AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

you want a fight, i'll bring a war (aric)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
air nation
avatar
air nation
‹ MESSAGES : 1201
‹ AVATAR : finn jones.
‹ CRÉDITS : money honey, clara.
‹ COMPTES : éclairs, esprit, guérison, métal, électricité, intelligence.

‹ AGE : vingt-huit ans que le démon aux airs angéliques hante cette terre. presque trente ans, mais pas encore. pas tout à fait. juste le temps de commettre quelques nouvelles atrocités.
‹ STATUT : le maléfique pernicieux a jeté son dévolu sur nevenka valaeris et dont l'union vient à peine d'être consommée. déjà veuf qu'il est alors que son coeur l'entraîne pourtant ailleurs. vers son propre sang, sa cadette, son ange démoniaque.
‹ SANG : argent, depuis quelques temps seulement. autrefois bronze à la richesse abondante, les nouvelles classes dirigeantes de l'empire d'aksana ont érigé la famille vasara au rang de noble, d'argent. compétence : bagou, charisme, ma
‹ POUVOIR : il s'élève au-dessus des airs, fier prince que même la gravité ne retient plus au sol. son ambition démesurée le porte vers les cieux. toujours plus haut. mais la chute n'en sera que plus grande.
‹ METIER : conspirateur, mafieux, manipulateur, menteur, homme d'esprit, religieux. il est le roi de la métamorphose, jonglant perpétuellement entre plusieurs masques, tous différents, opposés, antithétiques.
‹ ALLEGEANCE : lui-même et son mouvement machiavélique. réunion de démoniaques, d'engeances maléfiques. d'âmes dévoyées et pernicieuses. groupe absolument parfait aux yeux du vicieux.
‹ ADIUTOR : eron, vilaine créature jaune avec laquelle il n'a jamais réussi à s'entendre. gamin lisse à l'esprit fermé, méprisant toutes les facettes de la personnalité du maître. un traître, un moins que rien, un impur. la mort l'attend au tournant.
‹ POINTS : 915

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: you want a fight, i'll bring a war (aric) Sam 3 Fév - 22:41


« Monsieur, on vous observe attentivement. Yoric Swanson. » Le cruel acquiesça aux mots à peine audibles, susurrés par son fidèle homme de main. Son ombre. Celui qui jamais ne le quittait réellement. Jonah, simple lambda à la clairvoyance sans précédents. Bien entendu, le conspirateur était déjà au courant de tout cela. Il avait senti sur lui le regard insistant du fils du feu. Et encore plus lorsque ses mains avaient le bonheur – ou le malheur – de s’égarer sur les hanches envoûtantes de sa fiancée. La jalousie à l’état le plus pur. Achille la connaissait bien. Il sentait la même couler en lui lorsque de ridicules prétendants venaient tourbillonner autour de sa précieuse Scylla. Et parce qu’il connaissait le lien étroit qui s’était tissé entre le blond et la Valaeris, il n’en était que plus prudent. Il ne voulait la voir s’en aller avec le Swanson. Tentait perpétuellement d’éteindre les cendres de leur amour. Il devrait probablement s’y employer toute sa vie durant, tant ce qu’il y avait entre eux était fort. Le mariage était somptueux mais le Vasara n’en avait cure. Les promesses d’amour éternel, les larmes et les soupirs : très peu pour lui. Non, le terrible préférait continuer d’étendre son empire des bas-fonds lors des réunions de la haute aristocratie d’Aksana. Il épiait, sans en avoir l’air. Renforçait son apparence de véritable Saint, de témoin de moralité et d’éloquent prêcheur. Ses vices habilement dissimulés sous des airs polis. Ses tatouages démoniaques astucieusement caché derrière les manches longues de sa veste et ses gants moirés. Parce que les lignes noires formant des courbes psychédéliques sur ses bras étaient un véritable secret. Peu de gens savaient que sa peau presque translucide était ornée de motifs barbares et vindicatifs. Mais maintenant qu’il était arrivé à la tête de sa famille, plus rien n’arrêtait les ambitions démesurées de l’inhumain. Bientôt, tous seraient au fait de sa véritable personne. De ses ténèbres intérieures. De ses démons belliqueux. Bientôt, le moment serait venu de dévoiler sa toute puissance. Et lorsque la couronne de l’air serait posée sur ses boucles blondes, alors son aventure de conquête ne ferait que débuter. Achille fit mine de s’écarter de la foule, de vouloir prendre l’air. Parce qu’il savait que le Swanson ne pourrait manquer cette occasion. Il s’enfonça dans les couloirs labyrinthiques de l’endroit, jusqu’à entendre des pas derrière lui. « Yoric. Quelle surprise. Depuis le temps que tu me dévisageais avec envie, je me suis dit qu’une rencontre s’imposait. » Ton sarcastique. Rictus mauvais sur ses lèvres rosées. « Que puis-je faire pour toi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: you want a fight, i'll bring a war (aric) Mer 7 Fév - 11:55


