AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
fermeture du forum
Merci à tous pour tous ces beaux mois passés sur le forum. On souhaite bonne continuation à tout le monde!

Partagez| .

( p a i n ) — nehonis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: ( p a i n ) — nehonis Lun 19 Fév - 14:31

icons par DANDELION

Dans l'obscurité du cachot, seule sa longue queue de cheval ; d'un blond or saisissant, qui se balance au rythme de sa démarche, se démarque de la pénombre du lieu. Le sang dans ses veines bouillonne, le bout de ses doigts semblent un peu plus électrique que d'ordinaire, bien plus intéressée par cette mission que par n'importe quelle autre. Comme si l'enfant mercenaire était née pour cet instant, comme si, au plus profond d'elle-même la soldat n'attendait que ce jour là. Excitée par avance de la douleur qu'elle ferait ressentir. À lui. À ce traître précis. Nehina avait appris à masquer ses ressentis, à ne pas montrer si un travail l'atteignait, que ce soit au niveau moral ou sentimental et elle était très forte à ce jeu-là, assez terrifiante. Capable d'égorger avec le visage impassible, le regard neutre, même pas froid, juste désintéressée de l'action réalisée. Elle n'était pourtant pas sûre d'être capable de retenir son sourire quand sa lame abîmerait sa peau. Elle n'était même pas sûre de pouvoir se retenir, de juste lui faire du mal, tant elle était désireuse de le tuer. Le laisser en vie alors que l'occasion était si belle lui semblait impossible, mais Nehina était une professionnelle et elle saurait attendre le prochain moment, où son arme pourrait s'enfoncer en son cœur. Où elle aurait le privilège de lui voler son dernier souffle. Pour l'heure, il était sûr qu'elle profiterait de chaque cri qu'il lui offrirait, qu'elle briserait, ne serait-ce qu'une heure, la force de son ambition. Et plus la porte de la cellule s'approchait, plus son organe s'emballait. Punir les traîtres étaient le but de sa vie - aboutissement qui s'alliait à son désir de servir fidèlement à la famille que ses ancêtres avaient protégé, mais punir celui-ci était comme le saint graal. Un dessein tellement plus beau que des noms qu'on ne connaissait qu'un mois ou deux, pour une seule  accusation connue.

Dans un bruit sourd, Nehina pénétra dans la pièce plus sereine que jamais. Contre toute attente son expression ne montrait aucune animosité, alors que la haine qu'elle ressentait pour ce genre d'individu ((notamment pour celui-ci)) pulsait à l'intérieur d'elle. Elle s'avança très lentement au centre de cette loge lugubre déposant sur une petite table dans le coin une pochette assez petite, mais qui promettait tant de choses. Et malgré le grand soleil à l'extérieur, la minuscule fenêtre du lieu ne lui suffisait pas ; voulant qu'il sache sans aucun doute possible qui allait être responsable des pires instants de sa vie. Venant s'asseoir sur cette même table, elle y alluma une petite bougie qui, en une très courte minute, les éclaira tous les deux. Récupérant un couteau maintenu à sa cuisse, la blonde de son passé jouait avec celui-ci, le regard indéchiffrable mais le rictus bien présent, juste aux coins de ses lèvres. « Salut Trésor, ça fait des années qu'on avait pas eu un vrai tête-à-tête, toi et moi. » le ton mauvais, moqueur, Nehina était bien ironique car elle n'avait plus jamais voulu de tel moment avec lui. Haineuse par son infidélité par le passé, aujourd'hui ces actes contre la couronne suffisait amplement à l'avoir en ennemi. Si elle l'avait fui comme la peste à l'époque, en ce jour, la mercenaire n'était pas prête de quitter la prison. Puisqu'ils avaient beaucoup à faire, surtout elle. Son regard dérivant enfin vers le jeune homme dont elle ne lâcha plus regard. N'y voyez pas là des retrouvailles émouvantes entre deux amis, mais plutôt la promesse d'une soldat attachée à son roi, qui allait châtier un usurpateur. « Avant toute chose, surtout ne te méprends pas, tu m'as terriblement manqué, je n'ai pas l'intention d'écourter cette entrevue ; et encore moins de te faire sortir d'ici. » annonçant la couleur, la blonde prenait un malin plaisir à énoncer tout ce qu'elle prévoyait. Menteuse hors paire, elle était pourtant si sincère en lui indiquant qu'elle allait passer du temps avec lui et qu'il ne sortirait pas d'ici.

