AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

whatever it takes ☾ (renlai)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
water mutant
avatar
water mutant
‹ MESSAGES : 277
‹ AVATAR : Boyd Holbrook
‹ CRÉDITS : (freyja) avatar - (Beylin) codes signa -

‹ AGE : Il vient tout juste de passer la porte de la trentaine. Ce sont donc trente années qui s'écoulent dans ses veines.
‹ STATUT : Ancien célibataire endurci, volage du premier regard, son coeur s'est épris de la flamboyante Svea Oshun et ne saurait s'en défaire. Il doit juste ouvrir ses yeux et accepter qu'il a passé le stade des sentiments, cette fois. La trentaine assagirait-elle ?
‹ SANG : Bronze et impunément fier de l'être. Il l'était. Dorénavant il n'y a plus que la honte et la différence.
‹ POUVOIR : L'eau, cette si belle clarté, a laissé place à la souillure du sang. Liquide carmin capable d'être bafoué entre ses mains d'un simple regard. Emotions qui trahissent et angoisses qui s'enlaidissent. Il n'en voulait pas il n'a rien demandé. Virus d'un rien, chagrin de demain.
‹ COMPETENCES : Domination (niv. 3) - Persuasion (niv.1) - Espionnage (niv.1)
‹ METIER : Gardien à la prison du Palais des Flammes.
‹ ALLEGEANCE : A lui-même. Il espionnait pour la résistance, se prétendait à la fois ami de la couronne et rebelle. Il mène son monde à la baguette, autant que faire se peut, mais à force de croire aux autres il a fini par se rendre compte que le pouvoir appelle le pouvoir. Seul une parcelle du gouvernement semble avoir un tantinet la tête sur les épaules.
‹ ADIUTOR : Airen Lokarth. Il l'a évité après la virus, des semaines durant, jusqu'à finalement être forcé de l'affronter. Airen aurait pu partir, mais il reste, et Nikolai ne comprend pas pourquoi, même s'il niera que sa présence, en réalité, le soulage.
‹ POINTS : 139

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:

MessageSujet: whatever it takes ☾ (renlai) Ven 26 Jan - 20:24

Airen & Nikolai

whatever it takes


Le voile obscur de la nuit a d’ores et déjà fait son nid depuis bien des heures lorsque sa carcasse parvient enfin jusqu’à sa maison immaculée. Elle est au contraire de son propriétaire, a su survivre à l’incendie ravageur et se tient toujours debout là où le blond n’a pas pu faire survivre son don au virus et se tient chancelant sur le pas de sa porte à la recherche de ses clés. Il n’aurait pas dû répondre à cet ennemi d’antan. Il n’aurait pas dû lui donner le plaisir de répondre aux coups et lui donner l’occasion de faire s’abattre son poing sur sa chaire. De mutiler une arcade sourcilière ou même une pommette qui s’est affaissée sous le choc de l’ossature rigide de cette maudite main. Non il n’aurait pas dû, mais il l’a fait. Parce que tout va de travers, tout s’emmêle, tout fait sens et se détruit en même temps. La réalité l’a rattrapé à échelle grand V et il n’a rien pu faire pour l’arrêter. Cherchant les clés dans ses poches, Halwyn le sait, ce soir il a merdé et de l’intérieur il se sent légèrement crever. Dans son élan de colère, la soirée aurait pu mal se terminer et le sang couler dans les stries des pavés. Celui de Yoric. Dans un excès de colère Nikolai serait capable de tuer sur le champ, d’étouffer l’autre dans son propre sang. Il l’a déjà fait, c’est comme ça qu’il a su, et cet incident il l’a camouflé, n’en a parlé à personne. Ne doit même jamais le faire. Dans le silence de la nuit avancée, le blond se rend compte être un monstre.

Malgré la fatigue qui lui cingle au visage et l’hématome qui se forme doucement sous la peau, colorant cette dernière, sang de son arcade souillée glissant également le long de sa joue, l’ancien maître de l’eau parvient enfin à retrouver ses précieuses clés. A la hâte la bonne rentre dans la serrure et il ouvre sa porte, la referme aussitôt derrière lui. Pendant de longues secondes supplémentaires, son front vient trouver le bois lisse. Il se focalise lentement sur sa lourde respiration, grimace en sentant une douleur l’étreindre et le forcer à accepter de se reculer. Il doit absolument se reposer. Non pas parce qu’il joue les martyrs de la douleur, mais parce que ses paupières sont belles et bien lourdes après une journée comme celle-ci. Le silence environnant n’aide toutefois en rien à se détendre, pas même le tictac récurrent de l’horloge de l’entrée. Pour peu il l’enverrait presque voler, mais au lieu de ça, il monte, marche après marche et parvient à l’étage, passe par le salon et bifurque tout droit vers le lavabo où il vient tremper un linge d’eau fraîche. Si les prunelles bleues se posent un instant sur le liquide qui s’en échappe, Nikolai ne fait pas une fixette bien longtemps pour ne pas subir le joug des émotions. Il s’éloigne, tire l’une des chaises et vient y poser ses fesses dans un soupir, non sans avoir ramené tout le nécessaire de soin au passage. Il ne sait pas quand il va rentrer. S’il va rentrer un jour. Halwyn l’évite autant que faire se peut et il ne compte plus les jours depuis la dernière fois qu’il l’a vu. Aurait-il déménagé ? Non. Ses affaires sont encore là, il a été vérifié dans sa chambre à l’étage, à deux portes de la sienne, salle de bain les séparant tous deux.

Le miroir d’argent s’élève dans les airs entre ses doigts et de sa main libre il effleure les boursoufflures sans vraiment sourciller. C’est déplaisant, un peu sanguinolent mais il supporte la douleur. Cet abruti le paierait tôt ou tard de toute manière. Délicatement, le blond aux cheveux mi dorés mi rouges passe le linge sur ses plaies et bleus, pour sûr si Svea le voyait elle ne le trouverait pas sous sa forme la plus élégante et charmante… Une chance alors qu’elle ne soit pas là ce soir dans le fond. Focalisé sur sa tâche et venant bientôt passer le bout l’aiguille contre la flamme d’une bougie pour désinfecter celle-ci, il s’apprête à s’attaquer à son arcade sourcilière lorsqu’il entend les marches des escaliers être montées. Merde. Avant qu’il n’ait le temps de tout reposer ou remballer, veste et haut retirés, Airen est déjà là. Chier. Par réflexe, Nikolai détourne la tête de l’autre côté. Il n’a rien à lui dire, rien à avouer et tout à cacher, mais il n’est pas idiot, le brun a probablement déjà repéré son état et qui plus est, le linge humide posé sur la table est tâché de carmin. Il a toujours eu le chic de tomber au mauvais endroit au mauvais moment. Parasite. Parasite qui manque cruellement. « Je ne t’attendais pas. ». Ton sec et froid. Bien sûr que non, il ne l’attendait pas. Ou peut-être que si, dans le fond, mais l’eau se voile la face, aussi changeante que le tonnerre. Probablement plus d’ailleurs. Quand c’est trop calme et tendu comme à présent, ce n’est jamais bon signe. En son fort intérieur, Nikolai n’attend qu’une seule chose : qu’il monte dans ses quartiers et ne cherche pas à lui adresser la parole, ou qu’au contraire il s’arrête, juste avant les marches supplémentaires. Et qu’il reste. Contradiction du mal. Contradiction fatale.  



AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yellow
avatar
yellow
‹ MESSAGES : 521
‹ AVATAR : Jamie Dornan
‹ CRÉDITS : Texas-Flood

‹ AGE : 29 ans que tu arpentes cette terre. Un temps court pour certains, mais éternel pour toi.
‹ STATUT : Tu n’as jamais rencontré l’âme-sœur et tu n’y crois pas de toute façon. Tu te contentes d’enchaîner les rencontres d’un soir si l’envie se fait sentir.
‹ SANG : Fruit d’une rencontre qui aurait dû rester stérile, tu fais partie de la race des abominations et on te l’a toujours fait comprendre.
‹ POUVOIR : Puissance naturelle qui n’est que jouet entre tes doigts, on t’a haï pour l’avoir.
‹ COMPETENCES : domination (niveau 2) + survie (niveau 3) + vigilance (niveau 1)
‹ METIER : Ton connard de maître travaillant au palais, tu n’as pas eu d’autres choix que d’y aller à ton tour. Alors cuisinier tu es.
‹ ALLEGEANCE : T’as toujours été individualiste. Le peu de loyauté que tu as va à la masse désordonnée qui te sers de famille. Et dans une mesure bien moindre et bien plus contrainte, elle allait également au Connard mouillé. Mais le lien n’est plus maintenant, et c’est comme si on t’avait arraché tout ce qui était ta vie. Tu ne sais que faire de cette nouvelle liberté. Et c’est encore plus dur de combattre de vieux instincts.
‹ ADIUTOR : Nikolai Halwyn. Tu ne le supportes pas. Tu ne l’as jamais supporté même. Tu as longtemps souhaité voir ce lien disparaître. Et maintenant c’est le cas. Il n’y a plus rien entre vous. Et il te manque. Il te manque tellement que t’en pleurerais presque. Mais tu ne le feras pas. T’es bien trop fier pour ça.
‹ POINTS : 1347