@Achille Vasara

Il devrait se contenter de rester dans son coin sans agir, sans réagir. Il devrait oublier la présence de l’être des cieux mais il n’y arrive pas. Il se hait d’avoir succombé rien qu’un peu à la sorcellerie de la fille des cieux. Elle qui l’entraine à observer trop longuement le Vasara. Envie de comprendre ce qu’il peut avoir de plus que lui. La pilule qui n’est toujours pas passé. Non acceptation d’avoir été remplacé par une pâle copie de lui-même. Il n’a rien de plus que lui l’être. Au contraire, l’homme dégage quelque chose que même le monstre ne peut accepter. Une sensation plus puissante que la mort. Une intuition qui n’arrive pas à le quitter. Il en est certain, derrière le délicat minois se cache une sombre réalité. Il n’arrive pas à croire aux sourires de l’angelot. Tout ne semble qu’une grande mascarade dans laquelle il refuse de voir plonger la blonde.  Il s’écœure de les observer, de voir les mains du mauvais venir la toucher comme si elle était sienne. Il ne peut se résoudre le fils du feu à accepter cette réalité. A imaginer qu’un jour c’est à leur mariage qu’il devra se rendre. Alcool venant supprimer rien qu’un instant les effluves de sa colère mal placée. Il devrait se moquer de tout cela. Arrêter de s’intéresser à la sécurité de la fille courant d’air mais il n’arrive pas à retenir ses prunelles loin d’eux. L’homme finit par la laisser, il pourrait s’approcher de la précieuse mais il n’en fait rien. Il sait que rien de bon ne ressort jamais de leurs échanges. Ses pas agiles suivent plutôt le Vasara. L’énigme noire qu’il veut comprendre. Qu’il doit comprendre pour s’assurer qu’elle aille bien. Pour la chasser définitivement de son esprit. Il est soldat le monstre pas homme réfléchi. Il n’imagine pas le piège qui est en train de se refermer sur lui. « Quelle surprise. Depuis le temps que tu me dévisageais avec envie, je me suis dit qu’une rencontre s’imposait.» Il grogne intérieurement, détestant être surpris par autrui. La rage grandit en lui tout comme l’envie de faire ravaler le rictus à l’être blond. Le tuer serait sans doute la meilleure solution pour régker tous ses soucis. Seulement le meurtre brutal d’un Vasara ne seraot sans doute pas très bon pour l’image des Swanson. Mais penser aux conséquences n’a jamais été le fort du cadet. « Que puis-je faire pour toi ?»  Il ne répond toujours rien le monstre, il ne cesse de le regarder, de tenter de saisir la noirceur dans les prunelles de son ennemi. Il cherche ses mots, il n’est pas manipulateur. Il n’a pas le bagou pour affronter le Vasara. Il lui suffirait d’un peu de son feu pour prendre le dessus mais abimé un puissant à un mariage n’est pas la meilleure des idées. Il tente de retenir la bête mais elle veut sortir. Elle crie son désir d’en finir avec le fils du vent…L’homme hausse les épaules pour tenter de ne rien montrer, pour trouver la bonne tournure de ses propos. Celle qui changerait la donne. « Je ne sais pas encore ce que tu caches mais je vais le découvrir. » Il ne répond pas à ses questions. Il énonce ses intentions. Ce qui va se passer parce qu’il va découvrir ce que cache l’homme de l’air. Il ne le laissera pas détruire la poupée même si elle est sienne…
Revenir en haut Aller en bas
air nation
avatar
air nation
‹ MESSAGES : 1201
‹ AVATAR : finn jones.
‹ CRÉDITS : money honey, clara.
‹ COMPTES : éclairs, esprit, guérison, métal, électricité, intelligence.

