AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
fermeture du forum
Merci à tous pour tous ces beaux mois passés sur le forum. On souhaite bonne continuation à tout le monde!

Partagez| .

in us, there is liquid fire. (asghari)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: in us, there is liquid fire. (asghari) Sam 3 Fév - 13:23


Blood, warm, like fire. Red, like anger.
The tears of the flesh, for when you strike it cruelly enough,
it weeps, it cries, it burns.
A burn that screams:
‘YOU ARE ALIVE,’
and demands you stay that way.

- Asghari, bon dieu de merde. La porte s'ouvre à la volée pour au moins la cinquantième fois en deux jours. Deux jours qu'elle a passés à fracasser des portes et des crânes en traquant la fille de feu (maintenant d'un bleu qui lui a valu des hématomes de la même couleur), qui apparaît enfin devant elle, beaucoup plus abîmée que dans ses souvenirs, les blessures maladroitement pansées, la face défigurée, sans doute écorchée de partout mais vivante ; vivante dans toute sa splendeur puisque, malgré son teint terne, la mort brille toujours dans ses yeux, la promesse sanglante d'une vengeance que rien ne pourra arrêter flamboie comme une flamme dans son regard. Al-Ghul en perçoit l'intensité éblouissante. Un sourire se dessine sur ses lèvres l'espace d'une seconde, qui semble dire : alors Golden Fingers, es-tu prête à punir ceux qui t'ont fait du mal ? L'instant passe aussi rapidement qu'il n'est arrivé, le soulagement qu'elle ressent est inévitable. Elle est bel et bien heureuse de voir que la gamine est saine et sauve ; elle est, après tout, l'un des éléments les plus précieux de leur gang, de leur famille, peut-être même de tout Launondie. Perdre un investissement comme Asghari Khodja leur coûterait énormément, elle n'aimerait même pas envisager cette possibilité qu'elle a refusée tout ce temps pendant qu'elle la cherchait, Nuha dans son ombre, comme à son habitude, ne comprenant pas pourquoi Al-Ghul mettait autant de temps et d'énergie pour retrouver quelqu'un qui faisait de son métier l'art de disparaître. C'est pour les mères, prétextait-elle. Qui crois-tu qu'elles vont envoyer pour elle autre que moi ? Et c'était vrai, tous les autres (ou presque) risquaient plus qu'elle s'ils se montraient à l'extérieur à l'aube des récents évènements. Elle était protégée par une certaine réputation, qui lui valait énormément d'ennemis certes, mais aucun qui puisse prétexter ne pas savoir qu'elle n'a jamais eu d'adiutor et qui donc, savaient forcément que le virus n'a eu aucun effet sur elle. Ils devront attendre une autre fois pour trouver un prétexte pour l'attaquer, peut-être une prochaine illumination des sacerdos, qui sait. - T'as de la chance d'être vivante, t'as vraiment de la chance. Je t'aurais tué moi-même sinon. C'était vrai, elle le pensait. Elle aurait été la chercher jusqu'en enfer s'il le fallait pour la tuer de ses propres mains si elle avait osé disparaître pour se laisser crever, et à cause de quoi ? Deux, trois blessures ? Non, Asghari était beaucoup plus forte que ça, une fille qui défiait la gravité chaque jour valait mieux que de mourir écrasée contre le sol. Elle aurait la mort grandiose qu'elle méritait, Al-Ghul s'en assurera pour elle s'il le faut un jour. - Ces petits merdeux de Sacerdos et leurs idées à deux balles. T'y crois, toi ? La purge, et puis quoi encore ? S'ils veulent tuer des gens qu'ils se mettent dans la file comme tout le monde, au lieu d'envoyer des p'tits puceaux qui mouillent devant du sang le faire à leur place ! Bande de petits foireux. Je vais leur en donner des visions moi, ils perdent rien pour attendre. Elle reprend son souffle, du coin de l'oeil elle voit bouger une silhouette dans le fond de la pièce. - T'es qui toi ? Crache-t-elle dans sa direction. L'homme a l'air de se replier sur lui-même, la pièce est mal illuminée et elle n'arrive pas à distinguer ses traits mais remarque qu'il essaye d'éviter le plus possible son regard. - P..personne, balbutia-t-il rapidement. Elle le regarde de haut en bas avant de décider qu'effectivement, il n'est personne. Elle se retourne vers Asghari, son cœur fait un truc qu'il ne fait jamais d'habitude, il se resserre quand elle la voit de plus près, quand elle voit les conséquences des coups qu'elle a pris, de la douleur qui a dû s'ensuivre. Elle évite de faire une grimace, ne veut ressentir aucune pitié pour elle et pour ça, décide alors d'appuyer bien fort sur la colère, constamment présente à l'intérieur d'elle, décide que ce sentiment n'est qu'une autre forme de haine, de violence, une qu'elle ressent dans sa gorge et au fond de son estomac, une des pires qu'il soit. Elle ne peut pas s'en empêcher, elle lui donne une tape à l'arrière de la tête, la paume de sa main émet un contact bref avec la chevelure noire de la Khodja, évitant soigneusement de toucher la peau de sa nuque. - Et toi alors ! Tu sais tout le fric que j'ai perdu à cause de toi ? T'as intérêt à te remettre sur pieds rapidement, tu m'en dois au moins deux caisses. Cela faisait deux jours qu'elle n'avait pas dormi, qu'elle ne s'était même pas changée, ses vêtements lui collaient à la peau, elle ne savait plus à qui appartenait le sang qui était dessus, si c'était le sien, celui d'Asghari, ou des autres qui les avaient encerclés dans une ruelle à Jhiu N'guri, tard la nuit, quand la Purge a frappé dans un guet-apens méticuleusement préparé. Al-Ghul avait le regard noir, fou, elle n'aurait pas dû être aussi secouée par si peu, elle le savait, ce n'était ni la première fois qu'elle se faisait prendre par surprise, ni la dernière, mais ça ne l'empêchait pas de se repasser sans cesse les évènements de cette nuit-là. Certains des attaquants avaient été des leurs, elle a vu leurs visages dans la fumée des flammes et le chaos qui s'était abattu sur la ville, des habitants du quartier, des voisins, des clients, des personnes qu'elle connaissait, qui n'auraient jamais dû se laisser mouvoir par les paroles de dieux qui n'ont jamais été là pour aucun d'eux, et pourtant. - Tu nous refais plus jamais ça, t'entends la gamine ?
Revenir en haut Aller en bas

in us, there is liquid fire. (asghari)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PINNED UNDER THE WEIGHT :: anciens rps :: saison 2-