AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
fermeture du forum
Merci à tous pour tous ces beaux mois passés sur le forum. On souhaite bonne continuation à tout le monde!

Partagez| .

(nara&lex) take me to the water.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: (nara&lex) take me to the water. Jeu 21 Déc - 18:33


take me to the water
You don't drown by falling in the water. You drown by standing there.

10.12.64. Hedda est partie le 02 décembre du Manoir Wolffhart pour trouver sa soeur. Après plus d'une semaine de recherches, elle retrouve enfin sa trace et part dès la nuit tombée. Elle arrive le 10 décembre à l'aube.
Il faisait nuit quand tu as quitté le Palais d’Azurite. Il faisait nuit et tu n’as pas hésité une seule seconde à fuir avec ton paquetage. Non pas parce que Diana t’avais donné pour mission de la retrouver. Mais parce que cela faisait plus d’un mois que tu n’avais fait qu’apercevoir sa silhouette te fuir. Parce que ça faisait un mois que vous n’aviez pas parlé, que tu n’avais pas pu expliquer, que ton monde s’était écroulé. Hettie était ton passé, ton présent, et tu avais toujours pensé qu’elle serait ton avenir. Mais depuis que vous avez quitté la résistance, depuis qu’elle a rejoins Merle pour une illusion et que vous vous êtes accrochées à l’espérance de Diana, tout a changé. Il n’y a plus de Nara. Il n’y pas d’Hettie et Hedda. Il n’y a plus que toi, et Hettie. Mais ce soir, c’est différent. Ce soir il y a le monde qui ne tourne plus rond. Il y a Hilde qui ne contrôle plus rien. Alors peu importe si ton eau flanche, ton devoir est de la trouver. T’assurer qu’elle est en sécurité et qu’il ne lui est rien arrivé. Ton cœur se serre, parce qu’une petite voix t’indique le contraire. Un sentiment de gêne, de peur et de souffrance inavouable.

C’est à l’aube, d’un pas déterminé, que tu arrives devant la cachette de ta sœur. Tu hésites un instant, parce que tu ne sais pas ce que tu pourras trouver derrière la porte. Tu inspires profondément, expire lentement. Il faut que t’y ailles, tu n’as pas fait tout ce chemin pour rester planter là et repartir. La main tremblante, tu t’approches pour frapper. « Hettie ? C’est Hedda. » Que tu lances depuis l’extérieur. Tu observes les alentours pour t’assurer qu’il n’y a toujours personne et tu entres sans attendre de réponse. Tu refermes la porte délicatement, prenant soin de ne pas faire trop de bruit au cas où quelqu’un dormirait encore. Puis tu te tournes et fait face à sa silhouette. Tu la regardes pendant quelques secondes, soulagée de la savoir en vie, debout. Tu laisses glisser ton regard sur Lex Osanos, sans agressivité, sans dédain ni mépris. Une pointe de soulagement pourrait même se lire sur ton visage alors que tu l’observes. Tu ne t’attendais pas à ce qu’il soit là, mais cela ne te surprend pas d’avantage. Tu reportes ton attention sur ta jumelle, ton autre. Et sans attendre plus longtemps, tu dévores la distance entre vous pour ne lui laisser aucun autre choix qu’être étreinte entre tes bras. Tu plaques une main dans sa nuque, par-dessus ses cheveux laissant échapper son odeur si distinctive. Enfin tu l’as retrouvé, ta précieuse Nara. Tu rouvres les paupières pour fixer Lex dans les yeux et dans un murmure presque inaudible mais suffisamment articulé pour qu’il comprenne, tu lui dis « Merci. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ MESSAGES : 523
‹ AVATAR : Sophie Turner
‹ CRÉDITS : avatar : Bonnie | Signature : alaska | Gif : What about angels?
‹ COMPTES : #AD #SG

‹ AGE : Du haut de ses vingt quatre ans, elle se sent toute petite, perchée à la tête d'une famille, elle crève de trouille à l'idée de tomber.
‹ STATUT : Le myocarde arraché, veuve, son grand amour a été emporté par delà les eaux, rejoignant le firmament. Elle flirte avec le manque, embrasse son absence, refusant d'oublier celui qu'elle a tant aimé.
‹ SANG : Éclat de bronze dans le carmin, elle n'en ressent nulle honte, la chasseuse sert la ma^trise élémentaire sans reconnaître les têtes couronnées à la tête des différentes nations.
‹ POUVOIR : L'enfant des cieux se joue des vents, s'infiltre dans des courants d'air, épouse la courbe gracieuse des brises légères qu'elle maîtrise.
‹ METIER : A la tête de sa propre famille, Chasseresse et prêtresse, entièrement dévouée au culte élémentaire. Elle et les siens sont les mains armés des éléments, protecteurs d'un passé révolu.
‹ ALLEGEANCE : La douce vengeresse offre son arc et ses étoiles aux cultes des éléments, en souvenir de l'oracle ultime et des créatures mystiques.
‹ ADIUTOR : La vlgaire créature a été retenue dans une geôle jusqu'à ce que la chasseuse élémentaire ne puisse le supprimé sans en subir elle-même les conséquences.
‹ POINTS : 108

