AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
bon anniversaire pinned!
Le forum souffle sa première bougie grâce à vous ! Merci pour votre investissement sur le forum et pour tous ces rps qui nous font rêver ! Et parce qu’un an, ça se fête, n’hésitez pas à participer aux quelques animations mises en place ! En route vers d'autres belles années !

Partagez| .

a game of thrones (TC pour les membres du mouvement d'Adonis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
administrator
avatar
administrator
‹ MESSAGES : 7046
‹ AVATAR : dylan o'brien
‹ CRÉDITS : (av) queenshady aka kohaku omg jmeurs cette boté / (icons sign) self / (gif profil) found by manon donc jsp
‹ COMPTES : star n'zuzi (spoiler alert: c adonis le plus sympa oopsie)

‹ AGE : Il a eu 26 ans le 23 septembre dernier. On a tendance à lui donner plus, à penser que l'homme qui a déjà vécu autant a plus d'années au compteur mais Adonis est pourtant toujours jeune. Il comble l'inexpérience par l'ambition et le culot.
‹ STATUT : Marié à une femme qu’il aime, certes, mais son coeur se consume d'un amour interdit pour l'empereur tombé.Izolda est sa meilleure alliée, mais elle n’est pas lui. Après avoir passé des mois à tenter de l’oublier, Adonis se livre enfin à ses sentiments. Tout entier, sans barrière, sans retenue, quitte à finir avec le coeur en tas de cendres.
‹ SANG : C'est d'un bleu roi que son hémoglobine est teintée, comme cela aurait toujours du l'être. Le Griffith a récupéré sa couronne au prix fort, mais au moins tout cela n'a pas été vain.
‹ POUVOIR : Quatre semaines douloureuses ont transformées la vie d'Adonis à tout jamais. Le fier Eartanarien a perdu sa belle légitimité à cause d'inconnus. La colère qui brûle dans ses veines transforme sa terre adorée en une lave brûlante.
‹ METIER : Il y est arrivé, le but ultime est atteint avant même sa trentième année. Roi d'Eartanera, Adonis assoit son pouvoir sur la nation qu'il aime tant.
‹ ALLEGEANCE : Lui-même. Adonis a fomenté plusieurs alliances en échange d'une couronne qu'il a enfin obtenu. Plus motivé que jamais, le Griffith refuse de voir la couronne lui échapper. Il a également tout récemment fondé un mouvement activiste pour le bien des mutants à travers tout Aksana, avec Rayna Belikov et Rita Kimora.
‹ ADIUTOR : Aléa Dochain, l'ombre protectrice, capable de tout pour lui. Elle est sa main armée, elle est son réconfort. C'est elle son bras-droit, désormais.
‹ POINTS : 5561

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: a game of thrones (TC pour les membres du mouvement d'Adonis) Sam 16 Déc - 18:45

Foushin est à lui. La ville végétale, celle qui regorge de milles et une plantes. La plus belle ville après Greenstall, selon lui. Sa ville maternelle, celle de ses ancêtres. Les habitants l’adorent, il est probablement le plus populaire ici, alors que les habitants de Greenstall sont bien trop fidèles à l’ordre et à la mainmise de Thomas sur les terres Eartanariennes. Adonis se sent roi, ici. Il marche dans les dédales de son palais qu’il s’est choisi comme si la couronne de granit était déjà posée sur ses cheveux d’ébène. L’homme s’est relevé de sa maladie, et il vient d’arriver dans l’ancien château. Il a invité quelques alliés, des gens qui le suivent, tous ceux qui ont ployés le genou devant lui et qui lui ont juré allégeance. Ils sont plus nombreux que ce qu’il pensait possible un jour, et leur nombre apporte un certain espoir au brun, qui ne sait pas encore exactement comment il va s’y prendre pour arracher la couronne d’entre les griffes de son père. Le futur roi arrive le dernier, comme le veut le protocole. Ses alliés sont déjà installés. « Restez assis. » fait-il quand il aperçoit des mouvements hésitants. Il contourne la grande table et vient s’asseoir au bout. A sa droite, son bras droit, et en face, sa future reine. Chaque place a son importance, chaque détails. Les membres du conseil, Aléa, Braelyn et les nobles sont les plus proches de lui. Les autres sont plus bas. Adonis laisse son regard parcourir l’assemblée de personnes qui se tient à sa table, ce soir. Les esclaves apportent les premiers mets. Il a eu un mal fou à en trouver, des esclaves. La plupart se sont enfuit pendant le virus, il n’y en a que deux ou trois dans l’ancien château, mais peu importe. Adonis invite ses convives à entamer le repas. Il ne veut pas discuter tout de suite des affaires qui l’ont poussé à les faire venir.

