AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
bon anniversaire pinned!
Le forum souffle sa première bougie grâce à vous ! Merci pour votre investissement sur le forum et pour tous ces rps qui nous font rêver ! Et parce qu’un an, ça se fête, n’hésitez pas à participer aux quelques animations mises en place ! En route vers d'autres belles années !

Partagez| .

take me back to the night we met (saellite)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
water mutant
avatar
water mutant
‹ MESSAGES : 332
‹ AVATAR : douglas booth.
‹ CRÉDITS : morrigan.
‹ COMPTES : rhae o, melvyn h, elua w.

‹ AGE : vingt-deux années passées en ce monde.
‹ STATUT : amputé du poids de son deuil, l'annulaire provisoirement libre de toute alliance.
‹ SANG : bleuté.
‹ POUVOIR : la maîtrise du sang. don qui avait tendance à le terrifier lors de son apparition et en lequel il s'applique désormais à voir une arme précieuse.
‹ METIER : gamin verni, jusqu'alors en marge d'une guerre à laquelle il refusait de prendre pleinement part. il en va autrement aujourd'hui. sa peine a été effacée au profit d'une haine sans merci à l'égard de ses ennemis.
‹ ALLEGEANCE : à sa royale cousine.
‹ ADIUTOR : une bleue dont il ne se soucie nullement.
‹ POINTS : 795

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: take me back to the night we met (saellite) Mer 28 Fév - 9:51




I had all and then most of you
Some and now none of you
Take me back to the night we met
I don't know what I'm supposed to do
Haunted by the ghost of you
Oh, take me back to the night we met


Hyppolite laissa retomber les bras le long de son corps dans la défaite. Son élément lui résistait toujours. L’eau lui demeurait étrangère alors même qu’elle était sensée faire partie de lui. Hyppolite ne déployait pas de réel effort, sourd aux encouragements éreintés de ses professeurs. En dépit des différents conseils et leçons prodigués, le lien entre le fils Osanos et son élément demeurait comme rompu. Il en était ainsi depuis toujours. Hyppolite n’essayait même pas. Il ne parvenait pas à faire corps avec son élément, voyant en ce dernier une facette peu reluisante de lui-même. Il ne chérissait pas ce pouvoir et n’avait nullement à cœur de faire corps avec lui. En fait, il aurait même aimé s’en débarrasser. Cette force avec laquelle il était pourtant lui semblait incongrue, étrangère. Il n’y avait rien de naturel ans cette forme de magie ancestrale, blottie au creux de ses veines. A défaut de pouvoir faire disparaître son élément, Hyppolite s’employait à le bouder, causant la frustration de ses enseignants, horripilés par le refus sourd du garçon de dompter son propre pouvoir. Hyppolite leva les yeux pour se heurter sans surprise à l’expression à la fois lasse et consternée de son professeur, un homme aux cheveux grisonnants qui semblait lutter contre l’envie furieuse de le secouer avec brusquerie pour l’arracher à sa torpeur volontaire. Il n’y avait rien à faire cependant. Hyppolite ne comptait plus le nombre de fois où le corps enseignant l’avait gentiment pris à part depuis son entrée à l’académie pour essayer de le convaincre de prendre à cœur la maîtrise de son pouvoir. Aucun argument n’était parvenu à ébranler la conviction profonde d’Hyppolite. Il était resté très ferme depuis le début, campant sur ses positions. Âgé de seize ans à présent, il n’avait que très peu évolué dans la maîtrise de son élément qui persistait à se dissoudre sous ses doigts, réceptif au manque évident de volonté du garçon. Hyppolite se fendit d’un sourire doux qu’il accompagna d’un haussement d’épaules comme pour dire désolé. Son professeur n’était pas dupe mais il n’émit aucun commentaire. Au bout de plusieurs années, il avait finalement appris à économiser intelligemment sa salive. Hyppolite se détourna de lui, ravi d’en avoir fini pour ce cours. Quelques minutes de répits s’ouvraient désormais à lui et il avait une idée de précise pour ce qui était du comment il comptait en profiter. Laissant derrière lui la maîtrise contrariée de son élément, il progressa parmi les élèves qui sortaient par petits groupes pour profiter de la température clémente. C’était une journée douce, de celles vous donnant l’envie furieuse de lézarder au soleil durant des heures. Un programme agréable auquel Hyppolite comptait bien s’abandonner même très furtivement avec sa petite amie. Quelques minutes s’écoulèrent avant qu’il ne la repère enfin. Une apparition incandescente qui eut sur le champ pour effet de faire naître sur le visage du fils de l’eau un sourire épanoui. Saeko était entourée d’une poignée d’amis, mais Hyppolite n’avait pas le temps d’attendre qu’elle se retrouve seule. Il la rejoignit en quelques pas en s’efforçant d’être relativement silencieux. Les amis de Saeko le virent arriver, alors qu’il venait se poster dans le dos de cette dernière. Hyppolite avait pas mal grandit ces dernières années. Il s’approchait du mètre quatre-vingt dix, se hissant presque à la hauteur de son patriarche bien connu. Il surmontait Saeko d’une bonne vingtaine de centimètres et il aimait ça. Il aimait qu’elle paraisse si petite, si fluette, entre ses bras alors qu’il n’en était rien, alors qu’elle était bien plus forte que lui. Hyppolite noua ses bras autour d’elle, l’attirant contre lui avant de se baisser pour enfouir sa tête contre sa nuque. « Bonjour. » Souffla-t-il avant de déposer un baiser au creux de son cou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
administrator
avatar
administrator
‹ MESSAGES : 538
‹ AVATAR : Britt Robertson
‹ CRÉDITS : avatar : Autumnleaves | Signature : astra | Citation :
‹ COMPTES : #AD #HW #MN #NS
‹ POINTS : 501

