AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

échange de bons procédés (marlys)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
red
avatar
red
‹ MESSAGES : 51
‹ AVATAR : zhenya katava
‹ CRÉDITS : fanny (ava) - modelsgifed (gif)
‹ COMPTES : helana

‹ AGE : 32 ans.
‹ STATUT : célibataire, elle n'a pas le temps.
‹ SANG : mêlé. on ne l'asservit pas pour autant.
‹ POUVOIR : rouge : elle vous fait grelotter ou suer selon son bon voloir.
‹ COMPETENCES : bagou (niv. 1), déloyauté (niv. 1), persuasion (niv. 1)
‹ METIER : revendeuse.
‹ ALLEGEANCE : à rien ni personne.
‹ ADIUTOR : le maitre n'a pas fait long feu.
‹ POINTS : 20

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:

MessageSujet: échange de bons procédés (marlys) Dim 7 Jan - 13:48

Depuis quelques temps maintenant, les connaisseurs – ils sont rares, à Launondie – de la cachette de Harald Swanson ont pu s’apercevoir d’une présence nouvelle et régulière entre ses murs. Gail n’a pas eu besoin de beaucoup pour en être persuadée : elle connait le maitre du feu suffisamment pour savoir quand il fait un tour dans sa cache. Tout du moins l’espère-t-elle. Et elle est prête à parier sa vie sur cette certitude qu’aujourd’hui, il n’est plus le seul à s’abriter dedans. En tant que maitresse dans l’art de la dissimulation, elle devine assez bien quand on cherche à le faire. Alors qui ? La rouge a bien une idée qui lui trotte en tête. Harald n’est plus le seul Swanson des bas-fonds de Launondie. Gail est bien entendu au courant que sa cousine Marlys est fiancée à Zahir Khodja. Le gros lot. Elle sait aussi toute l’estime et l’affection – bien qu’elle n’en appréhende pas encore clairement la mesure – que ce Sept là lui porte. Depuis quelques temps, autant que ladite cache est occupée par un nouvel individu, le maitre du feu a changé d’une façon qui ne peut pas lui échapper. Gail s’est décidée à en avoir le cœur net la prochaine fois qu’elle tomberait sur l’endroit visité. Ce serait Harald, ou ce serait quelqu’un d’autre. Et si ce devait être quelqu’un d’autre, alors disons Marlys. Elle l’a déjà croisée plus que rencontrée dans le domaine des Khodjas, en compagnie de Zahir ou sans. Elle a déjà été témoin des agissements de l’homme envers la petite blonde et Gail n’a rien à lui envier. Et elle a déjà eu l’idée d’aborder la question avec Harald, pour finalement ne rien en faire, décidant d’attendre la suite des événements. Quelque chose finirait bien par en sortir, et cela devrait être à son avantage. Gail n’aime pas Zahir. C’est un connard complexé ; une espèce parfaitement écœurante. Quant aux Khodjas, leur accession au sang argent et leur vœu de loyauté aux Oshuns constituent purement et simplement une trahison à Jhiu N’Guri d’abord, et Brezin ensuite. On ne prête pas de serment, ici. Gail a attendu dans l’ombre d’une ruelle obscure qu’on vienne dans la cache de Harald. Quand on est rouge, pas besoin d’avoir une vision claire de la porte et de risquer de se faire repérer. Rester à proximité et attendre suffit. Elle a enfin fini par sentir la chaleur d’un corps à l’intérieur, dont le gabarit correspond mieux à une femme qu’à un homme de