Ce n’est que lorsque la dernière assiette repart en cuisine qu’Adonis ordonne aux lambda de ne plus venir les déranger. Il attrape son verre de vin, faire tourner le liquide pourpre dans le verre en cristal et en déguste une gorgée, avant de poser son regard sur chaque convive. Un à un. Il finit par poser un regard un peu plus insistant sur les membres de son conseil, et inspire profondément. « Le monde a changé. » fait-il d’abord, le regard dans le vide. Lui-même n’est plus un maître de la terre, et tous autour de cette table ne le savent pas encore. Ce n’est pas un exploit pour lui ; c’est une tragédie. Sans le savoir, une personne a cette table le comprendra mieux que les autres. « Ce virus nous a tous touchés… Ou presque. » Il observe Svea sans rien dire. « Mais ce n’est pas de ça dont je veux vous parler. » avoue le prétendant au trône. Il pose son verre. « Chacun d’entre vous a été convaincus et touchés par les mots que vous avez entendu sortir de ma bouche. Vous avez tous à cœur de voir Aksana vivre en paix, comme c’était le cas il y a 45 ans. Pour ça, vous croyez en une cause : rendre au peuple d’Eartanera sa gouvernance. » Adonis marque une courte pause. « Si ces idées ont traversés l’esprit du peuple eartanarien, elles ont également transcendées les frontières. L’Empire est une abomination. » il crache presque ces mots tellement il les pense. Adonis se penche sur la table, comme pour entrer dans le ton de la confidence avec sa quinzaine d’alliés. « Les Osanos ont été les premiers à oser se rebeller ouvertement contre les Oshun. Mais comme l’est mon père, Johann est aveuglé par la haine. Il a le cœur pourri par des années de guerre. La violence n’apporte qu’une chose : plus de violence. La guerre est le poison qui sème le sel sur nos terres et qui envenime nos relations. Elle ne sert à rien, si ce n’est à apporter le chaos. Et l’Empire est construit sur cette guerre. L’Empire est né du chaos, il hisse au rang de demi-dieu un maître du feu choisi pour le seul mérite d’être né dans une famille de tyrans. Les Johann Osanos et les Thomas Griffith de ce monde ne valent pas mieux que Cal Oshun. » Et si c’est peut être son amour pour l’empereur qui parle, il n’en reste pas moins qu’il a raison. Johann et Thomas ont l’âme pourrie par la violence et le pouvoir. « Il est temps de laisser le commandement à des âmes nouvelles. Qui ne connaissent pas la guerre, ou si peu. Qui ont vécu plus de paix que de malheurs, et qui peuvent encore porter sur le monde un regard optimiste. C’est pourquoi j’ai rencontré Diana Osanos, il y a presque deux mois. Nous avons décidé de nous allier. Elle m’aidera à récupérer le trône d’Eartanera, et nous l’aiderons à récupérer celui d’Aguarinui. Merle Osanos est une usurpatrice, une traitresse qui doit tomber et rendre la couronne de corail à Diana. » Il se tait, et pose à nouveau le dos contre son dossier. Il laisse le temps passer, un peu. « A Flamaerin, mon ancienne fiancée travaille dans le même but que le nôtre : rétablir les quatre royaumes. Je n’ai pas encore de nouvelles d’elle depuis qu’elle a été récupérée par son frère. » Il inspire à nouveau profondément et tourne la tête vers Izolda. « Et enfin, pour Aerinstin. » Adonis avait placé ses pions, un dans chaque nation, mais Aerinstin restait problématique à cause d’Isaiah et de son fantôme qui planait au-dessus des têtes bientôt couronnées. Adonis s’arrache aux prunelles de sa cousine et fiancée. Il tire une lettre de la poche intérieure de sa veste de costume. Le sceau d’Aerinstin est brisé, signe qu’il l’a ouverte. « La reine Elizaveta Valaeris m’a invité à Volastar, de manière officielle. Si je m’y rend, tout Aksana sera au courant. Ce qui veut dire que mon père le saura, Ariane, Cal, Johann et peut importe qui a encore de l’influence dans ce monde. » Adonis pose la lettre sur la table, entre son bras-droit, son frère, et sa fiancée. « Etes-vous prêt à me suivre, encore ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: a game of thrones (TC pour les membres du mouvement d'Adonis) Dim 17 Déc - 1:20