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: Re: take me back to the night we met (saellite) Mer 28 Fév - 21:18


take me back to the night we met
Naïve petite fille argent, aux idéaux absurdes, elle a le coeur pur, intacte, elle ne connais pas les désillusions et les souffrances que la vie lui résiste. Elle croit, elle espère, petite fille à qui l'on a tout donné, sans se douté des tourments qui entachent le monde. Elle est jeune, trop jeune, elle a une vision du monde faussée, parce qu'elle les voit avec la naïveté d'une môme qui a grandit dans une cage dorée. Elle ne sait pas ce que c'est de se battre, pas plus qu'elle ne connaît le manque, l'absence, bercée par l'opulence et l'abondance, elle ne connaît rien à la vie. Des éclats de rires dans l'ignorance d'un temps dont tu ne profites pas assez, inconsciente qu'il n'est qu'un instant supsendu dans une existence qui t'échappe. Elle ne connaît rien, elle ne sait rien, elle ne prend même pas le soin de savourer ses instants, ignorant tout cet avenir que les astres lui ont réservés. L'aura familière du fils des eaux vient se marier à la sienne, union parfaite entre deux être qui se retrouve. Sourire de sa comparse, dame de feu, fille des rues aux tempérament volcanique, d'un mouvement de main, la belle Asghari invite les autres à la suivre, confiant un "on se retrouve plus tard" se perdre dans les vents alors que l'attention de sa meilleure amie s'accroche déjà aux fils des Océans. Elle ferme les yeux, savoure le contact qu'il initie en glissant ses bras venir l'encercler. Elle sourit, ses paumes venant se glisser contre les siennes, ses doigts se nouant naturellement aux siens, semblant chaque espace, comme si tel était leur place. Elle pince les lèvres, penche la tête pour lui offrir sa nuque. Silence exquis qui les enveloppe. Ils sont seuls contre l'univers, emprisonnée dans une bulle où rien ne peut les atteindre. Bonjour. Un baiser qu'il déposer, ses lèvres chaudes laissant une marque invisible et pourtant indélébile contre la peau de la flamboyante. Elle soupire, un souffle, un murmure, une réponse qui n'est audible que pour lui seule. Bonjour. Elle laisse ses doigts se libérée, glissé contre son avant bras pour mieux pivoter entre ses bras, lui faire face et plonger son regard dans la somptuosité de ses orbes. L'impossible devient possible et la divine des flammes ne peut s'empêcher de sourire alors que ses dextres viennent se nouer dans sa nuque. Elle se hisse sur la pointe des pieds, pour venir chercher ses lèvres, goûter au délice de sa bouche. A son contact ses joues s'enflamment, coloration pivoine qui s'empare de ses joues trop pâle. Elle sourit, contre ses lèvres, le corps tout entier vombrissant d'une joie infinie. Je ne croyais pas te voir avant la fin de la journée... Ils vivent au rythme des horraires strictes de l'académie, les forgeant l'un et 'lautre à devenir des maîtres, bien plus apprêter à devenir des diplômate qu'à contrôler une once du pouvoir qu'il possède. Combien de temps avons nous? Avant qu'il ne s'eclipse, avant qu'il ne lui manque.
PINNED UNDER THE WEIGHT 2017-18

