AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

goodbye my almost lover (wandyle)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
yellow
avatar
yellow
‹ MESSAGES : 601
‹ AVATAR : cody christian.
‹ CRÉDITS : ordinn, bb laura.
‹ COMPTES : éclairs, esprit, guérison, métal, vol, intelligence.

‹ AGE : vingt-cinq ans qu'il erre, âme damnée condamnée à être marquée par cet affreux bracelet jaune. les années passent mais la situation du brun n'évolue pas. jamais.
‹ STATUT : coeur verrouillé par les soins de la terrible el'rin. incapable de ressentir, lyle a volontairement banni tous les sentiments de son âme. parce que c'était trop difficile. trop douloureux.
‹ SANG : mêlé, moins que rien. inconsidéré. pitoyable gamin. invisible aux yeux de ces maîtres tout-puissants. à peine bon à protéger une autre vie que la sienne.
‹ POUVOIR : l'électricité, terrible jaune dans les éclairs pernicieux se brisent sur les épidermes humains. terrible jaune qui ne méprisait ses capacités qu'avec le plus grand mal, tant ses états d'esprit influaient sur sa concentration.
‹ ALLEGEANCE : l'armée de pollux, comme son frère de coeur naos. à l'encontre de sa mère d'adoption, echo. parce que pollux a su exalter ses démons, le pousser dans ses retranchements pour servir la cause.
‹ ADIUTOR : wanda oshun, l'aimée, la détestée, l'amante, l'ennemie, la complice, l'adversaire. la blonde est à la fois tout et son contraire aux yeux de l'impétueux. il l'a protégé, a pris des coups pour elle. la seule qu'il avait jugé différente, durant un certain temps.
‹ POINTS : 1164

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: goodbye my almost lover (wandyle) Dim 11 Mar - 18:57

easy come, easy go, that's just how you live. take, take, take it all but you never give. should've now you was trouble from the first kiss. gave you all i had and you tossed it in the trash. to give me all your love is all i ever ask 'cause what you don't understand is i'd catch a grenade for you. throw my head on a blade for you. i'd jump in front of a train for you. you know i'd do anything for you. i would go through all this pain, take a bullet straight through my brain. yes i would die for you baby but you won't do the same.


