AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

thinking of a master plan (arae)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
air nation
avatar
air nation
‹ MESSAGES : 657
‹ AVATAR : finn jones.
‹ CRÉDITS : killer from a gang, clara.
‹ COMPTES : éclairs, esprit, guérison, métal, électricité.

‹ AGE : vingt-huit ans que le démon aux airs angéliques hante cette terre. presque trente ans, mais pas encore. pas tout à fait. juste le temps de commettre quelques nouvelles atrocités.
‹ STATUT : le maléfique pernicieux a jeté son dévolu sur nevenka valaeris et dont l'union vient à peine d'être consommée. déjà veuf qu'il est alors que son coeur l'entraîne pourtant ailleurs. vers son propre sang, sa cadette, son ange démoniaque.
‹ SANG : argent, depuis quelques temps seulement. autrefois bronze à la richesse abondante, les nouvelles classes dirigeantes de l'empire d'aksana ont érigé la famille vasara au rang de noble, d'argent. compétence : bagou, charisme, ma
‹ POUVOIR : il s'élève au-dessus des airs, fier prince que même la gravité ne retient plus au sol. son ambition démesurée le porte vers les cieux. toujours plus haut. mais la chute n'en sera que plus grande.
‹ METIER : conspirateur, mafieux, manipulateur, menteur, homme d'esprit, religieux. il est le roi de la métamorphose, jonglant perpétuellement entre plusieurs masques, tous différents, opposés, antithétiques.
‹ ALLEGEANCE : lui-même et son mouvement machiavélique. réunion de démoniaques, d'engeances maléfiques. d'âmes dévoyées et pernicieuses. groupe absolument parfait aux yeux du vicieux.
‹ ADIUTOR : eron, vilaine créature jaune avec laquelle il n'a jamais réussi à s'entendre. gamin lisse à l'esprit fermé, méprisant toutes les facettes de la personnalité du maître. un traître, un moins que rien, un impur. la mort l'attend au tournant.
‹ POINTS : 438

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: thinking of a master plan (arae) Dim 21 Jan - 16:04