Elle devait ré-essayer. Elle inspire, puis expire. Elle la sent la terre, comme une extension d'elle-même. Elle sent les vibratos, et ses sens aiguisés la poussent aussi à sentir les sabots des chevaux pénétrant dans le sol, créant d'infimes pulsions dans la mère nourricière. Elle pouvait le faire, elle en était quasi-certaine. Elle regarde Aello, sa jument, en train de s'abreuver près d'une petite rivière. « Ne bouge pas » dit-elle à l'attention de son acolyte qu'elle ne veut pas blesser. Elle s'était rapidement remise du virus, n'avait presque pas senti l'absence de lien avec son adiutor – qui l'avait fuit durant l'arrivée de ce même virus – mais, elle avait sentie que quelque chose avait changé. C'était imperceptible au début, et elle avait mit ça sur le compte d'un manque quelconque de fer ou d'autres vitamines. Mais elle avait dû se rendre à l'évidence. Si elle ressentait la terre sous ses pieds, si elle y ressentait toujours la vie, elle n'était plus maîtresse de cette dernière. Elle pose son pied sur le sol, et fait un mouvement droit et sec. Elle tente de soulever le monticule de terre en face d'elle, mais il ne bouge pas, comme si elle n'était qu'une enfant en pleine appréhension de ses pouvoirs ou pire encore, une lambda. Son souffle s'accélère, et elle refait le même mouvement. Toujours rien. Qu'était-il arrivé à la guerrière qu'elle avait été, qu'était-il arrivé à la titanesque Cedraella ? Le souffle court, le front en sueur, elle s'arrête. Elle sait ce qu'elle doit faire, mais la peur la tiraille, la terrifie. Elle reste un moment interdite, avant d'inspirer profondément. Elle devait en avoir le cœur net. Elle retire ses chaussures, et sa cape, qu'elle laisse tomber au sol. Elle se concentre à nouveau, tente de ressentir la même sensation qu'elle a ressentie la première fois. Son palpitant accélère, semble courir à travers sa poitrine. Ses veines s'emplissent d'hémoglobines portée par la rage et la nostalgie, par la colère sourde d'avoir perdu ses facultés. Elle refait un mouvement, de manière circulaire, et la terre se fend. Ou tout du moins, c'est ainsi qu'elle ressent les choses. Elle la sent se fissurer, avant de se retourner sur elle-même. La température augmente, et en un instant, imperceptible à l’œil nue, comme si, toute la fusion s'était opérée au moment où elle avait posé le pied sur le sol, un arc de cercle bouillonnant de lave tatouant la reine terre. Elle reste un instant interdite. Elle devait arrêter, elle devait faire disparaître ce qu'elle venait d'engendrer. Mais la peur la gagne en un instant, et la maîtrise lui échappe, l'arc de cercle l'entoure, pour ne devenir qu'un cercle parfait, bouillonnant d'une chaleur incandescente et irréelle. Elle avait ouvert les enfers sur la terre. La jument se met à hennir, et s'approche dangereusement du cercle. Cedraella fait un nouveau mouvement, quémandant à son alliée de s'éloigner. Mais la lave suit son bras, et se dirige tout droit vers elle. Elle ne bouge plus, Cedraella, paniquée par le déclenchement de son pouvoir. Comme une gamine impuissante qui vient d'apprendre à faire du feu, mais qui n'arrive pas à l'éteindre. Elle souffle doucement, et inspire de la même manière. Il fallait qu'elle se calme, qu'elle arrive à faire toutes ces émotions néfastes. La chaleur, désormais accablante, ne la dérange pas. Comme si désormais, elle faisait partie d'elle-même. Elle s'approche de cette dernière, et s'agenouille vers la lave. La main tremblante, presque posée dessus, lui sert de test pour connaître sa résistance à cette dernière. Mais elle ne ressent rien Cedraella, et c'est, ce qui la terrifie le plus. La jument henni et s'affole, elle se met à galoper autour d'elle. Et c'est cette dernière au final, affublée d'une trop grande dose d'adrénaline, qui arrive à apaiser la K'han. La lave se durcit et se refroidit, pour ne devenir qu'une masse informe et noire. Il fallait qu'elle se rende à l'évidence. Elle n'était plus Mère Nature, l'amazone était devenue la personnification de l'enfer. Il était temps pour elle, de rejoindre Foushin, où son roi – et ami- l'avait sommé de se rendre. Une dernier coup d’œil, sur les vestiges de sa maîtrise, et elle part au galop, les cheveux aux vents.

