AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

-- i'll never be your chosen one -- {r.m}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
water mutant
avatar
water mutant
‹ MESSAGES : 368
‹ AVATAR : dua lipa.
‹ CRÉDITS : neon cathedral.

‹ AGE : vingt fleurs sauvages viennent doucement danser sous ses pieds.
‹ STATUT : fiancée, son père a offert sa pureté à un fils de l'air. son bonheur condamné au prix d'alliances dorées.
‹ SANG : les veines couleur argent qui cachent son héritage de bronze.
‹ POUVOIR : enfant de l'eau, depuis le virus maeve fait courber la nuit avec la lune comme plus précieuse alliée.
‹ COMPETENCES : attaquant (niv. deux), ténacité (niv. un), agilité (niv. un).
‹ METIER : cavalière, la gamine sait ses rêves de gloire morts avant même qu'elle n'ait eu le temps de briller. son illustre destinée s'effacera pour laisser place à une fade place de femme au foyer.
‹ ALLEGEANCE : l'âme entremêlée à celle de sa belle nation, la jolie poupée n'aspire qu'à la liberté.
‹ POINTS : 394

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:

MessageSujet: -- i'll never be your chosen one -- {r.m} Mar 23 Jan - 23:43


i can take the road and i can fuck it all away
but in this twilight, our choices seal our fate

l'enfant qui l'accueille est terriblement silencieuse alors qu'elles empruntent les longs couloirs de la citadelle de diernung, comme si elle ne connaissait déjà pas les lieux par coeur, maeve. ses maigres bagages ont déjà été emportés aussitôt avait-elle passé les immenses grilles du domaine, de celles qui sonnent comme un avertissement pour leurs ennemis avec leurs longues pointes acérées, pareilles à des crocs. c'est comme si elle se jetait d'elle-même dans la gueule du loup, la gamine. elle qui a toujours adoré, admiré la toute puissance des lieux aujourd'hui, elle voyait tout autrement. maeve, avec la dissolution de l'empire, elle ne savait même plus ce qu'elle était pour les belikov au fond. amie ? adversaire ? une fade étrangère, rien de plus, rien de moins. résignée, elle suit l'enfant qui la guide dans sa nouvelle maison. leurs pas résonnent parfois et viennent mourir contre les murs, brisant la dure harmonie d'où ne filtre aucun bruit. c'est froid, songe maeve. la nuit est tombée depuis quelques heures, rendant sa gloire à l'aspect sombre de la pierre brute dans laquelle est construite le beau château. c'est triste, aussi. la gamine sent le malaise s'emparer de ses tripes, la nausée vient embrasser le coin de sa bouche à chaque couloir qu'elle dépasse à la suite de la petite servante. une étrange sensation d'étau, où les murs viendraient plonger sur elle pour ne plus jamais qu'elle revoie la lumière du jour. prisonnière. oh, elle sait la citadelle imprenable par l'ennemi, que quiconque ne peut y pénétrer. mais elle, pourrait-elle un jour en sortir ?

l'insolente guerrière a son feu éteint ce soir, réduit en un brasier de mélancolie. elle dit au revoir à sa liberté chérie. elle sait que les adieux se feront maintenant vite. trop vite. et alors que les deux jeunes femmes pénètrent dans le salon principal de la citadelle, la petite prend congé, laissant maeve avec l'un des maîtres des lieux qu'elle devine derrière un fauteuil richement décoré et faisant face à une large cheminée. enfant naïve, elle espère qu'elle y découvrira michail et son sourire ravageur, michail qui la ferait brutalement danser, là, sous ses puissants coups de reins. tout pour oublier sa peine le temps d'une nuit, les sens sous anesthésie. puis au fond d'elle, maeve, elle aimerait tout autant que ce soit antwan. le garçon n'a été que silence les rares fois où elle s'est rendue ici, et elle aurait l'âme moins amère si seulement il prenait la peine de l'accueillir. quelle idiote. le fol espoir vient vite mourir en son coeur quand la silhouette se lève enfin et que le regard de l'enfant de l'eau vient embrasser les courbes vertigineuses de la belle amazone de l'air. tout, mais pas ça.
pas r a y n a.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
air mutant
avatar
air mutant
‹ MESSAGES : 162
‹ AVATAR : emily ratajkowski
‹ CRÉDITS : elodie - dandelion - anesidora

