AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

even without fists held high (thao)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
green
avatar
green
‹ MESSAGES : 483
‹ AVATAR : ella purnell
‹ CRÉDITS : afanen (a) astra (s)

‹ AGE : vingt-trois ans de chaos, petit nombre auquel elle n'attache pas beaucoup d'importance
‹ STATUT : libre de tout, aucune chaîne ne vient entraver ses sentiments, passion disparue depuis longtemps
‹ SANG : mêlée, fierté incomparable, elle se bat pour son sang, elle tue pour ses semblables
‹ POUVOIR : verte, intelligence anormale, compétence innée, coupable de sa torture, outil de ses crimes
‹ METIER : leader des attaquants, elle voue son âme à l'armée de pollux, elle lui dédie sa vie
‹ ALLEGEANCE : pollux, lui et ce qu'il défend, place qu'elle a cherché toute sa vie, dessein secret qu'elle compte défendre plus que tout
‹ ADIUTOR : d'un bourreau, mêlée victime de sa folie, elle rêve que son sang se retrouve sur ses mains, elle souhaite voir le cœur de l'homme dans son poing
‹ POINTS : 850

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: even without fists held high (thao) Dim 28 Jan - 17:20

Un dernier regard vers la porte qui se referme sur elle, métaphore du contrat qu’elle vient de sceller, symbole d’un non-retour en arrière. C’est fait, il n’y a aucune autre issue, elle a vendu ses convictions, son âme pour sa sœur. Un soupire, la culpabilité qui, pour la première fois depuis des années, fait apparaitre des larmes aux creux de ses paupières. Elle doute de tout, de rien, elle sait plus qui elle est, qui croire, les raisons de tout ce qu’elle pense. Elle se ressaisit, c’est pas le moment de se perdre, elle est en pleine zone de guerre, la purge n’est pas finie, elle vient tout juste de commencer. Plus personne n’est à l’abri, chaque maitre peut devenir cible, victime. Elle sent encore une fois l’électricité reprendre possession de ses mains, de la lumière qui s’échappe de ses doigts fins. C’est incessant, elle se demande quand elle arrivera à contrôler son pouvoir. Pire, ses émotions. Elle retrouve ce rythme rapide, effréné alors qu’elle ne souhaite qu’une chose, retrouver sa sœur, lui dire de prendre l’essentiel et de s’en aller, quitter ce château maudit. Après tout, elles sont des parasites sous le toit de l’ennemi. Elles s’en sortiront bien mieux seules, alors que leur père ne pensera qu’à sa survie. Cela fait des années qu’il a oublié, qu’il a cessé de les considérer comme ses filles, qu’il ne voit plus qu’en elles des pantins, des pions dans ce qu’il pense être son échiquier. C’est faux, il contrôle rien et Thae elle s’en rend compte, bien plus qu’avant, elle le pensait invincible. La tête basse, sa figure menue toujours  voilée par sa cape légèrement trop grande. Puis elle passe à côté de cette ombre, cet homme trop grand. Elle le sent, l’espace d’une seconde, le lien est toujours là. Rien n’a changé, elle peut le reconnaître parmi tous. Le temps s’arrête, elle aussi, elle ne bouge pas. Les pas derrière ont également cessés. Elle ose pas se retourner, elle a peur, elle contrôle plus rien. Si elle s’était trompée ? Non. C’est pas possible, elle peut pas se tromper. Alors, elle se retourne, lentement, elle sait que lorsqu’elle aura posé ses yeux sur lui, les conséquences seront terribles. Il est là, le regard sombre, aucune émotion ne se lit sur son visage. L’innocence a disparu de celui de Thae, elle ne joue plus la comédie avec lui, elle sait que ça sert à rien, il a découvert il y a bien longtemps qui elle est vraiment. Non, c’est de la colère, de la tristesse qui se lit à travers ses traits. Mais elle comprend. Il la déteste, il la méprise. Elle a pourtant appris, cet être, ce membre qui faisait partie d’elle. Est-ce qu’il ressent la même chose ? Ce vide meurtrier, assassin ? Sûrement pas. Il aime cette liberté, il la cherche depuis toujours. Ce virus ne fut que bénédiction pour lui, une fatalité pour elle. Elle s’en veut, elle veut arracher ce qui ronge ses os, ce qui ne veut plus la lâcher, elle déteste la faiblesse, elle se déteste. Jamais elle n’a été comme ça, jamais elle ne voudra l’être. Ils ont jamais été destinés à s’apprécier, jamais été destinés à rien du tout. C’est qu’une erreur, ils se le sont toujours dit. Isao. Et elle le dit avec toute la haine, la rancœur qu’elle a accumulé de cette solitude, ce vide qu’il a laissé en fuyant, l’abandonnant sans même un mot, une lettre, un regard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: even without fists held high (thao) Mer 31 Jan - 18:12