Elle n'avait juste eu le temps de prendre un bain et de s'apprêter, que le moment était venu de se rendre dans le château ayant autrefois appartenu aux Barlow. Ses escarpins, et sa longue robe noire lui donnent plus des allures de princesse, que de véritable guerrière, mais c'est tout l'attrait du personnage qu'elle tente d'être. La pièce se remplit peu à peu, des membres fidèles à la cause d'Adonis. Elle y reconnaît certaines têtes, qu'elle n'aurait jamais réellement pensé appartenir à ce mouvement, mais ne se permet pas d'ouvrir la bouche pour y dire quoique ce soit. L'arrivée d'Aléa, l'ancienne adiutor -parce que le virus ne l'avait pas touché qu'elle, mais le royaume entier – d'Adonis, la fait doucement sourire. Ce n'est pas le fait qu'elle n'apprécie pas cette dernière, au contraire, elle ne la connait pas vraiment, et n'a jamais tenté de la connaître non plus. C'est l'atmosphère qu'engendre son arrivée, alors que certains meubles dans la salle, prennent peu à peu vie. Une tempête qui ne demande qu'à ravager tout sur son passage. Et Cedraella, elle aime le chaos. Beaucoup plus cependant, quand c'est elle-même qui le cause. « Épique. » dit-elle simplement, en regardant les meubles bouger puis en posant ses iris dans celle de la mêlée, avant de peindre un sourire en coin. Cedraella, est aux premiers rangs, non loin du conseil d'Adonis, son nouveau statut l'ayant propulsé dans des sphères plus hautes. Bien qu'elle n'en ait jamais eu réellement besoin pour se faire un nom, ou se faire remarquer. Adonis arrive enfin. Si certains hésitent à se redresser, elle, elle attend. Les jambes toujours croisées sous la table et les mains posées à plat sur cette dernière. Elle observe celui qu'elle considère déjà comme un roi, pénétrer dans la pièce avec l'assurance d'un grand monarque. Il leur dit de rester assis, et elle dépose à son tour le regard sur les membres présents, avant de croiser les iris d'Izolda. Les papillons dans ses reins se mettent à battre plus rapidement, et elle détourne le regard, bien heureuse de ne pas être assise près d'elle. Elle se sait désirée par cette dernière, et ça la dérange, autant que ça l'excite. Mais l'heure n'était pas à ça. Les plats commencent à arriver, et lors qu’enfin le dernier est servit, Adonis prend la parole. Il avait raison lorsqu'il disait que le monde avait changé. Son monde à elle avait changée, elle ne le savait pas encore, mais Adonis souffrait de la même maîtrise qu'elle. Tous deux, étaient des déités que l'on avait déchu, ils n'étaient plus les gardiens d'un équilibre, de la vie. Ils n'étaient désormais, que des destructeurs de mondes. Des déités infernales. Elle l'observe poser son verre, avant de braquer à nouveau ses prunelles sur lui. Elle observe tout, ses mimiques, l'assurance avec laquelle il parle, l'intonation et la puissance qu'il transmet à ses mots. Elle voulait la paix Cedraella, mais plus que la paix encore, elle voulait l'avènement d'Adonis et de sa nation. Et si pour obtenir la paix, elle devait créer du chaos, si pour obtenir la liberté chérie des leurs, elle devait partir en guerre, alors elle le ferait. Parce que la guerre était dans son sang, tandis que la paix n'était que dans son palpitant. Elle était nourrie à ça, Ced. Elle suit son discours, s'abreuve de ses paroles, sans jamais quitter les lippes desquelles elles sortent. Elle arque un léger sourcil lorsqu'il vient à parler de Diana Osanos, ainsi que de sa cousine, avant de se rendre compte qu'il était évident qu'ils s'allient. Elle ne connaissait pas bien la première, la seconde un peu plus. Si elle estimait la première beaucoup, pour sa réputation de grande guerrière, la seconde l'indifférait. Elle n'était pas son problème. Ou, selon désormais les dires d'Adonis, ne l'avait pas été jusqu'à maintenant. Force était de constaté, que Diana Osanos, avait rameuté certaines de ses troupes pour leur venir en aide durant la prise d'Herindy. Pour cette raison, elle n'avait aucune peine à s'imaginer l'aider en retour, si Adonis lui demandait. Il se met ensuite à parler d'Isaure Oshun, et les sourcils de Ced se fronçe. Elle profite d'un mouvement rapide du buffet derrière elle, pour se détourner légèrement l'espace d'un instant. Si Adonis semblait placé toute sa confiance dans la sulfureuse, Cedraella, ne savait pas trop quoi penser d'elle. Et, elle ne lui faisait pas réellement confiance, quoique cette dernière ne lui ait jamais demandé de le faire. Elle ne devait être à ses yeux, qu'une personne insignifiante, dont le nom seul ne lui inspirait rien. Elle observe la lettre qu'Adonis pose sur la table, et relève les yeux lorsqu'ils leur posent à tous la question fatidique. Étaient-ils tous prêt à le suivre. Elle passe sa langue sur ses lèvres, l'intrépide, et décroise les jambes pour les recroiser du côté inverse. Elle observe les gens autour d'elle, fait attention au détachement de certains, à l'appréhension naissante sur le visage d'autres, et à la détermination naissante qui se peint sur les lippes de ceux qu'elle va désormais considéré comme ses semblables. Ils se battaient pour une grande cause. Elle attrape son verre et apporte le liquide entre ses lèvres, l'avalant d'une traite, avant de redéposer le verre sur la table dans un petit bruit léger. Bien, elle avait capté l'attention. « Si tu y vas, j'irai. » dit-elle le plus simplement du monde. « Quiconque oserait te laisser y aller seul, serait le plus demeuré des hommes. » rajoute t-elle, dans le plus grand des calmes. Elle pose son regard sur chacun des alliés d'Adonis, puis se tourne à nouveau vers lui. « J'émets quelques réticences concernant Isaure, » Elle fronce les sourcils légèrement. « J'ose croire cependant que tu as pris tes précautions la concernant. » Le fait qu'elle ait été récupéré par les siens, posait quelques problèmes stratégiques. Tout comme des avantages, comme l'avait énoncé le Griffith. « Mais soit. Peu importe les choix que tu prendras Adonis, je sais qu'ils seront réfléchis et pour le bien commun. Je ne t'ai pas prêté allégeance, et ne te considère pas comme mon roi, que dis-je, notre roi, pour te tourner le dos maintenant. »
Revenir en haut Aller en bas
earth mutant
avatar
earth mutant
‹ MESSAGES : 1485
‹ AVATAR : candice patton
‹ CRÉDITS : lise amr (vava) élodie mon bb (gif & icons signa), endlesslove (signa)