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:

MessageSujet: Re: whatever it takes ☾ (renlai) Dim 28 Jan - 17:28

Il est tard quand tu reprends le chemin de chez toi pour la première fois depuis plusieurs jours. Ou bien était-ce des semaines ? Tu n’es pas vraiment sûr. Le temps est devenu une notion plus qu’abstraite pour toi ces temps-ci. Et tu es fatigué. Tu fermerais les yeux un instant que tu t’endormirais. Tu ne te rappelles pas de la dernière fois que ça t’est arrivé. Entre ton travail au palais que tu pouvais pas arrêter si tu voulais de l’argent, tes frères et sœurs que tu n’arrivais pas à retrouver, et ton élément qui semblait vouloir tuer tout le monde dès que tu commençais à t’énerver, tu voulais juste t’allonger dans un coin et dormir jusqu’à l’année prochaine. Ou le siècle prochain. Ouais. Ça te tentait bien. T’étais juste fatigué. Physiquement, émotionnellement et mentalement. Trop d’évènements trop rapidement. Mais t’arrivais pas à dormir. Tu avais cette sensation de vide qui t’étouffais un peu plus à chaque inspiration que tu prenais. T’avais passé la moitié de ta vie a formé un Un avec une personne que tu adorais détester. Et dans une chute aussi brutale qu’inattendue, vous étiez devenu Deux. Et tu haïssais haïr ça. C’était tout ce que t’avais toujours rêvé : être libéré du poids mort. Tu devrais être en train de danser, de chanter à tue-tête. Pas en perdre le sommeil et la santé. Et t’avais même pas envie de commencer à penser à Halwyn. Halwyn avec qui ton âme était précédemment liée et dont la séparation ne te laissait que le vide de la liberté. Halwyn dont tu n’avais plus de nouvelles depuis la rupture du lien. Halwyn qui t’évitait comme le connard qu’il était. Tu allais lui écraser ton poing dans sa gueule la prochaine fois que tu le verras.

Tu traverses les dernières rues et enfin tu vois ce qui a été ta maison depuis des années. Rien qu’à te trouver devant la porte, tu sens tes épaules se détendre et le poids de la fatigue venir t’écraser. T’étais pas revenu depuis au moins deux semaines, préférant dormir chez des amis où le bruit était toujours présent que supporter une nuit de plus le silence qui régnait dans ton âme et dans ta maison. T’avais même pensé à déménager pour de bon. Mais contrairement à Nikolai, t’était pas un lâche qui fuyait les problèmes quand ils se présentaient. Si partir tu dois, ce ne serait pas sans un dernier poing dans ses côtes. Tu sors tes clés de te poches et tu ouvres enfin la porte que tu refermes dès que tu en passes le palier. Tu laisses ta veste tomber par terre et retire tes chaussures sans t’arrêter de monter les escaliers qui te séparent de ton lit, les abandonnant également sur ton chemin. T’as jamais été très soigneux, et tu penses pas que ça changera un jour. Comatant à moitié, tu parcours les dernières marches te séparant de ton lit quand soudain, tu te rends compte que tu n’es pas seul dans la maison. Halwyn est là. Tu te figes dans l’entrebâillement de la porte ouverte, et tu as juste le temps d’apercevoir son visage boursouflé que le blond se détourne déjà. « Je ne t’attendais pas. »

Soudain, t’es furieux. Tellement furieux que t’en vois presque rouge. Tu sens le sang battre dans tes oreilles ainsi qu’un grésillement statique mais ça t’en es pas sûr et tu t’en branle en cet instant. T’as envie de l’étrangler. T’as envie de le frapper. Ce sale petit merdeux ! « Clairement. » que tu lâches sèchement avant de parcourir rapidement les quelques mètres qui vous sépare. Tu fais un geste pour lui attraper la mâchoire avant de t’arrêter à quelques centimètres de son visage. Tu jures lourdement. Furieux comme tu étais, t’étais pratiquement sûr de le tuer. Putain de virus ! T’attrapes le chiffon posé sur la table et t’en sers pour empêcher ta peau d’entrer en contacte avec la sienne. Tu tournes son visage dans l’autre sens, sans douceur, observant les dégâts d’un œil coléreux. « T’as croisé Swanson, c’est ça ? Maso » Tu grognes presque en regardant l’arcade ouverte. « T’as l’air encore plus con que d’habitude avec tout ce sang. » T’es furieux. Par les Sept t’es tellement furieux. Et ce qui t’énerve encore plus c’est que tu ne sais pas pourquoi. Tu ne sais pas non plus envers qui t’es furieux. Swanson ? Halwyn ? Le virus ? Le monde entier ? Toi ? Tu sais pas, et t’as l’impression que tu vas étouffer sous le poids de ta colère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
water mutant
avatar
water mutant
‹ MESSAGES : 277
‹ AVATAR : Boyd Holbrook
‹ CRÉDITS : (freyja) avatar - (Beylin) codes signa -

‹ AGE : Il vient tout juste de passer la porte de la trentaine. Ce sont donc trente années qui s'écoulent dans ses veines.
‹ STATUT : Ancien célibataire endurci, volage du premier regard, son coeur s'est épris de la flamboyante Svea Oshun et ne saurait s'en défaire. Il doit juste ouvrir ses yeux et accepter qu'il a passé le stade des sentiments, cette fois. La trentaine assagirait-elle ?
‹ SANG : Bronze et impunément fier de l'être. Il l'était. Dorénavant il n'y a plus que la honte et la différence.
‹ POUVOIR : L'eau, cette si belle clarté, a laissé place à la souillure du sang. Liquide carmin capable d'être bafoué entre ses mains d'un simple regard. Emotions qui trahissent et angoisses qui s'enlaidissent. Il n'en voulait pas il n'a rien demandé. Virus d'un rien, chagrin de demain.
‹ COMPETENCES : Domination (niv. 3) - Persuasion (niv.1) - Espionnage (niv.1)
‹ METIER : Gardien à la prison du Palais des Flammes.
‹ ALLEGEANCE : A lui-même. Il espionnait pour la résistance, se prétendait à la fois ami de la couronne et rebelle. Il mène son monde à la baguette, autant que faire se peut, mais à force de croire aux autres il a fini par se rendre compte que le pouvoir appelle le pouvoir. Seul une parcelle du gouvernement semble avoir un tantinet la tête sur les épaules.
‹ ADIUTOR : Airen Lokarth. Il l'a évité après la virus, des semaines durant, jusqu'à finalement être forcé de l'affronter. Airen aurait pu partir, mais il reste, et Nikolai ne comprend pas pourquoi, même s'il niera que sa présence, en réalité, le soulage.
‹ POINTS : 139

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:

MessageSujet: Re: whatever it takes ☾ (renlai) Dim 28 Jan - 17:30

Airen & Nikolai

whatever it takes


Il veut camoufler son visage tuméfié de la vue de son ancien adiutor. Ancien, par les Sept il ne pensait pas que ça lui coûterait autant d’en être séparé, alors que c’était là tout ce qu’il avait toujours souhaité. Peu désireux ni même enclin à lui parler, Nikolai se rend compte de la froideur qui règne étrangement dans la maison en plus de leurs caractères respectifs. Launondie n’a pourtant pas l’habitude de connaître les hivers ni même la glace d’Aguarini. Pourquoi donc alors semble-t-il commencer à grelotter discrètement, peau de son torse mise à nue dans le seul but de s’attarder sur les hématomes qui ornent douloureusement ses côtes. Clairement. La nuit est si avancée que lorsque le ton sec et cassant d’Airen résonne dans les airs, le blond n’a nulle envie de se battre avec lui. Pas à cette heure-ci, et pas alors que l’alcool coule dans ses veines en plus de la douleur qu’il s’évertue à cacher, trahi uniquement par les quelques soubresauts de son corps. Les billes d’azur n’osent se poser dans les siennes et il ferme même les yeux un bref instant, tête toujours tournée de l’autre côté, à son opposé. Non, cette nuit il n’a pas le courage de l’affronter. Il est bien trop fatigué. Malheureusement pour Halwyn, l’homme électrique qu’il ne connait que trop bien n’en a pas décidé ainsi, et c’est sans ménagement, usant du linge encore humide qu’il l’oblige violemment à tourner la tête vers lui. Il n’en faut pas plus au maître de l’eau pour se crisper et gronder en cherchant à se dégager. Ne pas éveiller la colère. Ce pauvre idiot ne se rend pas compte de ce qu’il est en train de faire. T’as croisé Swanson, c’est ça ? Maso. Diantre, Nikolai n’a pas besoin de ses pseudos remontrances protectrices à deux sous. D’un geste brusque, il se dégage de sa prise, reculant puis se redressant, manquant cruellement de tomber par la même occasion. « Je t’ai déjà dit que je pouvais me défendre tout seul. » qu’il lui crache pratiquement au visage en posant sa main contre l’une de ses côtes. De l’intérieur, il fulmine et ce n’est pas bon signe. La respiration s’alourdit. T’as l’air encore plus con que d’habitude avec tout ce sang.

