AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
fermeture du forum
Merci à tous pour tous ces beaux mois passés sur le forum. On souhaite bonne continuation à tout le monde!

Partagez| .

watch me conquer. (kalei)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: watch me conquer. (kalei) Lun 18 Déc - 21:47

Elle voit les yeux de son père et elle baisse la tête, les mots la quittant temporairement. Elle rigole intérieurement, elle sent l’ironie croitre en elle, devant son incapacité à s’exprimer devant son père alors que les mensonges passent la barrière de ses lèvres si naturellement. Jua n’a pourtant rien à dire à la figure paternelle qui l’a façonné depuis son plus jeune âge. Ses yeux ne manquent pas une seule émotion, entre le soulagement de voir sa fille libérée d’un poids qui avait le titre d’adiutor, et la colère de la voir incapable de contrôler son élément. Alors elle tourne le dos.
C’est ce qu’elle fait de mieux après tout. Tourner le dos à sa famille, tourner le dos à l’empire. Elle bouge ses talons avec une élégance de poupée de porcelaine et sa respiration est trop limpide pour que son geste ne soit pas sincère. Elle est cette gamine dont tous les sourires sont faux et dont les soupires sont une arme qu’elle manie avec dextérité.
Pourtant ses pas sont presque tremblants lorsqu’elle se dirige vers une aile du palais des Yinren dans laquelle elle sait pouvoir trouver son cousin. Leur nom est inscrit dans chaque pierre de l’immense bâtisse et pourtant, Jua se perd dans les couloirs comme si ces derniers reconnaissaient sa réelle allégeance. Elle n’aime pas ces dédales et ces merveilles. Elle préfère la corruption de la capitale, elle préfère les allées sales dans lesquelles il est simple de se perdre et devenir autre. Ici, son rang ne la quitte pas, et les yeux se tournent sur elle à chaque passage. L’espionne en Jua devient un monstre retenu dans une cage dorée et le peu de contrôle qu’elle exerce sur un feu bleu devient dérisoire. Mais elle n’a pas le choix et son père l’a envoyé ici afin qu’elle apprenne à contrôler ce nouvel élément perturbateur. Ses lèvres s’arquent doucement, le rouge tirant sur la pâleur de sa peau jusqu’à créer une peinture dichotomique. Il n’y a jamais une seule raison pour aller quelque part, et elle sait qu’elle ne doit jamais perdre des yeux l’objectif de son père.
L’air ambiant est sec, chaud contre sa peau qu’elle sent chauffer de l’intérieur. La sensation est désagréable, et elle se revoit enfant à chercher à maîtriser les flammes qu’elle invoquait dans ses paumes. Ces années ne remontent pas au point d’avoir oublier le désagréable fourmillement des millions de crépitements dans ses veines. Nonobstant, elle ne montre rien. Elle ne montre jamais rien, continue de sourire et d’acquiescer, attendant que les langues se délient pour ne perdre aucune information.
Jua arrive à une cour ouverte, baignant sous un soleil de fin de journée. « Kalei? » Sa voix se répercute sur les murs alors qu’elle cherche son cousin des yeux. Elle ne peut s’empêcher d’examiner l’endroit, alternant les armes possibles avec les points de sortie. La compagnie de son cousin n’est en aucun cas une qui la met mal à l’aise, mais les habitudes sont inscrites à l’encre rouge sur ses bras et elle ne peut s’en défaire sans s’ouvrir les veines.
Elle le trouve finalement, ses traits un miroir des siens dans leur incompréhension. Ils ont tous les deux été malades, et l’après semble plus horrible que le pendant. Lui comme elle se retrouve pris au piège d’un don incontrôlable, dangereux pour soit comme pour les autres. Elle a en visage les hommes et femmes qu’il a blessé avec les éclairs qui parcourent maintenant des bras trop fins pour supporter le poids d’un tel don. Ils auraient pu se ressembler parfaitement, comme un écho, si ce n’était cette douleur dans ses traits suite à la perte de son adiutor. Cette perte n’existe pas pour Jua. Cette perte est une bénédiction, un avantage qu’elle ressaisit, deux années maintenant oubliées. « Tu as pris la cour la plus isolée. As-tu si peur de reperdre le contrôle? » Ses mots ne sont qu’une moquerie d’elle-même, car le contrôle si inhérent à sa personnalité n’est pas présent, et elle voudrait remercier Kalei de l’avoir éloignée de la foule. Ils recherchent tous les deux la même chose après tout, et c’est pour cela que des années après leur séparation, leurs pas les amènent ici. Son poignet se crispe de lui-même à la pensée d’invoquer ces flammes bleues et elle ferme les yeux pendant une longue seconde.
C’est elle la plus effrayée des deux en réalité.
La peur lui tord le ventre alors qu’elle s’installe sur un banc, les mains posées sur les cuisses. « Je ne sais pas par quoi commencer, Kalei. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: watch me conquer. (kalei) Dim 14 Jan - 3:10