‹ AGE : cela fait vingt-sept ans qu'elle a vu le jour, lors d'une belle journée d'été
‹ STATUT : son annulaire dénué de quelque bijou que ce soit, elle n'est plus à marier, elle et son corps défaillant. la voilà incapable d'être femme ou mère.
‹ SANG : argent, la dernière à porter son nom, l'une des trois à ne pas être tombées dans la disgrâce
‹ POUVOIR : le virus lui a fait perdre l'élément qu'elle commençait à peine à apprivoiser ; c'est désormais les métaux qu'elle doit apprendre à faire se plier et se briser sous ses ordres, enduillée par la perte de sa terre chérie
‹ METIER : ambassadrice de la couronne d'eartanera, elle relaie et participe à entretenir la paix ; paix qu'elle chérit, malgré son implication dans l'armée
‹ ALLEGEANCE : adonis griffith, son roi ; eartanera, la seule mère qui lui reste
‹ ADIUTOR : uc / vert
‹ POINTS : 739

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: Re: a game of thrones (TC pour les membres du mouvement d'Adonis) Dim 17 Déc - 18:39

Il était à la fois bon et triste de remettre les pieds dans la nation qui était sienne. Elle ne savait pas si elle aurait le temps de remonter à Biogehira et de rester auprès des siens pendant au moins quelques heures ; famille qui lui manquait terriblement. Elle sentit son cœur se serrer alors que les visages de sa sœur adorée et de son oncle et sa tante lui apparurent en pensée. Elle vit quelques larmes perlé sur les joues de son reflet, et elle les essuya du revers de la main, avant de se remettre à arranger ses cheveux. Ils étaient désormais trop courts pour être coiffés de façon aussi sophistiqués qu'autrefois, mais elle arrivait tout de même à leur donner plusieurs allures. Elle avait décidé de laisser ses courtes boucles tomber le long de son cou, encadrant le sobre collier qu'elle portait. Elle passe la bague qui la reliait à la famille royale, essayant de ne pas penser à celle qu'elle avait laisser tomber entre les mains du fils des étoiles. Elle lisse les pans de sa robe verte foncée, parcourt les quelques pas qui les séparent de la porte de la pièce qu'on lui avait si aimablement prêtée pour l'occasion, et parcourt les dédales du château de Foushin pour se rendre au dîner auquel son futur roi l'avait invitée.