« Tu te languis d’aller la rejoindre, n’est-ce pas ? » Le ton, presque persiflant, de la divine Wickham le surpris. Ou, du moins, ne le surpris qu’à moitié. Parce qu’elle avait toujours agi en protectrice, envers ce gamin de rien. Ce miséreux qu’elle avait rapidement pris sous son aile. Jusqu’à devenir une véritable figure maternelle, entité réconfortante, débordante d’affection et qui prenait soin de ce petit sauvage. L’Osborn l’avait toujours écouté, pris en compte ses nombreux conseils. Echo n’était pas viscéralement parfaite mais, pourtant, elle l’était à ses yeux à lui. Véritable déité protectrice faite chair. Et elle ne voyait pas d’un bon œil la relation que le jaune entretenait avec la princesse au sang bleu. Avec celle qui tourmentait à la fois son cœur et son esprit, qui lui menait la vie dure et semblait prendre un malin plaisir à lui être infidèle. « Elle a dit qu’elle avait quelque chose d’important à me dire, c’est tout. » Haussement d’épaule indifférent. Parce qu’il continuait de prétendre que ce qu’il y avait entre eux n’était pas important, que ce n’était pas plus qu’un petit flirt. Qu’il n’y avait aucuns sentiments entre eux, aucune attache, qu’il ne faisait que jouer et s’amuser avec elle. Ce n’était pas seulement Echo, qu’il tentait de convaincre. C’était lui-même. Il essayait de se trouver des excuses, de justifier ses actes. De s’innocenter, en d’autres termes. De s’innocenter pour cette trahison qu’il commettait envers sa propre âme. Parce qu’il trahissait tous ses principes. Tous ses idéaux. Tout ce en quoi il croyait. Tout ce pourquoi il se battait. Son esprit de vengeance se dissipait, au contact de la désirée. Même sa haine semblait s’envoler. Temporairement assourdie par le désir qui battait au creux de ses reins. « Cette histoire ne va bien finir, Lyle. Et tu le sais. » Enième haussement d’épaule. Parce qu’elle avait raison. Tellement raison. Il ne pouvait le nier. Prétendait simplement ne pas l’entendre. Ne pas comprendre ce que ses paroles signifiaient. Parce qu’il n’y avait absolument aucune chose pour que ce petit manège, entre Wanda et lui, ait une fin heureuse. Absolument aucune. Alors, l’impétueux se voilait la face. Se mentait à lui-même. Parce qu’il n’était plus vraiment lui-même, lorsque ses membres s’entremêlaient avec ceux. Il oubliait qu’il avait été ce gamin rejeté, banni, parce que son sang était impur. Oubliait qu’il voulait voir l’intégralité des maîtres mis à terre. Oubliait qu’il ne songeait qu’à sa revanche depuis ses plus tendres années. Pour ne plus se concentrer que sur elle. Rien que sur elle. Sur son sourire solaire, ses courbes enchanteresses et le ton mielleux de sa voix. Sur ce palpitant qui menaçait de s’échapper de sa cage thoracique. « Y a que dans les contes de fées que ça finit bien. Et je sais parfaitement qu’Aksana ressemble à beaucoup de choses mais certainement pas à ça. » Et la discussion cessa brusquement. Un silence oppressant s’étira alors entre eux. Comme toujours lorsque le nom de l’Oshun venait à être prononcé. Comme une malédiction latente. Une épée de Damoclès. Un poison qui, petit à petit, s’insinuait en eux. Jusqu’à les séparer. Du moins, l’espace d’un instant. Parce que le farouche chérissait trop la ligueuse pour se tenir loin d’elle plus de quelques jours d’affilés. « Je reviendrais te voir bientôt. » Un baiser soufflé sur le front de la mêlée qui, à son tour, haussa les épaules. Comme pour le prévenir de ce qui allait se passer. Lui faire comprendre qu’il avait tort. Mais Lyle agissait souvent comme un enfant. Un enfant qui avait besoin de faire ses propres expériences pour se rendre compte des choses. Pour prendre une véritable leçon. Besoin que l’enfant du feu lui plante des dizaines de poignards dans le dos avant de comprendre qui elle était réellement. Et ce que lui méritait. Se mêlant parmi les ombres, le jaune regagna discrètement le palais des flammes. Ses pas le menèrent, automatiquement, aux quartiers princiers de l’infidèle. De celle qui ne cessait de s’excuser pour les nuits qu’elle passait avec autrui. Pour tous ces hommes à qui elle offrait son corps. Tous ces hommes qui n’étaient pas lui. Lyle serra les dents. Par réflexe. Ferma les yeux, l’espace de quelques secondes. Par réflexe, encore une fois. Sa routine pour tenter d’échapper à tous ces mauvais souvenirs qui ne cessaient d’affleurer à la surface de sa conscience. Parce qu’il était amoureux d’elle, mais si elle lui avait donné des centaines, des milliers, de raisons pour ne pas l’être. Insensé qu’il était. Pauvre petit fou. Le garçon destiné au malheur. A ne jamais connaître un plein bonheur. Œuvrant pour une cause difficile qui n’avait que peu d’espoir de vaincre. Sans véritables liens de sang. Et jamais reconnu, jamais considéré. Malgré tous ses efforts pour briller un tant soit peu aux yeux de ces êtres perfides qu’il haïssait pourtant. « Wanda ? » Souffle à peine audible alors qu’il pénétrait dans l’aile de la terrible princesse. Aile totalement plongée dans le noir, comme si elle en était complètement absente. Ce qui était très probablement le cas. Après tout, la belle avait une tendance non-négligeable à être en retard. Ou à l’oublier. Et pour déverser tout cette fureur qui s’emparait alors de lui, Lyle n’avait d’autres choix que de se rendre au trou. Endroit immonde, rendez-vous des dégénérés. Là où il était parfaitement à sa place. Alors, il prit place sur l’immense lit de la blonde. Croisa les mains derrière sa nuque et attendit. Les images de l’inhumaine défilaient dans son esprit. Tout comme leurs trop nombreuses prises de bec. Images déplaisantes rapidement remplacées par les souvenirs de leurs corps s’unissant harmonieusement. Il était insouciant, le gamin. N’imaginant pas un instant ce qui menaçait de s’abattre sur ses épaules. Enième tourment. Celui qui, cette fois, serait de trop. L’injure ultime, celle qui ne pouvait être pardonnée. Ce ne fût que presque une heure plus tard que la superbe pointa le bout de son nez. Toujours aussi ravissante. Visage d’ange, âme de démon. Un grand sourire vint étirer les lèvres du roi des éclairs. Rapidement détrompé par la mine de l’Oshun. « Qu’est-ce qui se passe ? » Et comme mû par une intuition, Lyle sentit qu’il n’allait pas apprécier les paroles qui allaient s’échapper des lippes de Wanda. Qu’il n’allait pas du tout les aimer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fire nation
avatar
fire nation
‹ MESSAGES : 846
‹ AVATAR : NICOLA PELTZ.
‹ CRÉDITS : NEON CATHEDRAL (AVATAR)
‹ COMPTES : IL, MO, SV, LK.

‹ AGE : vingt-six années marquant son visage de poupée, le quart de siècle accroché à l'épiderme.
‹ STATUT : seule, sans fiançailles et sans attaches. ses fiançailles avec braam ososryd ont été annulées lorsque celui-ci a été dénoncé et accusé d'être résistant. désormais son coeur balance contre son âme soeur et une âme qu'elle aimerait purifier, ses désirs se mêlant dangereusement à ses sentiments.
‹ SANG : bleu, pureté royale salissante qui s'entache à son être. une fierté déconcertante, un sourire narquois accroché aux lèvres.
‹ POUVOIR : contrôle de la lumière, c'est un don qui lui échappe encore mais wanda s'accroche à cette distinction, c'est une subtilité nouvelle qui s'échappe de ses doigts, une grâce qui s'accroche à sa peau.
‹ METIER : aucun, jamais elle n'a connu cette obligation et jamais elle ne la connaitra, noble jusqu'au bout des ongles.
‹ ALLEGEANCE : son allégeance se tourne vers son frère et ce qu'il représente ; cal oshun. avec la mort de sa mère et la fin de l'emprise psychologie qu'elle détenait sur wanda, la gamine pu enfin se délivrer et prendre le contrôle de ses propres aspirations ; c'est donc aux côtés de son frère qu'elle se tient, envers et contre tous.
‹ ADIUTOR : lyle, un mêlé jaune, sa deuxième identité, son ombre, désormais traitre il l'a abandonné.
‹ POINTS : 5594

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: Re: goodbye my almost lover (wandyle) Ven 8 Juin - 19:28

easy come, easy go, that's just how you live. take, take, take it all but you never give. should've now you was trouble from the first kiss. gave you all i had and you tossed it in the trash. to give me all your love is all i ever ask 'cause what you don't understand is i'd catch a grenade for you. throw my head on a blade for you. i'd jump in front of a train for you. you know i'd do anything for you. i would go through all this pain, take a bullet straight through my brain. yes i would die for you baby but you won't do the same.