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: Re: (nara&lex) take me to the water. Mer 3 Jan - 15:08


take me to the water.
Le poing frappe contre la porte de bois, faisant naître l'espoirt absurde de voir le petit prince revenir sur ses pas pour les rejoindre. Mais il s'évanouit lorsque la voix familière de sa moitié s'élève, par delà la porte. Hettie ? C’est Hedda. Un grognement s'extirpe de leur lèvres alors qu'elle s'arrache au souvenir de cette nuit passé dans les bras de son amant maudit. Ses iris sombres se soulèvent, à la recherche de sa misérable carcasse, accusatrice, comme si la présence de son double pouvait être de son retard. Elle ne s'attarde pas, pourtant car déjà, la porte de l'entrée se fait entendre et un nouveau grognement vient franchir ses lèvres alors qu'elle finit d'enfiler les vêtements qu'elle ramasse ici et là, contre le sol. Il faut que tu m'aides à m'en débarrasser. Qu'elle murmure à l'adresse du prince des océans alors qu'elle franchit le seuil de la chambre de fortune pour rejoindre la pièce principale. Elle est cruelle, la ténébreuse, elle ne pense qu'à repousser sa soeur alors qu'elle ne l'a même pas retrouver. Elle est cruelle, parce qu'elle crève de peur à l'idée que son pouvoir puisse s'arracher à elle pour se répandre sur sa sœur miroir. Elle n'arrive pas à se réjouir de la vision de l'autre Wolffhart, hantée par l’inquiétude qu'elle puisse finir comme Robin. Le regard de la déesse des eaux quitte Hettie pour se poser quelques part derrière elle, là où doit à présent se tenir le furieux Osanos. Les regards semblables se croisent, s'accrochent et se retrouvent. L'autre s'approche, sans que la furieuse diablesse n'ose la repousser, elle n'en a pas la force, pas tout de suite, alors elle laisse cet autre corps venir se presser contre le sien, elle laisse ce corps briser toute la distance qui devrait demeurer entre elles, par sécurité. Elle n'arrive pas, Hettie, elle n'arrive pas à savourer ses retrouvailles alors qu'elle crève de trouille, qu'elle crève de douleur, à l'idée seule qu'elle puisse atteindre sa jumelle. Merci. Elle reste, stoïque, impassible, elle finit par se dégager de l'étreinte de la belle brune. Elle la repousse brutale, alors qu'elle s'écarte, allant se réfugier dans un coin de la pièce, loin d'Hedda, loin de Lex. Elle les tient à distance, comme un animal blessé qui se terre dans son trou. Elle les toise, l'un et l'autre. Elle a déjà commis trop de risque avec le prince des océans, elle ne peut pas en faire autant pour sa sœur. Elle les toise, l'un et l'autre, s'arrête sur cette silhouette semblable et pourtant si différente. Tu n'aurais pas dû venir. Sa voix claque, la déchire, constant les blessures qu'elle inflige à son double... Mais ses mieux, bien mieux que ce que son pouvoir l'oblige à faire... Elle l'a sentit, par moment, prendre possession de lui sans qu'elle ne puisse rien y faire, elle la sentit, commander ses mouvements avec qu'elle s'abandonnait à le retrouver, le posséder. Il a dû le sentir lui aussi, la perte de contrôle abjecte, lorsqu'elle s'insinuait en lui bien malgré elle. C'est vers lui qu'elle se tourne, cherchant un appuie, un soutient, pour éloigner cette sublime créature qu'elle ne peut blesser. L'Osanos s'est enchaîné à elle, elle ne peut rien y faire, si ce n'est lutter contre cette nouvelle facette d'elle-même... Elle ne laissera pas Hedda en faire de même. Elle pince les lèvres, elle toise son amant, essayant de lui arracher les mots qui arriveront à convaincre l'autre sœur. Elle le supplie de l'éloigner d'eux.
PINNED UNDER THE WEIGHT 2017

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (nara&lex) take me to the water. Dim 14 Jan - 19:49


Fallen so far from where we were before, You'll never find what you've been searching for ; Someone to fill the void and make up for all those Missing pieces of you, Like I could only dream to do