‹ AGE : vingt-huit ans que le démon aux airs angéliques hante cette terre. presque trente ans, mais pas encore. pas tout à fait. juste le temps de commettre quelques nouvelles atrocités.
‹ STATUT : le maléfique pernicieux a jeté son dévolu sur nevenka valaeris et dont l'union vient à peine d'être consommée. déjà veuf qu'il est alors que son coeur l'entraîne pourtant ailleurs. vers son propre sang, sa cadette, son ange démoniaque.
‹ SANG : argent, depuis quelques temps seulement. autrefois bronze à la richesse abondante, les nouvelles classes dirigeantes de l'empire d'aksana ont érigé la famille vasara au rang de noble, d'argent. compétence : bagou, charisme, ma
‹ POUVOIR : il s'élève au-dessus des airs, fier prince que même la gravité ne retient plus au sol. son ambition démesurée le porte vers les cieux. toujours plus haut. mais la chute n'en sera que plus grande.
‹ METIER : conspirateur, mafieux, manipulateur, menteur, homme d'esprit, religieux. il est le roi de la métamorphose, jonglant perpétuellement entre plusieurs masques, tous différents, opposés, antithétiques.
‹ ALLEGEANCE : lui-même et son mouvement machiavélique. réunion de démoniaques, d'engeances maléfiques. d'âmes dévoyées et pernicieuses. groupe absolument parfait aux yeux du vicieux.
‹ ADIUTOR : eron, vilaine créature jaune avec laquelle il n'a jamais réussi à s'entendre. gamin lisse à l'esprit fermé, méprisant toutes les facettes de la personnalité du maître. un traître, un moins que rien, un impur. la mort l'attend au tournant.
‹ POINTS : 915

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: Re: you want a fight, i'll bring a war (aric) Ven 2 Mar - 22:44

« Je ne sais pas encore ce que tu caches mais je vais le découvrir. » Un rictus mesquin déchira le visage altier de l’inhumain. Ses prunelles dorées étaient dardées sur la silhouette fine mais musclée du Swanson qui se tenait devant lui. Parfaitement calme. Maître de lui roi. Roi de la modulation et du mensonge, il savait se prêter à toutes les situations. Modifier ses traits selon l’émotion qu’il voulait que les autres puissent percevoir. Les mains sagement croisées dans le dos, il étudiait l’homme qui se tenait devant lui. Ce rival qu’il avait appris à connaitre d’après les informations rapportées par ses divers espions. L’homme avec qui il partageait les pensées de la délicieuse Nevenka Valaeris. L’amant maudit, parfois délaissé, parfois haït, mais toujours présent. Et le Vasara était bien décidé à l’éminer du plateau d’échec de son existence. Se débarrasser de ses ennemis ne lui avait jamais fais peur. Aucun problème de conscience lorsque l’on ne possédait pas d’âme. « Est-ce une menace, mon garçon ? » Timbre clair, posé. Contrôlé. Parce qu’il n’y avait pas un seul aspect de sa vie qu’Achille laissa au hasard. Avoir la main sur tout, pouvoir prévoir et contrôler. Sa façon à lui d’apprécier l’existence. Parce qu’il se voulait maître. Se rêvait roi. Et qu’il était un ambitieux-né. Alors, il faisait en sorte de mettre toutes les chances de son côté afin de réaliser ses pernicieux projets. Et il ne laissait personne, absolument personne, lui faire de l’ombre. S’il tolérait pour l’instant l’existence de Yoric, rien n’indiquait qu’il en serait ainsi pour encore très longtemps. Le prédateur s’approchait du blond, à pas mesurés. L’incarnation même de la bienveillance, de la sagesse. Dieu des masques, capable de changer l’expression de son visage malicieux selon son bon vouloir. Capable de damner un sain. D’élever au rang de divinité le plus vicieux des hommes. Il inversait les codes moraux, se jouait de la bienséance, créait ses propres lois. Empire du mal, de la corruption, de l’avilissement. Voile ténébreux qui voulait déposer sur le monde. Faire monter les enfers sur terre et en prendre le contrôle. Se voir couronner par le sang, la violence et le vice. « Si tu as des questions à mon propos, je serai ravi d’y répondre. » Toujours plus près. Toujours plus dangereux. Toujours plus féroce. Il sentait l’ombre de son homme de main, dans son dos. Habilement caché dans le décor mais toujours présent. Prêt à se jeter devant son maître bien-aimé pour sauver la vie du prince d’argent. Les pions d’Achille étaient disséminés à travers l’entièreté d’Aksana. Certains le servaient par conviction, d’autres par chantage, d’autres parce qu’ils y étaient forcés. Servir les ambitions débridées de celui qu’ils craignaient trop pour refuser ses offres.  « Alors vas-y, je t’écoute. Mais ne me fais pas perdre mon temps. Tu sais, les adultes ont d’autres choses à faire que de perdre leur temps avec … » Grimace sur son visage d’ange. Si trompeur. Véritable piège maléfique. « Et bien, avec les gens comme toi. » Ultime insulte. Ultime provocation. Il voulait voir, jauger et comprendre cet homme qui hantait les pensées de sa précieuse fiancée. Estimer sa dangerosité afin de pouvoir riposter, si besoin était.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: you want a fight, i'll bring a war (aric) Sam 10 Mar - 15:24