- Je ne sais pas comment lui annoncer, j'appréhende sa réaction. s'exprimait la Princesse, alors qu'elle jouait nerveusement avec ses doigts. Ses prunelles émeraudes vinrent se plonger dans celles magnifiques et azures qui se trouvaient devant les siennes ; dans celles de Cora. La Cour avait toujours été compliquée pour Wanda, elle qui avait du mal à trouver sa place, les faux semblants n'étaient pas quelque chose qui l'attirait particulièrement ; certes, elle savait s'en servir lorsqu'elle en avait besoin, mais lorsque ce n'était pas nécessaire, la blonde ne souhaitait s'entourer que de douces et honnêtes compagnies. Et elle avait réussi à retrouver cela en Cora qui avait le statut de dame de compagnie depuis bien longtemps désormais. La brune soupira légèrement avant de rouler lourdement ses yeux, son attention ne se détacha cependant pas de l'allure de Wanda dont laquelle semblait s'émaner d'immenses ondes d'angoisse. - Ce n'est qu'un simple mêlé Wanda, tu ne devrais pas anticiper la réaction d'un être de la classe inférieure. ses mots étaient incroyablement durs, et pourtant Wanda ne su faire autrement que d'acquiescer. Il s'agissait de la culture dans laquelle elle avait été élevée, celle qui l'avait bercée durant vingt-cinq années, et pourtant, elle ne pouvait pas s'empêcher de penser différemment lorsqu'il s'agissait de Lyle. Elle aurait voulu être capable de dire ce qu'elle pensait vraiment, la regarder droit dans les yeux et lui avouer que ce qu'elle ressentait pour Lyle ne suivait pas les codes moraux de la Royauté et de sa société actuelle, qu'elle aurait probablement fini reniée pour s'être entichée d'un simple Mêlé ; alors, elle ricana légèrement avant de plonger de nouveaux ses prunelles dans celles de la bronze. - Tu as raison. un rictus soucieux étira ses lèvres tandis qu'elle se força à arrêter de jouer avec ses doigts. Elle vint saisir la tasse qui trônait non loin d'elles et l'apporta à ses lèvres, le liquide chaud vint caresser sa trachée et elle su réussir à retenir une grimace miséreuse. - Ceci dit, tu dois me raconter. Comment était-ce de partager son lit avec le plus beau parti d'Eartanera ? la Princesse ricana nerveusement alors qu'elle reposait sa tasse sur le petit guéridon qui se trouvait à leur droite. Adonis était bien plus que le plus beau parti d'Eartanera, il était avant tout son meilleur ami, son âme soeur, mais surtout, son coeur appartenait à Cal et elle venait de lui voler celui qui comptait le plus à ses yeux. Et désormais, elle était liée à lui d'une manière qui leur était propre, mais surtout, ils allaient partager quelque chose que Cal et lui serait incapable de réellement partager, et rien que pour cela, elle s'en voulait terriblement. Ses yeux divaguèrent jusqu'à l'horloge qui trônait au dessus d'une sublime peinture, et une rapide exclamation s'extirpa de ses lippes. Elle était en retard, terriblement en retard, ses doutes avaient finalement réussis à s'emparer de sa conscience à son plus grand regret.- C'est une histoire pour un autre jour. On se voit ce soir. dit-elle alors qu'elle lui lança un dernier sourire. Les battements de son rythme cardiaque venaient de dramatiquement s'accélérer, alors qu'elle imaginait déjà Lyle s'énerver contre son énième retard. Lorsqu'elle pénétra finalement dans ses appartements ses yeux furent automatiquement attirés par la silhouette qui l'attendait si patiemment, silhouette qu'elle connaissait par coeur, silhouette qu'elle avait parcouru des dizaines de fois. - Qu’est-ce qui se passe ? il avait compris, il ne lui avait fallu que quelques secondes pour voir que quelque chose n'allait pas. Il la connaissait par coeur, toutes les années qu'ils avaient passées ensemble n'avait cessées de les rapprocher, un peu plus à chaque fois, alors que la blonde était certaine que ce n'était pas possible. Et ce fut lorsque leurs lèvres s'étaient rencontrées pour la première fois qu'elle compris que c'était inévitable, que malgré son ignorance pour les milles et uns signes qui semblaient se manifester au plus profond de son être, elle ne pouvait pas ignorer ce que Lyle lui faisait ressentir. - Oh, absolument rien, tout va bien. J'avais juste peur de te faire attendre trop longtemps, c'est tout. quelle ironie, elle qui venait de le faire attendre une heure. Ses joues devinrent rapidement rosées, Wanda n'avait jamais été très douée pour mentir, peu importe ses efforts. - Je suis désolée, c'est Cora qui m'a retenue. Tu sais bien comme elle est bavarde. elle ricana une nouvelle fois avant de s'approcher légèrement de lui. Elle déposa un doux baiser sur une de ses joues, la température de son épiderme semblait drastiquement contraster avec la température de ses joues à elle, qui ne semblaient pas vouloir cesser de bouillir. Qui pouvait-elle bien tromper ? Lyle la connaissait depuis bien trop longtemps désormais pour tomber dans ses vains mensonges, il n'allait pas tarder à comprendre la terrible nouvelle avant même qu'elle ne puisse elle-même lui annoncer. Les choses s'étaient enchaînées vite, beaucoup trop vite. Elle ne regrettait pas, Wanda, de s'être unie de cette manière si particulière à Adonis, parce que le lien qui les unissait était si unique qu'il se devait bien d'être célébré, parce qu'il partageait quelque chose de purement indescriptible : ce n'était pas de l'amour, non, mais c'était si fort qu'ils ne pouvaient pas se permettre de l'ignorer. Adonis et Cal s'appartenaient, alors que Wanda elle, ne faisait qu'enchaîner les conquêtes se retrouvant plus seule qu'elle ne l'avait jamais été, et c'était peut-être ça aussi, qui l'avait poussée à passer ce cap maudit avec Adonis, parce que pour une fois, elle aurait aimé pouvoir ressentir et retrouver ce lien si particulier qui semblait les lier, mais ce ne fut pas le cas. Parce qu'elle partageait ce lien avec quelqu'un d'autre. Elle mordilla légèrement sa lèvre inférieure tandis qu'elle invita Lyle à s'asseoir à ses côtés. Le lien qui liait l'Adiutor et le Maître était si fort qu'il avait longtemps su intriguer la Princesse, elle s'était demandée de nombreuses fois si Lyle avait la capacité de ressentir que quelque chose n'allait pas psychologiquement ou si tout se limitait aux peines physiques. Elle-même, parfois, se demandait si ce qu'elle ressentait lui était propre ou si une part de Lyle venait s'imprimer sur elle. Mais aujourd'hui, elle était sûre et certaine ; l'appréhension qu'elle ressentait était bel et bien sienne, et elle serait incapable d'éviter la confrontation de ses fautes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yellow
avatar
yellow
‹ MESSAGES : 601
‹ AVATAR : cody christian.
‹ CRÉDITS : ordinn, bb laura.
‹ COMPTES : éclairs, esprit, guérison, métal, vol, intelligence.