if i cannot bend heaven
i will raise hell
ft. @rae skonos

« Toujours aucune nouvelle, Monsieur. » L’homme de main en qui le Vasara avait placé toute sa confiance s’inclina profondément, après avoir surgit des ombres. Un passage secret qui conduisait aux appartements privés du cruel et qui n’était connu que du chef de l’armée maudite que le maître avait érigé autour de lui. « Et qu’ont dit Asghari et Anwar ? » L’homme au teint basané hocha négativement la tête. L’idole tant vénérée semblait avoir tout bonnement disparue dans la nature. Son envol entouré d’une obscurité qui ne désirait pas livrer ses secrets. Pourtant, le terrible savait qu’une personne était au courant de tout. Une personne qui avait tissé sa toile d’araignée à travers tout l’Empire d’Aksana. Qui était au courant des moindres faits et gestes de tous. Mais cette personne était loin de porter le malicieux homme de l’air dans son cœur. « Sais-tu où se trouve cette Skonos de malheur ? » Dès qu’il évoquait la brune, au service de l’Empereur, les intonations de sa voix prenaient des teintes colériques et furieuses. Autrefois, un marché unissait le terrible Vasara à l’abominable Skonos. Mais cette dernière avait rapidement retourné sa veste. Avait vendu des informations compromettantes sur cette sœur cadette sur laquelle le dévoyé veillait comme sur la prunelle de ses yeux. Parce que l’avilie Scylla était son dimant le plus précieux et qu’il refusait de laisser Rae salir sa parfaite réputation. Pour demeurer des monstres, les deux enfants de l’air se devaient d’apparaître comme des divinités faites chair, des idoles à hauteur humaine que la plèbe adorait sans soupçonner un seul instant qu’ils puissent être les instigateurs de tous leurs malheurs. « Elle est dans son antre d’Aeristin, en ce moment même, Monsieur. » « Bien, très bien. Selle mon cheval, Jonah. Nous allons rendre une petite visite à la gardeuse de secrets. » Le trou de l’intrépide se trouvait dans les bas-fonds de la capitale. C’était là que Rae vendait ses sombres connaissances, à des prix exorbitants. Mais, bien souvent, ceux qui avaient des choses à cacher étaient ceux qui pouvaient payer le prix du silence. Trahison, complot, amour interdit, inceste, rébellion. Toutes ces passions humaines sur lequel le commerce de la brune était fondé. Achille abandonna son étalon à son serviteur, ce fidèle homme de main qui connaissait absolument tous ses secrets. Dans tous les domaines possibles. Jonah l’aidait dans ses commerces peu scrupuleux et effaçait les traces du passage de Scylla entre les bras d’Achille. Union interdite, horrifiante. Mais le sang appelait celui qui lui ressemblait. Scylla et Achille étaient deux aimants qui s’attiraient perpétuellement. Attraction irrésistible. Sa peau blanche était dissimulée sous des étoffes sombres. Une tenue entièrement noire. Signe extérieur du deuil intérieur qui l’assaillait. Deux semaines, désormais. Deux semaines que sa machiavélique figure maternelle lui avait retiré son objet favori, sa poupée fétiche. La gardienne de son cœur, reine de ses nuits. Et Achille n’avait toujours aucune idée de l’endroit où elle pouvait se trouver. Il avait fait sillonner le monde par ses hommes de main. Sans succès. La sublime blonde restait introuvable. Une prison dorée dont les barreaux restaient pourtant désespérément cachés à la vue aiguë de l’impétueux. « Rae. Je te dirais bien que c’est une joie de te revoir, mais ce serait mentir. » Sourire carnassier sur ses lèvres rosées alors qu’il s’avançait toujours un peu plus près de l’informatrice en chef de l’Empereur. Il avait une terrible envie de tordre son petit cou de colombe. Mais pas encore. Ce n’était pas encore le moment. La patience était la vertu qu’il devait avoir à l’esprit, afin d’asservir son but principal : mettre la main sur sa sœur bien-aimée. « Je suppose que tu sais ce qui m’amène. » Après tout, celle qui avait des yeux partout devait se douter qu’Achille cherchait son arme maîtresse, son assassin la plus perfectionnée. « Où est-elle ? » Grognement sauvage, viscéral. « Je ne le répèterais pas. Dis-moi où elle est. » Il se faisait toujours un peu plus menaçant, dardant ses pupilles de feu sur elle. Prêt à la mettre à mort si elle refusait de lui donner cette information. « Tu aimes l’or, pas vrai Skonos ? Alors en voilà un sac plein. C’est comme ça que ça marche, n’est-ce pas ? De l’argent contre une information. » La putain des secrets, c’était ainsi qu’il l’avait renommée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
air nation
avatar
air nation
‹ MESSAGES : 647
‹ AVATAR : kaya scodelario
‹ CRÉDITS : balaclava queen (gifs) ; cutest babe of them all (av)
‹ COMPTES : sl - ae - rk - ig - ah
‹ AGE : vingt six années remplies de pêchés.
‹ STATUT : nymphe inaccessible qui pourtant a fait naufrage entre les bras du khodja.
‹ SANG : bronze, le bas de l'échelle sociale qu'on lui répétait, mais elle rigole bien maintenant qu'elle porte des rivières de diamants.
‹ POUVOIR : bien malgré elle, l'air ne l'a pas quitté. pire encore, un pouvoir est venu s'y ajouter, le vol. mais elle n'a cesse de tomber lourdement sur le sol et cela commence à l'agacer.
‹ METIER : maîtresse des espions mais également conseillère de cal, son destin n'a cesse de s'embellir.
‹ ALLEGEANCE : fidèle à la couronne, fidèle aux oshun et surtout fidèle à cal, elle a ployé le genou face à son roi.
‹ ADIUTOR : un piètre rouge, un incapable qu'on lui avait attribué, comme si les sept se jouait d'elle. le misérable est désormais six pieds sous terre, l'unique sort qu'il méritait.
‹ POINTS : 1013