la stature de son ancien amant, qu’elle reconnait aisément. Un sourire glisse sur son visage. Harald fait donc bien des cachoteries – bien qu’elle ne soit pas certaine que ces dernières soient volontaires, ou tout du moins qu’il ne lui répondrait pas si Gail posait frontalement la question. Peu importe. Elle ne souhaite pas attendre davantage. La rouge fait quelques pas seulement avant de rejoindre l’entrée. Et elle ouvre finalement la porte dissimulée. Son sourire s’élargit : son esprit retors avait bien raison. Gail Sanwald a vue sur Marlys Swanson, apparemment concentrée sur des échantillons à la nature encore inconnue. « Quelle surprise ! » lance-t-elle pour annoncer son arrivée. A cela près qu’elle ne parait pas surprise du tout. Marlys Swanson lui parait tout à coup être bien plus intéressante que la première impression qu’elle en a eue. Sage petite noble – si tant est que les petites nobles le soient vraiment – qui correspond à ce qu’on attend d’elle : riche, capricieuse et hautaine. Sans doute se serait-elle arrêtée dessus s’il n’y avait pas Harald et cette affection qu’il lui porte. Elle n’a rien à faire ici. Sa place est dans la demeure des Khodjas, auprès de son futur cher et tendre qui n’a rien de cher et encore moins de tendre. Ses yeux brillent d’une lueur vive, amusée et curieuse. Marlys n’a pas l’air d’être pressée de retourner auprès de sa prochaine famille. Au contraire, elle était à l’instant complètement absorbée dans ce qu’elle faisait sur l’atelier. Gail décide donc tout naturellement de s’approcher, sans y être invitée. « Que fais-tu donc là ? » Elle aurait bien ajouté « gamine », mais elle s’imagine que le tutoiement ne fait déjà pas partie de ses nobles manières. Gail demande donc, et ses bras se croisent. Marlys peut penser qu’elle est à la solde des Khodjas. Elle fait affaire avec eux, après tout. Ils lui rapportent beaucoup d’argent et sont des clients privilégiés. Il serait donc dans son intérêt qu’elle en réfère immédiatement aux principaux intéressés, qui ne verraient sûrement pas d’un bon œil les excursions de leur future bru. Mais c’est sans compter ses intentions réelles à leur égard, qui ne concernent qu’elle pour le moment, et son propre lien avec Harald. La « cousine » est donc en sécurité. Qu’elle le sache ou non n’a pas la moindre importance. Pour ce qu’elle pourrait lui faire. « Compte tenu de la nature de cet endroit, j’imagine que notre cher Zahir et les Khodjas ne sont pas au courant de ta présence ici. » Son sourire est toujours affiché, mais ses yeux décortiquent clairement la scène entière. « C’est intéressant, » conclue-t-elle finalement. Ses bras se décroisent. Elle s’attend à ce que Marlys lui retourne ses questions et Gail n’a pas l’intention de lui mentir. Elle a ce genre de pressentiment – de bon pressentiment – qui lui dit que quelque chose va ressortir de tout cela. Et que naturellement, elle y trouvera un intérêt certain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
administrator
avatar
administrator
‹ MESSAGES : 501
‹ AVATAR : haley bennett.
‹ CRÉDITS : av (bééé), gif (elodiiiiie/voyou), sig (paulaaa)
‹ COMPTES : ido, hilde.

