AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
fermeture du forum
Merci à tous pour tous ces beaux mois passés sur le forum. On souhaite bonne continuation à tout le monde!

Partagez| .

when i go into the ground, i won't go quietly

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
earth mutant
avatar
earth mutant
‹ MESSAGES : 7607
‹ AVATAR : dylan o'brien
‹ CRÉDITS : (av) self / (icons sign) self / (gif profil) tumblr
‹ COMPTES : star n'zuzi (spoiler alert: c adonis le plus sympa oopsie)

‹ AGE : Il a eu 26 ans le 23 septembre dernier. On a tendance à lui donner plus, à penser que l'homme qui a déjà vécu autant a plus d'années au compteur mais Adonis est pourtant toujours jeune. Il comble l'inexpérience par l'ambition et le culot.
‹ STATUT : Marié à une femme qu’il aime, certes, mais son coeur se consume d'un amour interdit pour l'empereur tombé.Izolda est sa meilleure alliée, mais elle n’est pas lui. Après avoir passé des mois à tenter de l’oublier, Adonis se livre enfin à ses sentiments. Tout entier, sans barrière, sans retenue, quitte à finir avec le coeur en tas de cendres.
‹ SANG : C'est d'un bleu roi que son hémoglobine est teintée, comme cela aurait toujours du l'être. Le Griffith a récupéré sa couronne au prix fort, mais au moins tout cela n'a pas été vain.
‹ POUVOIR : Quatre semaines douloureuses ont transformées la vie d'Adonis à tout jamais. Le fier Eartanarien a perdu sa belle légitimité à cause d'inconnus. La colère qui brûle dans ses veines transforme sa terre adorée en une lave brûlante.
‹ METIER : Il y est arrivé, le but ultime est atteint avant même sa trentième année. Roi d'Eartanera, Adonis assoit son pouvoir sur la nation qu'il aime tant.
‹ ALLEGEANCE : Lui-même. Adonis a fomenté plusieurs alliances en échange d'une couronne qu'il a enfin obtenu. Plus motivé que jamais, le Griffith refuse de voir la couronne lui échapper. Il a également tout récemment fondé un mouvement activiste pour le bien des mutants à travers tout Aksana, avec Rayna Belikov et Rita Kimora.
‹ ADIUTOR : Aléa Dochain, l'ombre protectrice, capable de tout pour lui. Elle est sa main armée, elle est son réconfort. C'est elle son bras-droit, désormais.
‹ POINTS : 7332

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: when i go into the ground, i won't go quietly Sam 10 Mar - 23:11

when i go into the ground, i won't go quietly, i'll bring in my crown. and when i go into the ground, oh, they're gonna bury me face down. // ft. @cedraella k'han

« Votre Majesté, voici la couronne. » Le forgeron s’incline, avant de présenter la couronne d’or, étincelante sur son coussin de velours. Le Griffith glisse un doigt contre sa lèvre inférieure, le regard posé sur l’objet. Tout son corps est courbaturé des mauvais traitements subis pendant plusieurs semaines. Il est incapable de bouger l’épaule gauche, et donc son bras. Des traces de fatigue subsistent sur son visage, il a les traits tirés, et son corps semble plus fin encore que ce qu’il n’était avant ce second séjour en prison. La peau pâle, mais le regard brûlant, Adonis Griffith est pourtant toujours bien debout. Campé sur ses deux pieds, tel un vrai Eartanarien, il tente les doigts pour s’emparer de l’objet, et l’observer d’une main, l’autre pendant inutilement le long de son corps abimé. « Beau travail. Montrez-moi celle de mon épouse. » Ordonne-t-il d’une voix posée, presque douce. Le forgeron pose le coussin de velours à sa place, et vient en prendre un second. La couronne est plus fine, telle que l’avait demandé Adonis. Elle est aussi en or, mais contient des pierres précieuses - des rubis -. Adonis sourit doucement, en imaginant l’objet poser sur le front de sa belle. « Magnifique. » Il tend la main, et repose l’objet sur le petit coussin rouge. « Vous avez fait un bon travail. Reposez-vous, maintenant. Le couronnement se déroulera dans quelques heures, et je ne veux pas que vous ratiez ça. » L’homme s’incline, mais quand il se relève, Adonis a déjà tourné les talons. Un garde qui l’accompagne partout - exigence de sa reine - lui ouvre la porte et la referme derrière lui. L’homme ne dit pas un mot, la poitrine marquée de la bannière de cette nouvelle dynastie, il suit son roi, les sens en éveil. Adonis n’a cure de cet homme qui le suit, il continue son chemin jusqu’à l’aile autrefois réservée au K’han, avant que ceux-ci ne bénéficie de Herindy. Un garde est là lui aussi. Après tout les K’han sont devenus les nobles les plus importants d’Eartanera, avec la chute des Wheatdrop.