Descendant de son piédestal, l'aînée des deux s'approchait du garçon prisonnier, qui avait les mains nouées. Elle avait demandé à ce qu'il soit installé sur une chaise, même si elle aurait adoré le voir à genoux, à ses pieds. Bien qu'elle était persuadée qu'elle arriverait à le mettre dans une telle position avant la fin de la journée. À présent face à lui, elle lui attrapa les cheveux et lui releva la tête, tirant ses brindilles brunes sans retenue, afin qu'il soit à sa hauteur, elle qui avait pris la peine de s'abaisser un peu pour être assez proche de lui ; histoire de lui faire passer un message clair. Tandis que la lame de son couteau coupait sa joue, marquant celle-ci légèrement. Une simple prémices de ce qui l'attendait. Une petite caresse, rien de plus. « Je vais t'éviter toutes questions idiotes et ainsi toutes pertes du temps inutiles ; je suis là pour un châtiment. Trahison à la couronne, tout ça, tout ça. Et je ne vais pas te faire de cadeau Adonis. » pas seulement pour ce qu'il y avait eu entre eu par le passé, mais parce qu'il divisait sa nation, parce qu'il était contre son roi légitime. Et parce qu'elle avait attendu ce moment des années durant.

Revenir en haut Aller en bas
earth mutant
avatar
earth mutant
‹ MESSAGES : 7607
‹ AVATAR : dylan o'brien
‹ CRÉDITS : (av) self / (icons sign) self / (gif profil) tumblr
‹ COMPTES : star n'zuzi (spoiler alert: c adonis le plus sympa oopsie)

‹ AGE : Il a eu 26 ans le 23 septembre dernier. On a tendance à lui donner plus, à penser que l'homme qui a déjà vécu autant a plus d'années au compteur mais Adonis est pourtant toujours jeune. Il comble l'inexpérience par l'ambition et le culot.
‹ STATUT : Marié à une femme qu’il aime, certes, mais son coeur se consume d'un amour interdit pour l'empereur tombé.Izolda est sa meilleure alliée, mais elle n’est pas lui. Après avoir passé des mois à tenter de l’oublier, Adonis se livre enfin à ses sentiments. Tout entier, sans barrière, sans retenue, quitte à finir avec le coeur en tas de cendres.
‹ SANG : C'est d'un bleu roi que son hémoglobine est teintée, comme cela aurait toujours du l'être. Le Griffith a récupéré sa couronne au prix fort, mais au moins tout cela n'a pas été vain.
‹ POUVOIR : Quatre semaines douloureuses ont transformées la vie d'Adonis à tout jamais. Le fier Eartanarien a perdu sa belle légitimité à cause d'inconnus. La colère qui brûle dans ses veines transforme sa terre adorée en une lave brûlante.
‹ METIER : Il y est arrivé, le but ultime est atteint avant même sa trentième année. Roi d'Eartanera, Adonis assoit son pouvoir sur la nation qu'il aime tant.
‹ ALLEGEANCE : Lui-même. Adonis a fomenté plusieurs alliances en échange d'une couronne qu'il a enfin obtenu. Plus motivé que jamais, le Griffith refuse de voir la couronne lui échapper. Il a également tout récemment fondé un mouvement activiste pour le bien des mutants à travers tout Aksana, avec Rayna Belikov et Rita Kimora.
‹ ADIUTOR : Aléa Dochain, l'ombre protectrice, capable de tout pour lui. Elle est sa main armée, elle est son réconfort. C'est elle son bras-droit, désormais.
‹ POINTS : 7332

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: Re: ( p a i n ) — nehonis Jeu 1 Mar - 18:21