‹ AGE : vingt-cinq ans qu'il erre, âme damnée condamnée à être marquée par cet affreux bracelet jaune. les années passent mais la situation du brun n'évolue pas. jamais.
‹ STATUT : coeur verrouillé par les soins de la terrible el'rin. incapable de ressentir, lyle a volontairement banni tous les sentiments de son âme. parce que c'était trop difficile. trop douloureux.
‹ SANG : mêlé, moins que rien. inconsidéré. pitoyable gamin. invisible aux yeux de ces maîtres tout-puissants. à peine bon à protéger une autre vie que la sienne.
‹ POUVOIR : l'électricité, terrible jaune dans les éclairs pernicieux se brisent sur les épidermes humains. terrible jaune qui ne méprisait ses capacités qu'avec le plus grand mal, tant ses états d'esprit influaient sur sa concentration.
‹ ALLEGEANCE : l'armée de pollux, comme son frère de coeur naos. à l'encontre de sa mère d'adoption, echo. parce que pollux a su exalter ses démons, le pousser dans ses retranchements pour servir la cause.
‹ ADIUTOR : wanda oshun, l'aimée, la détestée, l'amante, l'ennemie, la complice, l'adversaire. la blonde est à la fois tout et son contraire aux yeux de l'impétueux. il l'a protégé, a pris des coups pour elle. la seule qu'il avait jugé différente, durant un certain temps.
‹ POINTS : 1164

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: Re: goodbye my almost lover (wandyle) Dim 17 Juin - 1:40

easy come, easy go, that's just how you live. take, take, take it all but you never give. should've now you was trouble from the first kiss. gave you all i had and you tossed it in the trash. to give me all your love is all i ever ask 'cause what you don't understand is i'd catch a grenade for you. throw my head on a blade for you. i'd jump in front of a train for you. you know i'd do anything for you. i would go through all this pain, take a bullet straight through my brain. yes i would die for you baby but you won't do the same.