« Annoncez-moi à Cedraella K’han. Si elle n’est pas présente, allez la chercher. Je l’attendrai dans le petit salon rouge. » Fait-il en entrant dans les appartements sans demander son reste. Tout le palais est à lui, et les gardes le savent très bien. Adonis plie et déplie ses doigts gauches, engourdis à cause de l’inaction de son bras. Il arrive dans le petit salon, appelé le salon rouge à cause de sa décoration pratiquement entièrement rouge. « Garde. » Il ignore son nom. « Quand Lady K’han arrivera, vous nous laisserez et attendrez dehors. Elle est la main armée de ma femme, et je ne crains rien en sa présence. » L’homme incline la tête. Quelques minutes plus tard, la porte s’ouvre, et Cedraella fait son entrée. Le garde sort immédiatement de la pièce, obéissant aux ordres de son roi. Il ferme la porte derrière lui, et un silence s’installe. « Cedraella. » Il se lève, s’appuyant de son bras valide, pour s’approcher. Et parce que l’homme apprécie les gestes, que l’affection qu’il porte à Cedraella est réelle, il entoure ses épaules de son bras valide, et l’attire contre lui quelques secondes. « Merci. » Souffle-t-il simplement. « Tu as servi ta nation avec honneur, hier, et détermination. Deux qualités que j’ai toujours apprécié chez toi. » Il s’éloigne, lâche la brune, et l’invite à venir s’asseoir avec lui. « J’espère que tu ne regrettes pas ton geste. J’imagine que ça doit avoir quelque chose de… Non naturel, pour un K’han. Mais tuer mon père était nécessaire. » Elle le sait sûrement, pourtant Adonis veut insister dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: when i go into the ground, i won't go quietly Dim 11 Mar - 2:21

Inspiration. Expiration. Inspiration. Expiration.
Elle n'arrive pas à trouver le sommeil, l'amazone. Comme si la faucheuse, vieille amie, vient lui murmurer les astres et les désastres des conséquences de ses actes. Elle avait privé les Griffith d'un père, mais elle avait octroyé aux eartaneriens, un véritable roi. Elle se tourne à nouveau dans ses draps, le corps légèrement en sueur puis se redresse. Le palpitant ralentit, à mesure qu'elle inspire et expire. Elle repousse les draps bordeaux, et vient s'asseoir en face de sa causeuse, le reflet du miroir simplement éclairé par une chandelle. Elle regarde les égratignures sur ses bras, en touche quelques unes par réflexes. Les lippes se peignent d'un léger sourire, qui fini par se faner rapidement. Le jour allait bientôt pointer le bout de son nez, crépuscule qui laisserait place à l'aube. Le soleil brillerait de milles feux sur Aksana, et plus particulièrement sur Greenstall. Elle attrape un bout de parchemin Cedraella, et y appose l'encre de sa plume. Elle commence l'écriture de sa missive, avant de la refermer, de l'envelopper d'un papier fin et crème, et de la fermer dans la petite boite en bois massif posée devant elle. Comme à chaque fois qu'elle était tourmentée, elle lui écrivait à elle. Draenis. Sa petite sœur lui manquait, terriblement. Elle voyait encore le corps enseveli par les gravas, la petite main de la gamine sortant des pierres comme un faisceau lumineux. Elle aurait apprécié le nouveau monde qu'Adonis leur offrirait. Elle aurait apprécié, sa nouvelle condition. Sa nouvelle vie. Elle aurait aimé vivre. Mais elle en avait été privée. Elle inspire à nouveau, avant de se redresser et de retourner dans ses draps. Elle cherchera le sommeil, ne se voulant pas vaincue.