Nuit tombante. L'heure des personnes de son type. C'est l'heure des voyous, des rats de la société, ceux qu'on sépare de la société. Ceux qu'on met de côté provisoirement en leur promettant faussement qu'on viendra arranger leur situation. Nuit tombante, froid de saison. Ambiance glacée, autant que le cœur de l'homme. Ambiance dangereuse liée aux événements des derniers temps. La purge. Cette élimination qu'il n'aurait pas pu manquer. Le plat de sa main passe sur son front, il essuie le liquide gluant, celui qui lui colle à la peau, celui qui porte sa couleur préféré. Sans doute une légère trace sur le front, l'homme se remet en marche, dans les rues humides de Jhiu N'guri. Marche où les rencontres sont font bien plus rares quand vient le noir.  Marche sans jamais prendre le même chemin. Marche assurée jusqu'à chez lui. Puis un croisement entre deux personnes. Bien trop proche, le bout de la cape de l'autre bien trop grande vient frôler ses jambes à lui. Il a ralenti sa cadence, l'oreilles tendues, juste après ça. Juste après avoir respiré la fragrance. Juste après l'avoir croisé. Ce ressenti. Bon sang. Ce truc qui vient d'arriver en lui tel une bombe après son frôlement. Un pas... Puis deux. Juste deux petits pas hésitants et le voilà qu'il s'arrête. Juste deux petits pas qui ont claqué moins fortement sur les pavés mouillés. Oreilles tendues tel un animal. Comme il l'apprit depuis toujours. Encore plus depuis sa fuite. Mais il n'a même pas besoin de ça. De tendre l'oreille, parce qu'il sait. Il sait que c'est elle. Comme elle sait que c'est lui. Parce que même s'il demeure de dos pendant quelques secondes, il sait qu'elle aussi a fait de même. Elle aussi s'est arrêtée. Elle aussi s'est stoppée nette. Elle aussi, elle a ressenti ce truc. Elle a ressenti le fantôme de leur lien. Putain, non. Comment... Comment peut-elle être ici ? Comment l'a-t-elle retrouvé ? Lèvres pincées. Mâchoire serrée. Il ferme les yeux, prenant cette grande inspiration qui n'y change pas grand chose. Et pourtant, le masque sur son visage réapparaît. L'homme est retourné. Comme autrefois, on pourrait dire qu'ils ne font qu'un, parce qu'il se retourne en même temps elle. Lui, beaucoup plus vivement. Témoin de son caractère. Témoin de cette colère qui demeure toujours en lui. Témoin de sa vivacité. Ou simplement le témoin du danger imminent. Car oui, Thae Yinren l'est. Demi-tour achevé, elle aussi s'est retournée. Plus lentement. Et il prend le temps de l'étudier, elle sous sa capuche. Elle qui relève les yeux vers elle, elle qui accroche son regard. Elle qui aujourd'hui a bien changé. Il n'y reconnait plus rien dans ce regard. Car dans ce regard, il arrivait aussi bien à lire en elle qu'à travers ce qu'il entendait dans sa tête. La princesse, la traîtresse, a bien changé. Les émotions qui le guident depuis tant d'années semblent avoir pris le chemin vers elle. Colère et... tristesse ? Le masque de l'homme aimerait demeurer impassible mais c'est toujours cette putain de colère qui le trahit. Celle qui se perçoit dans la lueur de son regard. Celle qui se perçoit toujours là-dedans. Bien plus que dans ses gestes. Et cette colère ne fait que s'amplifiait en la regardant parce que c'est là.. Parce que ça s'avère être vrai. Être proche d'elle, il a l'impression que ce vide qui le remplissait s'éloigne. Il a l'impression qu'elle le complète subtilement, même si ce n'est pas autant que s'ils étaient de nouveau liés officiellement, mentalement. Et il se déteste pour ça, au même niveau qu'il la déteste. Il ne veut pas avoir affaire à elle. Ni a aucun autre. Jamais... Sa rancœur déchire leur silence, la princesse vient de faire sortir son prénom d'entre ses lèvres pleines et sensuelles. Interdit, l'homme continue de la regarder. Puis ce sourire... Drôle de sourire, sourire carnassier, souris mauvais. Un sourire bien dérangeant. Du même style qu'il pourrait réserver à ses futures.. victimes ? "Maître." Bien trop d'ironie dans sa voix rancunière, froide et moqueuse. Il fourre ses mains imprégnaient de sang séché et encore frais dans les poches de sa veste. "Ce n'est pas prudent de traîner dans le coin pour une personne comme... vous." L'un de ses sourcils se lève lorsqu'il fait référence à la purge en cours, purge contre les personnes comme Thae. Un pas, l'homme vient de s'avancer vers la femme à capuche et s'arrêter à nouveau.