Le sang. Cette chose qui bouillonne. Il jurerait presque qu’il peut le sentir couler dans les veines d’Airen tout près de lui, et rien que cette sensation l’effraie autant qu’elle l’insurge. Ce pouvoir il n’en voulait pas, l’eau était son élément. Quasiment toute sa vie. Il avait mis un temps fou à la contrôler pleinement et voilà qu’aujourd’hui il devait devenir une abomination ? « Et toi tu es tout bonnement un idiot. On n’est plus liés alors pourquoi t’es encore là ?! ». La colère gronde en son sein, immuable et intolérante. Ces mots, cette question, il meurt d’envie de la poser depuis des semaines, mais ils ne se sont pas croisés et il ne voulait pas l’affronter. Car Nikolai refuse de lui dire que depuis qu’il est parti il manque cruellement à sa vie. La fierté est plus forte que tout le reste, leurs caractères de merde, aussi. « Tu devrais être ravi d’être définitivement libre et pourtant tu es encore ici à m’emmerder ! Pourquoi Ren ? POURQUOI ?! ». Il grimace, rattrapé par son manque de sommeil, taux d’alcoolémie et blessures. Il ne comprend pas, en définitive il ne comprend plus rien, le monde dans lequel il évolue et lequel il vit. Plus rien n’a de sens. Au final plus rien n’a de sens sans lui, il en crève mais ne peut pas lui dire. Il s’y refuse. Lèvres tremblantes de rage, de fines perles de sueurs apparaissent doucement à ses tempes, mais il refuse de s’asseoir. Airen voulait le piquer, avec ses airs de mêlé battu et contrarié. Comment osait-il seulement rentrer ici et le piquer au vif d’entrée de jeu alors qu’ils ne se sont pas vus depuis une éternité ? Bien sûr qu’il a le droit d’être énervé, le brun, à l’idée que le blond ait pu ainsi le snober, mais depuis des années les Sept savent qu’ils ne s’aiment pas. Leur lien n’a jamais collé depuis le début alors pourquoi autant s’acharner ? Est-ce véritablement vrai, ça, Nikolai ? N’es-tu dont pas en train de te mentir à toi-même ?  

Il recule d’un pas, se retient à la chaise du salon sans quitter son adiutor des yeux. Il cherche à percer son regard, à y lire ce qu’il aurait pu y lire en temps normal, si le virus n’avait pas tout scindé. Et il attend. Il attend une réponse qui tarde à venir, même s’il sent pertinemment la tension électrique et sanguine qui volette tout autour d’eux deux.


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yellow
avatar
yellow
‹ MESSAGES : 521
‹ AVATAR : Jamie Dornan
‹ CRÉDITS : Texas-Flood

‹ AGE : 29 ans que tu arpentes cette terre. Un temps court pour certains, mais éternel pour toi.
‹ STATUT : Tu n’as jamais rencontré l’âme-sœur et tu n’y crois pas de toute façon. Tu te contentes d’enchaîner les rencontres d’un soir si l’envie se fait sentir.
‹ SANG : Fruit d’une rencontre qui aurait dû rester stérile, tu fais partie de la race des abominations et on te l’a toujours fait comprendre.
‹ POUVOIR : Puissance naturelle qui n’est que jouet entre tes doigts, on t’a haï pour l’avoir.
‹ COMPETENCES : domination (niveau 2) + survie (niveau 3) + vigilance (niveau 1)
‹ METIER : Ton connard de maître travaillant au palais, tu n’as pas eu d’autres choix que d’y aller à ton tour. Alors cuisinier tu es.
‹ ALLEGEANCE : T’as toujours été individualiste. Le peu de loyauté que tu as va à la masse désordonnée qui te sers de famille. Et dans une mesure bien moindre et bien plus contrainte, elle allait également au Connard mouillé. Mais le lien n’est plus maintenant, et c’est comme si on t’avait arraché tout ce qui était ta vie. Tu ne sais que faire de cette nouvelle liberté. Et c’est encore plus dur de combattre de vieux instincts.
‹ ADIUTOR : Nikolai Halwyn. Tu ne le supportes pas. Tu ne l’as jamais supporté même. Tu as longtemps souhaité voir ce lien disparaître. Et maintenant c’est le cas. Il n’y a plus rien entre vous. Et il te manque. Il te manque tellement que t’en pleurerais presque. Mais tu ne le feras pas. T’es bien trop fier pour ça.
‹ POINTS : 1347

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:

MessageSujet: Re: whatever it takes ☾ (renlai) Lun 29 Jan - 9:50

Tu voulais le frapper. Tu le voulais tellement que tu en avais presque les mains qui tremblaient. Tu supportais pas son attitude. T’as jamais pu piffrer le dédain qui transparaissait chez lui des fois. Aujourd’hui encore moins. Pas alors qu’il venait de passer plusieurs semaines à t’éviter. T’étais pas con, tu t’en étais rendu compte. Et t’avais presque électrocuté tout le quartier tant ça t’avait mis en rage. T’avais pas compris pourquoi il t’évitait cet enfoiré. Maintenant encore, tu comprenais pas. Halwyn n’avait jamais été du genre à fuir ses problèmes. Il leurs faisait face avec cette allure dédaigneuse et ce sarcasme qui lui étaient si naturel. Et pourtant voilà qu’il t’évitait. Il n’avait jamais fait ça avant. Tu pouvais comprendre qu’il ait été choqué par la rupture brutal du lien, tu l’avais été toi-même. Tu l’étais toujours d’ailleurs. Tu avais passé plus d’une décennie à souhaiter voire disparaître le lien maudit qui t’unissait au blond, et maintenant que c’était le cas, tu savais pas quoi faire. T’étais libre soudainement. Et ça te terrifiait. Toute cette liberté, toutes ces possibilités te terrifiaient. Tu devrais partir. Laisser Nikolai à ses bouderies, à ses conneries et à sa mauvaise humeur, t’étais plus tenu de les supporter. Mais tu pouvais pas. T’étais trop fier pour partir sans faire face, et c’était pas dans ton caractère de partir sans rien dire.

« Je t’ai déjà dit que je pouvais me défendre tout seul. » C’était extrêmement tentant pourtant, que tu penses et le regardant se dégager et essayer de tenir debout. C’était extrêmement tentant de le planter là, lui et sa sale attitude qui ne faisaient que le mettre en rogne. Et tu pouvais sentir les éclairs picotés contre la chair de tes doigts, comme répondant à ta colère. Il fallait que tu te calmes, t’allais finir par perdre le contrôle. Tu ne savais même pas pourquoi tu étais aussi en colère, si tu y réfléchissais. Tu savais pas si c’était le fait de te retrouver devant l’enfoiré après tant de temps sans l’avoir vu, si c’était les blessures sur son visage, si c’était le vide dans ta poitrine qui manquait de te rendre fou, ou juste la frustration de ces dernières semaines. Tu n’avais jamais été bon pour contrôler tes émotions, les laissant claquer comme les éclairs qui étaient tiens et frappant physiquement ou verbalement quand la pression devenait trop forte. « Ouais, je vois ça. » que tu lui crachas sarcastiquement. Qui est-ce qu’il essayait de convaincre exactement l’autre connard ? Avec son teint pâle, ses yeux cernes, son visage et ses côtés couverts de bleus et de sang, il avait plus l’air d’une pauvre victime que d’un grand gaillard.