Ça tambourine, contre la porte ; à peine quelques coups, suffisants néanmoins pour agacer le fils des océans. Quelques grognements lui échappent, plus pour la forme que pour autre chose – réminiscence d'une version passée de lui-même qu'il ne parvient plus à retrouver, cet homme frivole qui paressait jusqu'à ce que le soleil soit haut dans le ciel, celui que Morphée ne se plaisait pas encore à rejeter inlassablement sur les rives d'interminables insomnies. Il n'y a qu'entre les bras d'Hettie qu'il réussit à oublier le visage d'Atalante, qu'il laisse le désir engloutir sa soif de vengeance, sa culpabilité dévorante. Mais une fois l'heure où leurs luxures se reposent sur des draps de fortune, tout revient, tout ce qu'il n'a pas pu faire et tout ce qu'il fera. Hettie, c'est Hedda. L'Osanos soupire, articulant un « merde » encore ensommeillé. Hedda, ça n'est pas quelqu'un qu'il peut foutre à la porte comme n'importe quel paumé ; c'est la petite princesse d'Hettie, sa jumelle adorée – c'était, à en juger par le comportement de son amante. Il ne sait pas ce qui s'est passé entre elles, et ne lui demandera pas. Ça lui paraît futile, comme presque tout ce qui ne le concerne pas directement, manifestation d'une arrogance qui, bien qu'en ruines, continue de nourrir son narcissisme ébréché.  « ta sœur, ton problème » qu'il rétorque lorsqu'Hettie mendie son aide. Il aurait pu être un excellent médiateur, si seulement leurs querelles éveillaient le quart de son intérêt. Pourtant, à l'image de la brune, il écarte les draps pour s'habiller, se contente d'enfiler à la va-vite un pantalon et une chemise encore froissée. Il contemple, impassible, des retrouvailles maladroites, là où l'une transpire le soulagement, et l'autre la tension d'être prisonnière d'une étreinte, d'une proximité qu'elle juge risquées. Il hésite presque à se racler la gorge, Lex, jusqu'à ce que son regard croise celui d'Hedda ; à son remerciement, il répond par un infime hochement de tête. Il ne sait pas s'il le mérite vraiment, s'il la sauve plus qu'il ne la damne – qu'ils se damnent mutuellement. Puis, sans surprise pour l'Osanos, Hettie s'écarte brusquement, brutalement, se réfugie à l'autre bout de la pièce où son regard de cristal la poursuit, las. Elle ressemble à un animal blessé, pétrifiée par ce qu'elle pourrait faire, lorsqu'il ne voit que des hypothèses, des chemins à peine tracés de réalités encore balbutiantes. Il n'a pas peur d'elle Lex ; n'a plus peur de grand-chose, à vrai dire. Il porte sur sa carne trop de cicatrices pour en redouter d'autres, trop de blessures pour craindre que l'on perce l'épaisseur sanguinolente de milliers de plaies qu'il accumule sans broncher. « au contraire, qu'elle reste » qu'il finit par lâcher, un brin amusé. Il n'a pas oublié, Lex. Il n'oublie jamais. S'il semble parfaitement détendu, presque civilisé, y'a une lueur sardonique qui brille au coin de ses iris translucides, une cruauté imperceptible qui s'emporte sur sa langue, dans ces mots qui vouent la Wolffhart à une agonie plus douloureuse encore que celle apportée par la fièvre. Qu'Hedda reste, ça voulait dire qu'Hettie pouvait la blesser ; qu'elle le fasse ou non, l'Osanos s'en indifférait – la torture mentale qu'elle s'infligerait compenserait largement les blessures que l'amante avait dispersées sur un cœur qu'il avait cru imperméable. « j'imagine que t'as pas fais tout ce chemin pour dégager à la première difficulté, pas vrai ? » qu'il lance à Hedda, agrippant d'une main leste la flasque abîmée qu'il trimballait toujours dans sa veste, laissant descendre le long de son œsophage quelques gorgées d'une liqueur incendiaire. Se laissant choir sur une chaise à proximité, un coude lascivement posé sur le dossier de celle-ci, il désigne Hettie d'un mouvement de tête. « ton affectueuse jumelle ici-présente traverse une passe difficile ; manque de contrôle, crises de nerfs ... sans oublier les meurtres involontaires, mes préférés » annonce t-il, cynique. Trop désinvolte pour la situation. « si t'as peur, personne te retiendra. si t'es prête à prendre le risque ? j'te garantis pas que tu ressortiras en un seul morceau – ou que tu ressortiras tout court. »







Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (nara&lex) take me to the water. Dim 21 Jan - 21:41


take me to the water
You don't drown by falling in the water. You drown by standing there.