Dans ses orbes fatiguées reposait l’angoisse de tout un homme. Des regrets, de la peine, des peurs; et lui. lui que Kalei manquait. Lui, qui dans chaque écho, dans chaque murmure faisait résonner sa voix. parce que lui, Azriel, ce n’était pas n’importe quel homme. C’était sa moitié, son astre le plus indispensable, celui qui, l’espace d’un instant pouvait transformer sa joie en la plus atroce des douleurs.

Et parfois.
Parfois il se demandait s’il ne valait pas être plus vaillant, bomber le torse et ignorer le monde et le jugement des autres. l’aimer, lui, sans crainte d’être rejeté. L’aimer, lui, sans la peur d’être oublié.

Mais depuis son réveil le prince était devenu semblable à l’orage, faisant gronder sa frustration à travers un tonnerre en haine et une foudre de peine. Il ne voyait plus grand chose, plus grand chose de rationnel. Azriel était loin, Azriel était devenu dangereux, mais Kalei était surement pire (le souvenir de visages d’inconnus terrifiés hantant encore sa mémoire…) Lui qui autrefois portait sa fierté comme une couronne dorée, désormais il était réduit à un état de panique et d’angoisse permanent; craintif de chacune de ses émotions et de leurs fluctuations qui seraient capable d’engendrer une nouvelle fois des conséquences désastreuses.  

Kalei s’était enfermé dans ses quartiers depuis plusieurs jours, ne s’accordant que de brefs instant afin de profiter de quelques rayons de soleils; cet fin d’après-midi sera une exception, lui qui voulait peut-être tenter d'améliorer son état, ou peut-être était-ce un prétexte pour simplement la retrouver. Dépendant du regard des autres et des douces attentions, depuis qu’Azriel n’était plus — littéralement glué à lui — Kalei était devenu davantage demandant. Cherchant malgré lui une forme d’attachement envers les autres; envers elle en particulier.  Elle, Jua, qui n’avait qu’en commun avec lui le nom et le sang; eux aux masques et aux identités si méticuleusement sculptées. Kalei qui jouait le rôle du loup au coeur d’enfant, trop solitaire et pourtant trop naïf; lui qui avait perçu les manipulation et les mensonges blancs et qui pourtant, s’accrochait à ses signes d’affections — car peut-être était-ce sa seule amie; la seule qui peut-être semblait vouloir de sa compagnie.

« Kalei? » Il se tourne doucement dans sa direction en se contentant de lui offrir un sourire maladroit alors qu’il retrouve ses propres doutes dans le reflet de ses yeux tremblants. « Tu as pris la cour la plus isolée. As-tu si peur de reperdre le contrôle? » elle voyait toujours juste, peut-être était-ce parce que Kalei était aussi transparent qu’un livre; ou peut-être, parce que c’était une évidence. Ils étaient tout les deux désormais des bombes vivantes, l’une capable de faire surgir des flammes à la chaleur incontrôlée, l’autre capable de gronder le sol par un simple élan de colère. « J’ai peur Jua. »  sa voix vacille, tandis que ses mains se crispent contre la matière de son pull. « et si… c’était une mauvaise idée? » Lui qui tentait de jouer les durs, rapidement l’illusion se brise lorsque ses faiblesses s'exposent d’elles même et de par ses propres mots. « J’ai- je… j’ai blessé des personnes.» j’ai faillit le blesser lui. Et Kalei sourit encore, toujours. Mais il avait oublié son script, son rôle de loup solitaire. Ce soir ce n’était plus que l’enfant, l’incapable, celui qui avait besoin de réconfort de d’attention. « tu n’as pas peur toi? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: watch me conquer. (kalei) Ven 26 Jan - 0:39

