si Merle est vraiment mauvaise.” Il n’y allait pas avec le plat de la cuillère, mais le brun voulait savoir. Il savait, comme beaucoup, que Maven était proche de Merle. Il ne prenait pas la peine de se cacher, à l’inverse de son frère ainé. Il ne prenait pas la peine de planquer ses sentiments sous des couches de protocole, de secrets à garder bien précieusement et d’ordres donnés à quiconque partageait sa couche. Le brun aurait aimé que Cal soit un peu plus comme son jeune frère, mais ça, il ne le dirait pas. De plus, il ne pouvait pas vraiment se plaindre, alors que le blond était venu l’embrasser devant tout le monde. “Je ne te demande pas de parler d’elle et de toi, je veux juste savoir. Tu la connais mieux que moi. C’est elle qui m’a apporté la preuve de la culpabilité des Valaeris dans le meurtre de mon frère. Deux fois elle m’a aidé, mais je n’oublie pas non plus comment elle a obtenu le trône.” Et Adonis sait mieux que personne quelle genre de personne est celle qui tue sa famille pour son trône. Ne venait-il pas d’en faire de même? Il soupire, le brun, et pose son regard sur le palais derrière eux. “Tu as raison Maven, peut-être que je devrais rentrer au palais. Tu m’accompagnes?” Adonis ignorait ce qu’il se passait entre eux, si leur inimitié s'effaçait, si leur haine mutuelle pouvait être oubliée, et remplacée par une sorte d’alliance, une véritable cette fois, motivée par leur affection trop forte envers le roi des flammes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: it takes a monster, to destroy a monster (mavonis)

Revenir en haut Aller en bas

it takes a monster, to destroy a monster (mavonis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PINNED UNDER THE WEIGHT :: anciens rps :: saison 2-