Les bras enroulés autour de ton double, tu respires enfin. Tu prends conscience du manque qui n’a cessé de venir agrandir le trou béant qui décore ton cœur depuis son départ il y a plus d’un mois. Ne pas pouvoir lui parler, la toucher, la sentir près de toi est une véritable torture, alors quand enfin tu la trouves, c’est un soulagement. Une bouffée d’air qui ne durera pourtant que quelques secondes. Tu prends conscience que ta sœur ne te rend pas l’étreinte, qu’elle ne donne aucun signe de joie. Tu hésites, mais elle est plus rapide et te repousse. Le déchirement est total, la séparation trop brutale et quand elle s’éloigne pour s’installer dans un coin de la pièce, ton cœur se brise en mille morceaux. Ton regard reste figé sur l’animal blessé, apeuré, sans comprendre ce qu’il se passe. Tu t’imagines qu’il s’agit là d’un retour frappant à votre dispute, une façon de te rendre la douleur que tu as pu infliger. « Tu n’aurais pas dû venir. » Ton poing se serre au même rythme que ton ventre, la souffrance intérieure bien plus forte que tu ce que tu aurais pu imaginer. « Au contraire, qu’elle reste. » que son amant lâche. Tu ne le regardes pas, ne fait pas attention au brun qui hante votre duo depuis trop longtemps. Les ténèbres s’emparent de ton regard alors que tu l’observes à la recherche d’une réponse. Tu cherches les évidences, celles que tu aurais dû comprendre en un instant il y a quelques mois encore. Mais Nara est mort, Nara n’est plus et c’est une étrangère qui te fait face. La mâchoire crispée, tu ne bouges pas. « J’imagine que t’as pas fais tout ce chemin pour dégager à la première difficulté, pas vrai ? » Tu détaches enfin les yeux de ta jumelle pour trouver ceux de l’Osanos. « Non. » que tu lâches comme si c’était une évidence. Tu l’observes boire avant de s’installer sur une chaise, tu le regardes lui, parce que trouver la silhouette de ton autre est à présent trop douloureux. Alors tu t’accroches à ses gestes à lui, à ses mots et lorsqu’il t’annonce l’impensable, tu la retrouves, elle. La colère monte en toi, parce que tu ne supportes pas la façon dont il parle, dont il s’amuse de la situation qui, visiblement, blesse ton double bien trop profondément. Tu t’avances d’un pas pour la retrouver. « Si t’as peur, personne te retiendra. Si t’es prête à prendre le risque ? J’te garantis pas que tu ressortiras en un seul morceau – ou que tu ressortiras tout court. » Mais ses mots t’arrêtent. Tu te tournes, lentement, presque de façon dramatique, vers l’homme à qui tu pensais faire confiance au moins une seconde. Tu t’avances jusqu’à ses pieds, plante ton regard dans ses yeux azures et bien que tu aimerais l’attraper par le cou pour l’étrangler de tes propres mains, tu te ravises. Pas pour lui. Pas pour toi. Mais pour elle. « Tu ne sais rien de moi, ni de nous, Lex Osanos. » Le ton est empli d’un mépris que tu ne pensais pas possible pour quelqu’un d’autre que Merle, sa propre fille. « Maintenant tu peux ravaler ton sarcasme et ton jeu stupide. Je n’ai pas peur, pas de la mort et certainement pas de toi. » Pas étonnant qu’un démon en engendre un autre que tu te dis. « Si t’es pas capable de protéger ma sœur autrement qu’en lui offrant ton engin, tu ferais certainement mieux de repartir courir derrière le cul de ton frère. » Tu sens la colère t’emporter plus que tu ne l’aurais voulu, n’entendant plus que le son des battements de ton cœur. « A moins que tu aies peur qu’il te fasse tuer comme il l’a fait pour votre chère sœur. » Aucun scrupule, aucun état d’âme. Il a voulu jouer au plus malin, mais s’attaquer à ta sœur est probablement la plus grosse erreur que quelqu’un puisse faire. Tu te tournes vers elle, lève une main vers son amant de pacotille pour lui signifier que tu ne veux entendre aucune réponse de ta part et tu t’éclipses jusqu’à elle en espérant qu’elle accepte que tu prennes sa main entre les tiennes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ MESSAGES : 523
‹ AVATAR : Sophie Turner
‹ CRÉDITS : avatar : Bonnie | Signature : alaska | Gif : What about angels?
‹ COMPTES : #AD #SG

‹ AGE : Du haut de ses vingt quatre ans, elle se sent toute petite, perchée à la tête d'une famille, elle crève de trouille à l'idée de tomber.
‹ STATUT : Le myocarde arraché, veuve, son grand amour a été emporté par delà les eaux, rejoignant le firmament. Elle flirte avec le manque, embrasse son absence, refusant d'oublier celui qu'elle a tant aimé.
‹ SANG : Éclat de bronze dans le carmin, elle n'en ressent nulle honte, la chasseuse sert la ma^trise élémentaire sans reconnaître les têtes couronnées à la tête des différentes nations.
‹ POUVOIR : L'enfant des cieux se joue des vents, s'infiltre dans des courants d'air, épouse la courbe gracieuse des brises légères qu'elle maîtrise.
‹ METIER : A la tête de sa propre famille, Chasseresse et prêtresse, entièrement dévouée au culte élémentaire. Elle et les siens sont les mains armés des éléments, protecteurs d'un passé révolu.
‹ ALLEGEANCE : La douce vengeresse offre son arc et ses étoiles aux cultes des éléments, en souvenir de l'oracle ultime et des créatures mystiques.
‹ ADIUTOR : La vlgaire créature a été retenue dans une geôle jusqu'à ce que la chasseuse élémentaire ne puisse le supprimé sans en subir elle-même les conséquences.
‹ POINTS : 108

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: Re: (nara&lex) take me to the water. Sam 27 Jan - 18:01


