AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
bon anniversaire pinned!
Le forum souffle sa première bougie grâce à vous ! Merci pour votre investissement sur le forum et pour tous ces rps qui nous font rêver ! Et parce qu’un an, ça se fête, n’hésitez pas à participer aux quelques animations mises en place ! En route vers d'autres belles années !

Partagez| .

the freedom to dream (cal)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: the freedom to dream (cal) Lun 12 Mar - 5:35


the freedom to dream


Les murmures parsemaient tous les recoins du palais des flemmes, se faisant plus forts et virulents chaque seconde. Un brasier géant s’était allumé en même temps que la victoire amenant Adonis sur le trône signait une nouvelle paix. Le palais de la capitale s’était presque fait assiégé puisque les gens de Saeko Yinren avaient réussi à voler un important volume de nourriture. Il fallait croire qu’une victoire ne venait jamais sans peine ; le nombre de mort était déjà un coup dur pour un roi, sans savoir que son palais avait été la cible de troupes ennemies alors qu’il ne s’y trouvait pas. Le couronnement d’Adonis à peine terminé, l’énorme bombe que Cal avait lancé en l’embrassant devant toute l’assemblée, l’attaque de Saeko au sein même du palais royal, toute une nouvelle politique à installer… Laurel savait que tous ces éléments mis bout-à-bout seraient un poids immense pour Cal. Elle avait conscience de son rôle de conseillère et plus encore aujourd’hui, de son rôle d’amie. Les deux jeunes gens n’avaient pas encore eu l’occasion de discuter au milieu de toute cette fouille qui s’était agitée, avant, pendant et après le couronnement, lors de leur retour à Launondie. Ses pas se faisaient petits, rapides presque fuyants, rejoignant le plus vite possible l’endroit de rendez-vous sans vouloir trop attirés les soupçons. Tout s’était produit si rapidement qu’elle avait à peine eu le temps d’adresser la parole à son mari, sachant juste qu’il était revenu sein et sauf leur annoncer la nouvelle de la victoire. Derrière toutes ses pensées, elle ne pouvait s’empêcher de penser au pêché que représentait son ancien amour, Gunnar, n’ayant pas eu la chance de l’apercevoir et ne sachant pas quel était son état. Inquiète, légèrement perdue par tous ces changements et toutes les pensées qui se bousculaient dans sa tête, c’est avec force et détermination que Laurel avait décidé de se concentrer sur son rôle de stratège, conseillère et amie auprès de son roi. Même s’il s’agissait d’une victoire, Laurel avait conscience que les changements annoncés par Adonis ne se feraient peut-être, certainement, pas aussi en douceur que tout le monde l’espérait. Un nouveau temps arrivait et avec lui, son lot de malheurs. Elle ne criait jamais victoire trop rapidement, Laurel, toujours prête à un retournement de situation ; toujours prête à devoir faire ce qu’il faut rapidement pour protéger Cal. Autant qu’elle puisse aimait Adonis, ce serait toujours le Oshun qu’elle protégerait et qu’elle suivrait. C’est un coin retiré des jardins qu’ils avaient choisis, suffisamment éloignés pour que peu de personnes s’y aventure et avec suffisamment de visibilité pour voir une quelconque présence non conviée au rendez-vous, s’approcher. Elle savait qu’elle allait faire face à une explosion de sentiments face à ce roi qui serait certainement en colère d’avoir su son palais si vulnérable, d’avoir avouer à une assemblée qui s’empresserait de le répéter, l’amour qu’il portait au nouveau Griffith siégeant sur le trône d’Eartanera. Traversant les jardins à la française, elle ne put s’empêcher de se perdre un instant, admirant toujours aussi intensément ces arbustes sculptés à l’identique des deux côtés, comme deux âmes sœurs parfaites, fortes de leurs poussées et si fragiles aux éléments naturels. Un mélange subtile rappelant les différentes formes que l’amour pouvait prendre. Obligée d’adresser quelques sourires ça et là aux personnes qui la reconnaissaient sur son passage, Laurel faisait toujours attention à avoir un léger sourire sur ses lèvres, donnant ainsi un aspect doux à sa personnalité. Plus encore, étant mariée à un Swanson, sa douce apparence aidait la réputation familiale, plutôt connue pour ne pas être de grands partisans de la paix, contrairement à sa famille de naissance, du nom de Grimsrud. Elle discerna la silhouette de Cal, assis sur un banc en attendant son arrivée, observant le flot d’eau se déverser dans la fontaine ornée d’une statue. Elle s’approchant doucement, appréciant le calme qui régnait dans cet endroit, sachant que la discussion s’annonçait sèche et inquiétante. « Pourquoi ai-je l’impression que ton apparence si calme cache en réalité une explosion de sentiments à l’intérieur ? » Demanda la jeune fille gentiment, posant une main affectueuse sur l’épaule de son roi. Contournant le banc, elle vint s’asseoir à ses côtés. « Tout s’est enchaîné si rapidement que nous avons à peine pu nous croiser. Je suis là, maintenant. » Termina-t-elle par dire, comme pour l’encourager à prendre la parole sur tous ces sujets qui le préoccupait.

⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
administrator
avatar
administrator
‹ MESSAGES : 1174
‹ AVATAR : max irons bby
‹ CRÉDITS : av ; best uncle ever (flotsam)
‹ COMPTES : la faiseuse d'éclairs, echo wickham.

‹ AGE : vingt-neuf ans, une jeunesse trop vite passée, un avenir déjà tout tracé et une couronne qui repose désormais sur sa tête dorée.
‹ STATUT : autrefois marié à saeko yinren, il a rompu son union avec cette dernière et est désormais marié à alaia oshun. pourtant, l'amour qui brûle en lui n'est destiné à aucune d'entre elles.
‹ SANG : bleu, le symbole premier d'une royauté qui se complaît à rappeler à chacun leur supériorité.
‹ POUVOIR : le feu et les éclairs, une combinaison dangereuse. il sait que ce nouveau pouvoir est un cadeau, dont il a bien l'intention de profiter.
‹ METIER : autrefois empereur, il ne peut aspirer qu'au titre de roi, désormais. roi de sa nation, flamaerin, et plus rien d'autre.
‹ ALLEGEANCE : cal, il pense avant tout à son futur, et à celui de sa famille. son allégeance, elle revient aux oshun, à leur dynastie, qu'il souhaite porter loin.
‹ ADIUTOR : naos, à qui il a été lié pendant plus de dix ans. et si leur relation a toujours été dictée par la rancœur et le mépris, cal ne réussit pas à effacer le vide qui s'est créé en lui depuis la perte de leur lien.
‹ POINTS : 951

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: Re: the freedom to dream (cal) Dim 18 Mar - 22:45