‹ AGE : vingt-quatre ans.
‹ STATUT : fraîchement dé-fiancée d'un osoryd, puis re-fiancée à zahir khodja, qu'elle exècre encore plus que le premier. son cœur, lui, bat cependant pour un autre, pour son sang, secret bien gardé.
‹ SANG : argent, rutilant, supérieur.
‹ POUVOIR : son élément est resté pur, inaltéré ce qui fait d'elle une maître du feu indiscutable (et rare).
‹ COMPETENCES : sexyness, beauty, fabulousness.
‹ METIER : main de fer dans un gant de velours pour le compte de sa famille (et de l'empire), dame de compagnie de saeko oshun.
‹ ALLEGEANCE : en public, les oshun. en privé, son clan, sa caste, sa famille, toujours.
‹ ADIUTOR : insignifiant, disparu, oublié.
‹ POINTS : 1779

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:

MessageSujet: Re: échange de bons procédés (marlys) Sam 13 Jan - 18:16

Son quota de présence s'élevait au minimum exigé, ou tout du moins, au minimum qu'elle semblait pouvoir s'autoriser au cœur d'une famille qui n'était pas la sienne et qui le lui faisait bien comprendre. De tous, Zahir était celui qu'elle évitait plus que de mesure, encore assez rassurée de devoir faire chambre à part, histoire de sauver les apparences, ou ce qu'il en restait, ayant depuis longtemps perdu cette pureté qu'on exigeait d'une future épouse. Néanmoins, le fuir n'était pas toujours chose aisée et ses incartades passées avaient laissées des traces, sur sa peau, dans son crâne, des traces qu'elle arrivait encore à cacher et à ignorer, des traces qui ne la retenaient pas encore assez à céder à cette tentation dévorante de quitter ces lieux funestes et de le retrouver, lui. Vivre chez les Khodjas avait en effet un avantage, un seul : sa proximité avec Jhiu N'guri, bas-fonds répugnants de cette capitale toute aussi désastreuse, mais surtout avec cette enclave sereine qu'était le repère secret d'Harald. A la moindre occasion, à la moindre absence de Zahir, Marlys s'y réfugiait, à présent interdite de séjour au sein de la résidence Swanson, encore plus depuis qu'Ernest y avait fait son retour triomphant. Mais si elle avait beau le maudire pour cette décision perverse, Marlys ne s'en émouvait pas, se satisfaisant bien largement du cocon que lui offrait son cousin, et ce même s'il en était absent. Ayant rapidement pris possession des lieux, ses vêtements commençaient à s'y entasser, jurant avec l'ambiance dure et froide de la garçonnière qui n'avait pas souvent du apercevoir autant de luxe. Elle s'y engouffrait prestement, sans s'arrêter sur quiconque, le visage toujours caché, bien consciente que les Khodjas étaient partout, surtout ici, à  Jhiu N'guri, quand bien même elle se savait également observée et protégée par les hommes qu'Harald devait payer pour sa sécurité. A l'intérieur, Marlys pouvait alors baisser les armes, les boucliers et les faux-semblants. Elle pouvait redevenir elle-même, quitter son jeu d'actrice, cesser de cacher ses plus viles secrets bien que certains continuaient d'exister sur le bord de ses lèvres venimeuses. Elle n'avait rien dit du traitement que Zahir lui infligeait, à personne, et surtout pas à Harald, préférant emprisonner ce qui pourrait la rendre faible à ses yeux dans son intérieur déjà morcelé par les ravages de cette vie criminelle et ainsi, elle continuait de vivre, les pieds au bord du ravin, celui d'une détresse l'attendant au tournant, aussi sûre que le futur allait finir par la briser. Seule, la jeune Swanson profita de cette accalmie pour remettre un peu d'ordre dans ses stocks de mort en flacon. L'idée lui était si séduisante d'en glisser une dans son décolleté et de la verser dans le prochain met ou la prochaine coupe de celui qu'elle allait devoir épouser. Pourtant, Marlys savait pertinemment qu'agir de la sorte ne ferait qu’accroître ses ennuis à venir et c'est non sans agacement qu'elle recula face à cette tâche démoniaque. Elle ne fut alors extirpée de ses pensées ravageuses que par le grincement de cette vieille porte en bois et si ce son ne pouvait, pour elle, ne signifier que le retour de son amant, Marlys se trouva plutôt désarçonnée en découvrant, face à elle un visage féminin qu'elle reconnaissait aisément, pour l'avoir déjà croisé au sein de  la résidence des Khodjas. Sa première réaction fut alors d'attraper la dague richement décorée qui gisait au sol, juste à côté d'elle, pour répondre justement à ce type de situation et si tous ses sens étaient en alerte à cet instant précis, sa peur, elle, semblait étrangement domptée par un sentiment partagé. Car si vraiment Gail était une ennemie, elle n'aurait pas pu rentrer ici, elle n'aurait pas fait un seul pas sans qu'on lui saute à la gorge, ce que Marlys aurait entendu. Elle connaissait donc forcément cet endroit, elle connaissait forcément Harald et ces deux éléments mis bout à bout suffisaient à agacer la jeune Swanson. - Je pourrais te poser la même question... répond-t-elle alors, froidement, le regard aussi perçant qu'une lame bien affûtée tout en refermant avec hâte mais précaution le coffret renfermant ses armes de prédilection. Prête à se défendre si le besoin s'en ressent, Marlys lâche un sourire forcé et mesquin aux insinuations de la mêlée, visiblement fière de son coup et de sa petite découverte, au contraire de Marlys, affreusement frustrée par la situation. - Et donc tu vas tout lui répéter, pour un peu d'or ou simplement pour le plaisir de le voir user de son ego blessé et pathétique, c'est ça ? A quoi bon sauver les apparences, Gail, au contraire de beaucoup, a vu des choses et pourrait bien les transmettre à qui elle veut, alors Marlys, découverte, n'a plus aucune raison de jouer l'innocente ou bien d'essayer de la perdre dans un tissu de mensonges. - Je ne suis cependant pas nécessairement sûre qu'Harald apprécie cette démarche, non ? J'imagine que vous devez bien  vous connaître si cet endroit t'es familier, n'est-ce pas ? Et elle pose son regard enflammé sur la mêlée, pas vraiment sûre de vouloir avoir une réponse à ses questions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
red
avatar
red
‹ MESSAGES : 51
‹ AVATAR : zhenya katava
‹ CRÉDITS : fanny (ava) - modelsgifed (gif)
‹ COMPTES : helana