@Achille Vasara
L’homme n’est pas à l’aise. La bête veut sortir et tout dévorer, ne laisser que des miettes du Vasara. Détruire chaque parcelle de son être pour s’assurer que jamais au grand jamais il ne puisse faire du mal à Nevenka. L’aura malsaine de l’homme des cieux empeste, elle le suit où qu’il aille. Elle arrive surtout à envahir les narines de la fille des cieux, de cette âme qu’il est en train de corrompre. Sensation de mal être qui continue d’envahir la bête. Furieuse dans toute sa splendeur. Il ne sait pas cacher l’homme des flammes son ressentiment à l’égard du fils des cieux. Il hait le rictus sortant des lèvres de l’odieux homme. Il ne peut rien faire pour l’arrêter à part trancher sa gorge. Une idée qui lui plait, qui lui permettrait de tout régler si facilement. « Est-ce une menace, mon garçon ?»  Mon garçon ! La rage s’empare de lui, grandie, vite bien trop vite. Il ne pourra se contrôler bien longtemps. L’envie de mort existe depuis si longtemps, elle semble pourtant se multiplier davantage depuis qu’il parle. Personne n’ose lui parler de la sorte. Personne ne survit après lui avoir parler de la sorte. Mais il le sait, il ne peut tuer l’être, pas maintenant, pas lors d’un mariage. Un jour il se glissera tout contre lui et tranchera sa gorge. L’idée d’agir arrive déjà à l’assagir, rien qu’un peu, à le retenir de le frapper. Mais il le sent le monstre ce besoin irrépressible qu’il devrait combler. Le Vasara  ne repartira surement pas totalement indemne de cette entrevue. « Plutôt une promesse. » Parce qu’il agirait. Parce qu’il découvrirait d’une manière ou d’une autre ce qui se cache sous la surface. Il dépècerait l’odieux personnage s’il le fallait mais il ne resterait pas une menace pour Neve, en aucun cas. Il n’est plus totalement lui-même. Plus totalement bête depuis que le poisson Nevenka s’est insinué en lui le poussant à chercher le fils des cieux. Le besoin de vérifier qu’il ne la mettra pas en danger, en aucun cas. La distance entre eux se réduisant sous l’action du pauvre fou. Il oublie la dangerosité dont peut faire preuve l’homme du feu. Il ne sait pas que si lui est capable de se contrôler, ce n’est en aucun cas vrai pour le monstre. Que le calme et la complaisante ne font par parties des fonctions qu’il a apprise, encore moins de celles qu’il contrôle. Le point de non-retour qui se rapproche de plus en plus, trop, qui va finir par céder une véritable certitude. « Si tu as des questions à mon propos, je serai ravi d’y répondre.» Fausse gentillesse qui cache autre chose, il en est certain. Et cette promiscuité qu’il crée. Ne faisant que lui rappeler cette effroyable horreur dont il ne sait que faire. Qui continue de renforcer son aversion pour l’homme trop calme. « Alors vas-y, je t’écoute. Mais ne me fais pas perdre mon temps. Tu sais, les adultes ont d’autres choses à faire que de perdre leur temps avec … Et bien, avec les gens comme toi.» La provocation de trop. Il ne peut plus faire comme si de rien n’était. Il ne peut plus se tenir, plus du tout même. Il veut tout détruire et surtout l’homme en face de lui. Il ne retient plus rien quand ses mains viennent attraper le col de l’homme des cieux. Il l’entend ce bruit d’un autre être se déplaçant. Il connait ce genre d’hommes. Il l’est parfois, souvent dans l’ombre à attendre le moment opportun pour agir. La bête relâche sa proie qu’il aimerait pourtant déjà dévorer. Pas le moment. Pas l’heure. Sa main devient flamme envers l’homme étranger, l’homme de l’ombre. Un regard et surtout cette menace non dissimulée. Il le brulera s’il ose approcher. Il le détruira s’il pense avoir le dessus sur lui. S’il s’imagine pouvoir le détruire. « Tu parles de maturité mais pourtant tu agis comme un gamin apeuré. » Qu’il commence à dire, trouvant dans ce besoin d’être défendu davantage un signe de faiblesse que de force. Il se rapproche du Vasara avant de planter ses opalines dans les siennes, meurtrières, destructrices, symbole d’une envie de mort qui ne disparaitra sans doute jamais. « Aurais-tu trop peur d’être seul avec moi ? De parler d’homme à homme. » Lui qui se prend pour un homme parait davantage pour un gamin aux yeux du mercenaire. Un gamin ayant besoin d’autrui pour se défendre ne deviendra jamais un homme aux yeux de l’homme des combats. Il attend l’action du Vasara. Sera-t-il un homme ou un gamin ?
Revenir en haut Aller en bas
air nation
avatar
air nation
‹ MESSAGES : 1201
‹ AVATAR : finn jones.
‹ CRÉDITS : money honey, clara.
‹ COMPTES : éclairs, esprit, guérison, métal, électricité, intelligence.