« Et toi tu es tout bonnement un idiot. On n’est plus liés alors pourquoi t’es encore là ?! » Tu sers presque douloureusement les dents à cette question. C’était ça le problème : pourquoi est-ce qu’il était encore là ? Tu avais beau se dire que c’était parce que tu étais trop fier pour partir sans rien dire, c’était un demi mensonge et tu le savais. Mais tu n’avais pas envie d’y réfléchir plus loin. T’avais pas envie de t’avouer que, peut-être, tu partais pas parce que tu n’avais pas envie de partir. Pas sans lui en tout cas. « La ferme, Halwyn » grondas-tu dangereusement. Tu sens le sang bouillir dans tes veines, et tu es à deux doigts de perdre le contrôle mais tu es bien trop furieux par ses paroles pour t’en rendre réellement compte. « Tu devrais être ravi d’être définitivement libre et pourtant tu es encore ici à m’emmerder ! Pourquoi Ren ? POURQUOI ?! » « LA FERME, JE T’AI DIT ! »

Un énorme claquement retentit dans toute l’habitation, et baissant la tête, tu ne peux que constater les trous noirs fumants qu’on laissés tes éclairs dans le planché. Tu jures doucement dans ta barbe, soudainement rattrapé par ta fatigue. Tu voulais juste dormir il y a quelques minutes, pourquoi est-ce que tu t’engueulais avec lui ? Tu relèves la tête, fusillant ton ancien maître du regard. « Tu peux parler, Nikolai. Pourquoi est-ce que tu m’as évité pendant toutes ces semaines ? Hum ? T’as soudainement commencé à éviter tes problèmes ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
water mutant
avatar
water mutant
‹ MESSAGES : 277
‹ AVATAR : Boyd Holbrook
‹ CRÉDITS : (freyja) avatar - (Beylin) codes signa -

‹ AGE : Il vient tout juste de passer la porte de la trentaine. Ce sont donc trente années qui s'écoulent dans ses veines.
‹ STATUT : Ancien célibataire endurci, volage du premier regard, son coeur s'est épris de la flamboyante Svea Oshun et ne saurait s'en défaire. Il doit juste ouvrir ses yeux et accepter qu'il a passé le stade des sentiments, cette fois. La trentaine assagirait-elle ?
‹ SANG : Bronze et impunément fier de l'être. Il l'était. Dorénavant il n'y a plus que la honte et la différence.
‹ POUVOIR : L'eau, cette si belle clarté, a laissé place à la souillure du sang. Liquide carmin capable d'être bafoué entre ses mains d'un simple regard. Emotions qui trahissent et angoisses qui s'enlaidissent. Il n'en voulait pas il n'a rien demandé. Virus d'un rien, chagrin de demain.
‹ COMPETENCES : Domination (niv. 3) - Persuasion (niv.1) - Espionnage (niv.1)
‹ METIER : Gardien à la prison du Palais des Flammes.
‹ ALLEGEANCE : A lui-même. Il espionnait pour la résistance, se prétendait à la fois ami de la couronne et rebelle. Il mène son monde à la baguette, autant que faire se peut, mais à force de croire aux autres il a fini par se rendre compte que le pouvoir appelle le pouvoir. Seul une parcelle du gouvernement semble avoir un tantinet la tête sur les épaules.
‹ ADIUTOR : Airen Lokarth. Il l'a évité après la virus, des semaines durant, jusqu'à finalement être forcé de l'affronter. Airen aurait pu partir, mais il reste, et Nikolai ne comprend pas pourquoi, même s'il niera que sa présence, en réalité, le soulage.
‹ POINTS : 139

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:

MessageSujet: Re: whatever it takes ☾ (renlai) Lun 29 Jan - 20:28

Airen & Nikolai

whatever it takes


Que cherches-tu exactement à faire Nikolai ? Le chasser définitivement de ta vie ? C’est donc ça que tu veux ? Le voir partir et ne plus jamais revenir, le laisser libre de vaquer à ses occupations ? Libre, il l’est déjà, depuis que le virus s’est emparé de leurs corps respectifs. Il a achevé le travail à leur place, leur a fait cette fleur qu’ils espéraient tous les deux mais semblent rejeter aujourd’hui. Parce que c’est bel et bien ce qu’il se passe n’est-ce pas ? L’un évite l’autre, peu désireux de faire face au trop plein de vide qui les rempli dorénavant, tandis que l’autre s’insurge d’être ainsi ignoré mais n’a pas cherché à en savoir davantage jusque-là. Une relation parfaitement saine, en soi. Mais si Nikolai a le cœur qui se serre à la vue d’Airen, il fait en sorte de totalement l’ignorer, préférant retrancher ses émotions en arrière-plan pour ne pas faire de massacre inutile, car il sait qu’il pourrait le tuer en un regard si le brun venait à trop attiser sa colère. Et la tension est irrémédiablement palpable au-dessus de leurs deux têtes, le blond refusant de s’expliquer mais ne pouvant lutter contre l’agacement et l’envie effroyable de hurler. De poser la question qui fait mal. Il beugle, Halwyn. La ferme, Halwyn, que son adiutor lâche d’ailleurs à son attention. Mais cela n’arrête pas l’ancien maître de l’eau pour autant qui réitère sa question, Airen a beau être libre il ne se laissera pas manquer de respect ainsi. Surtout pas par lui. Cette fois, il hurle mais ses mots n’ont pas vraiment de sens. Il cherche à le repousser quand tout son for intérieur cherche à le garder, à récupérer ce lien qu’ils ont perdu et qu’il a maintes fois détesté. LA FERME, JE T’AI DIT ! C’est un sentiment incompris et perturbant, voire pour ainsi dire même dérangeant, et la colère du brun qui éclate en éclair sur le plancher le fait sursauter sous la surprise. Il voit noir, Nikolai, sifflant entre ses dents et tanguant légèrement en arrière, se retenant de justesse à la chaise. Il accuse le coup, fixe Airen avec colère et rage sourde qui gronde tandis qu’il le fusille d’un regard sombre et terrifiant, malgré son arcade sourcilière ouverte d’où le sang s’écoule. « VA TE FAIRE FOUTRE REN ! » qu’il beugle encore plus fort pour asseoir sa dominance mais également avertir de ne pas trop le chauffer.

L’adiutor a beau jurer dans sa barbe, cela ne fait pas sourciller Nikolai qui le fixe d’un air bougon et passablement énervé. En réalité, il lutte pour contrôler ses émotions, mais avec son taux d’alcoolémie et le sang qui continue de couler, ça ne l’aide pas. Ce même sang qui circule dans les veines d’Airen et qui palpite dans son cœur. Nul besoin de poser son regard sur autre chose pour le sentir, et il déteste cette sensation au plus haut point. Tu peux parler, Nikolai. Pourquoi est-ce que tu m’as évité pendant toutes ces semaines ? Hum ? T’as soudainement commencé à éviter tes problèmes ? Il souffle sèchement par le nez avant de se diriger vers le bar pour sortir une bouteille de whisky entamée. S’il titube il s’en contrefout, car rien de ce que peut penser le brun sur son compte ne l’intéresse, il a toujours fait ce qu’il voulait chez lui, l’inverse n’allait certainement pas commencer. Sans doute fuit-il, d’une certaine manière, parce que c’est plus facile. Dévissant le bouchon, le blond se sort maladroitement un verre dans lequel il vient y verser le liquide de couleur ambré qu’il porte ensuite à ses lèvres sans dire un traître mot. Il en est ainsi pendant de longues secondes où il cherche d’abord à se calmer pour ne pas l’étrangler sans laisser de trace avec sa propre hémoglobine. Rien que d’y penser ça le tétanise, lui qui avait appris à manier son élément se retrouvait comme il y a plus de dix ans en arrière, à tâtonner pour parvenir à se maîtriser.

Du revers de sa main il essuie le sang qui coule le long de sa joue et sirote une nouvelle gorgée d’alcool qui trouve refuge au fond de sa gorge et semble apaiser quelques peu sa colère, permettant d’éviter un drame qu’il ne souhaite pas voir arriver. « Je me suis dit que tu ne voudrais pas me voir. » que Nikolai répond enfin, paumes plaquées contre le bois massif du bar. Il lève ses yeux aux traits fatigués sur le brun qui se trouve toujours non loin, soudainement vidé de toute énergie lui aussi, quand ce n’est là que les effets de l’alcool. « Putain t’es libre Ren… Qu’est-ce que t’aurais voulu que je fasse au juste hein ? ». Sentant la colère revenir en flèche, il se force à rester calme une seconde fois, lutte intérieure qui le fait grimacer alors qu’il se dirige vers la table du salon où se trouvent encore les affaires de premiers soins qui feront l’affaire. Il n’est pas faible Nikolai, l’alcool aura raison de lui avant les blessures qui n’ont rien de grave, ne sont tout au plus qu’encombrantes. « Que je t’accroche à la cave pour te garder ? Juste pour bouffer tes plats ? ». Il souffle en battant l’air d’une main. « J’ai beau être un maître, je ne suis pas aussi fourbe que ça. ». Il pourrait l’être, dans le fond, car il est loin d’être un Saint, mais il ne le ferait pas. Pas avec lui. Se laissant tomber sur une chaise, il pose le verre et vient prendre son visage entre ses mains. « J’ai pas envie. Ce soir. Airen. ». De hurler davantage. Mais comme il n’ajoute rien, il se peut que l’adiutor ne sache pas de quoi il parle.      


