AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
fermeture du forum
Merci à tous pour tous ces beaux mois passés sur le forum. On souhaite bonne continuation à tout le monde!

Partagez| .

history is written by the victors (izoldis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
earth mutant
avatar
earth mutant
‹ MESSAGES : 7607
‹ AVATAR : dylan o'brien
‹ CRÉDITS : (av) self / (icons sign) self / (gif profil) tumblr
‹ COMPTES : star n'zuzi (spoiler alert: c adonis le plus sympa oopsie)

‹ AGE : Il a eu 26 ans le 23 septembre dernier. On a tendance à lui donner plus, à penser que l'homme qui a déjà vécu autant a plus d'années au compteur mais Adonis est pourtant toujours jeune. Il comble l'inexpérience par l'ambition et le culot.
‹ STATUT : Marié à une femme qu’il aime, certes, mais son coeur se consume d'un amour interdit pour l'empereur tombé.Izolda est sa meilleure alliée, mais elle n’est pas lui. Après avoir passé des mois à tenter de l’oublier, Adonis se livre enfin à ses sentiments. Tout entier, sans barrière, sans retenue, quitte à finir avec le coeur en tas de cendres.
‹ SANG : C'est d'un bleu roi que son hémoglobine est teintée, comme cela aurait toujours du l'être. Le Griffith a récupéré sa couronne au prix fort, mais au moins tout cela n'a pas été vain.
‹ POUVOIR : Quatre semaines douloureuses ont transformées la vie d'Adonis à tout jamais. Le fier Eartanarien a perdu sa belle légitimité à cause d'inconnus. La colère qui brûle dans ses veines transforme sa terre adorée en une lave brûlante.
‹ METIER : Il y est arrivé, le but ultime est atteint avant même sa trentième année. Roi d'Eartanera, Adonis assoit son pouvoir sur la nation qu'il aime tant.
‹ ALLEGEANCE : Lui-même. Adonis a fomenté plusieurs alliances en échange d'une couronne qu'il a enfin obtenu. Plus motivé que jamais, le Griffith refuse de voir la couronne lui échapper. Il a également tout récemment fondé un mouvement activiste pour le bien des mutants à travers tout Aksana, avec Rayna Belikov et Rita Kimora.
‹ ADIUTOR : Aléa Dochain, l'ombre protectrice, capable de tout pour lui. Elle est sa main armée, elle est son réconfort. C'est elle son bras-droit, désormais.
‹ POINTS : 7332

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: history is written by the victors (izoldis) Lun 12 Mar - 19:14

Been sitting on your tongue for ages Words dripping off your mouth, contagious, No skin off your back to blame us, Now waiting on the world to save us. I see it when I close my eyes, But I think it's time. A kingdom that is mine.
// ft @izolda griffith

Tout le monde quitte la salle du trône, et Adonis et Izolda sont les derniers à s’en aller. Le brun glisse son bras valide autour de la taille et son épouse, et pose un baiser sur sa tempe, avant de l’emmener avec lui dans ses anciens appartements. Il devrait investir ceux de son père, les appartements du roi, mais pas ce soir. Parce que le corps de l’ancien roi est encore chaud, et qu’il ne veut pas pénétrer dans ce sanctuaire trop vite. Alors il va dans cette pièce réservée à un fils, même pas héritier, mais qui est la sienne. Sur le trajet, il croise des gardes, et les apostrophe. « Gardes. Faites venir un médecin dans mes appartements. Rapidement. Et trouvez-moi le meilleur qui soit présent à Greenstall, réveillez-en un si il le faut. » La douleur dans son épaule commence à devenir légèrement insoutenable, alors que sa main autour de la taille de la reine s’enfonce un peu dans sa hanche, tandis qu’il prend plus appui qu’autre chose, presque inconsciemment. La sueur perle sur son front, la douleur est de plus en plus vive et il sait que c’est sans doute à cause du tissu arraché de la chemise du vieux soldat. Imbibée de crasse et de cendre, de sang et de sueur.

L’homme pénètre dans sa chambre, et lâche Izolda pour se rendre dans la salle de bain. La fatigue, la douleur, l’épuisement causé par l’emprisonnement, tout le rend à bout, et Adonis pose son avant-bras sur le rebord de l’évier, penché en avant, son front sur le métal froid. Il entend sa reine, derrière lui, et souffle simplement. « J’ai besoin d’un bain. » Il reste encore un peu dans cette position, avant de se redresser, aidé de sa main valide. Le roi observe son reflet dans le miroir au dessus du lavabo. Il est pâle, et sa barbe n’a plus été taillée depuis des semaines - plus depuis son mariage -. Les cernes soulignent son regard doré. Il n’a rien d’un roi, en cet instant. Adonis se retourne, et tourne les robinets de la baignoires avec une nouvelle énergie. Puis il s’approche d’Izolda, et s’empare de sa nuque pour l’embrasser.

Mais le baiser n’est pas vraiment doux, il a un goût de hâte, de précipitation, comme si il avait tellement, tellement eu besoin de la retrouver qu’il ne pouvait plus faire autrement que d’être cet homme un peu gauche. Et finalement, quand il s’éloigne, un caresse sa lèvre de son pouce, et souffle. « Aide moi à me débarrasser de mes vêtements, s’il te plait. » Il veut lui parler, et il le fera, mais pas tout de suite. Et déjà, sans attendre sa belle, il tire sur les boutons de sa chemise.

Et il a oublié, Adonis.
La douleur, elle lui a fait oublier.
Ce qu’Izolda verra sur son torse abimé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
earth mutant
avatar
earth mutant
‹ MESSAGES : 2361
‹ AVATAR : blanca padilla
‹ CRÉDITS : bae best bae (av) ; excelsio (signa)
‹ COMPTES : ae - dk - rs - ah
‹ AGE : vingt et une pétales.
‹ STATUT : mariée au seul homme qui compte à ses yeux, elle n'en reste pas moins volage.
‹ SANG : autrefois argenté, il prend maintenant des reflets bleutés.
‹ POUVOIR : maîtrise du métal, un don qu'elle a eu du mal à appréhender, mais avec lequel elle se familiarise de jour en jour.
‹ METIER : reine d'eartanera, la couronne faite d'or repose enfin sur sa chevelure ébène.
‹ ALLEGEANCE : elle a depuis longtemps ployé le genou face à adonis.
‹ ADIUTOR : asenath, une verte qui a disparu après le virus.
‹ POINTS : 3236

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: Re: history is written by the victors (izoldis) Lun 12 Mar - 23:20