« Oh, absolument rien, tout va bien. J’avais juste peur de te faire attendre trop longtemps, c’est tout. » Mensonge. Mensonge éhonté qui franchit les lippes adorablement rosées de la sublime princesse Oshun. Et plus d’un naïf l’aurait cru, sans même broncher. Sans même douter. Avec son visage d’ange, ses cheveux dorés et ses lèvres rieuses, elle avait tout de l’innocence incarnée. Visage de poupée, corps adorablement sculpté, yeux pétillant de joie. Et pourtant. Pourtant, la réalité était tout autre. De la parfaite héritière au sang bleu et du gamin de rien aux mains calleuses, c’était elle la plus dangereuse des deux. Parce qu’elle savait charmer son entourage d’un simple coup d’œil. Qu’elle mentait comme elle respirait. Parfaitement adaptée au monde dans lequel elle évoluait, en somme. Aussi venimeuse qu’un serpent et aussi létale qu’une morsure d’une vipère. Et pourtant. Pourtant, c’était d’elle dont il était tombé amoureux. Irrésistiblement. En essayant de lutter contre cela le plus longtemps possible. Avant de devoir se rendre à l’évidence. C’était elle, le grand amour dont il avait toujours rêvé sans jamais penser le connaître un jour. Pour son plus grand malheur, c’était elle. Infidèle, capricieuse et manipulatrice. Elle, envers et contre tout. Pourtant, une partie de lui ne pouvait s’empêcher de la haïr. Pour tout ce qu’elle lui avait déjà fait. Et pour ce qu’elle allait continuer à lui faire subir. Comme un partisan de la douleur, il restait fidèlement auprès d’elle. Son cœur l’en suppliait. Alors que sa tête ne cessait de lui ordonner de fuir. De partir. Loin d’elle et de son sillage destructeur. Mais il était là. Encore et toujours. A l’attendre pendant qu’elle batifolait avec un rejeton de haut-rang. Il le savait. La moindre fibre de son corps le savait. Il aurait voulu ne pas être si clairvoyant, parfois. Rester dans les ombres protectrices de l’ignorance. Mais le terrible jaune avait été élevé dans la rue. Dans la misère, la faim et la colère. Percer les apparences était devenu une seconde nature, chez lui. Un sens accru qui lui avait permis de survivre, d’échapper à de douloureuses situations à plus d’un égard. « Je suis désolée, c’est Cora qui m’a retenue. Tu sais bien comme elle est bavarde. » Ricanement absolument faux qui s’exhala d’entre ses lèvres. Probablement convaincant pour d’autres mais pas pour lui. Pas alors qu’il la connaissait mieux que quiconque sur cette terre. Parce qu’il l’avait vu sans son blindage de princesse, sans son sourire permanent et ses bonnes manières exaltées. Il savait qui elle était. Ses peurs, ses angoisses et ses rêves. Et c’était de cette fille là qu’il s’était épris. Un baiser déposé sur sa joue mal-rasée. L’Osborn faisait particulièrement attention à ne jamais paraître absolument lisse sur lui, comme tous les autres mâles évoluant autour de la famille impériale. Il voulait se démarquer. Probablement montrer qu’il était à part, qu’il refusait de se conformer à un idéal de perfection qu’il jugeait absolument ridicule. Tentative absurde de sortir du lot pour se faire remarquer. Pour prouver qu’il était quelqu’un. Parce qu’il avait ce besoin incessant, Lyle, de faire naître la fierté chez autrui. La faute à un paternel absent. Il faisait plus de mal que de bien autour de lui mais refusait de le voir. S’enfermait dans ce terrible carcan qui se resserrait autour de sa poitrine, lorsqu’il pensait à toute la gloire qu’il méritait, qu’il désirait. Briller un jour. Après avoir mis à terre l’ensemble de l’engeance des maîtres. Prouver qu’il était le plus fort, le plus doué, le plus intelligent. Mais il se perdait, à se disperser ainsi. Et n’arrivait à rien, au final. La trace de ses lèvres sur sa peau, la chaleur brûlante qu’elles laissèrent ne s’évapora qu’après plusieurs minutes. Chaque touché, chaque caresse, ressemblait à un brasier, entre eux. Passion vorace et délétère. Il s’oubliait, lorsqu’il la prenait entre ses bras. La possédait. Gémissait son nom sur ses lèvres, sa poitrine et ses seins. Les meilleures sensations de son existence. Qui ne perdurait jamais très longtemps. Parce que la réalité finissait toujours par les rattraper. Leur différence de statut, de sang, de caractère. Tout les opposait. Et rien ne les rassemblait. Comme une docile marionnette, un chien bien dressé. Son corps obéit. Automatiquement. Il vint prendre place à côté d’elle. Parce qu’il voulait y croire, au fond. Croire que cette fois, son instinct l’avait trompé. Qu’elle ne s’était pas entichée d’un nouveau beau parti, qu’elle ne s’était pas encore abandonné dans ses bras. Infidèle notoire, Reine des adultères. Combien de fois l’avait-il surprise dans les bras d’un autre ? Combien de fois avait-il remarqué des marques charnelles sur sa peau porcelaine ? Malgré sa fierté, malgré sa haine, malgré sa colère, il restait. Véritable molosse, au final. L’ego brisé, en ruines, en cendres. Et il se voulait conquérant, hardi, indomptable ? Quelle ridicule volonté. Mensonge incroyable dont il se repaissait avidement. Mais il voulait compter, plus que tout. Ne pas éternellement rester l’ombre de la princesse Wanda Oshun. Le silence s’installa entre eux. Comme vivant, véritable voile qui s’étirait entre eux, presque perceptible au toucher. Et il les séparait. Toujours un peu plus à chaque seconde qui s’étirait entre eux. Il le voyait, le fossé qui s’était creusé entre eux au fil des ans. Celui qu’il tentait d’ignorer. Leur fin était proche. Ils le savaient parfaitement tous les deux. Tentaient de retarder l’échéance. Sans succès. Ils couraient à contre-sens, contre le temps, contre la vie, contre la réalité. Mais ils commençaient à s’essouffler. Et cela se ressentait dans leur relation. « Tu mens, Wanda … » Soupir de lassitude qui s’exprima du plus profond de son âme. Il était fatigué. Si fatigué. Des cernes sous les yeux. La peau extrêmement pâle et les traits creusés. Méconnaissable. Alors même qu’il vivait dans le luxe, l’opulence et la facilité. « Je ne sais pas ce que c’est. Je ne sais pas qui c’est, cette fois. Mais je le sens. Je le sens sur ta peau, sur ton sourire, sur tes vêtements. » Et c’était douloureux, d’en arriver à cette constatation. Si douloureux. Mais inévitable, finalement. La fin d’une histoire qui avait été décidée d’avance. « Tu clames toujours ton innocence ? Ou es-tu prête à confesser tes péchés ? » Formule de dédain, rictus sardonique, pour masquer la peine intérieure qui résonnait en lui. Le vide béant qui menaçait de l’engloutir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fire nation
avatar
fire nation
‹ MESSAGES : 846
‹ AVATAR : NICOLA PELTZ.
‹ CRÉDITS : NEON CATHEDRAL (AVATAR)
‹ COMPTES : IL, MO, SV, LK.