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yellow
avatar
yellow
‹ MESSAGES : 521
‹ AVATAR : Jamie Dornan
‹ CRÉDITS : Texas-Flood

‹ AGE : 29 ans que tu arpentes cette terre. Un temps court pour certains, mais éternel pour toi.
‹ STATUT : Tu n’as jamais rencontré l’âme-sœur et tu n’y crois pas de toute façon. Tu te contentes d’enchaîner les rencontres d’un soir si l’envie se fait sentir.
‹ SANG : Fruit d’une rencontre qui aurait dû rester stérile, tu fais partie de la race des abominations et on te l’a toujours fait comprendre.
‹ POUVOIR : Puissance naturelle qui n’est que jouet entre tes doigts, on t’a haï pour l’avoir.
‹ COMPETENCES : domination (niveau 2) + survie (niveau 3) + vigilance (niveau 1)
‹ METIER : Ton connard de maître travaillant au palais, tu n’as pas eu d’autres choix que d’y aller à ton tour. Alors cuisinier tu es.
‹ ALLEGEANCE : T’as toujours été individualiste. Le peu de loyauté que tu as va à la masse désordonnée qui te sers de famille. Et dans une mesure bien moindre et bien plus contrainte, elle allait également au Connard mouillé. Mais le lien n’est plus maintenant, et c’est comme si on t’avait arraché tout ce qui était ta vie. Tu ne sais que faire de cette nouvelle liberté. Et c’est encore plus dur de combattre de vieux instincts.
‹ ADIUTOR : Nikolai Halwyn. Tu ne le supportes pas. Tu ne l’as jamais supporté même. Tu as longtemps souhaité voir ce lien disparaître. Et maintenant c’est le cas. Il n’y a plus rien entre vous. Et il te manque. Il te manque tellement que t’en pleurerais presque. Mais tu ne le feras pas. T’es bien trop fier pour ça.
‹ POINTS : 1347

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:

MessageSujet: Re: whatever it takes ☾ (renlai) Sam 3 Fév - 15:09

Tu n’avais pas prévu d’utiliser tes éclairs. Pas plus que tu n’avais prévu de t’engueuler avec Nikolai. Tu voulais juste rentrer chez toi et t’écrouler sur ton lit. Mais on pouvait pas dire que ces temps-ci tu contrôlais grand-chose. Peut-être que t’avais fait chier une personne de trop vu comment ton monde semblait se désaxer de plus en plus avec le temps. T’avais l’impression de tout perdre, t’avais l’impression d’être perdu. Dans une tempête, dans une mer déchainée tu te foutais de la métaphore, ça ne changeait pas la situation. Tout était hors de contrôle à présent. Par les Sept, même tes éclairs ne t’écoutaient plus ! Mais rien n’était pire que l’impression de vide qui te remplissait un peu plus à chaque instant. Tu te trouvais en face de ce qui avait été ta détestable et détestée moitié pendant plus d’une décennie de ta vie, et tu ne ressentais rien. Rien si ce n’est l’éternelle envie d’étrangler le connard blond. C’était probablement la seule chose qui n’était pas partie.

« VA TE FAIRE FOUTRE REN ! » Tu serres les dents, lui rendant son regard meurtrier et lutant pour ne pas écraser ton poing dans sa mâchoire comme tu l’aurais fait en temps normal. « En temps normal ». Même dans ta tête ça semblait bizarre. Tu n’étais pas habitué à une telle maîtrise de toi-même. Et tu peux pas t’empêcher de poser la question qui te brûlait les lèvres, qui te frustrait sans comprendre pourquoi, depuis que le blond avait commencé son jeu de cache-cache ces dernières semaines. Et Nikolai se contenta de souffler et de se traîner vers le bar pour se servir un verre. Pas de cris. Pas de coups. Pas même une once d’eau venant s’écraser sur ta gueule. C’est nouveau. Nouveau et étrange. Complètement bizarre même venant d’Halwyn, dont le tempérament était aussi dangereux que le tien. Mais tu ne t’y attardes pas longtemps, tu profites de cette accalmie pour calmer ta respiration et essayer de contrôler tes mains toujours grésillant d’électricité.

Tu y arrives. Plus ou moins. La colère est toujours là, toujours caché dans un coin de ta tête. Tu doutes qu’elle parte véritablement un jour. C’est juste dans ton caractère d’être en colère contre le monde tout entier. Tu l’avais accepté il y a longtemps. Alors tu te contentes de tes mains où l’électricité n’est plus. « Je me suis dit que tu ne voudrais pas me voir. » Tu ouvres de nouveau les yeux, tu n’avais même pas remarqué que tu les avais fermés, pour regarder Nikolai. Il a le dos vouté, et lorsqu’il relève la tête pour te regarder, ses traits sont aussi fatigués que les tiens. « Putain t’es libre Ren… Qu’est-ce que t’aurais voulu que je fasse au juste hein ? » Tu le regardes grimacer avant de se traîner de nouveau vers la table du salon, pour s’assoir lourdement sur sa chaise. Tu ne dis rien pour une fois, te contentant de l’observer en silence. « Que je t’accroche à la cave pour te garder ? Juste pour bouffer tes plats ? ». Il souffle en battant l’air d’une main. « J’ai beau être un maître, je ne suis pas aussi fourbe que ça. » Et les conversations avec d’autres mêlés aux maîtres cruels te reviennent en mémoire. Et tu te rappelles t’être juré tuer le blond s’il te faisait même le dixième de ce qui était parvenu à tes oreilles. Quitte à en mourir. « J’aimerais te voir essayer … » que tu chuchote la voix rauque. C’est probablement l’une des rares, très rares choses pour lesquelles tu étais presque heureux d’avoir eu Nikolai comme maître : il n’avait jamais essayé de te briser.

« J’ai pas envie. Ce soir. Airen. » T’es fatigué tout d’un coup. Bien plus que tout à l’heure. Et tu sais pas si c’est les événements des dernières semaines qui te rattrapes, ou si c’est juste la vision de Nikolai Halwyn le visage dans ses mains, le dos voûté, et le poids du monde semblant être sur ses épaules. Tu soupires avant de passer doucement une main sur ton visage. T’en avais marre de tout ça. Tu voulais juste dormir et que ton monde reprenne un semblant de normalité. Mais ce n’était pas un rêve et tu étais belle et bien réveillé. Tu t’avances lourdement vers le blond et tu attrapes une chaise que tu fais traîner sur le sol avant de t’assoir dessus. « Nik … » que tu essaies presque doucement d’attirer son attention. T’as envie de l’attraper pour qu’il te regarde, mais tu sais ce qu’il se passera si tu oses le toucher, et tu ne veux vraiment pas ça. « Eh … Nikolai, regarde-moi … » Tu attends qu’il lève enfin son regard bleu vers ton visage et tu t’exprimes doucement, juste fatigué et ne voulant pas plus que lui recommencer à crier. « Je pars pas … pas pour le moment en tout cas … » Vous aviez littéralement une guerre à vos portes, c’était pas comme si quitter la ville était facile ces temps-ci … « Donc tu vas devoir supporter ma gueule encore un moment … » Tu vois le sang continuer de couler de son arcade, et tu meurs d’envie de la faire disparaître, mais tu ne peux pas. Alors tu te contentes de lancer sarcastiquement. « Je peux pas vraiment te toucher pour le moment, donc il va falloir que tu répares ta sale gueule tout seul, Halwyn … »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
water mutant
avatar
water mutant
‹ MESSAGES : 277
‹ AVATAR : Boyd Holbrook
‹ CRÉDITS : (freyja) avatar - (Beylin) codes signa -