Debout face à l'assemblée, la poupée avait pris soin de discuter avec ceux l'ayant aidé, ceux qui partageaient, avec elle, la victoire. La salle du trône était funeste aujourd'hui et les vestiges de la bataille se donnaient en spectacle sous ses yeux. Un soupir de soulagement effleure ses lèvres. Les battements de son cœur ralentissent à mesure que la salle se vide. L'adrénaline de la bataille coule encore dans ses veines, mais le contre coup est difficile et elle se prend à rêver d'un moment plus calme.  Izolda adresse un maigre sourire à son frère qui est le dernier à quitter les lieux. Il ne reste désormais plus qu'elle et son roi, enfin. Elle peut sentir son bras venir l'entourer et ses lèvres embrasser sa tempe. Instinctivement, elle ferme ses yeux durant le baiser, pour profiter de l'instant. Puis le couple royal finit par quitter les lieux infestés par la mort, pour se rendre dans un endroit plus intime, un endroit où il n'y aura qu'eux. Izolda déglutit alors qu'il ordonne qu'un médecin vienne à ses côtés. Elle se pince les lèvres à l'idée que sa blessure soit plus grave que ce qu'il n'y paraît. Elle avait bien remarqué ses difficultés à rester debout, à marcher. Elle le voit serrer les dents. Elle n'est pas stupide, elle ne l'a jamais été malgré les apparences, et la santé de son époux est au cœur de ses préoccupations. Et sentir sa main glisser sur son corps pour y chercher un appui ne la rassure en rien. Izolda remercie les gardes d'un geste de la tête, avant d'aider Adonis à rejoindre ses appartements. Il n'avait pas eu besoin de lui préciser que ce soir ils dormiraient dans l'ancienne chambre du Griffith plutôt que dans les appartements réservés au couple royal. La poupée pouvait imaginer l'odeur du défunt roi et de la reine en fuite, leurs affaires encore rangées dans les malles, et tout cela ne ferait que leur rappeler qu'un des leurs était mort aujourd'hui.
Finalement, il la lâche et elle le laisse s'avancer, à contre cœur. Elle se pince les lèvres en le voyant ainsi. Elle a l'impression de souffrir en même temps que lui. Le sort de la Vasara était déjà scellé à ses yeux, elle paiera le prix fort, comme tous ceux ayant contribué à l'enlèvement d'Adonis et aux tortures qu'il avait subi. Izolda soupire et le laisse se débrouiller par lui-même, parce qu'il en avait besoin, elle pouvait le sentir. Mais la reine ne comptait pas laisser son roi seul bien longtemps. Tous ses sens étaient en alerte. Au cas où. Parce que, plus jamais, elle ne pourra être tranquille lorsqu'il ne sera pas à ses côtés. C'était ça qu'ils lui avaient pris en même temps qu'ils l'avaient arrachés à ses bras. Doucement, elle s'avance en direction de la salle de bain, observant sa silhouette de dos. Sa requête lui arrache un sourire alors qu'elle pose la paume de sa main sur son épaule valide, avant d'embrasser l'orée de sa nuque. Le silence règne en maître alors qu'ils restent ainsi pendant de longues minutes. Cela faisait bien longtemps qu'ils n'avaient pu profiter d'un moment si calme. Elle le laisse ensuite se diriger vers la baignoire pour préparer son bain lui-même. Aucun esclave, pas ce soir. C'est alors qu'elle le voit se relever, venant capturer sa nuque puis ses lèvres. Malgré ces semaines de séparation, elle n'avait certainement pas oublié le goût de sa bouche. Izolda peut y sentir toute la fougue du roi et elle ne cherche pas à refréner ses ardeurs. Mais le baiser prend fin, bien trop vite à son goût. Leurs visages sont encore proches et elle n'a pas retiré la main de sa joue. Adonis lui glisse quelques mots et il n'avait pas besoin d'en dire plus pour qu'elle s'exécute. Elle le voit alors défaire ses boutons et rapidement elle pose sa main sur la sienne. – Laisse moi faire. C'était un ordre, et elle comptait bien le faire respecter. Délicatement, ses doigts s'activent alors qu'elle reprend là où il s'était arrêté. Le tissu finit par céder et tomber sur le sol, mais ce sont ses yeux qui furent attirés par la marque sur le torse de son roi. Izolda ne s'y attarde pas, elle sait ce qu'il doit en penser, et il n'a pas besoin d'un regard curieux de plus. Elle se contente de serrer les dents, se jurant de faire payer jusqu'au dernier ceux qui avait osé lui infliger ça. Elle finit par s'accroupir légèrement pour retirer ses chaussures, une puis l'autre. Ses mains viennent ensuite défaire le nœud qui maintenant son bas et il finit par rejoindre la chemise. Alors qu'elle se relevait, Izolda faisait tout pour que ses iris ne se posent pas sur la blessure sanguinolente, mais cela s'avérait plus difficile que prévu. Sa main vient trouver la sienne, pour qu'il puisse s'appuyer sur elle afin d'entrer dans son bain. Une fois installé, elle passe sa main contre son front, puis elle la laisse se balader dans sa chevelure. – Tu m'as tellement manqué. Sa voix est fébrile mais elle essaye de rester forte, pour lui, pour eux. Son autre main est venue se poser sur son ventre, à l'abris des regards, le sien inclus. Elle lui annoncera la bonne nouvelle, plus tard, quand le médecin sera venu puis reparti. Parce que cet instant ne devait appartenir qu'à eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
earth mutant
avatar
earth mutant
‹ MESSAGES : 7607
‹ AVATAR : dylan o'brien
‹ CRÉDITS : (av) self / (icons sign) self / (gif profil) tumblr
‹ COMPTES : star n'zuzi (spoiler alert: c adonis le plus sympa oopsie)

‹ AGE : Il a eu 26 ans le 23 septembre dernier. On a tendance à lui donner plus, à penser que l'homme qui a déjà vécu autant a plus d'années au compteur mais Adonis est pourtant toujours jeune. Il comble l'inexpérience par l'ambition et le culot.
‹ STATUT : Marié à une femme qu’il aime, certes, mais son coeur se consume d'un amour interdit pour l'empereur tombé.Izolda est sa meilleure alliée, mais elle n’est pas lui. Après avoir passé des mois à tenter de l’oublier, Adonis se livre enfin à ses sentiments. Tout entier, sans barrière, sans retenue, quitte à finir avec le coeur en tas de cendres.
‹ SANG : C'est d'un bleu roi que son hémoglobine est teintée, comme cela aurait toujours du l'être. Le Griffith a récupéré sa couronne au prix fort, mais au moins tout cela n'a pas été vain.
‹ POUVOIR : Quatre semaines douloureuses ont transformées la vie d'Adonis à tout jamais. Le fier Eartanarien a perdu sa belle légitimité à cause d'inconnus. La colère qui brûle dans ses veines transforme sa terre adorée en une lave brûlante.
‹ METIER : Il y est arrivé, le but ultime est atteint avant même sa trentième année. Roi d'Eartanera, Adonis assoit son pouvoir sur la nation qu'il aime tant.
‹ ALLEGEANCE : Lui-même. Adonis a fomenté plusieurs alliances en échange d'une couronne qu'il a enfin obtenu. Plus motivé que jamais, le Griffith refuse de voir la couronne lui échapper. Il a également tout récemment fondé un mouvement activiste pour le bien des mutants à travers tout Aksana, avec Rayna Belikov et Rita Kimora.
‹ ADIUTOR : Aléa Dochain, l'ombre protectrice, capable de tout pour lui. Elle est sa main armée, elle est son réconfort. C'est elle son bras-droit, désormais.
‹ POINTS : 7332

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: Re: history is written by the victors (izoldis) Mar 13 Mar - 22:39

Elle ne le quitte pas, et pose son corps, délicatement, contre le sien, alors que la tête du brun repose contre l’évier, et que son dos est vouté. Il sent la reine contre lui, dans son dos, et soupire doucement d’aise, avant de se relever, et d’aller chercher sa bouche avec désire. Le brun laisse l’eau couler, sans se retourner, alors qu’il demande à sa reine de l’aider à se déshabiller. Mais impatient, le Griffith a déjà commencer à déboutonner sa chemise. Alors, Izolda, la fière Eartanarienne qu’il s’est choisi, lui ordonne de la laisser faire. Et même si il avait eu une once d’envie de désobéir, il ne l’aurait pas fait. Il laisse retomber ses mains, et ses ambres sur le visage de la belle. Il capte son expression, qui lui rappelle ce qu’elle a vu sur son torse, et il ferme les yeux un instant, les lèvres pincées, mais la douleur est trop forte pour qu’il soit réellement gêné par le regard de son épouse sur cette cicatrice qu’elle connaîtra de toute manière.

La chemise glisse contre ses bras, et puis Izolda l’aide à retirer ses chaussures. Adonis grimace, il pose la main sur l’épaule de la jeune femme pour s’appuyer un peu contre elle, le temps de retirer une et puis deux souliers. Enfin, elle termine de retirer ses vêtements, et l’aide à entrer dans la baignoire. A la seconde où il s’y installe, le brun pousse un soupire de soulagement et s’enfonce un peu plus dans l’eau. Il coupe le robinet, de sa main valide, et lance un petit sourire à Izolda, alors qu’elle laisse ses doigts courir contre son crâne, dans ses cheveux pourtant encore sales de la prison. Adonis lève le bras, et vient prendre sa main, pour en baiser tous les doigts. « Je savais que j’allais te revoir. » Non, il n’en savait rien. Il avait parfois perdu espoir, il pensait qu’il allait mourir, surtout quand Nehina débarquait dans sa prison, pour lui faire payer le fait d’être en vie, et d’être une si grosse menace pour Thomas.