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
water mutant
avatar
water mutant
‹ MESSAGES : 332
‹ AVATAR : douglas booth.
‹ CRÉDITS : morrigan.
‹ COMPTES : rhae o, melvyn h, elua w.

‹ AGE : vingt-deux années passées en ce monde.
‹ STATUT : amputé du poids de son deuil, l'annulaire provisoirement libre de toute alliance.
‹ SANG : bleuté.
‹ POUVOIR : la maîtrise du sang. don qui avait tendance à le terrifier lors de son apparition et en lequel il s'applique désormais à voir une arme précieuse.
‹ METIER : gamin verni, jusqu'alors en marge d'une guerre à laquelle il refusait de prendre pleinement part. il en va autrement aujourd'hui. sa peine a été effacée au profit d'une haine sans merci à l'égard de ses ennemis.
‹ ALLEGEANCE : à sa royale cousine.
‹ ADIUTOR : une bleue dont il ne se soucie nullement.
‹ POINTS : 795

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: Re: take me back to the night we met (saellite) Mar 6 Mar - 15:47




I had all and then most of you
Some and now none of you
Take me back to the night we met
I don't know what I'm supposed to do
Haunted by the ghost of you
Oh, take me back to the night we met
h



Les amis de Saeko eurent tôt fait de comprendre un brusque besoin d’intimité et, sur un signal silencieux, ils s’écartèrent. Hyppolite leur jeta un regard ourlé de reconnaissance avant de focaliser à nouveau toute son attention sur sa petite amie. Rien ne lui était plus facile. Saeko avait le don, de par sa simple présence dans le champ de vision d’Hyppolite, de réduire l’univers de ce dernier à sa seule et unique personne. Lorsqu’il étreignait sa petite amie, plus rien d’autre ne lui importait. A son contact, le monde entier se diluait en un magma de couleur et d'aspect fatalement horriblement fade en comparaison. Son univers tout entier se résumait alors à Saeko et à sa délicieuse proximité. Hyppolite n’était jamais rassasié de sa présence et éprouvait toujours un déchirement palpable à s’éloigner d’elle lorsque la vie l’exigeait de lui. « Bonjour. »  Elle gigota légèrement entre ses bras et Hyppolite relâcha un peu son étreinte, de sorte à lui laisser une liberté de mouvement suffisante. Quelques instants plus tard, elle faisait volte face, lui présentant son joli visage. Aussi infiniment fleur bleu que cela puisse être, il ne se lassait pas de la regarder. Il était profondément mordu d'elle et n'éprouvait pas le besoin de s'en cacher. Et peu importe qu'on le voit arborer un sourire béat d'amoureux transi. Ils étaient jeunes. Encore des gosses même, aux yeux des adultes. S'ils ne pouvaient pas arborer l'expression débile propre au couple fougueusement épris à leur âge, alors ils ne le pourraient décemment jamais. D'un geste mentale décisif, Hyppolite repoussa fermement tout sujet de pression éventuel. Le regard plongé dans celui de Saeko, il laissa tout et tout le monde disparaître au profit de l'éclat joyeux qui illuminait ses iris. Elle se hissa sur la pointe des pieds pour atteindre de ses lèvres et il l'y aida, se courbant légèrement en inclinant la tête vers elle de sorte à faciliter le processus. Leurs lèvres s'effleurèrent en un baiser doux mais non moins gorgé d'émotions. Une tendre caresse qui étreignit délicatement le cœur d'Hyppolite. Par les sept, comme il avait envie d'elle. Il voulait l'embrasser, encore et encore, sans arrêt. Il lui semblait qu'il respirait étrangement mieux ainsi, à travers elle. Il avait envie de la hisser dans ses bras, son petit corps délicatement calé contre son torse et de l'emmener loin d'ici. Mais il ne pouvait pas. Autour d'eux, les étudiants affleuraient, poursuivant leurs journées et bientôt ils allaient devoir se séparer, encore. Hyppollite détacha à regret ses lèvres de celle de Saeko, avec l'envie brûlante de l'embrasser à nouveau. Il réussi à se retenir néanmoins. Il était peut-être amoureux, mais il n'était