‹ AGE : Il vient tout juste de passer la porte de la trentaine. Ce sont donc trente années qui s'écoulent dans ses veines.
‹ STATUT : Ancien célibataire endurci, volage du premier regard, son coeur s'est épris de la flamboyante Svea Oshun et ne saurait s'en défaire. Il doit juste ouvrir ses yeux et accepter qu'il a passé le stade des sentiments, cette fois. La trentaine assagirait-elle ?
‹ SANG : Bronze et impunément fier de l'être. Il l'était. Dorénavant il n'y a plus que la honte et la différence.
‹ POUVOIR : L'eau, cette si belle clarté, a laissé place à la souillure du sang. Liquide carmin capable d'être bafoué entre ses mains d'un simple regard. Emotions qui trahissent et angoisses qui s'enlaidissent. Il n'en voulait pas il n'a rien demandé. Virus d'un rien, chagrin de demain.
‹ COMPETENCES : Domination (niv. 3) - Persuasion (niv.1) - Espionnage (niv.1)
‹ METIER : Gardien à la prison du Palais des Flammes.
‹ ALLEGEANCE : A lui-même. Il espionnait pour la résistance, se prétendait à la fois ami de la couronne et rebelle. Il mène son monde à la baguette, autant que faire se peut, mais à force de croire aux autres il a fini par se rendre compte que le pouvoir appelle le pouvoir. Seul une parcelle du gouvernement semble avoir un tantinet la tête sur les épaules.
‹ ADIUTOR : Airen Lokarth. Il l'a évité après la virus, des semaines durant, jusqu'à finalement être forcé de l'affronter. Airen aurait pu partir, mais il reste, et Nikolai ne comprend pas pourquoi, même s'il niera que sa présence, en réalité, le soulage.
‹ POINTS : 139

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:

MessageSujet: Re: whatever it takes ☾ (renlai) Dim 4 Fév - 19:30

Airen & Nikolai

whatever it takes


Ils en sont déjà venus aux poings, quelques fois, mais ça n’a jamais été jusqu’à la mort ou l’envie cruelle de mettre fin aux jours de l’autre. Ils n’auraient pas pu de toute manière, du moins à l’époque, car dorénavant ils peuvent se tuer l’un l’autre que cela ne ferait rien. Si l’un meurt l’autre ne le suit plus dans la tombe grâce à ce virus. Pourquoi les Sept est-ce au final si dure à accepter, cette séparation ? Pourquoi ne parvient-il pas tout simplement à se réjouir de ne plus être lié au brun ? La chose serait intervenue bien des années en arrière il n’aurait pas sourcillé, l’aurait chassé de sa vie d’un revers de main, mais aujourd’hui, alors qu’il le fixe d’un air mauvais, Nikolai se rend compte qu’il tient bien plus à Airen qu’il ne peut se l’admettre. Sans doute s’est-il trop habitué à lui gueuler dessus, à devoir supporter son caractère de merde à l’image du sien, ses coups de jus et ses vulgarité. Oui, sans doute a-t-il fini par s’y habituer et que maintenant qu’il peut partir, il n’en ressent pas l’envie, pourtant même si son adiutor décidait de le faire, Halwyn ne l’en empêcherait pas. Qui serait-il pour oser ne serait-ce que l’empêcher de vivre sa vie au fond, n’est-ce pas ? Les cris, ce sont encore ceux-là qui résonnent alors que le brun rentre chez lui, chez eux. Mais Nikolai est fatigué, et Nikolai sait surtout que les choses vont encore plus se compliquer, maintenant que Svea est revenue en ville et qu’elle compte bien y rester, que leur relation a évoluée et pris une tournure qu’il ne pensait pas possible quelques mois en arrière. Il est lui-même perdu dans tous ces sentiments nouveaux, lui qui ne s’attache à personne et a plutôt pour habitude de flirter de lit en lit. Si Airen est officiellement de retour ici, il faudrait bien qu’il l’en avertisse.

D’ordinaire, les cris s’accompagnent d’eau qui vole à défaut de pouvoir user des poings, mais pas cette nuit, pas cette fois. Nikolai ne pense pas à cela mais il espère inconsciemment que son emmerdeur ne se poserait pas de question sur la chose. Les traits de son visage marqué et un tantinet enflé sont fatigués, immensément fatigués et le verre d’alcool ingurgité, il s’en sert un second et revient trouver sa place dans le salon, se laissant choir sur la chaise occupée précédemment. Il soupire, prend son visage entre ses mains après s’être expliqué un brin. Il n’a pas envie de se disputer à cette heure-ci, clairement pas, il est fatigué par tout ça. La Purge, les guerres civiles imminentes et tous ces jeux de dupe. Il sait qu’il devra faire avancer son pion sur l’échiquier géant tôt ou tard, et même sûrement bien trop tôt, et à l’heure actuelle ça l’épuise plus qu’il ne faut. J’aimerais te voir essayer … « Ne m’y pousse pas. » qu’il répond du tac au tac avant de passer ses mains sur son visage défait d’où le sang s’écoule encore. L’attacher à la cave il pourrait le faire étant donné son agacement du moment, seule sa forme physique l’empêche de mettre des actes sur le défi d’Airen. Peut-être la sent-il malgré leur lien défait, sa fatigue, car il ne répond rien, fait grincer les pattes d’une des chaises contre le sol et vient poser son derrière sur cette dernière. Nik… qu’il appelle sans qu’Halwyn ne le regarde ou ne réponse, visage toujours entre ses mains. Eh … Nikolai, regarde-moi … Le blond grogne doucement avant d’accepter tourner la tête vers lui, ses yeux bleus dont un se teintant de rouge se posant dans le regard du brun tandis que les bras se croisent sur la table. Je pars pas … pas pour le moment en tout cas … Donc tu vas devoir supporter ma gueule encore un moment … Un ricanement s’échappe des lèvres du blond, de ceux qu’il ne parvient pas à retenir et qui paraît un peu trop sincère pour le coup. Merci Alcool. Il soupire néanmoins une énième fois avant de rattraper le linge qui traîne pour éponger le sang. Je peux pas vraiment te toucher pour le moment, donc il va falloir que tu répares ta sale gueule tout seul, Halwyn …. « Ma sale gueule ne te dit pas merci. Tu ferais mieux de te regarder dans le miroir avant de dire des conneries pareilles. ». Nikolai grimace sous la pression qu’il inflige à son arcade ouverte, puis il attrape le fil et l’aiguille qu’il prend soin de désinfecter, récupère le miroir qu’il fourre dans les mains d’Airen sans lui demander son avis. « Tiens-le moi. » qu’il ordonne en attrapant l’aiguille et serrant les dents, l’enfonçant doucement dans sa chaire malmenée. Sa mâchoire se crispe et il gronde mais ne sourcille pas, concentré sur sa tâche comme il peut. « Tu n’es pas le seul qui va revenir habiter ici… » qu’il souffle dans une énième traversée de peau douloureuse, plaie se refermant progressivement sous son traitement. « J’ai une amie qui sera là de temps en temps. Je compte sur ton savoir-vivre habituel, sans quoi c’est moi qui te foutrai dehors à coups de pieds aux fesses. ». Et il ne plaisantait pas. Pas certains de réellement réussir à le faire mais il était sérieux. Il ne voulait pas qu’Airen fasse son fidèle ours bourru devant Svea.


AVENGEDINCHAINS

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yellow
avatar
yellow
‹ MESSAGES : 521
‹ AVATAR : Jamie Dornan
‹ CRÉDITS : Texas-Flood

‹ AGE : 29 ans que tu arpentes cette terre. Un temps court pour certains, mais éternel pour toi.
‹ STATUT : Tu n’as jamais rencontré l’âme-sœur et tu n’y crois pas de toute façon. Tu te contentes d’enchaîner les rencontres d’un soir si l’envie se fait sentir.
‹ SANG : Fruit d’une rencontre qui aurait dû rester stérile, tu fais partie de la race des abominations et on te l’a toujours fait comprendre.
‹ POUVOIR : Puissance naturelle qui n’est que jouet entre tes doigts, on t’a haï pour l’avoir.
‹ COMPETENCES : domination (niveau 2) + survie (niveau 3) + vigilance (niveau 1)
‹ METIER : Ton connard de maître travaillant au palais, tu n’as pas eu d’autres choix que d’y aller à ton tour. Alors cuisinier tu es.
‹ ALLEGEANCE : T’as toujours été individualiste. Le peu de loyauté que tu as va à la masse désordonnée qui te sers de famille. Et dans une mesure bien moindre et bien plus contrainte, elle allait également au Connard mouillé. Mais le lien n’est plus maintenant, et c’est comme si on t’avait arraché tout ce qui était ta vie. Tu ne sais que faire de cette nouvelle liberté. Et c’est encore plus dur de combattre de vieux instincts.
‹ ADIUTOR : Nikolai Halwyn. Tu ne le supportes pas. Tu ne l’as jamais supporté même. Tu as longtemps souhaité voir ce lien disparaître. Et maintenant c’est le cas. Il n’y a plus rien entre vous. Et il te manque. Il te manque tellement que t’en pleurerais presque. Mais tu ne le feras pas. T’es bien trop fier pour ça.
‹ POINTS : 1347

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:

MessageSujet: Re: whatever it takes ☾ (renlai) Dim 11 Fév - 13:41

T’es fatigué. Le genre de fatigue qui se ressent dans ton corps, ta tête et ton âme. Comme si tu portais soudainement tout le poids du monde sur ton dos. Tu te rappelles pas de la dernière fois que tu as ressenti une telle fatigue. Et tu n’aimes pas cette sensation. T’es pas doué avec les émotions, tu l’as jamais été. Tu peux blâmer ton enfance pour ça. Tu préfères l’action à la parole, l’action à la réflexion. Et tu sais qu’un jour tu te précipiteras et que tu merderas mais pour l’instant tu veux juste arrêter cette pseudo conversation et aller te coucher. C’était trop émotif pour toi. Mais tu pouvais pas. Si tu faisais ça, l’autre enfoiré allait rester seul et allait penser … Allait penser quoi ? Que tu l’évitais ? Que tu voulais pas lui parler ? Que tu allais te casser ? Que t’allais l’abandonner ? Tu ne savais pas qu’elle idée te serrait le plus la gorge. Tu voulais pas partir. Pas sans le blond en tout cas. Tu voulais pas l’abandonner. Avec ton monde qui semblait avoir changé d’axe, Nikolai était le seul point fixe de ton existence, la seule constance qui semblait encore logique dans ton monde. Tu t’étais attaché à ton geôlier. Et maintenant que ta cage n’était plus, tu n’éprouvais plus l’envie de partir. T’était pathétique.