Adonis n’a le temps de rien dire que, déjà, il entend des pas dans ses appartements, derrière la porte encore entrouverte de la salle de bain. « Majestés? » Entend le brun. Adonis pose ses ambres sur Izolda, soupire, et tourne la tête vers la porte. « Dans la salle de bain. Venez. » Un médecin arrive, mais il n’est pas seul. Adonis entend l’armure d’un garde, mais celui-ci n’entre pas. Après tout, il n’a pas été convié à entrer, et le roi se trouve dans une position des plus faibles. Le médecin s’approche, et pose sa mallette de l’autre côté de la baignoire, près du bras abimé d’Adonis. Le brun capte le regard de l’homme de sciences sur son torse, et ses ambres se font brûlantes d’un éclat d’autorité qui ne tarira pas avec le temps. « Parlez de ce que vous voyez ici et j’aurai votre tête, est-ce bien clair? » L’homme s’incline, et hoche la tête. « Bien sûr, Votre Majesté. » Adonis soupire à nouveau et ferme les yeux. L’infection de sa blessure est déjà entamée, et il se sent toujours fiévreux. « Faites vite, mon épaule me fait terriblement souffrir. » Il ne veut pas affoler Izolda, mais il se doit d’être honnête avec le médecin. Celui-ci commence son travail, et alors qu’il désinfecte la plaie encore sanguinolente, Adonis serre les dents et ne parvient pas à retenir quelques grognements de douleurs. « La plaie est sale. Celui qui vous a fait un bandage voulait sans doute bien faire mais je crains qu’il aurait fallu recoudre tout de suite. » Adonis serre si fort les doigts d’Izolda que, quand il relâche la pression, il se demande comment il ne lui a pas casser tous les doigts. « Je me fiche de ce qu’il aurait fallu faire. Soignez-moi si vous voulez garder votre place. » La douleur retire ce filtre à Adonis, celui qu’il appose devant ses mots et ses pensées, pour éviter de s’attirer l’antipathie de tous. « En revanche… » Adonis grimace à nouveau, alors que l’homme termine de nettoyer la plaie. « Soignez moi correctement et vous serez mon médecin attitré, ici au palais. » L’homme hoche la tête, sans un mot. Manifestement motivé par cette promotion inattendue, l’Eartanarien continue de s’occuper de la plaie de son roi. L’opération prend plusieurs minutes, et quelques gouttes de sang tombent dans l’eau de la baignoire, mais sont rapidement diluées dans les litres de liquide brûlants. Finalement, Adonis se redresse un peu, à la demande du médecin et avec l’aide d’Izolda, et l’homme lui applique un bandage autour de l’épaule. « Je vous laisse ces comprimés, ce sont des anti-douleurs puissants. N’en prenez pas plus que trois par jour, Votre Majesté. Les effets secondaires peuvent s’avérer dangereux, si la dose n’est pas respectée. Je reviendrai tous les jours vérifier l’avancée de la guérison. » Adonis hoche la tête, et prend déjà un comprimé, qu’il avale rapidement. « Merci. Dites au garde derrière la porte de vous raccompagner jusqu’à chez vous. » Ainsi, ils seront seuls. L’homme s’incline, et s’en va.

La douleur s’est déjà légèrement estompée, bien qu’Adonis sache qu’il doit attendre l’effet complet du comprimé. Dès que la porte se ferme, le brun se redresse à nouveau, et glisse sa main contre la joue de sa femme, avant de l’attirer contre lui et de l’embrasser doucement. « Je vais bien. » souffle-t-il, il sait qu’il doit la rassurer, parce qu’il la connait mieux que quiconque. « Grâce à toi. » ajoute Adonis. Parce que oui, c’est elle qui l’a sauvé, en faisant appel à tout le monde, en faisant la guerre à Thomas. Elle, et leurs alliés. Et même si son front est pratiquement collé à celui de son épouse, Adonis repense à ce baiser, dans la salle du trône. Il ne restera pas la nuit ici, mais il n’en dit rien, pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
earth mutant
avatar
earth mutant
‹ MESSAGES : 2361
‹ AVATAR : blanca padilla
‹ CRÉDITS : bae best bae (av) ; excelsio (signa)
‹ COMPTES : ae - dk - rs - ah
‹ AGE : vingt et une pétales.
‹ STATUT : mariée au seul homme qui compte à ses yeux, elle n'en reste pas moins volage.
‹ SANG : autrefois argenté, il prend maintenant des reflets bleutés.
‹ POUVOIR : maîtrise du métal, un don qu'elle a eu du mal à appréhender, mais avec lequel elle se familiarise de jour en jour.
‹ METIER : reine d'eartanera, la couronne faite d'or repose enfin sur sa chevelure ébène.
‹ ALLEGEANCE : elle a depuis longtemps ployé le genou face à adonis.
‹ ADIUTOR : asenath, une verte qui a disparu après le virus.
‹ POINTS : 3236

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: Re: history is written by the victors (izoldis) Mar 13 Mar - 23:40

Assise sur le rebord de la baignoire, Izolda passe délicatement ses doigts dans ses cheveux bruns. Son regard bascule de temps à autre sur son torse, mais elle ne lui dira rien, pas aujourd'hui. Peut-être qu'un jour, il lui en parlera de lui-même. Peut-être. Il finit par attraper sa main pour l'embrasser, encore, et encore. Il arrive à lui arracher un sourire et même un rire étouffé alors que le roi était toujours aussi présomptueux. Cela la rassure, dans un sens, de voir qu'il n'avait pas complètement changé. Parce qu'elle n'était pas sans savoir le sort réservé à ces hommes et ces femmes emprisonnés, la plupart devenait fou. Il n'y avait que les esprits les plus forts qui étaient capables de ne pas se perdre en chemin, et il en faisait parti, mais ça, elle n'en avait jamais douté. Alors qu'elle le fixe, elle se demande comment ils avaient pu être séparé un mois. Cela faisait déjà quatre semaines qu'ils s'étaient mariés et même si elle en gardait un souvenir heureux, le goût amer de sa disparition restait toujours en travers de sa gorge. Elle n'avait peut-être pas été une victime de toute cette abomination, mais les dommages collatéraux sur sa personne avaient laissé des marques. La poupée n'a pas le temps de lui répondre que déjà leurs têtes se tournent en direction de l'entrée alors que quelqu'un les apostrophe. Une petite moue se dessine sur ses lèvres alors qu'elle aurait préféré rester seule plus longtemps avec lui, mais plus vite cela serait terminé, plus vite il serait rétabli, et plus vite elle pourrait ne l'avoir qu'à elle. Izolda n'en avait que faire d'être égoïste, elle ne l'était jamais assez quand il s'agissait d'Adonis et maintenant qu'il était sur le point de devenir roi, leurs moments ensemble risquaient de fortement s'amoindrir.
Le médecin arrive enfin et elle ne peut s'empêcher de lui lancer un regard noir alors qu'il semble dévisager son époux. Elle aurait bien répliquer, mais il s'en charge à sa place. La menace du brun lui arrache un léger rire alors qu'elle baisse son visage. Elle s'empresse de le lever alors qu'il avoue enfin que sa blessure le fait souffrir. Son sourcil s'arque et elle se retient de lui faire la morale. Il ne devrait pas minimiser sa souffrance, jamais, surtout pas avec elle, surtout pas alors qu'elle lisait en lui comme lui lisait en elle. Le guérisseur fait ce qu'il a à faire et Izolda pouvait sentir la pression de ses doigts sur les siens, mais elle ne la lâche pas, et son pouce vient caresser le dos de sa main. Durant toute l'opération, la poupée fronce son regard, tape du bout du pied et peut sentir ses mains devenir moites. Elle n'aime pas réellement la vue du sang, des plaies et autres blessures mais elle ne détourne pas son regard, pas même alors qu'elle se sent nauséeuse. Le bandage est enfin posé et la reine bien plus rassurée. Elle craignait une infection et les prouesses du médecin devraient être suffisantes. – Merci Docteur. Elle le remercie aussi, malgré tout, il a aidé son mari là où elle ne le pouvait pas. Elle lâche un soupir alors qu'elle le regarde s'en aller. – Je te préviens, je vais garder un œil sur lui. On n'est jamais trop méfiant. Elle incline son visage face au sien avant qu'il pose sa main contre sa joue, l'attirant alors à lui pour lui voler un baiser. Son front contre le sien, elle pouvait sentir son souffle caresser sa peau. Un léger sourire se forme sur ses lèvres quand il lui assure aller bien, grâce à elle.
Adonis ne va pas bien. Comment pourrait-il alors qu'il a été enlevé sous ordres de son père, torturé pendant des semaines puis victorieux uniquement parce que son paternel avait été égorgé ? Mais Izolda pouvait sentir que ses mots l'apaisaient un peu. – Grâce aux quatre nations, grâce à Aksana, grâce à ce que tu avais déjà accompli Adonis. Sa main vient aussi trouver sa joue alors que ses iris se noient dans les siens. – Ils sont venus aider un roi, leur roi. S'il n'avait su convaincre personne de la légitimité de sa cause, elle n'aurait jamais su trouver toute cette aide, parfois inattendue. Il avait déjà tant fait, qu'elle n'avait eu qu'à choisir les cartes à abattre. Elle finit par se redresser quelque peu, mais sa main retrouve bien rapidement la sienne. – Puis-je ? Elle pose son regard en direction du bain, cela faisait trop longtemps qu'ils n'en avaient pas pris un ensemble, beaucoup trop longtemps. Et puis, le moment était venu de lui annoncer ce qu'elle savait depuis un peu plus d'un mois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
earth mutant
avatar
earth mutant
‹ MESSAGES : 7607
‹ AVATAR : dylan o'brien
‹ CRÉDITS : (av) self / (icons sign) self / (gif profil) tumblr
‹ COMPTES : star n'zuzi (spoiler alert: c adonis le plus sympa oopsie)