‹ AGE : vingt-huit ans que le démon aux airs angéliques hante cette terre. presque trente ans, mais pas encore. pas tout à fait. juste le temps de commettre quelques nouvelles atrocités.
‹ STATUT : le maléfique pernicieux a jeté son dévolu sur nevenka valaeris et dont l'union vient à peine d'être consommée. déjà veuf qu'il est alors que son coeur l'entraîne pourtant ailleurs. vers son propre sang, sa cadette, son ange démoniaque.
‹ SANG : argent, depuis quelques temps seulement. autrefois bronze à la richesse abondante, les nouvelles classes dirigeantes de l'empire d'aksana ont érigé la famille vasara au rang de noble, d'argent. compétence : bagou, charisme, ma
‹ POUVOIR : il s'élève au-dessus des airs, fier prince que même la gravité ne retient plus au sol. son ambition démesurée le porte vers les cieux. toujours plus haut. mais la chute n'en sera que plus grande.
‹ METIER : conspirateur, mafieux, manipulateur, menteur, homme d'esprit, religieux. il est le roi de la métamorphose, jonglant perpétuellement entre plusieurs masques, tous différents, opposés, antithétiques.
‹ ALLEGEANCE : lui-même et son mouvement machiavélique. réunion de démoniaques, d'engeances maléfiques. d'âmes dévoyées et pernicieuses. groupe absolument parfait aux yeux du vicieux.
‹ ADIUTOR : eron, vilaine créature jaune avec laquelle il n'a jamais réussi à s'entendre. gamin lisse à l'esprit fermé, méprisant toutes les facettes de la personnalité du maître. un traître, un moins que rien, un impur. la mort l'attend au tournant.
‹ POINTS : 915

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: Re: you want a fight, i'll bring a war (aric) Dim 18 Mar - 22:07