Trop de choses. Toujours trop de choses. Les événements se succèdent et s'enchaînent dans sa vie avec une vitesse qui le surprend toujours. Une victoire, pour une défaite. Toujours et encore. Cal n'arrive jamais vraiment à savourer les succès, car le tableau se retrouve toujours bien vite entaché par une ombre. La bataille d'Eartanera a été gagnée, Adonis a accédé au trône, et il lui est revenu. Une victoire qui a malgré tout un goût amer pour l'ancien Empereur, lui qui a vu une partie de son héritage s'envoler définitivement lorsque la Couronne a été posée sur la tête de son amant. Éternellement partagé, il parvient pourtant à s'accorder sur le fait qu'il préfère mille fois voir l'ancien ambassadeur à la tête de la nation de la terre que son paternel. Une victoire donc, malgré les ressentiments qui viennent la ternir. Une bonne nouvelle qu'il souhaitait partager avec son peuple, leur annoncer la fin d'une guerre qu'ils n'avaient que trop subi, d'une famine qui les affaiblissait jour après jour. Mais Saeko était passée par là. Elle a profité de son absence, a cherché à distiller dans le cœur de la population sa rancœur, a tenté de rallier le peuple à sa cause. Une manœuvre qui manque de sincérité selon lui, qui n'est là que pour servir ses propres intérêts, malgré tout ce qu'elle veut bien laisser paraître. Elle qui ne s'est jamais intéressée plus que ça au cas de ces personnes dont elle tente pourtant de gagner la fidélité et l'affection désormais. Endossant le rôle de sainte, de mère nourricière, d'impératrice déchue et bafouée. L'amie du peuple, la noble qui se soucie de l'avenir de ceux dont le sort était pourtant entre ses mains, il y a encore quelques semaines de ça, et pour lesquels elle n'avait rien fait, à l'époque. Il a senti la colère le gagner, l'Oshun, lorsqu'il est rentré au palais et qu'on lui a conté ce qui s'était passé en son absence. Davantage, lorsqu'il a lu la lettre qui avait été laissée à son intention. En colère contre elle, en colère contre ceux qui la suivent, mais surtout, en colère contre lui-même. La colère a pris le dessus sur l'amertume, sur la nostalgie, sur la douleur. Mais il s'est contrôlé, car il sait qu'il ne peut pas lui faire ce plaisir, celui de perdre son sang-froid face à ses actions. Car c'est ce qu'elle veut, qu'il se sente en danger, qu'il s'inquiète pour son pouvoir, pour sa Couronne. Et il ne lui fera pas ce plaisir. Car finalement, même si elle avait cherché à l'affaiblir, à ternir son image, il était revenu de cette bataille qu'elle estimait ne pas être la sienne avec la paix, et un accord durable avec Eartanera concernant leurs précieuses récoltes. Car si elle avait vidé les réserves du palais, il était revenu avec une solution durable. Et c'était bien ça, qui faisait toute la différence. Cette affaire l'avait tenu occupé depuis qu'il était revenu d'Eartanera. Pourtant, le palais vibrait déjà de l'effervescence du mariage à venir. Il avait laissé la préparation de cette union aux mains de ceux dont il s'agissait du métier, et se fiait aux choix d'Alaia en la matière, qui s'impliquait un peu plus que lui. Désormais, les choses semblaient s'apaiser quelque peu, lui laissant davantage de temps libre, un temps qu'il avait l'intention d'utiliser pour parler aux bonnes personnes. A commencer par Laurel.
Assis sur un banc des jardins du palais, Cal observe distraitement la fontaine devant lui. Malgré lui, il pense à ce mariage qui approche, à Adonis, aux tensions qu'il est capable de deviner entre la religion et les mutants qui seront présents. Il espère sincèrement que cette célébration ne ressemblera en rien à celle qu'il a connu précédemment. Il aurait dû s'en douter, à l'époque, que les attentats représentaient un sombre présage pour son union avec Saeko. La Swanson finit par apparaître dans son champ de vision. Elle est rayonnante, comme d'habitude. La lumière qui l'a pendant longtemps guidé, lorsqu'Isaure n'était plus là pour le faire. Dans d'autres circonstances, elle aurait pu être son épouse. Mais il la sait bien, aux côtés de son cousin, et il ne regrette sa décision pour rien au monde. Elle vient s'installer à ses côtés, et les paroles qu'elle prononce font apparaître l'ombre d'un sourire sur son visage. « C'est vrai que ces derniers temps ont été éprouvants. » Son regard glisse vers le visage de son amie. « Comment vas-tu, Laurel? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: the freedom to dream (cal) Mar 24 Avr - 2:53