‹ AGE : Il a eu 26 ans le 23 septembre dernier. On a tendance à lui donner plus, à penser que l'homme qui a déjà vécu autant a plus d'années au compteur mais Adonis est pourtant toujours jeune. Il comble l'inexpérience par l'ambition et le culot.
‹ STATUT : Marié à une femme qu’il aime, certes, mais son coeur se consume d'un amour interdit pour l'empereur tombé.Izolda est sa meilleure alliée, mais elle n’est pas lui. Après avoir passé des mois à tenter de l’oublier, Adonis se livre enfin à ses sentiments. Tout entier, sans barrière, sans retenue, quitte à finir avec le coeur en tas de cendres.
‹ SANG : C'est d'un bleu roi que son hémoglobine est teintée, comme cela aurait toujours du l'être. Le Griffith a récupéré sa couronne au prix fort, mais au moins tout cela n'a pas été vain.
‹ POUVOIR : Quatre semaines douloureuses ont transformées la vie d'Adonis à tout jamais. Le fier Eartanarien a perdu sa belle légitimité à cause d'inconnus. La colère qui brûle dans ses veines transforme sa terre adorée en une lave brûlante.
‹ METIER : Il y est arrivé, le but ultime est atteint avant même sa trentième année. Roi d'Eartanera, Adonis assoit son pouvoir sur la nation qu'il aime tant.
‹ ALLEGEANCE : Lui-même. Adonis a fomenté plusieurs alliances en échange d'une couronne qu'il a enfin obtenu. Plus motivé que jamais, le Griffith refuse de voir la couronne lui échapper. Il a également tout récemment fondé un mouvement activiste pour le bien des mutants à travers tout Aksana, avec Rayna Belikov et Rita Kimora.
‹ ADIUTOR : Aléa Dochain, l'ombre protectrice, capable de tout pour lui. Elle est sa main armée, elle est son réconfort. C'est elle son bras-droit, désormais.
‹ POINTS : 7332

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: Re: history is written by the victors (izoldis) Mar 20 Mar - 22:40

Savoir qu’Izolda était présente pour prendre soin de lui avait un petit quelque chose de rassurant. Il était prêt à remettre sa sécurité entre ses mains, car il ne doutait pas d’elle. Il n’en avait jamais douté, par de ce point de vue là. Izolda était peut être jeune, mais elle était aussi déterminée et combattive. Le brun partageait ces qualités avec son épouse, ce qui était sans doute une des raison de leur si grand attachement l’un envers l’autre. Il pose ses ambres sur elle, alors qu’elle promet de garder un oeil sur le médecin, et ne dit rien. Parce qu’elle a raison, Izolda. Il faut se méfier de tout le monde.

Adonis glisse ses doigts contre la joue lisse de la future reine, et se contente de l’observer, de laisser son regard mordoré tomber contre ses lèvres, et partout ailleurs, comme si il tentait de s’assurer qu’elle n’avait pas été abimée, elle. Que sa peau à lui soit marquée à vie le dérangeait, mais il préférait être la cible plutôt que de voir Izolda subir ne serait-ce qu’un dixième de ce qu’il avait subit. Ses doigts à elle viennent aussi trouver sa peau, et ce toucher l’électrise doucement, ramène cet épiderme malade à la vie, apportant avec lui quelques frissons agréable. Et puis, elle se redresse, la déesse. Son regard ne le lâche pas, pas tout de suite.

Adonis sourit, et se redresse encore un peu à l’aide de sa main valide. Il ne veut pas mouiller le pansement tout frais, et quand Izolda rentrera dans l’eau, le niveau montera aussi. « Je n’attendais que ça. » Avoue Adonis, qui aime plus que tout les instants qu’ils partagent ensemble dans ce genre d’intimité. Ils partagent des bains ensemble depuis pratiquement toujours, déjà alors qu’Adonis était un gamin d’une dizaine d’année et que l’enfant qu’elle était voulait jouer avec son cousin, jusque dans sa baignoire. Ils se sont vu évoluer, et puis un jour, se sont désirés. Adonis lève la main, et la glisse contre la jambe de la brune, alors qu’il la regarde se débarasser de ses vêtements. « Izolda? » Il laisse ses doigts courir contre la peau de sa cuisse, chaude son son toucher. Ses iris glissent contre le corps presque totalement dénudé. Il retire sa main, et la laisse faire tomber les vêtements au sol.

« Où est Aléa? » Non, il ne l’avait pas oubliée. Depuis qu’il les avait retrouvé, tous. Cal, Izolda, Isaak, Andrei. Aléa? Il n’avait pas encore remarqué l’absence de Nahia, car celle d’Aléa occultait tout, elle occultait même les milles choses qu’Adonis voulait demander à Izolda. Qui avait répondu à son appel en premier? Quelle armée était la plus imposante? Combien de temps avait-elle pris pour tout préparer? Est-ce qu’Hissa était vraiment de leur côté, à nouveau? Pouvait-il lui faire confiance? Avait-elle des nouvelles d’Ariane?… D’Eros? Tout ça, il l’oubliait, parce qu’il n’avait pas vu Aléa et que même si Adonis était au courant de l’animosité entre les deux femmes de sa vie, il avait besoin de demander. Il avait besoin de savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
earth mutant
avatar
earth mutant
‹ MESSAGES : 2361
‹ AVATAR : blanca padilla
‹ CRÉDITS : bae best bae (av) ; excelsio (signa)
‹ COMPTES : ae - dk - rs - ah
‹ AGE : vingt et une pétales.
‹ STATUT : mariée au seul homme qui compte à ses yeux, elle n'en reste pas moins volage.
‹ SANG : autrefois argenté, il prend maintenant des reflets bleutés.
‹ POUVOIR : maîtrise du métal, un don qu'elle a eu du mal à appréhender, mais avec lequel elle se familiarise de jour en jour.
‹ METIER : reine d'eartanera, la couronne faite d'or repose enfin sur sa chevelure ébène.
‹ ALLEGEANCE : elle a depuis longtemps ployé le genou face à adonis.
‹ ADIUTOR : asenath, une verte qui a disparu après le virus.
‹ POINTS : 3236

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: Re: history is written by the victors (izoldis) Lun 26 Mar - 23:51