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: Re: thinking of a master plan (arae) Lun 22 Jan - 0:41



if i cannot bend heaven
i will raise hell
Allongée sur son lit, la poupée ne peut s'empêcher de faire de multiples mouvements sur les draps recouverts de pièces d'or. Le bruit du métal s'entrechoquant résonne au creux de ses oreilles telle une douce mélodie. Un large sourire est greffé sur ses lèvres alors qu'elle est parée d'une dizaine de bijoux, bien trop pour une seule femme dirait-on, mais Rae ne connaît pas la demi-mesure. Elle avait eu envie de retourner au fief des Skonos pour quelques temps, afin de s'éloigner de l'effervescence de Launondie. La terrible avait emmené Maven avec elle, bien qu'il ait traîné des pieds. La vérité avait été difficile à entendre pour l'enfant du feu, mais elle n'y pouvait rien si sa bien aimée lui avait délibérément menti. La poupée n'avait fait que ce pourquoi elle était payée en lui révélant les précieuses informations. Les états d'âmes de ces pauvres amoureux transis lui importaient peu. Tout ce qui comptait c'était la fortune qu'elle amassait et son empire qui prospérait chaque jour un peu plus. – Ma dame, je crois que nous avons de la visite. Deux hommes à cheval, à environ cinq kilomètres d'ici, ils ne devraient pas tarder à arriver. L'un d'eux ressemble à cette homme que vous n'appréciez pas. La divine arque un sourcil avant de finir par se relever de son lit d'or, tout en râlant. Elle était si bien à nager dans sa propre fortune. – Et bien ? Il m'est difficile de deviner de qui il s'agit Marcus. Tu n'es pas sans savoir que la liste des personnes que je n'apprécie pas s'agrandit de jour en jour. Elle finit par rouler des yeux face au silence de son homme de main. Un soupir effleure ses lèvres, l'incompétence du mêlé l'agace au plus haut point, parce que le temps c'est de l'argent. – Allez, action réaction, plus vite. Je ne te paye pas à rien faire. Je dois savoir si c'est le genre de personnes qui vient pour essayer de me tuer ou qui va ramper pour mes services. Ma tenue changera en fonction de ça. Déjà la poupée se relève de son lit, elle claque des doigts et des esclaves viennent ranger l'or sur le lit pour le mettre soigneusement dans une malle. Elle n'a pas besoin de les prévenir qu'une pièce en moins aura de lourdes conséquences sur ces êtres sans valeur. Son regard se repose sur son homme de main, un air pitoyable s'étant gravé sur son visage. La vipère en a assez des incompétents, le luxe de Launondie lui manque terriblement, au moins là-bas, ils savaient comment la recevoir. Le manoir de ses défunts parents manquent terriblement de charme, elle avait oublié à quel point avant d'y retourner. Elle fut d'ailleurs étonnée de ne pas y trouver Arja, une petite réunion avec sa jumelle ne lui aurait pas déplu. – Il s'agit de celui qui se prétend pieux mais qui ne l'est pas, son nom m'échappe. Alors que son regard était perdu dans le vide, elle tourna rapidement sa tête vers celui qui venait de prononcer les paroles lui étant nécessaires. Son regard se fronce, elle ne comprend pas pourquoi lui parmi tous les autres, viendrait la voir, surtout pas alors qu'elle s'est terrée au fin fond d'Aerinstin. Il n'y a qu'un fou qui penserait venir la chercher ici, et pourtant sa réputation a dû la précéder. – Achille Vasara... C'est plus un murmure à elle-même qu'une réponse au mêlé. Elle ne lui laisse pas le temps de répondre que déjà elle le repousse en dehors de ses appartements avant de claquer la porte. La gamine ne pensait pas l'homme si fou, fou amoureux de son propre sang, voilà qui la répugne au plus haut point. Cet être est un vice à lui même, et que tout le monde le prenne pour un pieux, un homme de foi, ça lui donne la nausée. Le peuple d'Aksana, et surtout les nobles, sont bien naïfs. Achille respire le vice, la cruauté, le sang. Il empeste le mal. Rae sait pertinemment ce qu'il vient chercher et un sourire se glisse sur ses lippes carmins