Quand elle pose les yeux sur son cousin, elle le trouve différent. Comme si devant elle se tenait un autre homme, et elle comprend cette transformation. Elle même à tellement changé, de manière si intime, si profondément. Sa peau est la même, son sourire est similaire. Mais son âme est déchirée, l’autre partie sans vie, tandis que ses respirations n’ont pas été bouleversées. Peut-être est-elle un monstre pour se préoccuper plus de ce nouveau don que de la mort d’un homme qui a partagé sa vie, son âme pendant deux ans. Mais Jua ferme les yeux et le visage de Han disparaît peu à peu, ses yeux si clairs et honnêtes arrachés de leur couleur par la mort inopportune. Elle espère oublier sa voix, son timbre grave qui résonne encore dans sa cage thoracique comme si c’est dans son corps que le son prend naissance. Elle sent encore ses doigts sur les siennes, la chaleur du mêlé se glissant entre ses phalanges. Han l’aimait, et elle l’ignorait. Han restait, et elle partait. Han est parti et Jua, elle reste en vie, un feu d’une nouvelle couleur, et quelle étrange ironie d’avoir perdu son adiutor au poignet bleu pour des flammes de cette même couleur s’enroulant autour de sa paume.
Peut-être tient-elle dans sa main le bout de l’âme laissée par Han. Ce don qu’elle déteste, ce don qui a brisé ses plans. Ce don qui est l’ultime cadeau d’un adiutor qu’elle n’a jamais voulu et qu’elle n’a jamais pris le temps de connaître.
Et le même sentiment de culpabilité, d’intense décontenance - car qui sont-ils ces enfants yinren, sans l’absolue vérité de leur arrogance? Kalei a les mêmes yeux qu’elle, ceux traumatisés, qui cherchent à savoir pourquoi, comment, quoi faire. Ils ne sont que des gamins perdus, elle et lui. Et ils se retrouvent dans leur maison d’enfance, en espérant faire comme lorsqu’ils étaient plus jeunes, retraçant leurs pas pour retrouver leurs points de départs. Ils foulent le sol de leurs parents, mais Jua se demande si ces parents savent ce que c’est d’être brisé en deux et être conscient de ne plus jamais pouvoir être entier. Et pour cette nostalgie, Jua joint ses pas à ceux de son cousin, celui du quel elle n’est plus proche. Il y a un rempart entre eux, creusés par des masques qu’ils se doivent de porter, car ils sont Yinren, et ce nom est une énième cape sur leurs épaules trop frêles. Kalei ignore le véritable passe-temps de sa cousine, et Jua espère le garder dans l’ignorance ; elle qui ordonne sans ciller la mort d’autres espions veut préserver le semblant d’innocence qui perdure dans les yeux voilés de Kalei. « J’ai peur Jua. » Les yeux de la plus jeune se baissent sur les mains de l’ainé, et elle sent son coeur se serrer. Ils ont peur pour eux, pour les autres. Trop de questions et aucune réponse, et des blessures. Uniquement des blessures. « et si… c’était une mauvaise idée? » continue Kalei tandis que Jua reste silencieuse. Le doute l’envahit pendant quelques secondes, mais elle ne peut rester sans rien faire les bras croisés. Chaque jour rester à Dragondale à apprendre à maîtriser son feu bleu est un jour passé loin de sa soeur, et Jua ne peut plus supporter cette absence. « J’ai- je… j’ai blessé des personnes.» Pourtant le ton de Kalei la fait réfléchir puisque la vulnérabilité dans sa voix n’est pas une chose qu’il se permet de révéler normalement. « Tu n’as pas peur toi? »
Ils ne sont que deux enfants, dont les jouets habituels leur avaient été enlevé et qui se retrouvaient avec des armes en guise de bras. « [color=seagreen]Si.[/clor] » Son ton claque, et elle se mord la lèvre pour adoucir sa voix. Elle est de glace normalement, mais ce n’est pas cet élément qui l’aidera avec Kalei ou son feu alors elle se réchauffe. « J’ai peur, mais si je ne fais rien, je continuerais à vivre avec sa peur. Et je ne peux pas me permettre de ne pas apprendre à me maîtriser.  » Son regard coule loin de son cousin, une flamme éteinte dans ses yeux. « Il y a quelqu’un que je dois retrouver. » Sa voix est douce, un octave trop bas, une dernière confession avec un visage relevé, dur, et pourtant honnête.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: watch me conquer. (kalei)

Revenir en haut Aller en bas

watch me conquer. (kalei)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PINNED UNDER THE WEIGHT :: anciens rps :: saison 2-