Izolda se pince les lèvres alors qu'Adonis lui donne l'autorisation (et bien plus encore) de le rejoindre. Sa patience avait été poussée jusqu'à ses retranchements les plus profonds. Elle n'en pouvait plus de lui cacher sa grossesse, de lui cacher qu'il allait devenir père. Mais elle était aussi effrayée, sans réellement savoir pourquoi, peut-être l'était-elle en pensant au rôle de mère qu'elle allait devoir endosser, peut-être parce qu'elle avait réalisé qu'il pouvait lui être arraché en un claquement de doigts et que sans lui, elle ne pourrait pas. Délicatement, elle retire l'armure qui protégeait encore son ventre. Puis elle défait le léger corset noué dans sa taille. Elle ne portait qu'une robe légère, le contexte faisait qu'elle ne pouvait pas avoir une parure imposante, pas si proche d'un champ de bataille, pas alors qu'elle aurait peut-être eu à se battre. Elle peut sentir ses doigts caresser sa jambe, la faisant ainsi frissonner. Elle retire enfin sa robe rouge, qui ne l'était plus réellement tant la poussière avait fini par s'y incruster. Dos à son époux, elle laisse le tissu lourd tomber sur le sol, dévoilant ainsi la reine dans le plus simple des apparats. Sa main droite se pose sur son ventre alors qu'elle tourne légèrement son visage vers Adonis après qu'il l'ait interpellé. Elle finit par se diriger vers un miroir, détachant sa chevelure. Les légères ondulations brunes tombaient sur ses épaules, encadrant son visage fatigué. Elle se pince la lèvre alors qu'elle prend, enfin, le temps de réellement admirer son reflet. Il a perdu de sa superbe en un mois. Elle n'est plus aussi radieuse que le jour de son mariage. Ses traits sont tirés et le maquillage qu'on lui avait mis peinait à masquer son teint terne. Izolda finit par passer une main dans ses cheveux, avant de les ramener contre sa poitrine. Un soupir discret effleure ses lèvres alors qu'elle retient une larme devant ce spectacle qui finit de l'achever. La poupée déglutit alors qu'elle entend la question d'Adonis. Elle se doutait qu'il finirait par la poser, elle n'est pas dupe et encore moins stupide. Aléa. Elle se mord la lèvre, sentant sa gorge se serrer. La réponse ne lui plaira pas, elle le sait. Et malgré l'animosité qui s'est installée entre elles, Izolda a fait tout ce qu'elle a pu pour la retrouver. Elle et Nahia. La divine avait vraiment fait son maximum, mais tous ses hommes, tous ses soldats avaient été mobilisés pour lui. Et elle avait échoué. Elle n'avait pas réussi cette mission, celle de ramener deux mêlés de son peuple. Elle les avait abandonnées. Et il aurait tous les droits de lui en vouloir.
Elle finit par se détacher du miroir et de ce reflet qui la rendait folle, pour retourner dans la direction de son roi. Izolda rentre rapidement dans le bain, se mettant face à lui. – Elle n'est pas là. La sentence finit par tomber. Elle a bien du mal à affronter son regard, mais elle essaye tant bien que mal de ne pas ciller. – Nahia et elle ont été enlevés. Milan était avec elles, mais il n'a rien pu faire, c'est lui qui est venu me prévenir. Elle déglutit lentement, à mesure qu'elle replie ses genoux vers sa poitrine.– J'ai essayé de les retrouver, j'ai envoyé des hommes, mais je n'ai pas réussi. Je suis désolée. Elle finit par baisser son visage pour le nicher sur le haut de ses genoux. Elle ne peut pas affronter son regard alors qu'elle est messagère du malheur, alors qu'elle vient lui retirer cette once de bonheur qui devait l'habiter à cet instant, alors qu'elle avait l'impression d'enfoncer une lame dans sa plaie encore sanguinolente. Izolda n'avait plus le cœur à lui annoncer la nouvelle, pas après qu'elle lui ait appris la disparition d'Aléa. Elle sait que ça va le détruire, encore. Elle sait qu'elle n'a pas assez cherché, qu'elle aurait dû faire plus mais elle a priorisé Adonis, et elle le referait sans hésiter. Mais cela ne change rien au fait qu'elle se sente affreusement coupable, bien plus que ce qu'elle ne devrait, peut-être. S'il arrive quelque chose à la bleue, Izolda sait qu'elle ne se le pardonnerait pas. Et elle espère que maintenant qu'ils ont gagné la bataille, ils pourront retrouver les deux mêlées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
earth mutant
avatar
earth mutant
‹ MESSAGES : 7607
‹ AVATAR : dylan o'brien
‹ CRÉDITS : (av) self / (icons sign) self / (gif profil) tumblr
‹ COMPTES : star n'zuzi (spoiler alert: c adonis le plus sympa oopsie)

‹ AGE : Il a eu 26 ans le 23 septembre dernier. On a tendance à lui donner plus, à penser que l'homme qui a déjà vécu autant a plus d'années au compteur mais Adonis est pourtant toujours jeune. Il comble l'inexpérience par l'ambition et le culot.
‹ STATUT : Marié à une femme qu’il aime, certes, mais son coeur se consume d'un amour interdit pour l'empereur tombé.Izolda est sa meilleure alliée, mais elle n’est pas lui. Après avoir passé des mois à tenter de l’oublier, Adonis se livre enfin à ses sentiments. Tout entier, sans barrière, sans retenue, quitte à finir avec le coeur en tas de cendres.
‹ SANG : C'est d'un bleu roi que son hémoglobine est teintée, comme cela aurait toujours du l'être. Le Griffith a récupéré sa couronne au prix fort, mais au moins tout cela n'a pas été vain.
‹ POUVOIR : Quatre semaines douloureuses ont transformées la vie d'Adonis à tout jamais. Le fier Eartanarien a perdu sa belle légitimité à cause d'inconnus. La colère qui brûle dans ses veines transforme sa terre adorée en une lave brûlante.
‹ METIER : Il y est arrivé, le but ultime est atteint avant même sa trentième année. Roi d'Eartanera, Adonis assoit son pouvoir sur la nation qu'il aime tant.
‹ ALLEGEANCE : Lui-même. Adonis a fomenté plusieurs alliances en échange d'une couronne qu'il a enfin obtenu. Plus motivé que jamais, le Griffith refuse de voir la couronne lui échapper. Il a également tout récemment fondé un mouvement activiste pour le bien des mutants à travers tout Aksana, avec Rayna Belikov et Rita Kimora.
‹ ADIUTOR : Aléa Dochain, l'ombre protectrice, capable de tout pour lui. Elle est sa main armée, elle est son réconfort. C'est elle son bras-droit, désormais.
‹ POINTS : 7332

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: Re: history is written by the victors (izoldis) Dim 8 Avr - 16:43