‹ AGE : vingt-neuf ans, et les désillusions d'une centaine d'années
‹ STATUT : mariée, et la lourdeur des incommodités d'une vie matrimoniale sans joie
‹ SANG : argent, et les moyens d'accéder à ses désirs si seulement, si seulement
‹ POUVOIR : tornades, et de ses doigts sortirent des tempêtes furieuses.
‹ COMPETENCES : audace (niv. 1), honneur (niv. 1), ténacité (niv. 1)
‹ METIER : femme au foyer, et l'inactivité de ses jolies courbes sa transformation en objet d'art inerte et sans âme
‹ ALLEGEANCE : à la couronne de l'air
‹ POINTS : 545

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:

MessageSujet: Re: -- i'll never be your chosen one -- {r.m} Dim 11 Fév - 20:05

je suis celle qui tient les murs d’une forteresse imprenable. je suis celle qui trône au milieu du tumulte et du silence. je suis fureur et mystère. je suis souffle et tourment. je suis un cauchemar. je suis un fantôme. j’invente à l’envie ma force et mon courroux à partir du néant. je choisis mes amours. j’élis mes haines. j’en fais le centre de l’existence de tous par le seul pouvoir de ma voix qui résonne dans le vide des couloirs. mais en vérité j’hante et je suis hantée. il n’y a rien de plus que des soupirs qui courent d’une chambre à l’autre pour murmurer à l’oreille de personne. je suis celle qui vient et qui part sans que jamais personne ne m’arrête, sans que jamais personne ne me voie. j’étais là hier et je serai là demain. si les dieux le veulent. pour exercer mon pouvoir qui n’oppresse personne. comme le vent. toujours comme le vent. je me maintiens dans la distance sur un fil et je manque de basculer mais je dure. encore. j’apprécie et j’exècre la légèreté de ma présence dans ce monde qui voudrait m’écarter pour toujours du grand jour. j’éclate sans bruit. et atour de moi c’est le silence d’autres corps qui s’échappent des salles où je passe. qui courent sur leurs pieds fébriles. des courants d’air.
encore des portes qui s’ouvrent et qui se referment. ferme et dure, j’attends la nouvelle venue qui s’ajoutera aux jolies personnes du lieu. à ces jolies personnes qui me frôlent sans me percuter. comme si j’étais invisible. mais voilà. je serai le roc sur lequel elle va se percuter. la jolie fille qui vient dans une famille où j’avais le privilège au moins d’être la seule voix féminine qui brise le silence. elle viendra avec ses charmes. elle les envoûtera. et ce sera alors vraiment fini. je ne serai plus que souffle. mais je suis roc. et elle se brisera en écume contre moi. j’entends ses pas. elle apprendra bientôt à se faire discrète. elle ne sait pas ce qui l’attend derrière cette porte, moi et mon front fier. et le feu dans l’âtre ne brûlera jamais autant. je l’entends qui respire derrière moi et je prends le temps de l’écouter. on entend tout dans un souffle. et je prends le temps de me lever, gracieuse et princière. le temps qu’elle me voit bien. le temps qu’elle puisse admirer et frémir. et je me tourne, je lui fais face. je souris, cruellement. « ma chère maeve, quel plaisir de te voir, j’espère que tu as fait bonne route. » il faut connaître les mots d’usage. il faut les débiter d’une voix tendre, comme ma mère, avec la même distance, la même apathie. et comme elle, il faut tendre la main pour prendre celle de l’enfant. lui faire sentir la douceur de la peau qui n’est que mirage. parce qu’elle est notre famille. « mais tu es en sécurité, maintenant. te voilà chez toi. » et nous savons toutes les deux la cruauté de ces mots. « approche toi de l’âtre, il fait froid dans cette vieille demeure. » la pierre suinte jour et nuit sa fraîcheur qui rend le coeur aussi dur que la peau. je la tiens toujours par la main et la guide, de force. et je vois mieux son visage où danse la lumière des flammes. « tu dois être surprise, tu devais t’attendre à ce qu’antwan soit ici pour t’accueillir. mais je crois qu’il avait malheureusement d’autres affaires plus pressantes. » qu’est-ce qu’on peut dire avec seulement quelques mots. « mais ce n’est pas une si mauvaise chose. après tout, qui d’autre que moi pourrait t’accueillir ici. il y a des choses à connaître sur l’art d’être une fille belikov. » et de quoi effrayer n’importe qui avec un tant soit peu d’amour propre. et je lui tiens toujours la main entre mes serres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

-- i'll never be your chosen one -- {r.m}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PINNED UNDER THE WEIGHT :: aksana :: Aerinstin :: Dierinung :: Citadelle des Belikov-