tout de même pas un animal. Les joues de Saeko avaient rosies, une vision adorable. Hyppolite ne cessait de sourire, comme quasiment toujours en sa présence. Il porta une main à l'une des joues rosées de Saeko et la caressa doucement de sa paume. Sa peau était douce sous ses doigts. Une peau exempté de cicatrices. Une peau pure, intacte, qui aurait tôt fait de se meurtrir au fil des ans. Tout un monde les attendait au delà des limites rassurantes de l'académie, un monde auquel Hyppolite ne voulait pas penser. Il ne voulait pas se focaliser sur l'après qui allait d'ores et déjà arriver bien trop vite. Il ne voulait pas faire l'expériences des regrets et pour cela il n'avait d'autres choix que de se repaître goulûment de la perfection tristement éphémère de l'instant présent. « Je ne croyais pas te voir avant la fin de la journée. » Effectivement ce n'était pas franchement prévu. Le temps passé au sein de l'académie ne s'apparentait après tout en rien à une ballade de santé. Ils étaient là pour apprendre avant tout et épousaient non sans peine les contraintes d'une éducation contre laquelle ils seraient mal avisés de broncher. Trop souvent, les journées s'écoulaient à la fois trop et pas assez vite. Selon les cours dispensés, le temps semblait parfois s'éterniser alors que les moments de temps libres se révélaient toujours trop courts, presque illusoires et fantasques. Trop souvent et alors même qu'elle se trouvait à quelques minutes seulement de lui, Hyppolite voyait ses journées passées sans apercevoir autrement que très fugacement la tignasse brillante et reconnaissable de Saeko. Cette proximité illusoire était presque cruelle, en fait. « Je sais. Mais que veux tu, tu me manquais trop.... Et je sais que je ne suis pas la personne plus impartiale pour tenir ce genre de propos, mais tu es largement plus agréable à regarder que l'ensemble du corps enseignant. »  C'était même l'euphémisme du siècle. Avec un sourire coquin, Hyppolite lui planta un baiser sur la joue avant de la libérer de son étreinte pour la prendre par la main. « Combien de temps avons nous ? » Hyppolite n'avait pas besoin de poser les yeux sur le cadran d'une horloge pour lui donner une réponse à cette question. « Pas assez »  lâcha-t-il en se fendant d'une légère grimace. Une poignée de minutes tout au plus. Voilà de quoi il était trop souvent question. Quelques instants de volés par ci par là, mais ce n'était jamais suffisant. Jamais assez. Dans de telles conditions, les fantasmes d'escapades improvisées d'Hyppolite trouvaient tout leur sens. Mais cela ne devenait jamais rien de plus que cela. Rien de plus que des fantasmes. L'académie les enfermait. Leurs vies respectives les enfermaient. En dépit de sa tendre naïveté, Hyppolite ne se faisait du haut de ses ans aucune illusion. Les chances qu'il unisse un jour sa vie à Saeko étaient faibles, voir franchement inexistantes.  Hyppolite songea brusquement à son père, au faciès froid et tranchant de Johann Osanos. Une vision glacée qu'il eut tôt fait de rejeter avec brutalité hors de ses pensées immédiates. Son père avait le don de gâcher suffisamment de choses comme cela. Hyppolite ne le laisserait pas gâcher cet instant. Ses doigts entrelacés à ceux de Saeko il se mis à marcher sans but, vaguement en quête d'un coin tranquille pour passer le laps de temps ridiculement court qui restait à leur disposition. « Comment se passe ta journée jusqu'ici ? » Interrogea-t-il d'une voix douce, appréciant la douceur de la paume de Saeko contre la sienne et le soleil qui brillait agréablement au dessus d'eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: take me back to the night we met (saellite)

Revenir en haut Aller en bas

take me back to the night we met (saellite)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PINNED UNDER THE WEIGHT :: into the unknown :: flashbacks-