take me to the water.
au contraire, qu'elle reste. Les prunelles sombres de l'enfant terrible viennent se heurter aux opales de son amant. Furieuse et colérique, elle désire le faire taire d'un regard, mais elle n'est pas dupe, elle n'est pas prête de dompter le prince Osanos aussi facilement. Mais il ne la regarde pas, l'impétueux, non, il se perd dans une mascarade qu'elle ne connaît que trop bien. Les amants maudits se mêlent et s'entremêlent, ils se blessent pour mieux se chérir, se heurte pour mieux s'aimer. C'est une valse insoutenable, interminable, que nul autre qu'eux deux ne pourraient comprendre. Il accroche le regard de son double pour s'adresser directement à elle, mais la furieuse Wolffhart garde ses orbes accrochées au fils des océans. J’imagine que t’as pas fais tout ce chemin pour dégager à la première difficulté, pas vrai ? Sa mâchoire se crispe, ses poings se serrent, avec tant de force que les ongles entament la carne de ses paumes pour incruster des cicatrices lunaires. Le non de sa sœur résonne, un écho qui semble si lointain. Elle soupire Hettie, elle détourne le regard du prince des sept mers, ses doigts venant s'agripper contre ses tempes alors qu'elle fait quelques pas, les paupières closent. Et la voix de son adoré continue, ses mots plus acérés que n'importe quelles lames. ton affectueuse jumelle ici-présente traverse une passe difficile ; manque de contrôle, crises de nerfs ... sans oublier les meurtres involontaires, mes préférés. Elle s'immobilise, se laisse retomber contre le mur le plus proche, la tête basculant en arrière. Elle ne tient plus en place la furibonde, rongée par ce qu'elle a pu faire au cours de ces derniers jours. Elle voudrait qu'elle se taise, qu'il ravale ses mots. Elle voudrait scellé ses lèvres d'un baiser... Mais au plus profond d'elle même, il la libère d'un poids, avouant ses méfaits sans la moindre fioriture. si t'as peur, personne te retiendra. si t'es prête à prendre le risque ? j'te garantis pas que tu ressortiras en un seul morceau – ou que tu ressortiras tout court. Le pire, c'est la vérité qui se dégage de ses propos morbides. Le voile de chaire se soulève, laissant réapparaître les orbes de la ténébreuse. Elle n'a pas le temps de prononcer le moindre mot que son double laisse éclater sa colère. Son regard vrille sur elle, silencieuse, elle encaisse, parce qu'elle n'est plus certaine de pouvoir se battre sans perdre complètement le contrôle d'elle même. Tu ne sais rien de moi, ni de nous, Lex Osanos. Il sait. Il sait beaucoup plus qu'elle ne pourrait le croire, la tendre moitié. Et pourtant, Hettie s'enferme dans son mutisme. Elle écoute, le regard cherchant un ancrage dans son regard, mais c'est à Lex qu'elle offre à présent toute son attention. Maintenant tu peux ravaler ton sarcasme et ton jeu stupide. Je n’ai pas peur, pas de la mort et certainement pas de toi. Elle sourit, sourire jaune, dénaturée, parce qu'elle n'a pas compris. Lex n'était pas le menace, c'était elle, le véritable danger. Et peu importe à quel point elle aimait sa sœur, un manque de maîtrise et de contrôle ne pourrait pas la préserver. Si t’es pas capable de protéger ma sœur autrement qu’en lui offrant ton engin, tu ferais certainement mieux de repartir courir derrière le cul de ton frère. Des sourcils qui se haussent, alors que d'une impulsion de son pied contre le mur, elle s'écarte de celui-ci. Elle rôde dans la pièce, l'enfant terrible, laissant son regard vaciller de l'un à l'autre. A moins que tu aies peur qu’il te fasse tuer comme il l’a fait pour votre chère sœur. Lueur assassine qui scintille dans le regard de la déesse des enfers. les mots de trop. S'il y a bien une chose sur laquelle on ne plaisante pas, ce sont les morts de ceux qui hantent le cœur et les âmes. Elle abat ses mains contre la table, ramenant toute l'attention sur sa personne. Assez. Qu'elle ordonne sans avoir a hausser la voix. Elle le regarde, l'un puis l'autre, attendant la certitude d'avoir leur attention, elle se redresse, garde volontairement la distance entre l'un et l'autre. Elle vient finalement pointer son index accusateur vers sa sœur. N'invoque pas les morts pour atteindre les vivants, Nara, tu es mieux placée que personne pour connaître le prix de l'absence. Son doigt vire pour venir pointer la silhouette de Lex. C'est un putain d'imbécile avec un égo démesuré, je te l'accorde? Mais faut avouer que je l'ai plutôt mérité. Mh. La vérité, c'est que vous ne savez rien l'un de l'autre et que vous vous plantez tout les deux. Elle les éloigne du sujet premier : elle.
PINNED UNDER THE WEIGHT 2017

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (nara&lex) take me to the water. Ven 23 Fév - 15:08


Fallen so far from where we were before, You'll never find what you've been searching for ; Someone to fill the void and make up for all those Missing pieces of you, Like I could only dream to do