Les mains liées dans le dos. Impossible de bouger.
Les épaules bloquées, tendues, les muscles froids, coincés.
La respiration qui se fait difficile, à cause de l’humidité qui pénètre dans ses poumons. Les poumons qui font mal, tandis que l’air ambiant vient en saccager l’intérieur.
C’est insupportable, et pourtant, il est obligé de le supporter. Le roi d’un royaume qui ne lui appartient pas - pas encore - fait face à sa défaite. Encore.
Mais est-ce une défaite?
L’éclat d’une rage sans nom brille encore au fond des prunelles mordorées d’un Griffith qui ne semble connaître ni le mot défaite ni le mot abandon.
Il souffrira milles peines, et chacune en vaudra la peine, sur son chemin de croix en direction du trône de granite.
Alors ici, assis sur une banc de poussière, la douleur pour seul compagne, il refuse de laisser tomber. Il refuse de se laisser aller au désespoir, comme lors de son premier séjour en prison. Il refuse de se laisser aller à son coeur brisé, de ressasser les souffrances qu’il doit subir pour devenir le roi d’un peuple qui ne mérite qu’en partie sa clémence et sa ruse, son esprit politique et stratège.
Mais, ô Eartanera, elle sera belle, sous son règne. Elle sera grande, elle sera florissante, elle sera puissante. Elle écrasera ses ennemis, s’enrichira, se fortifiera et les guerriers, les puissants Eartanariens, chanteront les louanges d’un roi qui a souffert pour eux.
Penser ainsi.
Réfléchir ainsi.
Elaborer des plans.
C’est la seule manière de ne pas sombrer dans la folie, ici bas.

Mais la folie fait claquer ses bottes contre le sol pourri par l’humidité. Elle fait remuer sa longue queue de cheval, et ouvre la porte de sa cage avec un calme olympien. Elle pose une trousse, sur la table, douce folie, et son regard sur le visage fatigué d’un roi qui n’en a que le titre, et encore, pas pour elle. Ou le roi des condamnés, peut être, le roi de la vermine, le roi des traitres. Il le sait, même si Nehina n’affiche pas clairement sa haine, la flamme qui brûle dans ses iris est similaire à la sienne. Une haine sans nom brûle dans son être, mais cette haine n’est pas la même. Leurs haines s’entrechoquent, et c’est à celui qui haïra plus l’autre. A celui qui prendra le dessus, et qui fera plier le coeur de l’autre, et le corps. A celui qui se tiendra debout devant la tombe de son Nemesis.

Elle s’installe sur la table, les jambes flottantes, l’air presque guilleret et pourtant. Elle se moque ouvertement de lui, mais l’air mauvais insufflé par la haine est toujours là. Il déglutit, le brun, quand elle lui promet que cette entrevue sera longue. Et qu’il ne sera pas libre. Si il savait déjà qu’elle ne comptait pas le délivrer, il espérait qu’elle ne voudrait pas rester en sa compagnie trop longtemps. La femme guerrière descend de sa table, son long corps s’approchant du sien alors qu’elle tenait le long couteau qu’elle avait attaché à sa cuisse. La lame brilla quand elle rencontra l’éclat de la bougie, et Adonis plissa le regard, peu habitué à cette lumière, après des jours passé ici, enfermé, dans le noir et l’humidité.

Elle s’approche, et lui attrape violemment les cheveux pour le forcer à être à sa hauteur, alors qu’elle s’était penchée un peu sur lui, et pourtant c’est toujours de la haine pure qui traverse le regard du roi. Il a peur, oui, mais sa colère est bien plus forte, sa haine bien plus envahissante. Il en quitte pas son regard, même si sa machoire se crispe et que ses mains dans son dos le démangent plus que jamais. Il aimerait la faire goûter à sa lave, sans même savoir qu’elle ne lui ferait rien. Lié à jamais, lié même dans leur malédiction. Lié même pas les dieux, qui leur insufflent la même punition.
Mais pour lui ce n’est pas une punition.
C’est l’absolution.

La lame vient contre sa joue, et le métal froid mord sa peau laiteuse, pour lui arracher un gémissement de douleur qu’il ne peut pas contrôler. « Tu seras la première que je tuerai quand je sortirai d’ici. » Il ose, l’insolent. Il ose la provoquer, il lui cracherai au visage si la lame n’était pas si proche. L’impétueux fils Griffith est incapable de se rendre, incapable de se taire, incapable de reconnaître quand est-ce qu’il ferait mieux de ne rien dire, de ne rien faire. Il préfère provoquer, et le voilà au bord de la mort.
Encore une fois


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

( p a i n ) — nehonis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PINNED UNDER THE WEIGHT :: anciens rps :: saison 2-