Le soleil perce à travers ses rideaux, effleurant son visage de caresses irréelles. Elle observe la pièce, puis étire ses bras. Un léger gémissement sort de ses lippes, et elle se redresse. Une dame de compagnie entre dans la chambre, l'aide à sortir de son lit aux draps de satin, et commence à l'apprêter. L'eau chaude de la baignoire commence à fumer en volutes brumeuses.  (…) Ses cheveux sont tirés, brossés puis coiffés. Elle se redresse ensuite, dans le peignoir au tissu gracieux, et s'approche des robes étendues sur son lit. Elle n'avait pas eu le loisir d'être coquette depuis un moment. « Celle-ci sera pour le couronnement. » dit-elle en observant une robe en tissu blanc, brodée de roses rouges. Elle tend ses doigts vers une autre en dentelle noire. Elle portera celle-ci en attendant. Le noir représentait le deuil. Si certains pourraient penser qu'elle la portait pour Thomas, pour qui elle avait longtemps eu énormément d'estime, elle le faisait en réalité pour sa sœur. Parce qu'aujourd'hui était un jour où elle aurait plus que tout, aimé l'avoir à ses côtés. Elle pense à sa sœur aînée un bref instant, et se demande comment elle se porte. Elle fini par s'habiller de sa robe, enfile des chaussures à talons et se laisse maquiller par sa dame de compagnie.

Un garde vient frapper à sa porte. Un autre lui ouvre la porte. Elle l'observe dans le reflet du miroir et arque un sourcil, alors que sa dame vient de finir de cacher ses cernes. Le visage désormais de porcelaine attend, la mine quémandeuse. « Lady K'han. Notre Roi, Adonis Griffith, vous demande dans le petit salon. Il vous y attend. » Elle ne cille pas un instant, mais le myocarde se resserre un peu. Elle ne sait pas ce qu'elle craint, mais bizarrement, elle a une certaine appréhension. « Merci, je m'y rends de ce pas. » Elle reporte son attention sur sa dame de compagnie. « Finissez. » dit-elle dans un sourire éclatant, cachant l'appréhension qui est venue s'insinuer dans le palpitant. Elle ne met pas longtemps à finir de l'apprêter, et Cedraella se redresse rapidement, quittant ses appartements pour se diriger vers le salon rouge. Ses pas résonnent sur le sol du palais, et elle avance la tête haute, comme si les lieux étaient siens. La sensation est étrange. Parce que plusieurs heures plus tôt encore, elle les arpentaient comme si elle leur était étrangère. Comme si sa présence n'était pas acceptable. Mais c'était différent aujourd'hui. Aussi différent que cela l'avait été quelques années plus tôt, alors qu'elle grandissait entre ses murs. Parce qu'avant, elle n'était que l'intrépide Cedraella K'han. Aujourd'hui, elle était la régicide. Elle était celle qui avait coupé la gorge de l'usurpateur, du roi fou. Elle s'arrête devant la porte du salon, dessère ses poings alors fermés, puis entre. Elle observe le garde quitter la pièce et refermer la porte derrière elle. Visage inexpressif, ses prunelles se posent sur son roi. Elle observe son épaule, avant de descendre sur sa poitrine. Elle redresse ensuite les yeux et les plonge dans les siens. « Cedraella. » Il se redresse, et s'approche. Elle a un léger mouvement, mais se retient en une fraction de seconde. Il n'était pas fait en sucre, mais l'instinct protecteur de l'amazone s'était brièvement réveillé. Ses lippes peignent un sourire, et le palpitant relâche la pression. Elle n'a plus aucune appréhension, Cedraella. Elle ne ressent que le réconfort alors qu'il vient l'enlacer d'un bras, l'attirant un peu plus contre lui. Elle vient déposer ses bras dans son dos, faisant bien attention à ne pas trop appuyer sur ses blessures. « Merci. » murmure à ses oreilles. Elle sourit, d'un sourire triste cette fois-ci. Elle savait ce que l'on ressentait lorsque l'on perdait un membre de sa famille. Peu importe les atrocités auxquelles il s'adonnait, ou non, elle savait que Thomas restait un homme important dans la vie de son fils. « Tu as servi ta nation avec honneur, hier, et détermination. Deux qualités que j’ai toujours apprécié chez toi. » Il lâche son emprise, et elle fait de même. Le remerciement est silencieux, et se fait dans le regard dans la guerrière. Il s'écarte, et l'invite à venir s'asseoir avec lui. « J’espère que tu ne regrettes pas ton geste. J’imagine que ça doit avoir quelque chose de… Non naturel, pour un K’han. Mais tuer mon père était nécessaire. » Elle lui sourit, tentant de mettre un aspect rassurant sur ses traits. « Tu es bon Adonis. Tu as toujours été bon. » dit-elle posant ses ambres dans les siennes. « Thomas était bon aussi avec moi, ou tout du moins, n'a t-il jamais rien fait à mon encontre. Mais, je savais qu'il fallait le faire. Parce que c'était ce qui était juste. Il n'y avait pas d'autres solutions. » Elle pose ses mains sur ses cuisses, se tenant un peu plus droite. Après tout, elle n'était pas qu'une guerrière. Elle était aussi une noble. Et elle s'était toujours comportée comme une précieuse. « Je n'ai pas trouvé ça étrange sur l'instant, pas même alors que l'on m'a recruté pour cette mission. Parce que, comme tu l'as dis, je suis une K'han. Et c'est naturel pour nous de vous protéger, vous. Et je le faisais pour toi, plus que pour toi encore, je le faisais pour le bien de notre nation. » Elle s'arrête un instant, lui sourit à nouveau. « J'avais foi en Adonis Griffith, et c'est ce qui m'a permit d'agir et de mener à bien cette mission. » Elle expire doucement. « Je ne peux pas te dire que l'avoir tué ne m'afflige pas. Mais il n'était pas mon Roi, il n'était pas mon père, il n'était pas celui en qui je croyais. Comment pourrais-je croire en un homme qui jette son propre sang aux cachots, et lui fait vivre des choses inimaginables? S'il est capable de telles atrocités, de quoi aurait-il été encore capable? » Elle baisse les yeux légèrement, les redresse rapidement. « Ne t'inquiète pas pour moi Adonis. » dit-elle en lui souriant sincèrement.