C'était presque trop facile, qu'il commente intérieurement lorsqu'il constate rapidement les conséquences de ses paroles sur l'irascible Hedda. La Wolffhart se retourne, lentement, et l'Osanos se contente de darder ses iris polaires sur elle, impassible. Disparue, la gratitude dans l'fond de ses grands yeux sombres ; la Wolffhart brûle de colère, de dédain pour cet homme qui n'a rien d'un héros, encore moins d'un sauveur. Sans doute réalise t-elle qu'il n'a pas grand chose d'honorable, encore moins d'agréable. About time. Il la laisse palabrer vainement, renifle narquoisement lorsqu'elle évoque, farouche, Atalante. Ils s'acharnent tous à appuyer sur cette plaie ouverte, mais leur obstination impitoyable à raviver son deuil reste et restera toujours ineffective ; il n'y a pas un seul reproche qu'il ne s'est pas fait, répété et répété et répété des milliers de fois. Alors ses vitupérations forment comme un bruit d'arrière-fond, qu'il ignore comme il sait si bien le faire.  « puisque t'as l'air d'aimer t'entendre parler, j'aimerais bien que tu m'explique où t'étais, toi, quand ta chère sœur avait besoin de toi, hm ? quand elle était malade à en crever ? qui est-ce que t'as protégé, jusque là, à part ta petite personne ? » qu'il assène finalement lorsqu'elle lui tourne le dos, l'implicite réponse se voilant à peine derrière la sévérité des accusations. Qu'est-ce que t'as fais mieux que moi, Hedda ? Parce qu'elle sait, elle sait que, malgré son caractère exécrable, son humour noir et ses remarques acerbes, il reste celui qui a été là. Qu'il n'a pas fuit, cette fois — qu'il n'a pas laissé Hettie se débrouiller seule, en proie à c'foutu virus. C'est sans doute ce qu'il aurait dû faire (ce qu'il aurait fait), mais, voilà, c'est Hettie. Une part de lui, des souvenirs qui s'accrochent à sa carne désabusée, un désir qui ne désenfle pas, un quelque chose au fond des entrailles, indélébile. D'une façon qu'il n'aurait jamais soupçonné, elle le rend plus vivant, lui permet de survivre à son vide intrinsèque (à lui-même). Son impulsivité, sa passion, sa démesure. Ses imperfections qu'il a appris à connaître par cœur, à leur paroxysme, au travers de l'ire agonisante et des tempêtes furibondes. Il pose son regard sur ses traits encore marqués par les épreuves traversées, et n'en revient pas de ce qu'ils ont vécu, ensemble. Ce qui n'était censé être qu'une liaison purement charnelle est devenue bien plus, et il ne sait pas quand, ni comment. Il l'entend élever la voix, autoritaire, et hausse un sourcil équivoque lorsqu'elle taille une description peu flatteuse de sa personne, ses lippes se recourbant finalement d'un rictus railleur. « de toute évidence. je pensais qu'après ce charmant réveil matinal, elle aurait au moins la courtoisie de se rendre utile, mais il semblerait qu'elle ne soit capable que d'aboyer et de faire du bruit.  » Il se masse une tempe, ennuyé. Il s'était arraché des draps, pour ça ? Une sale gosse qui se ramenait après la guerre, et qui en plus de le déranger à l'aube venait l'emmerder à l'insulter sous son toit ? Il l'aurait foutue dehors en deux secondes, si ça n'avait pas été la jumelle d'Hettie (la tentation était encore forte). « t'aurais au moins pu rapporter le p'tit dej' » qu'il soupire, se laissant aller contre le dossier de sa chaise. Fais chier. Il n'a pas envie de se battre, pas lorsqu'il est crevé, éreinté, et que le soleil est à peine levé.







Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (nara&lex) take me to the water. Sam 24 Fév - 22:51


take me to the water
You don't drown by falling in the water. You drown by standing there.

La colère est flagrante dans ton regard et tu n’arrives à te calmer qu’en découvrant la silhouette d’Hettie. Mais le malheur des océans s’abat toujours sur vos carcasses et l’Osanos n’en a pas fini avec toi. « Puisque t’as l’air d’aimer t’entendre parler » Tu ne le regardes pas, te concentre sur ta jumelle en t’approchant lentement d’elle. Mais tu voudrais lui retourner le compliment. « J’aimerais bien que tu m’explique où t’étais, toi, quand ta chère sœur avait besoin de toi, hm ? Quand elle était malade à en crever ? Qui est-ce que t’as protégé, jusque là, à part ta petite personne ? » Tu boues de l’intérieur. Tu voudrais te retourner vers lui et lui dire que tu n’étais pas là par sa faute. Que tu n’étais pas là parce qu’en voyant ton double sombrer avec lui, t’as prononcé des paroles qui l’ont fait partir à tout jamais. Que toi aussi t’as souffert et que non, ce n’est pas toi que tu as protégé, mais leur autre, la sœur qui les a fait grandir malgré la perte de deux génitrices. Que la douleur dans le sang est encore palpable et que tu aurais préféré être aux côtés de Nara plutôt qu’à revivre cette sensation de perte incontrôlable. Mais tu ne dis rien. Tu observes ta sœur avec les pensées qui s’entrechoquent, avec les questionnements qui grondent et l’envie de le voir disparaitre. « Assez. » qu’elle ordonne. Elle te fuit de nouveau et tu ne peux plus rien pour empêcher le gouffre de s’élargir un peu plus à chaque seconde. « N’invoque pas les morts pour atteindre les vivants Nara, tu es mieux placée que personne pour connaître le prix de l’absence. » Un poignard en plein cœur. Tu sais l’erreur commise, mais tu acceptes difficilement le reproche. Hettie ne sait pas ce qu’il s’est passé non plus. Tu ne sais pas ce qui a pu arriver ici. Tes pensées s’éloignent pour trouver cette sombre nuit. Pour retrouver cette sensation de ne plus rien contrôler. Et lorsque tu te rends compte que tu la perds, encore, ton cœur se déchire. « Mais il semblerait qu’elle ne soit capable que d’aboyer et de faire du bruit. » Tu relèves ton regard empli d’ombres sur l’amant de ta sœur. « T’aurais au moins pu rapporter le p’tit dej’ » qu’il continue. Tu soupires en cœur avec lui. « Je t’ai cherché pendant des jours Hettie. » que tu souffles après une seconde de silence. Un aveu sur les raisons de ton absence. Ton regard glisse jusqu’à elle, en espérant qu’elle ne le fuit pas cette fois. « Je suis venue pour voir si tu allais bien, je constate que non, mais que visiblement tu n’as pas besoin de moi. » Le ton est calme, une pointe de tristesse, mais tu n’as pas envie de te faire plaindre. Tu venais dans le simple but de retrouver ton autre, de revoir ta moitié. Une part de toi espérait qu’elle soit heureuse, même sans toi, mais il faut croire que cette vision n’arrivera jamais. « Je ferais mieux de partir. » Parce que tu ne sais pas quoi faire ou dire de plus. Ta jumelle te fuit comme jamais et tu sais mieux que quiconque que si elle décide de ne rien dire, elle ne le fera pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
‹ MESSAGES : 523
‹ AVATAR : Sophie Turner
‹ CRÉDITS : avatar : Bonnie | Signature : alaska | Gif : What about angels?
‹ COMPTES : #AD #SG