‹ AGE : 32 ans.
‹ STATUT : célibataire, elle n'a pas le temps.
‹ SANG : mêlé. on ne l'asservit pas pour autant.
‹ POUVOIR : rouge : elle vous fait grelotter ou suer selon son bon voloir.
‹ COMPETENCES : bagou (niv. 1), déloyauté (niv. 1), persuasion (niv. 1)
‹ METIER : revendeuse.
‹ ALLEGEANCE : à rien ni personne.
‹ ADIUTOR : le maitre n'a pas fait long feu.
‹ POINTS : 20

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:

MessageSujet: Re: échange de bons procédés (marlys) Dim 14 Jan - 12:39

Marlys a la réaction que Gail attend, et c’est un sourire félin qui étire ses lèvres. Elle est un chat qui joue, mais la blonde n’est pas une proie. La brune ne compte pas la manger. Son regard est curieux lorsque la noble ferme prestement un joli coffret – compte tenu de son allure, il n’appartient certainement pas à Harald. Ses sourcils se haussent, son visage se lève, et la première réponse de la Swanson fuse. Oh, mais ne t’inquiète pas jolie dame. Tu es entre de bonnes mains : il ne t’arrivera rien. Gail n’a pas la moindre envie de la dénoncer à qui que ce soit. Certes, si les Khodjas venaient à découvrir qu’elle leur a dissimulé cela, sa position serait peu confortable. Quand bien même, elle saurait s’en sortir. Elle est moins disposée à leur égard qu’à celui de son ancien amant, surtout depuis qu’ils ont signé avec les Oshuns. Savoir que Marlys Swanson se cache parfois dans la garçonnière de son cousin pour s’éloigner des Khodjas est une information qui pourrait facilement s’avérer utile. Et non pas essentiellement pour le prix qu’elle pourrait en tirer, et d’autant plus si elle découvre ce qu’elle y fait – ce qu’elle compte bien faire. Tout d’abord parce qu’il ne s’agit pas de son cœur de business : ses clients cherchent des objets et la parole de Gail sur une information n’a de valeur que pour ceux à qui elle ne mentirait jamais. S’ils sont plus nombreux qu’on le pense, chacun garde un doute en tête – et c’est d’ailleurs bien pour cela qu’on fait en sorte de l’arranger : on ne lui donne pas l’occasion d’avoir quelque chose contre nous. Elle se tairait aussi pour Harald, parce qu’elle connait l’affection qu’il porte à sa cousine, qu’il a depuis quelques temps changé et que ladite cousine a certainement quelque chose à voir avec ce même changement. Ses mains se posent sur ses hanches, sa tête penche, elle affiche clairement son air amusé. Marlys la tutoie à son tour. C’est appréciable, elle le concède. Peut-être cette noble petite princesse cache-t-elle quelque chose d’intéressant. Sans doute même, ne serait-ce que par sa position et sa présence ici, qui confirme l’affection et la confiance que Harald place en elle. Elle connait donc nécessairement Valrael – Valrael qui, une fois, lui a parlé de cette fille des Swanson. Gail est allée au-delà des apparences pour son frère de cœur et elle a découvert un homme formidable. Mais la mêlée est incorrigible et n’apprécie jamais de prime abord un maitre, de sang argent de surcroit. Marlys a les idées claires, elle réfléchit bien. C’est appréciable cela aussi. « En effet, » concède-t-elle aux dernières paroles de la noble. Elle est méfiante et a raison de l’être : il y a fort à parier que Gail