AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

you have witchcraft in your lips (feyrce)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
orange
avatar
orange
‹ MESSAGES : 1005
‹ AVATAR : emeraude toubia.
‹ CRÉDITS : av (@mermaid tears)
‹ COMPTES : colère, orgueil, luxure, envie.

‹ AGE : vingt-six années destructrices, passées à agir dans l'ombre et à construire un monde d'ombres dont feyre est la reine. vingt-six années qui s'égrènent lentement, chacune apportant son lot d'horreurs.
‹ STATUT : coeur noirci par les déceptions, la belle sociopathe s'est attachée à plusieurs personnes avant de les détruire. le résumé même de l'histoire de sa vie.
‹ SANG : mêlé, une fierté qu'elle pose sur un piédestal, puisque c'est ce mélange de sang qui lui a conféré un si grand pouvoir. sans pour autant induire de grandes responsabilités.
‹ COMPETENCES : cruauté (niv. 4), manipulation (niv. 3), torture (niv. 3).
‹ METIER : feyre vend ses services aux plus offrants, boucher des esprits, elle plonge avidement dans les âmes d'autrui et massacre tout ce qu'elle trouve. prête à tout, du moment que cela lui rapporte de l'argent.
‹ ALLEGEANCE : à elle-même. et rien qu'à elle. feyre ne fait confiance à personne et se moque pas mal des guerres de pouvoir. les oshun et les rebelles l'indiffèrent au plus haut point.
‹ ADIUTOR : la belle avait été affectée à une divine blonde qu'elle avait modelé selon son bon désir. mais désormais chassée, exclue, bannie, feyre se sent bien seule, loin de celle qu'elle brûle de retrouver.
‹ POINTS : 1973

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:

MessageSujet: you have witchcraft in your lips (feyrce) Dim 21 Jan - 19:36

You and I go hard at each other like we're going to war. You and I go rough, we keep throwing things and slamming the door. You and I get so damn dysfunctional, we stopped keeping score. You and I get sick, yeah, I know that we can't do this no more. Yeah, but baby there you go again, there you go again, making me love you. Yeah, I stopped using my head, using my head, let it all go. Got you stuck on my body, on my body, like a tattoo. And now I'm feeling stupid, feeling stupid, crawling back to you.


« Tu devrais aller trouver ton Prince Charmant. »
« Oh oui ! Tu dois lui manquer depuis la dernière fois.
« Il est tellement amoureux de toi, il doit s’inquiéter de ne plus te croiser dans les couloirs du palais. »
« Vous avez raison, Cœur et Conscience. Allons rendre une petite visite à Mance. Je suis certaine qu’il sera hy-pra heureux de me revoir ! »

Malgré le froid glacial qui s’était abattu sur l’empire d’Aksana depuis déjà plusieurs semaines, l’inhumaine Mormont déambulait dans les rues de la capitale uniquement vêtue d’un minuscule bout de tissu violet et enveloppée dans un immense châle pâle. Sa démarche claudicante attirait sur elle de nombreux regards. Parfois curieux. Parfois amusés. Parfois terrifiés. Parce que même si le serpent avait perdu de sa superbe et était désormais totalement inoffensif, sa réputation l’entourait. Tel un halo protecteur. Une aura emplie de ténèbres et de monstruosités. Mercenaire sans âme. Manipulatrice sans conscience. Elle avait commis d’indicibles horreurs, avait poussé des hommes au suicide. Mais bien souvent, elle avait laissé ses doigts invisibles traîner dans les esprits des autres. Et pour quelques pièces d’or, les avait transformés. Profondément. Irrémédiablement. Grâce à ses pouvoirs invisibles, elle été passée maître dans l’art diabolique de corrompre et de pervertir. Une véritable démone, fruit des entrailles du Malin. Elle avait asséné mort, destruction et immondices partout où elle était passée. Pas un seul coin d’Aksana n’avait été épargné. Après tout, la terrible était totalement dénuée d’humanité. Une apparence indéniablement humaine pour un esprit terriblement dévoyé, perverti et corrompu. Faire le mal était une seconde nature, chez elle. Torturer autrui : son passe-temps favori. Et alors que le froid venait s’enrouler autour de sa carcasse décharnée, elle ne sentait rien. Absolument rien. Elle chantonnait et se déplaçait en sautillant, comme toujours. Une véritable illuminée. Une créature qui semblait avoir perdu la raison. Toute abandonnée à la folie. A une folie cruelle et dévastatrice. Avec la disparition de ses dons s’était envolée toute forme de rationalité, en elle. Feyre n’entendait plus les voix intérieures de ceux qu’elle croisait. Alors, pour combler ce terrible vide, deux entités invisibles s’étaient développées dans son esprit : Cœur et Conscience. La Mormont leur parlait perpétuellement à voix haute. Cela aidait à remplir ce vide qui s’était développé, en elle. Cette solitude mortifère qu’elle tentait de chasser, tant bien que mal. Autrefois, elle forçait de pauvres innocents à rester auprès d’elle. Désormais, elle n’avait d’autres choix que de se blottir contre des dizaines d’oreillers et de converser avec ces voix éphémères et irréelles. Parce qu’elle était bien trop avare pour dépenser la moindre de ses précieuses pièces pour s’octroyer la compagnie d’individus qui pourraient désormais se jouer d’elle. Après tout, des bleus maculaient sa peau d’albâtre. Des bleus résultant d’une terrible rencontre avec un humain, qui s’était fait un malin plaisir à la martyriser, alors qu’elle était absolument sans défenses.

« C’est là qu’il habite ! »
« Quelle belle surprise tu vas lui faire ! »
« Il doit t’attendre impatiemment. »

Feyre hocha vigoureusement la tête, avant de s’enfoncer en direction de ruelles plus obscures. Elle ne craignait rien, la sirène. N’avait pas conscience des dangers qu’elle courait. Du nombre de personnes qui voulaient sa mort. Qui rêvait de la voir à terre, exhaler son dernier souffle de vie. Vacillant sur d’immenses talons, elle grimpa tant bien que mal les marches qui la conduisirent jusqu’à la porte de l’appartement du Graylin. Son maquillage renforçait son état de folie incurable. Un seul de ses yeux était maquillé. Le rouge qui donnait tant de couleurs à ses lèvres débordait jusqu’au milieu de sa joue droite. Bien entendu, la terrible ne prit pas la peine de frapper à la porte et pénétra dans l’antre du soldat. De celui dont elle avait partiellement détruit la vie, en remodelant sa sœur cadette selon ses critères pervertis et corrompus. Mais qu’elle brûlait pourtant de conquérir, de posséder. Celui qui se refusait à ses avances indécentes et lui faisait sentir à quel point il la haïssait. Mais aussi à quel point il la désirait, malgré tout. Malgré cette répugnance qu’il éprouvait pour elle. « Surprise, mon amour ! » Et elle de se jeter à son cou. Comme si ces deux âmes sœurs étaient séparées depuis des mois et que le manque s’était fait quasiment insupportable. « Je vois que dans ton regard que t’es si heureux. Ça me touche, tu sais. » Et l’art de voir des chimères, de se raconter de doucereux mensonges.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

you have witchcraft in your lips (feyrce)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PINNED UNDER THE WEIGHT :: aksana :: Flamaerin :: Launondie-