(ROBE)
Revenir en haut Aller en bas
earth mutant
avatar
earth mutant
‹ MESSAGES : 7607
‹ AVATAR : dylan o'brien
‹ CRÉDITS : (av) self / (icons sign) self / (gif profil) tumblr
‹ COMPTES : star n'zuzi (spoiler alert: c adonis le plus sympa oopsie)

‹ AGE : Il a eu 26 ans le 23 septembre dernier. On a tendance à lui donner plus, à penser que l'homme qui a déjà vécu autant a plus d'années au compteur mais Adonis est pourtant toujours jeune. Il comble l'inexpérience par l'ambition et le culot.
‹ STATUT : Marié à une femme qu’il aime, certes, mais son coeur se consume d'un amour interdit pour l'empereur tombé.Izolda est sa meilleure alliée, mais elle n’est pas lui. Après avoir passé des mois à tenter de l’oublier, Adonis se livre enfin à ses sentiments. Tout entier, sans barrière, sans retenue, quitte à finir avec le coeur en tas de cendres.
‹ SANG : C'est d'un bleu roi que son hémoglobine est teintée, comme cela aurait toujours du l'être. Le Griffith a récupéré sa couronne au prix fort, mais au moins tout cela n'a pas été vain.
‹ POUVOIR : Quatre semaines douloureuses ont transformées la vie d'Adonis à tout jamais. Le fier Eartanarien a perdu sa belle légitimité à cause d'inconnus. La colère qui brûle dans ses veines transforme sa terre adorée en une lave brûlante.
‹ METIER : Il y est arrivé, le but ultime est atteint avant même sa trentième année. Roi d'Eartanera, Adonis assoit son pouvoir sur la nation qu'il aime tant.
‹ ALLEGEANCE : Lui-même. Adonis a fomenté plusieurs alliances en échange d'une couronne qu'il a enfin obtenu. Plus motivé que jamais, le Griffith refuse de voir la couronne lui échapper. Il a également tout récemment fondé un mouvement activiste pour le bien des mutants à travers tout Aksana, avec Rayna Belikov et Rita Kimora.
‹ ADIUTOR : Aléa Dochain, l'ombre protectrice, capable de tout pour lui. Elle est sa main armée, elle est son réconfort. C'est elle son bras-droit, désormais.
‹ POINTS : 7332