Tu trainas une chaise jusqu’au blond qui semblait lui aussi porter le poids du monde sur ses épaules. Tu t’assis dessus et tu le regardas un instant sans rien dire. Et puis presque doucement, tu attiras son attention, comme pour partager avec lui un secret honteux. Tu partais pas. T’allais rester avec lui. Pour le moment en tout cas. Jusqu’à ce que toute cette liberté ne te fasse plus peur et que tu puisses enfin imaginer un avenir seul sans avoir l’impression de te jeter d’une falaise. Et pourtant, même en pensant ça, tu doutais fortement de l’arrivée d’un tel jour. Il rit de ta remarque sarcastique et tu sens les bords de tes lèvres se dresser légèrement en réponse. « Ma sale gueule ne te dit pas merci. Tu ferais mieux de te regarder dans le miroir avant de dire des conneries pareilles. » Tu donnes un léger coup de pied dans sa chaise en réponse. « La ferme, Halwyn… » Tu le regardes un instant s’activer autour de son aiguille avant qu’un miroir ne te sois jeter sans prévenir. Tu le fusilles légèrement du regard mais t’exécutes tout de même. L’opération se passe en silence et tu commences à t’endormir sur ta chaise quand le blond rouvrit la bouche une nouvelle fois.  « Tu n’es pas le seul qui va revenir habiter ici… »

Tu clignes des yeux, pas tout à fait bien réveillé. De quoi ? Qu’est-ce qu’il racontait encore lui ? Tu haussas un sourcil en guise de questionnement. « J’ai une amie qui sera là de temps en temps. Je compte sur ton savoir-vivre habituel, sans quoi c’est moi qui te foutrai dehors à coups de pieds aux fesses. » Et voilà que ton deuxième sourcil alla rapidement rejoindre le premier tout en haut de ton frond. Il ramenait une fille à la maison ? Nikolai Halwyn ?! Le type qu’était pratiquement l’équivalent d’une nympho masculine ?! Ouais c’était officiel, le monde ne tournait plus rond. « Une amie, hein … ? » que tu lâchas sarcastiquement. « Et est-ce que je vais devoir investir dans des bouchons d’oreille lors de la présence de cette « amie » … ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
water mutant
avatar
water mutant
‹ MESSAGES : 277
‹ AVATAR : Boyd Holbrook
‹ CRÉDITS : (freyja) avatar - (Beylin) codes signa -

‹ AGE : Il vient tout juste de passer la porte de la trentaine. Ce sont donc trente années qui s'écoulent dans ses veines.
‹ STATUT : Ancien célibataire endurci, volage du premier regard, son coeur s'est épris de la flamboyante Svea Oshun et ne saurait s'en défaire. Il doit juste ouvrir ses yeux et accepter qu'il a passé le stade des sentiments, cette fois. La trentaine assagirait-elle ?
‹ SANG : Bronze et impunément fier de l'être. Il l'était. Dorénavant il n'y a plus que la honte et la différence.
‹ POUVOIR : L'eau, cette si belle clarté, a laissé place à la souillure du sang. Liquide carmin capable d'être bafoué entre ses mains d'un simple regard. Emotions qui trahissent et angoisses qui s'enlaidissent. Il n'en voulait pas il n'a rien demandé. Virus d'un rien, chagrin de demain.
‹ COMPETENCES : Domination (niv. 3) - Persuasion (niv.1) - Espionnage (niv.1)
‹ METIER : Gardien à la prison du Palais des Flammes.
‹ ALLEGEANCE : A lui-même. Il espionnait pour la résistance, se prétendait à la fois ami de la couronne et rebelle. Il mène son monde à la baguette, autant que faire se peut, mais à force de croire aux autres il a fini par se rendre compte que le pouvoir appelle le pouvoir. Seul une parcelle du gouvernement semble avoir un tantinet la tête sur les épaules.
‹ ADIUTOR : Airen Lokarth. Il l'a évité après la virus, des semaines durant, jusqu'à finalement être forcé de l'affronter. Airen aurait pu partir, mais il reste, et Nikolai ne comprend pas pourquoi, même s'il niera que sa présence, en réalité, le soulage.
‹ POINTS : 139

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:

MessageSujet: Re: whatever it takes ☾ (renlai) Jeu 15 Fév - 21:10

Airen & Nikolai

whatever it takes


Au fond ça le crève d’angoisse mais jamais il n’en dira quoi que ce soit. Il craint qu’il ne parte et prenne ce fameux envol que Nikolai pensait qu’il avait pris depuis des semaines alors qu’en réalité c’était plutôt lui qui fuyait. Dans sa pic d’il y a quelques minutes plus tôt, Airen n’avait pas totalement tort… Depuis quand le blond fuyait-il ses problèmes ? Face au brun, jamais il ne l’a montré mais en y réfléchissant bien, le maître de l’eau avait au moins pris une fois la fuite dans sa vie. S’il avait choisi Launondie ce n’était pas pour rien, car il sait que plane au-dessus de sa tête les sévices et les envies matrimoniales de ses chers parents restés sur les terres d’Aguarini. De ce détail, son adiutor et lui n’en ont strictement jamais parlé et ce n’était certainement pas cette nuit que ça allait arriver. Cela n’arriverait probablement pas de sitôt et sûrement jamais. Contraint et forcé de s’occuper de lui-même suite au magnifique compliment du brun, Halwyn s’efforce de tout mettre en œuvre malgré la fatigue et l’alcool pour recoudre son arcade sourcilière, non sans profiter de la présence de son comparse de toujours en lui confiant le miroir. La ferme, Halwyn… « C’est moi qui dit ce genre de choses Ren, pas toi. Déjà que tu fais pouilleux dans tes pulls, épargne-moi tes vulgarités ce soir… Cette nuit. ». Nuit, car l’heure obscure est déjà bien avancée dorénavant et l’aube ne tarderait plus à poindre à l’horizon, d’ici deux heures ou trois tout au plus. Les sourcils qui se froncent et le regard noir ne l’empêchent point de rester sérieux et déterminé, qu’Airen fasse la tronche ne le décourage jamais. Il est plutôt du genre têtu, borné et incroyablement pète-sec avec lui quand il s’y met. Le pire ? C’est qu’il fait ça sans la moindre honte. Apprendre à se détester, se crier dessus et se chamailler, ce n’est certainement pas donné à tout le monde et il s’agit là d’un art indéniable.