« Plutôt une promesse. » L’agneau voulait se faire aussi dangereux que le lion. Voulait jouer avec le loup. Voulait se mesurer au maître prédateur. Pauvre petit, il ne savait pas qu’il ne possédait aucune chance face au cynique corrupteur. Face à celui capable de faire se damner un saint. D’élever au rang élégiaque le plus terrible des vicieux. Il était probablement la pire âme de tout Aksana. L’homme dégradé, avili, perverti mais qui ne changerait son sort pour rien au monde. Et pourtant, le Vasara avait été érigé en modèle de vertu, en témoin à la morale immaculée. Roi des ombres, des masques. Il changeait aisément de personnalité, selon l’interlocuteur qui se trouvait devant lui. Et devant l’enfant du feu, l’inhumain allait déchainer les feux de l’enfer. Prouver à ce petit impudent qu’il n’était guère un homme que l’on pouvait confronter impunément. « Si tu penses m’effrayer, tu te trompes, Yoric. Je suis plus puissant, plus intelligent, plus fort, que tu ne le seras jamais. Cesse donc de jouer au coq et accepte ton statut. Crois-moi, cela est préférable. Surtout pour toi. » Parce qu’il délaissait, petit à petit, son sourire poli et son regard caressant. Pour laisser apparaître le monstre qui sommeillait perpétuellement en lui. Celui qu’il savait si bien dompter d’ordinaire. Celui qui le poussait à corrompre ceux qui l’entouraient. Afin que son monde infernal des bas-fonds puisse prendre forme au cœur même d’Aksana. Cauchemar devenant alors réalité. Parce que Yoric l’agaçait. Profondément. Petit amant jaloux, dépassé par l’avènement du mal qui menaçait de déborder sur le monde réel. Une épine dans le pied, guère plus. Petit enfant voulant jouer dans la cour des grands. Il osait même menacer le fidèle Jonah, l’homme de l’ombre, capable de lui briser la nuque avant même qu’il ait le temps de proférer une parole. « Tu parles de maturité mais pourtant tu agis comme un gamin apeuré. » Rictus sardonique sur le visage de l’incestueux, de l’homme aux multiples facettes. Insaisissable, incontrôlable, imprévisible. Pauvres fous étaient ceux qui le défiaient. Et qui finissaient toujours par perdre. Parce qu’Achille ne se battait jamais loyalement. Absolument jamais. Il usait de tous les moyens possibles afin d’arriver à ses fins. Peu importait à quel point ces moyens pouvaient être affreux, infâmes ou ignobles. Seul comptait le résultat. Le guerrier du feu se rapprochait toujours un peu plus. Plantant ses pupilles dans les siennes. Ces pupilles qui ne dévoilaient que trop bien ses envies. Sombres, meurtrières, dévastatrices. Mais le cruel restait impassible. Absolument immobile, répondant à cette provocation silencieuse grâce à ses yeux dorés. Il lui intimait de s’arrêter prestement. Car plus le Swanson se dressait en ennemi, plus les conséquences seraient lourdes à porter. « Aurais-tu trop peur d’être seul avec moi ? De parler d’homme à homme. » Un ricanement s’échappa des lippes rosées du Vasara. Pauvre petit impudent. Si jeune. Si naïf. Si prompt à foncer dans le mur, la tête la première. « Parler d’homme à homme ? Discuter avec moi-même n’a jamais été une de mes passions. » Sourire carnassier. Véritable prédateur prêt à cracher son venin, prêt à fondre sur sa proie. Il sentait son homme de main se déplacer sournoisement, parmi les ombres. Prêt à protéger l’homme qu’il avait juré de servir jusqu’à la mort. « Tu devrais mesurer tes paroles, Swanson. Tu ne sais pas à qui tu as à faire. Tu ne sais pas ce dont je suis capable. Tu n’en as absolument aucune idée. Ton esprit est bien incapable de percevoir une âme comme la mienne. Il y a un monde, entre nous, mon grand. » Un fossé qu’il était impossible de combler. Ils avaient presque le même âge mais des siècles entiers semblaient séparer les deux hommes. Un enfant du feu aux cheveux clairs, muscles saillants et velléités peintes sur son visage sauvage. Et un maître de l’air à la silhouette délicate, aux intentions difficiles à cerner et à la peau pâle. Ils n’auraient pu être plus différents. Et leurs idéaux les opposaient encore. « Tu me menaces mais tu ne sais donc pas que j’ai sans cesse un poignard sous le cou de Marlys ? Tu me menaces mais tu ne sais donc pas que je suis capable de te livrer à des tourments inimaginables ? A rendre ta vie infernale ? Tu sais, Yoric, toutes les légendes à propos des monstres sont vraies. Mais crois-moi, tu n’as pas envie de découvrir l’entièreté de celle qui se tient devant toi. » Rapace prêt à enserrer le blond entre ses serres acérées. Le Swanson avait sombré dans l’antre du diable, dans la gueule du loup. Et il n’en ressortirait pas indemne. « Tu es prêt à te damner pour les beaux yeux de Nevenka et crois-moi, je peux l’entendre. Bien que ses yeux ne soient pas la partie que je préfère, chez elle. » Il voulait le mettre en colère, le faire sortir hors de ses gonds. Et le condamner par là-même. « Mais c’est moi qu’elle va épouser. Mes enfants, qu’elle va porter. Mon nom, qu’elle va prendre. Et elle t’oubliera, si ce n’est pas déjà fait. Parce qu’à choisir entre un homme comme moi et … quelque chose comme toi, Neve n’hésitera pas. Pas l’espace d’une seconde. Elle et moi partageons quelque chose dont tu ne peux saisir l’ampleur et la profondeur. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: you want a fight, i'll bring a war (aric)

Revenir en haut Aller en bas

you want a fight, i'll bring a war (aric)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PINNED UNDER THE WEIGHT :: playground :: anciens rps :: saison 2-