‹ AGE : Du haut de ses vingt quatre ans, elle se sent toute petite, perchée à la tête d'une famille, elle crève de trouille à l'idée de tomber.
‹ STATUT : Le myocarde arraché, veuve, son grand amour a été emporté par delà les eaux, rejoignant le firmament. Elle flirte avec le manque, embrasse son absence, refusant d'oublier celui qu'elle a tant aimé.
‹ SANG : Éclat de bronze dans le carmin, elle n'en ressent nulle honte, la chasseuse sert la ma^trise élémentaire sans reconnaître les têtes couronnées à la tête des différentes nations.
‹ POUVOIR : L'enfant des cieux se joue des vents, s'infiltre dans des courants d'air, épouse la courbe gracieuse des brises légères qu'elle maîtrise.
‹ METIER : A la tête de sa propre famille, Chasseresse et prêtresse, entièrement dévouée au culte élémentaire. Elle et les siens sont les mains armés des éléments, protecteurs d'un passé révolu.
‹ ALLEGEANCE : La douce vengeresse offre son arc et ses étoiles aux cultes des éléments, en souvenir de l'oracle ultime et des créatures mystiques.
‹ ADIUTOR : La vlgaire créature a été retenue dans une geôle jusqu'à ce que la chasseuse élémentaire ne puisse le supprimé sans en subir elle-même les conséquences.
‹ POINTS : 108

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: Re: (nara&lex) take me to the water. Dim 25 Fév - 0:16


take me to the water.
puisque t'as l'air d'aimer t'entendre parler, j'aimerais bien que tu m'explique où t'étais, toi, quand ta chère sœur avait besoin de toi, hm ? quand elle était malade à en crever ? qui est-ce que t'as protégé, jusque là, à part ta petite personne ? Insuportable gamin. Enfant terrible des eaux. La ténébreuse laisse son regard traîné jusqu'à lui. Le pire, c'est qu'elle l'aime comme ça, le détestable bougre, insupportable, imbuvable, elle aime se heurter à lui, se confronter à ce qu'il y a de pire en lui, pour mieux le retrouver... Mais pas avec son double, pas avec sa soeur miroir, pas avec Nara. Ooh. Fais attention, mon ange, on pourrait croire que tu tiens à moi. Qu'elle ironise, un sourire éphémère qui vient contre ses lèvres avant que son attention ne reparte vers sa soeur. Elle ne dit rien, d'ailleurs, mais la sombre Wolffhart connaît son âme soeur, elle sait reconnaître ses silences maudits, entachés par une rage incommensurable, une colère qu'elle ne laisse pas échapper. Et la voilà qui s'approche qui dévore la distance, elle se fige la beauté, immobilisée par cette proximité à nouveau imposée. Elle ne sait pourquoi elle la repousse à ce point, pourquoi elle la fuit, pourquoi chaque pas que son double initie vers elle la pousse à faire marche arrière.

Sa voix claque, autoritaire, implaccable, furieuse envie de leur faire arrêter leurs enfantillages, lassée de les voir se renvoyer la balle, de se batailler pour un amour qui n'a jamais été en compétition tant il est différent. Il tique, le prince des océans, laisse sa perplexité gâché ses traits divins. de toute évidence. je pensais qu'après ce charmant réveil matinal, elle aurait au moins la courtoisie de se rendre utile, mais il semblerait qu'elle ne soit capable que d'aboyer et de faire du bruit. Un soupire qui fend les lèvres de la créature des ombres alors qu'elle laisse son regard vagabonder sur le capricieux. T’aurais au moins pu rapporter le p’tit dej’ Et il se laisse retomber mollement contre une chaise, s'abandonnant. Elle dodeline de la tête, s'anime, passe derrière lui pour laisser traîner ses dextres dans ses cheveux, elle tire contre les mèches d'ébène pour attirer son visage, croiser son regard. Elle n'a pas besoin de parler pour se faire comprendre, elle ne gaspille pas sa salive, parce qu'elle est lasse de tout cela. Elle relâche sa prise en entendant la voix de son double. Elle s'autorise à croiser le regard de sa précieuse, demeurant derrière le fils Osanos, comme une protection, une armure qu'elle enfile. Elle ne sait pas pourquoi... Et ça la brise, mais elle n'arrive pas à la laisser approcher. Je t’ai cherché pendant des jours Hettie. Hettie, son prénom résonne comme une insulte sur les lèvres de sa jumelle. Nara est brisée, décimée. Un nouveau soupire qui fend les lèvres de la maîtresse des sangs. Elle hausse les épaules alors que son menton signe à nouveau à la négative. Tu m'as demandé de partir, Nara, de partir et de ne pas revenir. Elle lui en veut, toujours un peu, mais Nara reste Nara, elle est au dessus de tout ressentiment. Je suis venue pour voir si tu allais bien, je constate que non, mais que visiblement tu n’as pas besoin de moi.Elle ne sait pas, elle ne sait plus, est-ce qu'elle a envie qu'elle se barre? Qu'elle lui file entre les doigts? Elle n'est plus certaine. Un nouveau soupire. Je ferais mieux de partir Elle laisse ses mains venir s'accorcher au dossier, toujours planqué derrière le furieux fils des septs mers. Elle respire profondémment, elle a peur de perdre le contrôle, alors elle puise en elle un point d'ancrage... Elle tremble, se satisfait que l'amant lui tourne le dos et se dresse devant elle, rendant invisble les dégats qui se propage contre elle. Et ta maîtrise? Qu'elle demande, enfin, parce qu'elle s'inquiète, elle cherche en elle les réponses aux autres questions qu'elle n'ose pas poser.
PINNED UNDER THE WEIGHT 2017