the freedom to dream


« C'est vrai que ces derniers temps ont été éprouvants. » Répondit son ami, plus que son roi, à ce moment précis. « Comment vas-tu, Laurel? » Elle eut un sourire, la jeune fille. C’était une question pleine et vide de sens, tout à la fois. Elle ne pouvait pas réellement y répondre parce qu’elle pensait bien trop aux autres avant même sa personne. Si ce n’était que Laurel, dans un moment d’égoïsme, elle aurait répondu que tout allait bien. Sauf qu’elle ne se regardait pas comme ça, rarement. Les nombreuses morts lui trottaient dans la tête et son devoir envers son roi lui alourdissait les épaules. Privilégiés comme ils étaient, elle ne ressentait pas la faim ni l’angoisse de la maladie à tous moments, elle vivait dans un quartier luxueux où même après une guerre, elle pouvait nourrir son corps de la nécessité qu’il fallait. « Je vais bien. » Répondit-elle contredisant ses pensées. « Même si je sais que ce n’est pas le cas de tout le monde. » Continua-t-elle d’une voix lourde. Elle ne voulait pas en rajouter et surtout, elle ne voulait pas envoyer des ondes négatives à Cal. Laurel savait que son fardeau était lourd à porter, bien plus que le sien et pour cela, parfois elle ne disait que la moitié de la vérité. Cependant, la jeune femme savait que Cal n’était pas dupe, comment pourrait-il l’être après tant d’années d’amitié : dans un moment de compréhension mutuelle, il avait toujours eu la décence de ne pas rien dire. Laurel pivota son corps vers lui, cherchant à capter l’expression sur son visage. « Veux-tu que l’on parle de la bataille gagnée ? » Demanda-t-elle arborant un air sérieux sur le visage. Son sourcil se fronça légèrement. « Ou peut-être de l’attaque du palais des flammes ? » Questionna-t-elle presque pour elle même. Tant d’événements avaient eu lieu depuis leurs départs. Ce n’était pas réellement la guerre quand elle y pensait mais plus les années qui passaient de plus en plus vite. Son grand-père lui avait dit un jour, qu’en vieillissant, il arrive un point où les années semblent être des secondes, particulièrement lorsqu’on regarde derrière. Ce vieux fou avait plutôt la tête sur les épaules pour dire de telles paroles, elle s’en rendait compte maintenant Laurel. Mais de tout ce qui était ressortis de ces récits, ce ne fut jamais le travail ou l’honneur, ce fut la famille et l’amour. Au bout de sa vie, ce qui compte le plus ce n’est certainement pas au nombre d’heures au service d’un roi que l’on pense mais surement, à la quantité d’amour que nous avons fourni et surtout, à la quantité d’amour que nous avons reçu. Laurel releva la tête, arrêtant ses pensées. « Ou peut-être, préfères-tu parler du couronnement d’une certaine personne ? » Demanda-t-elle avec un sourire. « Je veux dire, de ta relation avec une certaine personne, un nouveau roi. » Continua la jeune fille, malicieuse. Dans ce monde fou, il fallait bien savoir user d’humour. Laurel savait que tout ceux qui avaient assisté au couronnement chuchotaient dans les couloirs et elle savait que bientôt, beaucoup d’autres en parleraient, bien moins discrètement. Pour sur, c’était un défi qu’allait relever Cal, lui qui devait faire face à des obstacles tous les jours. Laurel ne savait pas vraiment comment arrêter cette machine à ragots ou comment protéger son ami des mauvaises langues. C’était impossible et après ce geste, Cal en avait certainement conscience. Cependant, elle savait qu’être présente pour le soutenir aiderait beaucoup parce que le jeune homme avait les épaules suffisamment solides pour le supporter, il l’avait prouvé maintes fois. Elle mit une main sur son bras, d’un geste tendre. « Tu sais que tu ne pourras pas y échapper, n’est-ce pas ? » Dit-elle plus en affirmation qu’en questionnement. Un silence s’installa entre eux, elle ne souhaitait pas déranger cette conversation interne. Après tout, elle n’était peut-être pas la meilleure placée pour donner des conseils en amour. Sa propre vie sentimentale était compliquée et partagée entre son mari et son ancien amant.

⇜ code by bat'phanie ⇝
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: the freedom to dream (cal)

Revenir en haut Aller en bas

the freedom to dream (cal)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PINNED UNDER THE WEIGHT :: playground :: anciens rps :: saison 2-