@Thae Yinren
Revenir en haut Aller en bas
green
avatar
green
‹ MESSAGES : 483
‹ AVATAR : ella purnell
‹ CRÉDITS : afanen (a) astra (s)

‹ AGE : vingt-trois ans de chaos, petit nombre auquel elle n'attache pas beaucoup d'importance
‹ STATUT : libre de tout, aucune chaîne ne vient entraver ses sentiments, passion disparue depuis longtemps
‹ SANG : mêlée, fierté incomparable, elle se bat pour son sang, elle tue pour ses semblables
‹ POUVOIR : verte, intelligence anormale, compétence innée, coupable de sa torture, outil de ses crimes
‹ METIER : leader des attaquants, elle voue son âme à l'armée de pollux, elle lui dédie sa vie
‹ ALLEGEANCE : pollux, lui et ce qu'il défend, place qu'elle a cherché toute sa vie, dessein secret qu'elle compte défendre plus que tout
‹ ADIUTOR : d'un bourreau, mêlée victime de sa folie, elle rêve que son sang se retrouve sur ses mains, elle souhaite voir le cœur de l'homme dans son poing
‹ POINTS : 850

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: Re: even without fists held high (thao) Mer 21 Fév - 23:03

Quelques mètres les séparent, elle a qu’une envie alors qu’il se retrouve là, le visage fermé, le regard vide. Elle veut parcourir cette courte distance pour lui arracher les yeux, elle veut le saigner jusqu’à la dernière goutte. Elle veut se venger de tout ce qu’il lui a fait subir, elle en a besoin. Un contact physique, qu’il soit violent, doux, amer, acide. Elle veut juste le sentir. Elle veut lui faire du mal, le regarder souffrir, elle veut lui arracher quelque chose, comme il lui arraché une partie d’elle-même. Un miroir s’est placé là, deux images qui se reflètent presque parfaitement, ils sont, pendant l’espace d’un instant, encore lié, encore ensemble. C’est plus douloureux qu’autre chose. Il a tant voulu partir, elle a tant voulu le découvrir. C’est tragique, presque ironique. Les étoiles s’alignent et s’amusent de ce spectacle, cette poupée que rien ne peut ébranler, ce pantin qu’on a si bien élevé. Aujourd’hui elle se retrouve face à l’une de ses plus grandes faiblesses : lui. Isao. Son adiutor qu’elle a tant attendu pour au final être détestée. Elle a pourtant l’habitude la princesse, c’est le rôle qu’elle a choisi de mener, la fille parfaite qu’on déteste, elle n’a toujours pu compter que sur sa sœur, ça lui a toujours suffit. Mais c’était un rêve d’enfant, cette personne qui partage votre vie, vos pensées, votre présent, votre futur. Un ami, un frère, un soutien, un pilier. Elle a toujours rêvé de ça, elle a toujours voulu ressentir ce que les adultes lui décrivaient. Elle pouvait pas savoir qu’on lui mentait, qu’ils étaient détestés les maitres, elle pouvait pas comprendre. C’était normal pour elle, normal que les mêlés soient à leur solde. Elle s’est jamais questionnée. Elle est peut-être là son erreur. Elle lui en veut parce qu’elle comprend pas, elle arrive pas à concevoir cette haine et pourtant elle sait ce qu’il y a dans la tête d’Isao, elle y a été, elle le connaît. Il reste cette boîte noire qu’elle a jamais réussi à ouvrir. Elle est sûrement pas destinée à le faire. Puis un sourire carnassier se dessine sur le visage du blond, les poings de la poupée se serrent alors qu’il délivre ce mot qui la désigne, ce mot qu’elle déteste tant sortant de sa bouche. Ses lèvres ne sont que sarcasme. Le regard de Thae se porte sur sa main qu’il range soigneusement. Rouge, rouge du sang des maîtres qu’il a tué, avec plaisir, elle le sait. Elle reporte ses yeux sur son visage, le feu s’embrase derrière ses iris, l’électricité réchauffe ses doigts. Comme moi ? Il s’avance. Elle bouge pas, elle a pas peur. Elle sait se battre. Elle est née pour ça. Tu veux dire un maître ? Et elle accentue le mot, sa claque sur ses lèvres, c’est comme une provocation venant d’elle. Elle veut qu’il craque, elle veut le voir s’énerver. Alors ça t’a apporté quoi ? Tu te sens mieux maintenant ? T’es soulagé ? Elle veut qu’il soit honnête, est-ce que tuer des innocents l’a aidé ? Est-ce qu’il se sent apaisé ? Elle se doute que non, il le sera jamais. Tu veux me tuer moi aussi ? Tu veux trancher ma gorge ? C’est perfide, elle siffle comme un serpent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: even without fists held high (thao)

Revenir en haut Aller en bas

even without fists held high (thao)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PINNED UNDER THE WEIGHT :: playground :: anciens rps-