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (nara&lex) take me to the water. Jeu 10 Mai - 14:55


Fallen so far from where we were before, You'll never find what you've been searching for ; Someone to fill the void and make up for all those Missing pieces of you, Like I could only dream to do

Il est campé entre deux eaux fiévreuses qui s'effleurent sans réussir à se réunir, entre l'entité gémellaire fracturée que formaient les deux brunettes – il l'a toujours été, a sans doute même contribué à cette inévitable scission qui marqua l'agonie de Nara. S'il en avait eu la force (et l'envie), sans doute aurait-il pu fournir cet infime effort de bienséance consistant à faire simplement bon accueil, sans y mettre sa familière pincée de sarcasmes et de blâmes francs, dérangeants. Mais ça n'aurait alors plus été lui, s'il s'était délesté de bonne grâce de cette mauvaise humeur qui lui collait à la peau comme une pelisse en pleine averse. Trop d'emmerdes, d'imprévus, d'hésitations ; que faire, comment agir, s'inquiéter trop, pas assez. Au final, il n'avait pas su la laisser tomber, macérer dans ce cauchemar tangible qu'était devenu sa vie suite au virus – il l'avait emmenée, de force, parce qu'il s'était permis d'avoir des attaches et qu'il devait en payer le prix. Pour une fois, seulement, ne pas tourner les talons, s'indifférer. Pour elle. Ou plutôt, pour lui. Pour cette fierté nécrosée qu'il traînait depuis trop longtemps, pour cette affection grotesque dont il n'arrivait pas à se défaire. Et puis tant pis. Il ne lui faisait pas vraiment de cadeaux, après tout (peut-être même s'en serait-elle trouvée mieux si l'avait abandonnée, lorsqu'il était allé cherché son gosse). Les doigts d'Hettie serpentèrent entre ses mèches capricieuses, y exercèrent une pression explicite qui l'arracha à ses réflexions ; alors l'Osanos leva obligeamment ses mirettes opalescentes vers son amante, s'absorba dans le miroir las de ses obsidiennes reflétant tristement l'asthénie de son âme éprouvée. Et lui l'harassait un peu plus, incapable de lui offrir vraiment ce repos qu'elle méritait, trop arrogant pour lui céder son orgueil. Quel enfoiré. Il détestait opérer ces introspections agaçantes, puisqu'elles le désignaient toujours coupable ; trop fier, trop aigri, trop sombre. Pourtant, le voilà qui semait ses graines de discorde, creusant le fossé séparant les jumelles en dédaignant les répercussions qu'étaient souffrance, éloignement et absence. Enfonçant ses paluches au fin fond de ses pochées, il les laissa converser sans mot piper. Il en avait déjà trop dit, s'était plu à contrarier la susceptible Hedda et sa soeur par la même occasion. Par principe. Il avait même presque réussi à la foutre dehors, mais, instinctivement, lorsqu'il sentit Hettie se tendre derrière-lui, il opéra une discrète pression de son crâne contre ses doigts serrés sur son dossier, lui signifiant silencieusement qu'il était là, si jamais. L'amante avait besoin de cette présence que lui-même trouvait gênante ; soit. « t'as pas fais tout ce chemin pour te barrer à la première difficulté, si ? » renifla t-il, nonchalant, lorsque l'intruse mentionna son départ. Même si Hettie ne se l'avouait pas, il devinait qu'il restait en elle les ruines de cette inconditionnelle affection qu'elle vouait autrefois à sa moitié, et qu'elle ne demandait qu'à reconstruire, sans vraiment y croire – sans vouloir y croire. « j'crois que tu devrais t'asseoir, t'as raté pas mal de trucs » qu'il suggéra lorsqu'Hettie évoqua le sujet épineux de la maîtrise, plus par  commodité que par réelle inquiétude. Si Hedda défaillait, ça ferait mauvais effet sur sa sœur ; notre peur est d'autant plus tangible lorsqu'elle trouve répercussion chez autrui. Il savait que la mutation de la ténébreuse brune était pour elle une source constante de tourments. Lui-même avait été témoin de ses effets dévastateurs, l'avait veillé avec, disons-le, un soupçon de crainte qu'elle ne trépasse entre ses bras. C'était pas beau à voir, et il n'avait jamais été plus heureux à ce moment là de ne pas s'être encombré d'adiutor.







Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: (nara&lex) take me to the water.

Revenir en haut Aller en bas

(nara&lex) take me to the water.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PINNED UNDER THE WEIGHT :: anciens rps :: saison 2-