à l'idée de le faire languir. Sa vengeance est toute tracée, et elle va le faire supplier autant que faire se peut, pour une information qu'il n'aura sans doute pas en finalité. Surexcitée, la terrible trépigne littéralement d'impatience et tape dans ses mains. Elle part ensuite à la recherche de sa tenue de lumière. Finalement, elle enfile une robe sombre par dessus laquelle elle dépose un manteau de fourrure aussi imposant que cher. Les bijoux ornent ses poignets, son cou, ses oreilles, ses doigts. Et même un fin diadème peut se distinguer au milieu de sa chevelure d'ébène bouclée. Ses grands yeux bleus sont soulignés d'un trait noir, comme à son habitude. Fin prête à recevoir ses invités, la divine s'allonge sur ses draps de satin, telle une déesse attendant que l'on peigne son portrait.
Elle n'attendit pas longtemps avant que la porte ne s'ouvre dans un fracas. D'un geste de la main, elle indique à Marcus de vaquer à d'autres occupations. La poupée sait se défendre seule, mais elle n'en aura pas besoin. Achille est venu la supplier, il est venu pour obtenir quelque chose et c'est elle qui se trouve en position de force. Les choses changent. Une fois de plus, l'homme se croît maître en ces lieux qui ne lui appartiennent pas. Mais le sourire sur les lèvres de la poupée n'est pas prêt de se décoller. – Achille, je suis peinée de voir que ma joie n'est pas partagée. Moi qui me languissait tellement de ne plus te voir. Peut-être y avait-il une pointe de vérité là-dedans. Il fut un temps où la Skonos formait un duo remarquable avec le Vasara, mais ce temps est révolu. Les maîtres de l'air sont si susceptibles. Elle le voit se rapprocher d'elle, et une fois encore, son sourire insolent ne la quitte pas. Elle est fière la bénie, fière comme si les Sept eux-même l'encourageaient à poursuivre sur cette voie. Elle ne répond pas à son affirmation. Evidemment qu'elle sait ce qu'il est venu chercher, elle ne serait pas maîtresse des espions si elle ne savait pas un minimum de choses. Son regard azur ne cille pas, il reste planté dans celui d'Achille. Un rire s'échappe de ses lèvres alors qu'elle le regarde s'énerver, perdre patience, pendant qu'elle, elle reste là, l'air serein greffé à ses traits enchanteurs. Il pourra crier, cela ne changera rien. Il est en position de faiblesse, et il le sait. C'est l'unique chose qui l'empêche certainement d'enrouler ses doigts autour de son cou, comme la dernière fois où ils se sont vus. Lourdement, un sac rempli d'or tombe juste à ses pieds. Elle jette brièvement un regard vers le trésor avant d'hausser les épaules et de retrouver les iris du fils de l'air. – Essayes-tu de m'insulter avec ce sac ridicule Achille ? S'il pensait que cela serait aussi simple, c'est qu'il était plus stupide que ce qu'elle pensait. Rae le tient enfin entre ses doigts, elle peut en faire ce qu'elle désire, elle ne va pas révéler sa meilleure information avec un simple sac d'or, qui au passage aurait dû être plus gros. – Penses-tu vraiment que je vais te dire où ta précieuse se trouve avec simplement ce sac ? Un nouveau rire s'empare de la terrible alors qu'elle finit par se relever, restant assise sur son lit de satin. – Il va falloir faire plus Achille, sans quoi, tu ne sauras pas où maman a emmené la pauvre Scylla. Quelle tragédie.. Rae finit par se lever, et bien qu'elle ne le toisait pas, il ne fallait pas se risque de se frotter à elle. – Une telle beauté ... Et cette chevelure, je tuerais pour en avoir une aussi brillante. Et cete grâce naturelle, quel dommage vraiment. Je comprends pourquoi tu as jeté ton dévolu sur cette pauvre enfant. La provocation n'avait pas de fin ni d'apogée, elle ne cessait juste pas de s'intensifier. C'était littéralement jouissif.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
air nation
avatar
air nation
‹ MESSAGES : 657
‹ AVATAR : finn jones.
‹ CRÉDITS : killer from a gang, clara.
‹ COMPTES : éclairs, esprit, guérison, métal, électricité.