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: Re: when i go into the ground, i won't go quietly Dim 8 Avr - 16:39

Cedrealla lui rend son étreinte avec une sorte de douceur qu'il n'attendait pas spécialement de sa part. Tous savent qu’il en a bavé, que son corps est abimé au moins autant que son âme, et tous semblent enclins à prendre soin à ne pas abimer leur roi un peu plus. Adonis leur en est reconnaissant, car les douleurs de ses muscles et de ses blessures sont omniprésentes, bien qu’il parvienne à les oublier, un peu. Adonis observe la K’han alors qu’elle prend place à côté de lui. Elle sourit, mais il a le sentiment qu’il y a autre chose derrière ce sourire. L’un comme l’autre aurait préféré une autre issue, sans doute. Un autre moyen de parvenir à leurs fins. Mais la guerre requiert des sacrifices, et ce fut celui de son père qu’ils ont du faire. Adonis hoche la tête aux quelques paroles prononcées par la guerrière. Elle a raison: c’était la seule solution. Elle se redresse un peu, comme si elle était soudainement consciente de son statut de noble, et de sa place auprès du roi. Cedraella n’avait peut être pas toujours eu le sang argent, mais Adonis ne l’avait jamais vue comme une roturière, car elle avait ce sens de l’élégance qui lui collait à la peau, plus encore au combat. La brune s’exprime, et les mots qu’elle prononce gonflent le coeur du brun d’un sentiment de fierté, mais aussi de mélancolie et de tristesse. Il ne peut empêcher les souvenirs de son père d’affluer en masse, alors que son corps est désormais en préparation pour aller reposer dans la crypte familiale. Car Thomas reste un Griffith, et Adonis refuse que son corps soit placé ailleurs que près de lui, près d’eux. Malgré tout ce qui les a séparés pendant des années, et plus encore ces derniers mois, le jeune Griffith ne peut pas accepter l’idée de ne plus avoir de père du tout. Il s’accroche à ses souvenirs d’enfance, aux histoires que Thomas lui a raconté et à la grandeur qu’il plaçait sur leur famille, et sur les épaules de chacun de ses enfants.

Le brun pose sa main sur celle de la K’han, sur sa cuisse. Juste un instant, avant de la retirer. « Si je m’inquiétais pas pour toi, je serais un terrible roi. ». C’est son père qui le lui a enseigné, avant de l’oublier lui-même: un roi doit faire passer son peuple avant lui-même. Voici comment les Griffith ont réussi à rester au pouvoir depuis la nuit des temps. Parce qu’ils ont toujours agit ainsi. Le brun soupire doucement. « J’espère que tout ceci n’a pas été fait en vain. Je pense que cette victoire signe le début d’une nouvelle ère. Non seulement pour Eartanera, mais aussi pour tout Aksana. Et pour que la paix règne entre nos différentes nations, j’ai besoin d’un gouvernement effectif. Ton statut d’espionne n’a plus vraiment lieux d’être, je crains d’ailleurs que ta couverture soit grillée, puisqu’en tuant mon père, tu es devenue une héroïne pour beaucoup, et une ennemie à abattre pour d’autres. » Il sait qu’elle en est conscient, être la régicide lui apporterait haine ou admiration, mais rien entre les deux. Pas de la part d’Eartanariens. « Je sais aussi que tu es très proche d’Izolda. Et je suis rassuré de savoir que tu la protèges. Elle, et nos enfants. » Il était sérieux, d’ailleurs ses prunelles reflétaient toute sa sincérité. Adonis ne doutait pas non plus que Cedraella savait pour la grossesse d’Izolda, et c’est pour ça qu’il osa en parler sans détours. « Mais malgré tout ça, j’aimerais que tu sois récompensée pour ton acte. Le conseil restreint d’un roi en fonction à Eartanera comporte 6 sièges, à l’origine un pour chaque ainé de famille noble. J’aimerais que tu occupes l’un d’eux. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: when i go into the ground, i won't go quietly

Revenir en haut Aller en bas

when i go into the ground, i won't go quietly

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PINNED UNDER THE WEIGHT :: anciens rps :: saison 2-