AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

(garhelia) what if ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: (garhelia) what if ? Lun 15 Jan - 22:15


what if ?
it's risky. it's scary. it could all fall apart. yes. but waht if it all falls togther ?

Tu sais qu’il sera dans les parages parce que tu as tout fait pour indiquer ta présence à cet endroit précis. Traquée depuis des années maintenant, par ce même homme, cette même ombre au tableau, tu t’attends à ce qu’il réponde à l’appel, même s’il pense que tu le fais exprès. Comment refuser un rendez-vous en compagnie d’une si charmante femme ? Tu souris, pour la première fois depuis le décès d’Aaron, parce que tu vas le revoir, enfin. Lui qui est devenu le fantôme de ton esprit, de ton cœur. Tu ne le vois plus comme il y a cinq ans, tu ne saignes plus chaque fois que tu penses à votre passé, mais tu espères toujours que votre futur sera plus brillant, moins tragique.
Tu attends, derrière un bâtiment abandonné, que la proie morde à l’appât, les minutes sont longues, mais le jeu en vaut la chandelle. Tu veux le revoir, pour lui parler, pour le retrouver. Un espoir qui gronde au fond de toi, comme s’il était ta dernière chance. Tes bras tombent en pensant à la Ligue et à tous les événements qui ne cessent d’accabler Aksana, l’impression qu’il ne sert plus à rien de se battre grandie et tu ne sais plus quoi faire. Alors tu te remets à l’homme que tu as tant aimé, trop peut-être. S’il accepte de t’écouter, alors peut-être que le combat mérite de continuer, mais s’il reste le traqueur, alors tout sera fini.
Tapie dans l’ombre, tu observes chaque angle par lequel il pourrait arriver. Tu as entendu dire qu’il était à Launondie, mais tu ne sais pas si le virus l’a amené jusqu’à Juliette Griffith. Tu ne sais plus rien de lui, et c’est peut-être ça qui t’effraie dans ce quitte ou double que tu t’es lancée. Te dire que tu as aimé un homme que tu ne connais même plus, mais l’as-tu réellement connu un jour ? Les regrets viennent ronger ton visage et alors que tu penses à faire demi-tour tu remarques une silhouette. Plus elle s’approche et plus ton cœur bat, il est encore temps de renoncer, mais tu refuses. Tu es là pour une raison, pour comprendre et savoir si la vie mérite d’être vécue, même dans la douleur. Alors tu sors de ta cachette et te place en évidence, prête à subir ce qu’il décidera. Tu gardes ton regard figé sur lui, Gareth K’han, alors qu’il approche encore. A bonne distance pour t’entendre, tu décides de parler, sans lui laisser le temps de réagir s’il avait autre chose en tête. « Gareth. Merci d’être venu. » Ton visage montre la détermination à présent, mais s’il observe au fond de tes yeux, il reconnaitra cette pointe d’inquiétude. Celle qui venait abimer ton regard alors que la vérité éclatait. « Je ne te ferais rien, j’ai seulement fait en sorte que tu viennes, pour qu’on discute. » Tu te redresses un peu plus, bien droite. « Tu me dois bien ça je crois. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (garhelia) what if ? Mar 30 Jan - 21:22

La traque n’a jamais vraiment censée. Motivée par des sentiments interdits, ou par une rage de vaincre qui fait partie intégrante du terrible mêlé, il ne saurait le dire. Le fait est que l’homme est là, sur les terres qui l’ont vu grandir et qu’il suit la piste d’une amie, une sœur, une femme qu’il a aimée, réellement, mais qui aujourd’hui n’est qu’une ennemie… Ou du moins veut-il toujours y croire. Les temps changent, et si l’Empire était jadis prospère, il n’est aujourd’hui que le reflet de ce que les maîtres savent faire de pire : la guerre, la destruction, la famine, la maladie. Les bonnes gens qui suivent la couronne de flammes meurent de faim. Ceux qui suivent le roi Griffith meurent de froid. Gareth est épuisé de tout, et surtout de ces maîtres. Aksana est un champs de ruines, encore, et toujours, et alors qu’il déambule seul dans les rues de la nation de la terre, le brun en arrive lentement, très lentement, mais sûrement à une conclusion : l’Empire n’est peut être pas une si bonne idée. Lui qui est né dans un monde où sa race n’était rien, il y croyait, pourtant. Il a vu des mêlés vivre presque librement aux côtés des maîtres. Il a vu les siens, travailler pour avoir un salaire. Un salaire ! Pendant la guerre, aucun mêlé ne gagnait sa vie. Et avant ça, c’était pire. Ceux qui comme lui étaient les plus dangereux d’Aksana étaient enfermés, disséqués, étudié, ils ne vivaient plus.