‹ AGE : vingt-huit ans que le démon aux airs angéliques hante cette terre. presque trente ans, mais pas encore. pas tout à fait. juste le temps de commettre quelques nouvelles atrocités.
‹ STATUT : le maléfique pernicieux a jeté son dévolu sur nevenka valaeris et dont l'union vient à peine d'être consommée. déjà veuf qu'il est alors que son coeur l'entraîne pourtant ailleurs. vers son propre sang, sa cadette, son ange démoniaque.
‹ SANG : argent, depuis quelques temps seulement. autrefois bronze à la richesse abondante, les nouvelles classes dirigeantes de l'empire d'aksana ont érigé la famille vasara au rang de noble, d'argent. compétence : bagou, charisme, ma
‹ POUVOIR : il s'élève au-dessus des airs, fier prince que même la gravité ne retient plus au sol. son ambition démesurée le porte vers les cieux. toujours plus haut. mais la chute n'en sera que plus grande.
‹ METIER : conspirateur, mafieux, manipulateur, menteur, homme d'esprit, religieux. il est le roi de la métamorphose, jonglant perpétuellement entre plusieurs masques, tous différents, opposés, antithétiques.
‹ ALLEGEANCE : lui-même et son mouvement machiavélique. réunion de démoniaques, d'engeances maléfiques. d'âmes dévoyées et pernicieuses. groupe absolument parfait aux yeux du vicieux.
‹ ADIUTOR : eron, vilaine créature jaune avec laquelle il n'a jamais réussi à s'entendre. gamin lisse à l'esprit fermé, méprisant toutes les facettes de la personnalité du maître. un traître, un moins que rien, un impur. la mort l'attend au tournant.
‹ POINTS : 438

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: Re: thinking of a master plan (arae) Sam 3 Fév - 22:43