Lorsque le miroir commence à pencher à cause de l’endormissement du brun, ses doigts s’empressent de le redresser sans douceur. S’il le réveille ? Rien à faire, d’ailleurs il parle comme si de rien était au bout de longues secondes d’applications pour refermer la peau à l’aide de points de sutures. Une fois terminé, il coupe le fil et applique un brin d’alcool sur la plaie en sifflant entre ses dents, puis vient entourer ses côtes d’une bande humide histoire de rafraîchir le tout. Révéler l’existence de Svea à Airen revient à rendre, quelque part, son attachement officiel. Car bien que Nikolai se soit toujours évertué à se perdre entre les cuisses des plus belles femmes rencontrées ci et là ou dans les boudoirs, il n’en demeure pas moins que la jeune femme est spéciale à ses yeux, aussi mal doué avec les sentiments soit-il. Ravi de voir qu’il sort le mêlé de son pseudo sommeil, il continue sur sa lancée non sans se montrer fidèle à lui-même, comme d’ordinaire et comme s’il n’avait pas passé des semaines à l’éviter comme un beau diable. Reprenant le miroir des mains sans ménagement, Nikolai commence à ranger tout son nécessaire de soin et se lève en titubant de sa chaise sous la question du Lokarth. Pour peu, il pourrait déjà se sentir en rougir de hargne en se dirigeant vers un placard, car il sent la connerie arriver à plein nez. L’autre a beau dire ce qu’il veut, le blond le connait bien, aussi bien qu’il connaissait… Aymeric. A l’époque. Une époque qui lui parait si lointaine maintenant alors que son décès n’est pas si loin. Et est-ce que je vais devoir investir dans des bouchons d’oreille lors de la présence de cette « amie » … ? Ce sont les propres mots de son abruti d’adiutor qui le sortent de sa légère torpeur face au placard devant lequel il finit par s’activer en voyant rouge. Sans lui jeter de regard, les doigts prennent le temps de déposer fils et autres objets dans ledit meuble. « Je ferai comme si je n’avais rien entendu de la sorte, Ren. ». Et c’était sûrement mieux pour lui car son sang commençait dangereusement à bouillonner dans ses propres veines, signe qu’il risquait fort de perdre le contrôle et la dernière chose qu’il voulait c’était voir son ancien adiutor raide mort dans une mare de son propre sang. « Tu sais bien que je ne ramène jamais aucune femme ici, d’ordinaire. Elle est une exception, et au pire, je peux très bien te crever les tympans, au moins tu ne risquerais pas d’être gêné. Comme ça. ». Se tournant alors vers lui, il frotte ses mains contre son pantalon et avance d’un pas lent, prunelles luisantes des effets de l’alcool. « Et j’avais dit… Que je ferais comme si je n’avais rien entendu… Damn you. » qu’il siffle entre ses dents serrées avant de filer lentement vers les escaliers en silence, perdu dans ses pensées. Une fois à portée de ces derniers, il lève son index en l’air et reprend, sourire en coin. « C’est qu’en fait, je pourrais presque croire que tu es jaloux ? ». On n’apprend pas à un vieux singe à faire la roue, et en quelques semaines de temps Nikolai est loin d’avoir perdu sa gymnastique en terme de piques envoyées aux bons moments…


AVENGEDINCHAINS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yellow
avatar
yellow
‹ MESSAGES : 521
‹ AVATAR : Jamie Dornan
‹ CRÉDITS : Texas-Flood

‹ AGE : 29 ans que tu arpentes cette terre. Un temps court pour certains, mais éternel pour toi.
‹ STATUT : Tu n’as jamais rencontré l’âme-sœur et tu n’y crois pas de toute façon. Tu te contentes d’enchaîner les rencontres d’un soir si l’envie se fait sentir.
‹ SANG : Fruit d’une rencontre qui aurait dû rester stérile, tu fais partie de la race des abominations et on te l’a toujours fait comprendre.
‹ POUVOIR : Puissance naturelle qui n’est que jouet entre tes doigts, on t’a haï pour l’avoir.
‹ COMPETENCES : domination (niveau 2) + survie (niveau 3) + vigilance (niveau 1)
‹ METIER : Ton connard de maître travaillant au palais, tu n’as pas eu d’autres choix que d’y aller à ton tour. Alors cuisinier tu es.
‹ ALLEGEANCE : T’as toujours été individualiste. Le peu de loyauté que tu as va à la masse désordonnée qui te sers de famille. Et dans une mesure bien moindre et bien plus contrainte, elle allait également au Connard mouillé. Mais le lien n’est plus maintenant, et c’est comme si on t’avait arraché tout ce qui était ta vie. Tu ne sais que faire de cette nouvelle liberté. Et c’est encore plus dur de combattre de vieux instincts.
‹ ADIUTOR : Nikolai Halwyn. Tu ne le supportes pas. Tu ne l’as jamais supporté même. Tu as longtemps souhaité voir ce lien disparaître. Et maintenant c’est le cas. Il n’y a plus rien entre vous. Et il te manque. Il te manque tellement que t’en pleurerais presque. Mais tu ne le feras pas. T’es bien trop fier pour ça.
‹ POINTS : 1347

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:

MessageSujet: Re: whatever it takes ☾ (renlai) Hier à 22:32

« Je ferai comme si je n’avais rien entendu de la sorte, Ren. » Tu hausses un sourcil devant son ton. Tu n’as plus envie de dormir maintenant. Pas devant l’étrangeté de Nikolai défendant l’honneur de quelqu’un. Non, c’était un peu trop violent dit comme ça. Tu sais que Nik a des principes. Des principes qui vont et viennent quand cela l’arrange et selon qui il veut se mettre dans la poche ou dans son lit, mais des principes tout de même. Et même s’il batifolait à droite à gauche et au milieu, le bronze respectait les femmes. Mais là, ça allait plus loin. C’était de la colère que tu entendais dans sa voix en cet instant. De la colère pour la femme sur laquelle tu venais de faire une petite remarque. Tu ne te rappelles pas l’avoir déjà entendu adopter ce ton pour défendre quelqu’un d’autre. Et ça, juste ça, ça te laisse comprendre que peut-être Nik tient à cette fameuse fille un peu plus que tu ne l’aurais pensé. « Tu sais bien que je ne ramène jamais aucune femme ici, d’ordinaire. Elle est une exception, et au pire, je peux très bien te crever les tympans, au moins tu ne risquerais pas d’être gêné. Comme ça. » Tu l’entends confirmer ce que tu avais commencé à comprendre et pendant un instant tu sens ton ventre se nouer. Il ne te faut pas longtemps avant de comprendre que tu te sens légèrement blessé. Ton ancien maître t’évite pendant des semaines alors que tu t’inquiètes pour ce connard, et cet enfoiré en profite pour se trouver une nana. Une nana qui va habiter chez vous à partir de maintenant. Certes, c’est Nikolai qui avait payé la maison, mais tu y habitais aussi, et ça aurait été sympa de te demander ton avis. Mais visiblement c’était pas important. T’avais juste l’impression débile d’être remplacé. Et le pire c’est que tu devrais t’en foutre. Il te sortait par les yeux et c’était la même chose pour lui à ton sujet. Vous aviez passé une décennie à plus vous engueuler qu’à parler. Et pourtant, pour une putain de raison obscure, tu t’en foutais pas. Tu blâmais le virus qui avait détruit votre existence. Tu blâmais Nik aussi. Tu le blâmais pour détruire un peu plus ce qui restait de votre normalité.

Mais tu dis pas ça. T’as pas envie de gueuler plus ce soir. Tout comme t’as pas envie de te prendre la tête avec ce que tu ressens. T’as jamais été doué pour ça. Tu sais juste que c’est stupide de se sentir blessé pour une connerie pareille. Qu’elle vienne cette fille, tu t’y habitueras. Tout comme tu t’es habitué à plein d’autres choses dans ta vie. Alors tu la fermes, tu lèves les yeux au ciel et tu lâches d’un ton sarcastique. « Non merci ! J’ai toujours les tympans à moitié morts grâce à ton dernier concert improvisé sous la douche. » C’était un demi-mensonge. Halwyn chantait pas si mal que ça. Mais par les Sept, son registre musical était juste atroce ! Si tu entendais encore une fois une de ses chansons d’amour d’Aguarinui, tu allais lui arracher la langue. « Et j’avais dit… Que je ferais comme si je n’avais rien entendu… Damn you. » De ton siège, tu lui adresses un sourire en coin moqueur. « T’as jamais été bon pour faire ce que tu dis, Halwyn … »

Tu le regardes se diriger vers les marches et tu t’apprêtes à te lever également pour enfin aller t’écrouler sur ton lit, quand Nik se retourna subitement vers toi, son index en l’air et un sourire en coin aux lèvres. « C’est qu’en fait, je pourrais presque croire que tu es jaloux ? » Tu hausses un sourcil dans sa direction alors que tu finis de te lever. « Et de quoi exactement ? Que t’as une nana qui va pouvoir voir ton mou de ventre ? Nah » tu claquas ta langue contre ton palais avant de te diriger vers les escaliers et donc vers Nik. « C’est pas pour moi les relations » T’as trop peur de tout faire merder et d’en ressortir avec un plus gros trou dans la poitrine. T’as jamais pu avoir quelque chose de bien dans ta vie. Tu arrives à la hauteur du blond et tu le regardes un peu plus sérieusement. « Je promets pas de pas la faire chier, je vais sûrement pas pouvoir m’en empêcher. Mais je promets de ne pas l’insulter. Maintenant bouges. Tu m’empêcher de passer et j’ai un rendez-vous intime avec mon lit. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: whatever it takes ☾ (renlai)

Revenir en haut Aller en bas

whatever it takes ☾ (renlai)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PINNED UNDER THE WEIGHT :: aksana :: Flamaerin :: Launondie :: Brezin-