C’est pendant sa traque qu’il trouve l’appel de Khora. Subtile, comme elle, mais clair. Une chimère à attraper, un appât auquel il est difficile de résister. Le brun ne maîtrise pas encore ses éclairs, mais il sait se battre autrement si il le faut. Une dague emballée dans un tissu – pour éviter qu’elle grésille au contact de sa peau – est attachée à sa ceinture, une autre est glissée dans sa botte. La veste qu’il porte est assez épaisse pour le protéger un peu. Il connait Khora, il doute qu’elle l’attaquera, mais alors que la guerre fait rage, il serait stupide de ne pas prendre ses précautions. L’homme s’approche du lieu de rendez-vous, le regard balayant la zone et les sens aux aguets. « Gareth. Merci d’être venu. » L’homme lève les yeux en une fraction de seconde, et les pose sur Khornelia. Elle a changé. Pas beaucoup, mais assez pour qu’il le note. Ses traits sont plus tirés, même à cette distance il sait le voir. L’homme détaille un instant sa silhouette, sans rien dire. Je ne te ferais rien, j’ai seulement fait en sorte que tu viennes, pour qu’on discute. » L’homme s’en doutait. Khora n’est pas une femme violente, et il est persuadé qu’elle aurait pu lui tendre une embuscade qui aurait fonctionné si elle l’avait voulu. Il serait déjà en train de se battre, si c’était le cas. « Tu me dois bien ça je crois. » Il soupire, lève les mains en signe de pacifisme et s’approche doucement. « Je ne te dois rien du tout. » fait-il d’une voix qui n’a rien de doux, mais rien d’âcre non plus. Il déglutit, fait tomber ses mains le long de son corps et l’observe encore un peu avant de reprendre. « Je ne te ferai rien non plus, si ça peut te rassurer. » Il marque un courte pause. « Je t’écoute. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (garhelia) what if ? Mer 7 Fév - 0:04


what if ?
it's risky. it's scary. it could all fall apart. yes. but waht if it all falls togther ?

Tu l’observes, le frère, l’ancien amant, l’amour perdu. Tu l’observes lever les bras pour signifier qu’il ne fera rien. Tu l’observes s’approcher et par reflexe, tu recules d’un pas. « Je ne te dois rien du tout. » Tu fermes les yeux, la mâchoire crispée, pour contenir tous les souvenirs qui reviennent par le simple fait d’entendre sa voix. « Je ne te ferai rien non plus, si ça peut te rassurer. » Tu rouvres les yeux, fixe son visage pour prendre la pleine mesure de sa présence. « Je t’écoute. » Tu hoches la tête pour indiquer que tu vas parler. Mais il te faut une seconde. Il te déstabilise plus que quiconque. Ce genre de chavirement qui vous prend au cœur malgré toute la haine, malgré toutes les erreurs. Tu sais qu’il n’y a plus rien de bon à tirer de votre passé, qu’il n’y a que les regrets et les remords, mais pourtant, l’amour revient hanter ton esprit. L’amour pour lui, pour l’homme qu’il était avant que tout chavire. Mais surtout l’amour pour celui qui t’a quitté il y a quelques jours à peine. Pour tous les conseils qu’il t’a donné, toutes les fois où il t’a laissé parlé, ou il n’a fait qu’être présent. Ou il a été tout ce que Gareth n’a jamais été et ce qu’il ne sera jamais. Tu regrettes amèrement cette comparaison qui s’impose à toi, parce que tu n’es pas venue pour ça. Tu es venue pour trouver l’autre facette du mêlé. Le frère que tu aurais dû trouver dès les premiers jours. Celui avec qui tu te sentais assez à l’aise pour délivrer une vérité cachée à trop de monde. Alors tu soupires en l’observant. « Je voulais qu’on parle de ce qu’il se passe actuellement. Du merdier dans lequel le Royaume est en train de sombrer, mais je me rends compte en me trouvant face à toi qu’il y a bien des choses dont on devrait parler. » Tu marques une pause, commence à te déplacer pour entamer les cents pas si commun à l’anxiété. « Dont on aurait dû parler il y a cinq ans même. » Un sourire se dessine sur tes lèvres, pour marquer l’ironie de votre histoire. « J’ai pas envie de te faire la guerre, j’ai pas envie de continuer à courir. Tu sais qui je suis, tu sais ce que je fais et si je veux pouvoir compter sur toi un jour, sur le frère que tu es censé être, alors je dois arrêter de te fuir. » Ce petit manège a assez duré et tu sais ce qu’il est au-delà de l’amant fuyard. Tu sais qu’il fait attention à d’autres et qu’il sait se battre pour les causes justes. Tu sais qu’il y a du bon au fond et qu’il pourrait devenir une aide précieuse. Un allié que tu espères un peu trop avoir à tes côtés. « J’aimerais juste te retrouver. » Que tu lâches en plantant ton regard dans le sien. En avançant de quelques pas.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (garhelia) what if ?

Revenir en haut Aller en bas

(garhelia) what if ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PINNED UNDER THE WEIGHT :: playground :: anciens rps :: saison 2-