‹ AGE : vingt-six années marquant son visage de poupée, le quart de siècle accroché à l'épiderme.
‹ STATUT : seule, sans fiançailles et sans attaches. ses fiançailles avec braam ososryd ont été annulées lorsque celui-ci a été dénoncé et accusé d'être résistant. désormais son coeur balance contre son âme soeur et une âme qu'elle aimerait purifier, ses désirs se mêlant dangereusement à ses sentiments.
‹ SANG : bleu, pureté royale salissante qui s'entache à son être. une fierté déconcertante, un sourire narquois accroché aux lèvres.
‹ POUVOIR : contrôle de la lumière, c'est un don qui lui échappe encore mais wanda s'accroche à cette distinction, c'est une subtilité nouvelle qui s'échappe de ses doigts, une grâce qui s'accroche à sa peau.
‹ METIER : aucun, jamais elle n'a connu cette obligation et jamais elle ne la connaitra, noble jusqu'au bout des ongles.
‹ ALLEGEANCE : son allégeance se tourne vers son frère et ce qu'il représente ; cal oshun. avec la mort de sa mère et la fin de l'emprise psychologie qu'elle détenait sur wanda, la gamine pu enfin se délivrer et prendre le contrôle de ses propres aspirations ; c'est donc aux côtés de son frère qu'elle se tient, envers et contre tous.
‹ ADIUTOR : lyle, un mêlé jaune, sa deuxième identité, son ombre, désormais traitre il l'a abandonné.
‹ POINTS : 5594

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: Re: goodbye my almost lover (wandyle) Dim 8 Juil - 22:30

easy come, easy go, that's just how you live. take, take, take it all but you never give. should've now you was trouble from the first kiss. gave you all i had and you tossed it in the trash. to give me all your love is all i ever ask 'cause what you don't understand is i'd catch a grenade for you. throw my head on a blade for you. i'd jump in front of a train for you. you know i'd do anything for you. i would go through all this pain, take a bullet straight through my brain. yes i would die for you baby but you won't do the same.

- Tu mens, Wanda … - son palpitant se serra au rythme où il souffla, ils se fixaient tous les deux, si misérablement, attendant que l'un craque. Un immense sentiment de honte s'était emparé d'elle ; comment pouvait-elle lui dire la vérité, comment pouvait-elle lui avouer qu'encore une fois elle l'avait déçu. Et elle savait que ce qu'elle avait fait, que l'état dans laquelle elle était était mal ; la honte n'est finalement qu'un sentiment créé par les Dieux pour différencier le bien du mal ; et ce qu'elle avait honte. Elle se serait jetée à ses pieds, lui aurait juré qu'elle ne mentait pas mais à quoi bon ? Maintenant, dans deux mois ou dans sept, il finirait bien par apprendre la vérité et, éviter sa réaction ne faisait que repousser la tempête : il était temps. - Je ne sais pas ce que c’est. Je ne sais pas qui c’est, cette fois. Mais je le sens. Je le sens sur ta peau, sur ton sourire, sur tes vêtements. - et pour une fois qu'elle ne lui mentait pas, du moins pas totalement. Elle lui aurait juré qu'elle était réellement avec Cora, qu'elle l'avait vraiment retardée, qu'elle n'avait pas vu le temps passer mais à quoi bon ? Et surtout, comment pouvait-elle lui en vouloir ? Wanda l'avait habitué à milles et un mensonges, c'était tout ce qu'il avait toujours connu avec elle et c'était purement sa faute à elle. - Tu clames toujours ton innocence ? Ou es-tu prête à confesser tes péchés ? - quelque chose, en plus de ses paroles à lui, la rendait mal, la culpabilité ne cessait de s'accumuler encore et encore. Elle ne regrettait pas non, elle ne regrettait pas de porter le fruit d'un amour particulier entre deux personnes non, ce qu'elle regrettait cependant ; c'était son appréhension quant à la réaction de la seule personne qu'elle ait réellement aimée, la seule personne qu'avait peur de trop aimer au risque de la faire fuir, quelle ironie. Si seulement elle savait que Lyle allait être heureux pour elle, si seulement il était capable de l'accepter avec ses défauts, si seulement. - Non je te promets, j'étais avec Cora et personne d'autre. - et la voilà qu'elle se retrouvait à jurer la Princesse, à vouloir prouver son innocence ; elle qui se voyait sur les plus grands trônes d'Aksana elle se retrouvait ici, redevable. Quelques années auparavant elle se serait trouvée si misérable. Mais Lyle avait le don de la faire réagir d'une manière particulière, peu arrivaient à la faire culpabiliser la Princesse, elle qui se détachait de tout et de tout le monde. Elle soupira légèrement avant d'oser croiser le regard de Lyle une nouvelle fois, elle pouvait sentir sa haine crouler sur ses épaules et c'était si pénible de le voir la regarder d'une telle manière. - Je... - elle voulait lui dire, lui avouer, elle sentait les mots lui caresser la langue et s'agripper à ses lippes, chaque fibre de son être, de ses entrailles la poussait à lui dire la vérité et pourtant elle en était incapable, c'était trop dur. Elle ne voulait pas le voir baisser les yeux une nouvelle fois, elle ne voulait pas qu'il l'abandonne parce qu'elle avait trop besoin de lui, même si elle prétendait le contraire, elle n'avait besoin que de lui. - Je ne me sens juste pas très bien je pense que je couvre quelque chose. - dit-elle tandis qu'elle plaça une de ses mains sur son ventre. Pour feindre une envie de vomir, certes, mais aussi parce que sa réelle préoccupation était là, nichée entre ses tripes. Elle enleva alors bien rapidement sa main, en espérant que Lyle n'ai pas remarqué, en espérant qu'il ne comprenne pas le réel objet de ses tourments ; il ne lui pardonnerait pas, jamais. Puis elle se mis à rêver Wanda, à repenser aux merveilleuses années qu'ils avaient tous les deux partagés. Et elle se languissait, de ces moments où ses fréquentations n'étaient pas au centre de l'attention du Mêlé, ou peut-être l'avaient elles toujours été finalement ? Peut-être que toutes ses années, Lyle n'avait fait que garder ses pensées pour lui dans l'idée de la préserver ? De ne pas la perdre ? Alors qu'au final, c'était elle qui l'avait perdu lui. Elle soupira si légèrement qu'elle n'était pas certaine que Lyle l'ai entendue. - On peut rester ensemble si tu veux ? Comme ça tu peux veiller sur moi comme tu l'as toujours fait ? - et un sourire innocent orna ses lippes tandis qu'elle plongeait toujours ses yeux dans ceux de Lyle ; prunelles dans lesquelles elle s'était souvent perdue, prunelles qui avait su l'envoûter bien longtemps. Elle osa poser ses doigts sur ceux de Lyle, la chaleur de son épiderme contre le sien était si agréable, trop agréable. Et bien rapidement, ses tripes se vinrent se tordre sous le poids des souvenirs qui s'étaient écroulés sur ses frêles épaules. Elle se retrouvait ici, Wanda, spectatrice des merveilleux moments qu'ils avaient tous les deux partagés, et témoin des nombreux moments qu'ils ne partageraient plus, à cause d'elle et d'elle seulement. Son courage s'était complètement évaporé, peut-être au moment où il lui avait adressé la parole, ou lorsqu'elle avait senti ses prunelles s'accrocher à son faciès. Wanda avait beau reculer le moment fatidique un maximum elle savait bien que Lyle n'était pas dupe, ses vagues réponses n'allaient pas réussir à le faire lâcher l'affaire, et à quoi bon ? Qu'allait-il se passer sept mois de cela ? Rien, le vide, parce que Wanda était incapable de s'imaginer le futur, pour une raison lugubre qui lui échappait totalement, qui l'effrayait même, elle en était tout bonnement incapable. Elle plongea une nouvelle fois ses prunelles dans celles de Lyle, mélangeant leurs émeraudes une énième fois, espérant se perdre dans ce regard qui l'avait souvent bercée ; dans l'espoir de, seulement quelques secondes, apprécier cette innocence. Parce qu'elle savait qu'une fois que son secret serait dévoilé, elle ne reverrait plus jamais cette tendresse, cette confiance, cet amour parce qu'elle savait que tout allait disparaître à l'instant même où il allait découvrir la vérité. Et ça la tuait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yellow
avatar
yellow
‹ MESSAGES : 601
‹ AVATAR : cody christian.
‹ CRÉDITS : ordinn, bb laura.
‹ COMPTES : éclairs, esprit, guérison, métal, vol, intelligence.