La future reine s’éloigne, et va se placer devant le miroir. Adonis observe son corps lisse, libre de toute égratignures. C’est comme ça qu’il veut voir le corps de sa femme. Préservé, à jamais. Qu’elle reste pure de toute la violence que les hommes peuvent déchainer les uns contre les autres. Adonis observe les longs cheveux bruns couler dans son dos, et laisse son regard tomber sur la chute de reins de la belle. Elle est magnifique, bien sûr, et le roi n’est que plus attaché à elle à mesure qu’il la regarde. La brune fini par le rejoindre, et entre dans le bain. Là, au pus proche de lui, il observe ses traits, alors qu’il attend une réponse. Elle est fatiguée, Izolda. Les cernes sont à peines dissimulées sous une trace de maquillage qu’il discerne sans peine. Ses joues sont plus creusées, et son regard semble avoir vieilli de quelques années. Adonis comprend alors que le mois qu’ils viennent de passer n’a pas été facile pour elle. Mais il n’a pas le loisir d’y penser, car elle lui répond, et sa réponse tord le palpitant du futur roi. A chaque mot prononcé, l’expression d’Adonis se décompose. Il ne semble plus vraiment la regarder, alors qu’il comprend ce qu’elle dit. Alea a disparu, avec Nahia. Milan était seul avec elles, et bien sûr que Milan n’a pas su les aider. Milan est un enfant, c’est elles qui le protégeaient, pas l’inverse. Adonis ferme les yeux, alors qu’elle baisse le regard, les genoux repliés vers sa poitrine. Adonis laisse quelques secondes passer, car il n’a pas la force de faire autrement. Et finalement, le roi ouvre les yeux et les pose sur sa reine. Il tend son bras valide, et attrape son bras, pour l’attirer un peu vers lui. « Vient. » sa voix est presque douce, mais pas autant qu’il le voudrait, car il y a une certaine colère dans son ton. Mais pas contre elle. « Je ne t’en veux pas. » souffle Adonis. Il bouge un peu, mais une grimace de douleur se peint sur son visage, alors que son épaule proteste. Il grogne légèrement, s’en fiche, et continue son mouvement pour approcher la belle de lui, et venir chercher son visage, et poser sa bouche contre la sienne. Le baiser est court, mais intense. Il réchauffe le coeur du brun. « Tu n’as aucune piste? » Sa voix est plus brisée qu’il ne le veut, mais c’est d’Aléa qu’ils parlent. Ils ont perdu Aléa, ils ont perdu sa protectrice, sa moitié. Ils ont perdu celle qui créé un si grand trou en lui, en n’étant plus liée à vie à lui. Et cette pensée le fait soudainement paniquer. Car désormais qu’ils ne sont plus liés, comment savoir si elle est en vie? Ses doigts tremblent, autour du visage d’Izolda, alors qu’il sent la peur s’insinuer partout en lui. Il n’ose pas dire tout haut ce qui le tourmente tout bas, alors pour éviter d’avoir à répondre à des questions, il s’approche à nouveau, et vole un autre baiser à son épouse. Il s’accroche à elle avec une force nouvelle, la force d’un homme perdu, qui a besoin de son ancrage au monde. Et son ancrage au monde, c’est elle, et l’avenir qu’ils vont construire ensemble. Qu'ils ont déjà commencé à construire ensemble, sans qu'il le sache.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
earth mutant
avatar
earth mutant
‹ MESSAGES : 2361
‹ AVATAR : blanca padilla
‹ CRÉDITS : bae best bae (av) ; excelsio (signa)
‹ COMPTES : ae - dk - rs - ah
‹ AGE : vingt et une pétales.
‹ STATUT : mariée au seul homme qui compte à ses yeux, elle n'en reste pas moins volage.
‹ SANG : autrefois argenté, il prend maintenant des reflets bleutés.
‹ POUVOIR : maîtrise du métal, un don qu'elle a eu du mal à appréhender, mais avec lequel elle se familiarise de jour en jour.
‹ METIER : reine d'eartanera, la couronne faite d'or repose enfin sur sa chevelure ébène.
‹ ALLEGEANCE : elle a depuis longtemps ployé le genou face à adonis.
‹ ADIUTOR : asenath, une verte qui a disparu après le virus.
‹ POINTS : 3236

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: Re: history is written by the victors (izoldis) Lun 23 Avr - 22:46

Izolda peut sentir son estomac se tordre, et il ne s'agissait pas d'une douleur liée à sa grossesse. C'était différent et dans un sens, c'était pire. La culpabilité la ronge à une vitesse folle, ne laissant qu'un tas d'os sur lequel festoyer. Elle n'est pas sans ignorer le lien qui unit Adonis à Aléa. Et c'est bien en cela qu'elle n'est pas fière de le lui annoncer, mais c'était à elle que revenait cette tâche. Elle aurait juste préféré le lui annoncer plus tard, après l'autre nouvelle, mais celle là attendra un peu. Recroquevillée sur elle-même, la maître ose à peine poser ses iris dans les siens, préférant fixer l'eau stagnante du bain. Le silence s'installe et il pèse sur son âme, parce qu'elle ne sait pas ce qu'il y a derrière, ce qu'il y aura après. Elle ne sait pas s'il va la détester, s'il va quitter la pièce, s'il va simplement se taire jusqu'à ce qu'ils aient fini. Izolda l'avait retrouvé, et déjà, elle a peur de le perdre à nouveau. Finalement, elle peut sentir sa main s'enrouler autour de son bras, l'attirant à lui et l'obligeant alors à relever son visage. Comme une enfant, la Griffith se rapproche de lui, penaude, se mordant la lèvre. Elle déglutit alors qu'il finit par prononcer les quelques mots qui lui font ravaler les larmes s'étant formées dans ses yeux. Leurs corps continuent de se rapprocher jusqu'à ce que leurs visages soient si proches, qu'ils peuvent sentir le souffle de l'autre. Ses lèvres contre les siennes lui redonnent du baume au cœur. Izolda passe délicatement sa langue contre ses lippes avant de venir poser son front sur celui d'Adonis. A la question du brun, elle hoche sa tête à la négative. – Rien de concluant. Nos hommes ont pensé trouvé des pistes à de nombreuses reprises, mais rien qui ne soit véritablement intéressant. Il y avait peut-être quelque chose du côté de Flamaerin, mais je n'en sais pas plus. Tu pourras en discuter avec le capitaine de notre armée. Elle se décolle légèrement de son roi à mesure que les mots s'empilent les uns sur les autres. Les doigts du brun tremblent, elle peut les sentir contre sa peau, mais elle reste muette. Leurs lèvres fusionnent encore, mais le goût de ce baiser est bien différent des autres. Il inspire le désespoir, celui qui les habite à cet instant. Mais une chose est sûre, ils seront toujours là l'un pour l'autre, peu importe ce qui se passe autour d'eux. Sans lui, elle n'est rien, et elle commence à penser que l'inverse est aussi vrai. Après tout, Adonis avait tout (ou presque), une épouse aurait pu simplement être là pour faire ce qu'elle avait à faire. Mais ensemble, ils forment un véritable duo, elle est sa béquille comme il est la sienne, pour toujours. Entre deux baisers, Izolda embrasse sa joue et murmure à son oreille. – On la retrouvera, je te le promets. Ses lèvres embrassent de nouveau l'orée de sa mâchoire avant qu'elle ne se détache légèrement, gardant sa main dans la sienne. Elle hésite Izolda, est-ce le bon moment ? Y en aura-t-il véritablement un ? Elle a tellement attendu, qu'elle ne sait pas si sa patience tiendra un jour de plus. Le silence règne depuis quelques secondes avant que la voix de la Griffith ne se fasse entendre. – Adonis ? Elle attend qu'il pose ses iris dans les siens. Délicatement, elle vient poser la main de son époux sur son ventre alors qu'elle peut déjà sentir l'émotion l'envahir. – J'ai attendu vraiment très très longtemps avant de pouvoir te le dire. Il était certainement déjà en train de comprendre alors qu'il était plus facile de sentir que son ventre s'était arrondi en le touchant qu'en le regardant. – Bientôt, tu seras père. Izolda se mord la lèvre, par réflexe, elle ignore pourquoi elle est nerveuse comme ça, alors qu'elle sait que cela lui fera plaisir. – Nous allons avoir des jumeaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
earth mutant
avatar
earth mutant
‹ MESSAGES : 7607
‹ AVATAR : dylan o'brien
‹ CRÉDITS : (av) self / (icons sign) self / (gif profil) tumblr
‹ COMPTES : star n'zuzi (spoiler alert: c adonis le plus sympa oopsie)