if i cannot bend heaven
i will raise hell
ft. @rae skonos

« Achille, je suis peinée de voir que ma joie n’est pas partagée. Moi qui me languissait tellement de ne plus te voir. » Rictus mesquin sur son visage immaculé, appelant à la confiance démesurée alors qu’il était le plus vil des corrupteurs. Ses yeux clairs brillaient pernicieusement alors qu’il détaillait la déesse lâchement installée, véritable Vénus. Mais en plus malfaisante. En plus mesquine. En plus impitoyable. Le Vasara et la Skonos s’échangeaient de grands sourires polis, rôdés comme ils l’étaient par les nécessites sociales. Pourtant, ils rêvaient de voir l’autre mordre la poussière. Expirer son dernier soupir. Leur ton enjoué dissimulait des affres de méchanceté. Echanges courtois de venins mortels. « Essayes-tu de m’insulter avec ce sac ridicule Achille ? » Et la colère qui montait toujours un peu plus en lui, à chaque fois qu’elle ouvrait la bouche. A chaque fois que ses lippes rosées se plissaient de contentement alors qu’elle l’attaquait habilement grâce au pouvoir des mots. Plus offensants que n’importe quel coup porté physiquement. « Penses-tu vraiment que je vais te dire où ta précieuse se trouve avec simplement ce sac ? » Les traits de son faciès se déformèrent en une irrésistible grimace. Pleine de colère. De rancune. De rancœur. De haine, aussi. Viscérale. Il s’avança d’un pas, les poings fermés. Le blond n’était pas un violent notoire. Ni un impulsif. Mais lorsqu’il était question de son idole de sœur … Oh, lorsque Scylla entrait dans l’équation, le jeune homme ne répondait plus de rien. Il perdait tout contrôle sur lui-même. Parce qu’elle était l’autre moitié de son âme. Cette adorable poupée qu’il avait totalement transformée, jusqu’à éteindre la moindre velléité de bonté, en elle. Elle était devenue sa chose. Et il s’en était épris. Bien plus que de raison. « Il va falloir faire plus Achille, sans quoi, tu ne sauras pas où maman a emmené la pauvre Scylla. Quelle tragédie … » Bien sûr qu’elle savait tout. La Skonos était au courant des moindres faits et gestes de chaque âme d’Aksana. Il était presque certain qu’elle connaissait même la composition de son petit-déjeuner. Rien ne lui échappait. Araignée qui avait tissé sa toile, doucement mais sûrement. Emprisonnant toute l’engeance humaine dans une surveillance continue, ce qui lui permettait alors de s’assurer une place dans les plus hautes sphères. Parce que ses renseignements se vendaient à prix d’or. Parce qu’elle était capable de prévoir toutes les trahisons, les contre-alliances et les complots. Une véritable pièce maîtresse sur l’échiquier. Et si les deux ennemis avaient autrefois été des alliés, il ne restait cependant plus rien de leur complicité d’alors. Deux rivaux qui attendaient avec hâte la chute – définitive – de l’autre. Et cette satanique figure maternelle qui s’était emparée de son diamant le plus étincelant. Le lui avait enlevé sans états d’âme. Sans même laisser un indice sur sa destination. Des semaines que l’impétueux remuait ciel et terre afin de mettre la main sur elle. Des semaines couronnées de mauvaise fortune. Et l’intrépide qui le bravait ouvertement en s’approchant, toujours un peu plus, de sa démarche féline et indomptable. « Dis-moi ce que tu veux. » Il n’avait même pas caressé l’espoir que cet amas de pièces d’or puisse suffire. Il connaissait Rae. Et encore plus l’aversion qu’elle lui vouait. Elle voulait le voir à genoux. Le voir baisser la tête. Le voir demeurer silencieux face à sa toute puissance. Elle voulait lui démontrer sa supériorité. Et cette fois, le cruel n’aurait pas d’autres choix que de lui obéir. Après tout, il était question de l’amour de sa vie. La retrouver passait avant sa fierté d’homme, son ego si mal placé. Et une fois cela fait, le maître de l’air lui ferait payer son audace. Au prix fort. « Une telle beauté … Et cette chevelure, je tuerais pour en avoir une aussi brillante. Et cette grâce naturelle, quel dommage vraiment. Je comprends pourquoi tu as jeté ton dévolu sur cette pauvre enfant. » Ses jointures craquaient à mesure que ses poings se serraient et se desserraient convulsivement. L’écume aux lèvres, animal plein de rage, prêt à fondre sur sa proie. Prêt à entourer son petit cou de ses mains puissantes. Elle n’était rien, après tout. Pesait la moitié de son poids. Et une araignée était si facile à écraser. Et pourtant… Pourtant, Achille ne le pouvait. N’était pas le maître de sa propre personne. Pas cette fois. Il devait se tempérer. Et la vengeance pourrait ensuite s’abattre sur elle. Terriblement. Courroux divin qui ne la laisserait pas indemne. « Au moins, pour une fois, nous sommes d’accord. Mes goûts sont exquis. » Tournure humoristique, comme toujours. Tentative désastreuse de cacher tout ce dédain qu’il ressentait pour elle. Il restait à distance mesurée. Parce qu’il n’était pas certain de pouvoir se contrôler, s’il se trouvait trop près d’elle. Parce que la haine pouvait aisément prendre le pas sur la raison. « Tu t’es bien amusée, Skonos, n’est-ce pas ? Alors maintenant, dis-moi où elle est. Tu veux des hommes, des femmes ? Tu les auras. De l’argent ? J’en ai bien trop pour une existence humaine. Autant d’esclaves que tu voudras ? Vendu. » Mais s’il-te-plaît, dis-moi où elle est. Prière qui resterait éternellement muette parce que jamais il ne dévoilerait son jeu devant elle. Rae pouvait savoir quel lien l’unissait à sa précieuse cadette. Mais ne pourrait jamais deviner l’abîme de l’empire que Scylla avait sur son âme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: thinking of a master plan (arae)

Revenir en haut Aller en bas

thinking of a master plan (arae)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PINNED UNDER THE WEIGHT :: aksana :: Aerinstin :: Volastar-