‹ AGE : vingt-cinq ans qu'il erre, âme damnée condamnée à être marquée par cet affreux bracelet jaune. les années passent mais la situation du brun n'évolue pas. jamais.
‹ STATUT : coeur verrouillé par les soins de la terrible el'rin. incapable de ressentir, lyle a volontairement banni tous les sentiments de son âme. parce que c'était trop difficile. trop douloureux.
‹ SANG : mêlé, moins que rien. inconsidéré. pitoyable gamin. invisible aux yeux de ces maîtres tout-puissants. à peine bon à protéger une autre vie que la sienne.
‹ POUVOIR : l'électricité, terrible jaune dans les éclairs pernicieux se brisent sur les épidermes humains. terrible jaune qui ne méprisait ses capacités qu'avec le plus grand mal, tant ses états d'esprit influaient sur sa concentration.
‹ ALLEGEANCE : l'armée de pollux, comme son frère de coeur naos. à l'encontre de sa mère d'adoption, echo. parce que pollux a su exalter ses démons, le pousser dans ses retranchements pour servir la cause.
‹ ADIUTOR : wanda oshun, l'aimée, la détestée, l'amante, l'ennemie, la complice, l'adversaire. la blonde est à la fois tout et son contraire aux yeux de l'impétueux. il l'a protégé, a pris des coups pour elle. la seule qu'il avait jugé différente, durant un certain temps.
‹ POINTS : 1164

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: Re: goodbye my almost lover (wandyle) Mar 10 Juil - 15:04

easy come, easy go, that's just how you live. take, take, take it all but you never give. should've now you was trouble from the first kiss. gave you all i had and you tossed it in the trash. to give me all your love is all i ever ask 'cause what you don't understand is i'd catch a grenade for you. throw my head on a blade for you. i'd jump in front of a train for you. you know i'd do anything for you. i would go through all this pain, take a bullet straight through my brain. yes i would die for you baby but you won't do the same.