‹ AGE : Il a eu 26 ans le 23 septembre dernier. On a tendance à lui donner plus, à penser que l'homme qui a déjà vécu autant a plus d'années au compteur mais Adonis est pourtant toujours jeune. Il comble l'inexpérience par l'ambition et le culot.
‹ STATUT : Marié à une femme qu’il aime, certes, mais son coeur se consume d'un amour interdit pour l'empereur tombé.Izolda est sa meilleure alliée, mais elle n’est pas lui. Après avoir passé des mois à tenter de l’oublier, Adonis se livre enfin à ses sentiments. Tout entier, sans barrière, sans retenue, quitte à finir avec le coeur en tas de cendres.
‹ SANG : C'est d'un bleu roi que son hémoglobine est teintée, comme cela aurait toujours du l'être. Le Griffith a récupéré sa couronne au prix fort, mais au moins tout cela n'a pas été vain.
‹ POUVOIR : Quatre semaines douloureuses ont transformées la vie d'Adonis à tout jamais. Le fier Eartanarien a perdu sa belle légitimité à cause d'inconnus. La colère qui brûle dans ses veines transforme sa terre adorée en une lave brûlante.
‹ METIER : Il y est arrivé, le but ultime est atteint avant même sa trentième année. Roi d'Eartanera, Adonis assoit son pouvoir sur la nation qu'il aime tant.
‹ ALLEGEANCE : Lui-même. Adonis a fomenté plusieurs alliances en échange d'une couronne qu'il a enfin obtenu. Plus motivé que jamais, le Griffith refuse de voir la couronne lui échapper. Il a également tout récemment fondé un mouvement activiste pour le bien des mutants à travers tout Aksana, avec Rayna Belikov et Rita Kimora.
‹ ADIUTOR : Aléa Dochain, l'ombre protectrice, capable de tout pour lui. Elle est sa main armée, elle est son réconfort. C'est elle son bras-droit, désormais.
‹ POINTS : 7332

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: Re: history is written by the victors (izoldis) Mar 1 Mai - 10:19

Il ne suffit que d’un regard vers la silhouette recroqueville de son épouse pour comprendre le poids qu’à cette disparition sur ses frêles épaules. Le brun ne lui en veut pas, Izolda est encore très jeune, trop jeune. Il a tendance à l’oublier, mais leurs six années d’écarts sont un gouffre d’expérience qu’elle n’a pas, et que lui a acquis à la sueur de son front et par le biais d’échec cinglants. Elle répond à sa question, parle de Flamaerin, tout ça pendant que son front est posé contre le sien, et que son corps est si proche de celui du roi. Adonis hoche la tête. « Demain à la première heure j’irai le voir, alors. » souffle-t-il, comme une promesse. Aléa doit lui revenir, c’est essentiel. En plus d’être son bras droit, elle est une assurance de plus que le roi ne devienne pas fou de rage, de pouvoir, ou fou tout court. Leurs lèvres se retrouvent à nouveau, ça remplit un peu le cœur d’Adonis d’assurance et d’amour, et il laisse ses doigts glisser contre l’épaule de sa belle. La promesse de la reine lui tord légèrement le cœur. « Je la retrouverai, tu en as assez fait. » souffle Adonis, sur un ton qui ne laisse que très peu place à la discussion. Il voit bien ses cernes, ses traits tirés, et les quelques kilos qu’elle a perdu, creusant ses joues et affinant ses bras. La reine doit se remettre, même si lui aussi doit se rétablir des stigmates laissées par la prison. Izolda se fait plus tendre, vient embrasser sa joue, sa mâchoire, alors qu’elle s’est emparée de sa main valide. Adonis la laisse faire, car il sait qu’elle a besoin de le retrouver, et il en a besoin aussi. Sentir cet amour, cette tendresse, ça fait battre son cœur et lui redonne l’envie de vivre, ne serait-ce que pour elle. Elle souffle son prénom comme une question, et le brun laisse l’ambre venir se poser délicatement contre les noisettes de son épouse. Quand c’est fait, leurs mains bougent, et Izolda la plonge sous l’eau, pour poser les doigts de l’homme contre son ventre. L’interrogation se lit dans le regard du brun, qui laisse machinalement son pouce caresser la peau. Il lui semble sentir une courbe qui n’était pas là auparavant, mais bien trop faible pour réellement le remarquer. Elle entame alors une confession, qui lance le cœur du brun dans une course endiablée. Mais c’est quand elle lui dit qu’il sera père que sa main se crispe légèrement sur le ventre de la brune. Pas violemment, pas sans douceur. Non, c’est comme un instinct protecteur, il aimerait que sa main soit assez grande pour couvrir tout le ventre de sa belle, et agir comme un bouclier envers le monde extérieur. Et son sentiment s’amplifie encore quand elle mentionne des jumeaux. C’en est trop pour le brun, trop d’émotions d’un seul coup, et ses dents viennent contre sa lèvre inférieure, comme si il devait se retenir absolument, peut-être pour ne pas paraître faible. Mais Izolda le connait, elle sait qu’Adonis ressent tout trop fort, qu’il ne peut empêcher les émotions de prendre le dessus, quand elles sont trop présentes. Son regard se fait humide, et rapidement, il s’affranchit de la main de son épouse, vient prendre sa nuque, peut être avec un peu trop d’enthousiasme, et écrase sa bouche contre la sienne. Alors qu’il l’embrasse, une larme de joie coule contre sa joue. Elle lui a tout offert, ce soir : le trône, l’amour et tout ce qu’Adonis a toujours été si impatient d’avoir : des enfants. Il avait peur d’épouser une femme qui ne le laisserait pas la toucher, à cause de ses nombreuses conquêtes, mais Izolda est parfaite à ses côtés, et le brun l’aime tellement que ça sort tout seul, quand leurs lèvres se détachent. « Je t’aime. » Son pouce caresse sa machoire, et il s’éloigne un peu. « Depuis quand ? Je n’ai rien vu. » Il repose sa main sur son ventre, impatient, comme un enfant à qui on promet des cadeaux pour la fin de l’année, et qui doit encore attendre quelques jours. Ses doigts caresses la peau, et il ignore si c’est son imagination ou si il sent véritablement une très légèrement bosse sur le ventre de la belle. « Des jumeaux ? Tu es sûre ? » Son cœur pourrait tout aussi bien exploser de joie, ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
earth mutant
avatar
earth mutant
‹ MESSAGES : 2361
‹ AVATAR : blanca padilla
‹ CRÉDITS : bae best bae (av) ; excelsio (signa)
‹ COMPTES : ae - dk - rs - ah
‹ AGE : vingt et une pétales.
‹ STATUT : mariée au seul homme qui compte à ses yeux, elle n'en reste pas moins volage.
‹ SANG : autrefois argenté, il prend maintenant des reflets bleutés.
‹ POUVOIR : maîtrise du métal, un don qu'elle a eu du mal à appréhender, mais avec lequel elle se familiarise de jour en jour.
‹ METIER : reine d'eartanera, la couronne faite d'or repose enfin sur sa chevelure ébène.
‹ ALLEGEANCE : elle a depuis longtemps ployé le genou face à adonis.
‹ ADIUTOR : asenath, une verte qui a disparu après le virus.
‹ POINTS : 3236

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: Re: history is written by the victors (izoldis) Mer 16 Mai - 0:52