n’apprécierait pas non plus être surprise de la sorte. Peu de personnes se le permettraient, mais cela vaut aussi pour Marlys. Et maintenant qu’elle s’est bien amusée à effrayer la jeune blonde, il est peut-être temps de clarifier les choses. « J’ai vraiment l’air d’une balance ? » Une simple question posée sur un ton agacé, mais pas agressif. Effectivement, Harald a confiance en elle et cette confiance se mérite. Elle prend peu de risque à ne rien dire : qui croirait que Gail Sanwald couvre la future femme de Zahir Khodja ? Par ailleurs, elle n’apprécie pas beaucoup le sieur. Autant dire clairement qu’il lui déplait fortement et que la réciproque est toute aussi vraie. Alors on ne s’imaginera pas qu’elle s’intéresse à sa future femme, quand bien même elle serait proche de Harald. Marlys est une personne différente, ça ne devrait pas compter. Ca comptera pourtant. Parce qu’il y a nécessairement quelque chose à en tirer. « Au cas où tu ne le saurais pas, je n’aime pas ton fiancé. Alors je ne tirerai aucun plaisir à le voir ‘user de son ego blessé et pathétique’, comme tu le dis, et bien d’ailleurs. Reste encore l’or. C’est quelque chose que j’aime. » Mais elle n’en a pas franchement besoin. Elle sourit. Zahir est un ennemi, comme le reste de sa famille. On peut parfaitement détester un allié mais Gail ne précise rien encore. « Quant aux Khodjas, disons que nos liens se limitent au business. » Pour le moment. Et elle ajoute : « Pour toi, je miserai sur le fait que je garde cette petite information pour moi. Tu peux ne pas avoir confiance, mais soyons sérieuses. Tu sais vraiment manier cette chose ? » Gail pointe du doigt la riche dague que pointe encore Marlys vers elle. Peut-être a-t-elle appris à s’en servir, mais la tendre princesse qu’elle parait être n’est pas bien crédible. A Jhiu n’Guri, on ne cherche pas des noises à la mêlée. D’autant plus que depuis sa guérison, son pouvoir est sensiblement différent et elle est encore loin de bien en maitriser les nouveautés – à croire qu’elle en serait incapable. « Et enfin, concernant Harald, je suis une amie proche. Pour tout t’avouer, je le préfère largement à Zahir. » Elle l’indique sur le ton de la confidence alors que personne n’aurait l’idée de les surprendre ici. Gail fait quelques pas vers la Swanson les mains levées, signe qu’elle ne lui fera rien à moins qu’elle commette l’erreur de l’attaquer. Elle reste toutefois à distance, et jette un nouveau coup d’œil curieux au coffret de la blonde. « Bien ! Maintenant que j’ai répondu à tes questions, tu pourrais peut-être répondre aux miennes. » Contrairement à Gajeel, on a du lui apprendre les bonnes manières, à elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: échange de bons procédés (marlys)

Revenir en haut Aller en bas

échange de bons procédés (marlys)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Je change tout le temps d'avis...
» Bon plan Réunions troc/échange à domicile
» Pour eliminer les insectes: tres bons trucs sur ce site
» pour que la balle change de couleur
» Caen-la-Mer change avec ses six nouvelles communes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PINNED UNDER THE WEIGHT :: LAUNONDIE :: Jhiu N'guri-