« Non je te promets, j’étais avec Cora et personne d’autre. » Il renâcla, l’impétueux. Soupira en secouant la tête. Les poings serrés. Parce qu’il n’arrivait plus à croire un seul des mots qui franchissaient les lèvres de la sylphide. Perfide menteuse, véritable traîtresse. Il n’arrivait plus qu’à la voir ainsi, l’Osborn. Comme celle qui sans cesse, lui brisait le cœur. Lui plantait des couteaux dans le dos. Le détruisait, à petit feu. Ca le consumait, le rendait dingue. Et pourtant, il continuait à revenir vers elle. Inlassablement. Mais cette fois était la dernière. Parce qu’il était lasse, épuisé, fatigué. Il ne pouvait plus supportait tout cela. Il ne le voulait plus. Elle avait beau jurer, promettre, la divine princesse Oshun, cela ne suffisait plus. Les mots n’étaient pas des actes. Et elle l’avait trompé bien trop de fois pour qu’il puisse la croire, une fois de plus. « Je … Je ne me sens juste pas très bien, je pense que je couve quelque chose. » Une autre excuse, comme bien souvent. Cora, sa famille, les maladies imaginaires, les trous de mémoires. Autant de choses qu’elle lui avait servi sous toutes les couleurs. Mais désormais, cela faisait bien longtemps que Lyle et Wanda évoluaient ensemble. Alors, il la connaissait par cœur. Mieux qu’il ne connaissait son propre cœur. Ou mieux qu’elle ne se connaissait elle-même. Il savait ses défauts, ses qualités. Il l’avait aimé malgré tout. Malgré cette rancœur énorme qu’il nourrissait envers ceux de son rang, de son engeance. Le terrible avait bafoué toutes ses croyances, tous ses idéaux, pour elle. Il avait même trahi cette seconde famille qu’il avait trouvé dans l’armée de Pollux. Il aurait tout fait pour elle, même trahir les siens. Mais elle … La divine ne savait que le blesser, que l’humilier. Que lui rappeler pourquoi il haïssait autant les maîtres. Manipulatrice, séductrice, dangereuse. Et ses mensonges qui balayaient leur quotidien. Il soupira, le roi de l’électricité. Probablement pour la millième fois de cette conversation. Quand allait-elle se résoudre à lui dire la vérité ? Dire qu’il avait cru, pendant un temps, qu’elle l’aimait. Quel idiot il avait été. Dans quelle chimère il s’était fourvoyé, aveuglément. Mais il voyait clairement les choses, désormais. Il voyait qu’il n’avait été un qu’un pion dans le grand échiquier géant qu’était la vie de l’Oshun. « On peut rester ensemble, si tu veux ? Comme ça, tu peux veiller sur moi, comme tu l’as toujours fait ? » Wanda posa ses doigts sur les siens, comme dans une supplique silencieuse. Un appel à la cessation des hostilités. Et puis, elle plongea son regard dans le sien. Et Lyle sentit ses entrailles se nouer, son cœur battre plus fort. Cet effet qu’elle lui faisait toujours, c’était incroyable. C’était pour cela qu’il s’était si souvent laissé avoir. Pour cela qu’il revenait vers elle, à cause de cette irrésistible attraction qui l’entraînait sans cesse vers elle. Mais cette fois, il lui résista. Il se leva, brutalement. Cassant cette demie-étreinte, brisant ce fil ténu qui restait encore entre eux. La haine au bord des lèvres, la rage dans les yeux, le jaune ne voulait même plus poser les yeux sur elle. Il voulait la broyer, la détruire. Serrer son cou jusqu’à ce qu’elle exhale son dernier soupire. La frapper jusqu’à ce qu’elle le supplie d’arrêter. Et puis, il vit cette main qui tenait son ventre. Et ce fût comme un éclair, une véritable illumination. Comme si, soudainement, le jour venait de se faire dans sa conscience. « J’hallucine … » Il ricana, un rictus sardonique étirant ses lèvres pâles. « T’es enceinte, pas vrai ? Cette fois, je dois bien avouer que tu t’es surpassée, Wanda. Mes félicitations, je suppose. Si tu connais l’identité du père, du moins. Ce qui ne doit pas être aisé, dans ton cas. » Au moins l’aidait-elle à prendre sa décision. Elle lui facilitait les choses. Comment pouvait-il rester, désormais ? Comment pouvait-il ne serait-ce que l’imaginer ? Elle venait de tout ruiner. Lui forçait la main. Il allait partir, retrouver les siens. Et par-dessus tout, il trouverait un moyen d’éteindre cette tornade de sentiments qui hurlait en lui. Il l’effacerait de son cœur, de son corps, de son âme. Parce qu’il ne voulait plus rien avoir à faire avec elle. Jamais. Ô grand jamais. « Je te retrouverais, Wanda. Et le jour où je le ferais, j’espère pour toi que tu seras entourée de toute une armée. Parce que je vais te faire souffrir, je vais te faire chacun de tes mensonges, chacune de tes trahisons. La facture sera salée, tu peux me croire. » Lyle la contemplait, probablement pour la dernière fois de son existence. Cherchait à graver ses traits dans sa mémoire. Ces traits concentrant toute sa haine, sa rancœur, sa fureur. « Tu vas crever en Enfer, je t’y enverrais moi-même. Tu seras seule. Personne ne pourra jamais t’aimer autant que moi. Mais tu as tout gâché, parce que tu n’es qu’une putain. T’es incapable de rester plus de quelques heures sans t’envoyer en l’air avec tout ce qui bouge. Tu me dégoûtes. Et je vais prendre un plaisir incroyable à te retirer tout ce que tu as jamais eu. » Lyle cracha à ses pieds, un feu brûlant au fond de ses prunelles. Et puis, il tourna les talons. Tiraillé entre son amour pour elle et l’insatiable volonté de se venger. Deux perspectives qui continueraient de le travailler jusqu’à la fin de ses joues. Dualité qui jamais ne lui permettrait de connaître la paix. Il partit rejoindre ceux qui étaient semblables à lui. Qui pensaient comme lui. Qui voulaient, eux aussi, semer la mort, le chaos et la destruction. Et l’Osborn savait pertinemment qui serait sa première cible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: goodbye my almost lover (wandyle)

Revenir en haut Aller en bas

goodbye my almost lover (wandyle)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PINNED UNDER THE WEIGHT :: playground :: anciens rps-