Légèrement stressée, Izolda venait de lui avouer ce qu'elle avait sur le coeur depuis bien trop longtemps. Plusieurs personnes l'avaient appris depuis qu'elle le savait. Isaak, Ced, Braelyn. Mais pas le principal concerné, pas celui à qui elle mourrait, littéralement, d'annoncer la nouvelle. Izolda avait l'impression que cela faisait une éternité qu'elle attendait patiemment le bon moment. Il y avait bien eu leur nuit de noces, mais Adonis avait été bien trop impatient pour qu'elle n'ait le temps de le lui dire. Et puis, il avait été kidnappé, enfermé, sans qu'elle ne sache si elle le reverrait. Et il avait finit par lui être rendu. Ils avaient fini par être seuls. Alors les mots étaient sortis comme ça. La reine pouvait sentir la main du brun se resserrer contre son abdomen alors que leurs regards ne se sont pas encore quittés. Elle pince ses lèvres, alors qu'elle essaye de sonder ses pensées au travers de ses iris ambrés. Elle fronce le regard, incertaine de ce qu'elle y trouve, mais il semblerait que l'émotion emporte le coeur du roi. Leurs mains finissent par se quitter alors qu'Adonis la rapproche de lui et il l'embrasse. C'est rempli de fougue, de passion. Elle peut même sentir le goût salé d'une larme qui perle contre ses lèvres. Elle vient alors glisser ses doigts dans sa chevelure, lui rendant son baiser. Son front de pose contre le sien et leurs souffles s'entremêlent alors qu'il glisse quelques mots emprunts d'une spontanéité folle. – Je t'aime aussi. Il n'y avait qu'à lui, qu'elle arrivait si bien à déclarer sa flamme. C'était toujours naturel, et sincère. L'instant dure quelques secondes avant qu'elle ne se décolle un peu de lui. Sa main revient se positionner sur le ventre de la brune. – Je l'ai su quelques jours avant nos noces. J'ai d'ailleurs essayé de te le dire ce soir là mais.. Un léger sourire se greffe sur ses lèvres alors qu'elle repense à cette nuit, quelque peu mémorable. – D'après les calculs des médecins, depuis décembre. et ils savaient tous les deux de quelle nuit il s'agissait. Elle s'humidifie les lippes avant d'hocher positivement de la tête. L'émotion commence à la gagner aussi et son regard brille. Elle a tellement attendu ce moment, imaginant le pire, imaginant qu'elle ne pourrait lui dire, qu'il ne l'aurait jamais su, qu'il serait mort dans l'ignorance. C'est comme si la pression de ces dernières semaines retombaient enfin. – Ils sont bien deux là dedans. En tout cas, les médecins m'ont tous affirmé la même chose. On ne peut simplement pas encore savoir leur sexe. Peut-être d'ici quelques mois, il y a des plantes qui donnent des indications. Enfin je crois. izolda finit par se lever doucement, se tenant debout face à lui. Son ventre arrivait plus ou moins au niveau de son visage. La bosse qui s'était formée n'était véritablement visible que pour ceux qui savaient. Elle le laisse reposer sa main dessus alors qu'elle y met la sienne également. – J'ai si hâte, si tu savais. Un sourire s'était greffé sur ses lèvres et il ne semblait pas vouloir s'en déloger. – Mais j'ai peur aussi Adonis. Des craintes s'étaient formées pour plusieurs raisons. Elle n'avait pas oublié la grossesse ratée de Wanda, et la mort de son premier enfant. Et puis elle avait entendu tant de choses sur les naissances de jumeaux, à quel point cela était compliqué. Et ils seront des mutants, pourchassés par beaucoup, par leur propre sang. Plusieurs menaces pesaient déjà sur eux et elle ne savait pas si elle était de taille pour tout ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
earth mutant
avatar
earth mutant
‹ MESSAGES : 7607
‹ AVATAR : dylan o'brien
‹ CRÉDITS : (av) self / (icons sign) self / (gif profil) tumblr
‹ COMPTES : star n'zuzi (spoiler alert: c adonis le plus sympa oopsie)

‹ AGE : Il a eu 26 ans le 23 septembre dernier. On a tendance à lui donner plus, à penser que l'homme qui a déjà vécu autant a plus d'années au compteur mais Adonis est pourtant toujours jeune. Il comble l'inexpérience par l'ambition et le culot.
‹ STATUT : Marié à une femme qu’il aime, certes, mais son coeur se consume d'un amour interdit pour l'empereur tombé.Izolda est sa meilleure alliée, mais elle n’est pas lui. Après avoir passé des mois à tenter de l’oublier, Adonis se livre enfin à ses sentiments. Tout entier, sans barrière, sans retenue, quitte à finir avec le coeur en tas de cendres.
‹ SANG : C'est d'un bleu roi que son hémoglobine est teintée, comme cela aurait toujours du l'être. Le Griffith a récupéré sa couronne au prix fort, mais au moins tout cela n'a pas été vain.
‹ POUVOIR : Quatre semaines douloureuses ont transformées la vie d'Adonis à tout jamais. Le fier Eartanarien a perdu sa belle légitimité à cause d'inconnus. La colère qui brûle dans ses veines transforme sa terre adorée en une lave brûlante.
‹ METIER : Il y est arrivé, le but ultime est atteint avant même sa trentième année. Roi d'Eartanera, Adonis assoit son pouvoir sur la nation qu'il aime tant.
‹ ALLEGEANCE : Lui-même. Adonis a fomenté plusieurs alliances en échange d'une couronne qu'il a enfin obtenu. Plus motivé que jamais, le Griffith refuse de voir la couronne lui échapper. Il a également tout récemment fondé un mouvement activiste pour le bien des mutants à travers tout Aksana, avec Rayna Belikov et Rita Kimora.
‹ ADIUTOR : Aléa Dochain, l'ombre protectrice, capable de tout pour lui. Elle est sa main armée, elle est son réconfort. C'est elle son bras-droit, désormais.
‹ POINTS : 7332

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: Re: history is written by the victors (izoldis) Ven 25 Mai - 9:29

La belle laisse ses doigrs courir contre le crâne du roi, et lui rend son baiser, plein d’amour, de fougue, de promesses d’avenir. L’homme s’en délecte, et puis soupire contre ses lèvres des mots d’amour qu’elle répète sans hésitation. Il sourit doucement. Lui qui a toujours voulu d’un couple comme celui de son père et de sa mère, il a l’impression d’avoir mieux. Izolda n’est pas le grand amour de sa vie, pas celle qui le rend fou de jalousie, fou de passion, fou d’amour. Mais elle est celle qui le rend heureux, le plus heureux, qui lui offre tout ce dont il a besoin : le soutient, la famille, et même la sécurité. Il n’aurait pas pu rêver mieux. La main du futur père se pose contre le ventre de sa belle, encore, et il pose ses questions, auxquelles elle répond. Adonis lâche un léger rire, bref, quand elle mentionne leur nuit de noce. « Un souvenir auquel je me suis souvent raccroché. » Avoue-t-il sans détours. Dans sa prison, il a tant et tant pensé aux baisers de sa belle, à ses bras, à sa tendresse. Il la voyait encore, allongée entre les draps, habillée seulement par le satin blanc qui ornait leur lit conjugal. « Décembre ? Attend... Foushin? Ca veut dire que… » Un silence, le roi compte mentalement, et quand il réalise, son regard brille encore plus. « Tu vas accoucher en septembre ? » Il ne peut empêcher le sourire rayonnant de s’emparer de ses lippes. Pour le festival de Greenstall, pour son anniversaire, des héritiers pour fêter sa vingt-septième année. Le brun a le cœur qui bat si fort qu’il n’est pas certain d’entendre la suite, mais il l’entend, et son sourire se fâne un peu, il penche la tête doucement, et observe son épouse alors qu’elle se lève pour se mettre debout face à lui. Il a son ventre juste devant les yeux, et l’observe avec attention. Il y voit effectivement une légère bosse. Le brun laisse la reine poser leurs mains sur ce ventre qui renferme leurs plus beaux trésors, les gemmes d’Eartanera, à protéger envers et contre tout. Et contre tous. « J’ai hâte aussi. » souffle le brun, mais elle affirme ensuite ses craintes, et le brun sent une boule se former dans sa gorge. Il se souvient, lui aussi, de la mort de celui qui aurait du être son premier enfant. Le roi ignore qu’il a un batard bien vivant, pas si loin de lui, né sans difficulté. Il ignore qu’il n’a rien à se reprocher, que la mort de son premier fils n’était qu’une coïncidence, provoquée par le virus. Il déglutit, soudainement effrayé que quelque chose n’aille pas avec lui. Mais le sang de sa famille est plus puissant que ça. Le brun déplace sa main sur la hanche de sa belle, son autre main toujours immobile à cause de sa blessure à l’épaule, et vient poser un baiser sur son ventre humide. « Tu es plus forte que tu le crois, Izolda. Une véritable reine. » Il lève les yeux. Dans cette position, elle le domine de toute sa hauteur, comme si elle était déesse et lui simple mortel. Quelque part, c’est presque le cas. « D’ici quelques mois, tu donneras naissance à nos deux héritiers, et tout se passera bien. Ils seront en bonne santé, et nous les protégeront contre le reste du monde. » Il se lève, lui aussi, et la prend contre lui dans une étreinte qui se veut rassurante, et forte. « Et je te protégerai contre le monde entier, tu n’as rien à craindre. Personne ne te touchera, personne ne touchera à nos enfants. Et ceux qui oseront mettre ta vie ou la leur en danger, je les tuerai moi-même si il le faut. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: history is written by the victors (izoldis)

Revenir en haut Aller en bas

history is written by the victors (izoldis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PINNED UNDER THE WEIGHT :: anciens rps :: saison 2-