La pièce dans laquelle ils s'agglutinent tous est la même que celle où elle avait rencontré Adonis, avant son départ vers Azurite. Elle est méconnaissable, car remplie de meubles et de gens. Il n'est pas rare que certains meubles lévitent, au gré du pouvoir incontrôlable de la bleue présente à table. Tous attendent que le prince de roc s'assoit parmi eux avant de commencer leur festin. Ils ne mettent pas longtemps à finir leurs assiettes, eux qui sont à la fois heureux de se trouver, mais dont le cœur pèse sous le poids de la guerre qu'ils servent tous à leur façon. Quand les lambdas sont renvoyés, le silence tombe, et tous les regards sur virent vers le Griffith, en bout de table, royal. Elle adresse à Adonis un léger sourire quand son regard rencontre le sien, et elle le baisse ensuite vers la table débarrassée alors qu'il commence. Il parle du virus, et les lèvres de la pieuse se pince. La boule de métal entre ses doigt, elle la fait tourner, encore, et encore. Elle la sent s'allonger, elle la sent fondre, elle sa sent se casser et se reformer, et tout cela se répète alors qu'Adonis continue. Elle ne relève la tête que quand elle l'entend de parler de l'Empire, et ses yeux se trempent de larmes qu'elle saura retenir. L'Empire avait tué quelques uns des siens, et c'était bien assez pour raviver la rage qui grondait en son sein depuis la déclaration de guerre. Il parle de Johan, il parle de Thomas, il parle de Cal, et la poigne de Braelyn autour de sa perle froide se ressert. Elle s'apaise quand le nom de Diana résonne dans la grande pièce, quand l'aide précieuse qu'elle représente est confirmée. Si elle se tend quand Isaure est mentionnée, elle sait qu'elle peut faire confiance à la princesse qui avait trahi les siens, et ressent une légère tristesse en entendant que son sort restait inconnu. Mais c'est quand Aerinstin arrive sur le tapis que son corps se raidit. Elle prend une grande bouffée d'air, redresse son dos déjà bien droit. Elle suit du regard la lettre qu'Adonis leur présente, ne la quitte pas des yeux un seul instant. Ses sourcils se froncent ; Liza, inviter Adonis ? Ce serait ouvertement trahir l'Empire, se mettre Cal à dos pour l'éternité, afficher un soutien que personne ne soupçonnerait. La question qui termine le tout impose à l'ambassadrice une réponse évidente ; voilà pourquoi elle ne parle pas en premier. Elle observe du coin de l'oeil une K'han, et a un léger sourire en remarquant sa théâtralité. Voilà quelqu'un qui savait attirer l'attention. Elle parle presque en leur nom à tous. Ceux qui oserait répondre à la négative n'avaient pas leur place à cette table. Cette femme faisait partie de ceux qui suivraient le presque monarque aveuglément. Braelyn hoche la tête à sa conclusion, et retire une main de sous la table, enroulant deux de ses doigts autour du pied de son verre, simplement pour leur donner quelque chose à faire. Si tu me veux ailleurs qu'à Aguarinui, qu'il en soit ainsi. Enfin, ses pupilles d'encre se posent sur le visage d'Adonis. En ce qui me concerne, je n'iras pas où tu iras, mais là où tu me commande d'aller. C'est ce que je t'ai juré. Elle attrape son verre plus fermement, boit une gorgée du vin qu'on lui avait servi et qu'elle n'avait qu'à peine touché. Pour ceux qui auraient le moindre doute concernant la reine des cieux : je connais les Valaeris mieux que personne. J'ai vécu avec eux pendant assez de temps pour savoir qu'Elizaveta serait la dernière à tendre à guet-apens à quique ce soit. Je vous assure que nous pouvons tous lui faire confiance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
earth mutant
avatar
earth mutant
‹ MESSAGES : 1806
‹ AVATAR : blanca padilla
‹ CRÉDITS : myself (av, signa, gifs) ; daddy (aes)
‹ COMPTES : so - ae - dk - rs - ah

‹ AGE : vingt et une pétales.
‹ STATUT : mariée au seul homme qui compte à ses yeux, elle n'en reste pas moins volage.
‹ SANG : autrefois argenté, il prend maintenant des reflets bleutés.
‹ POUVOIR : maîtrise du métal, un don qu'elle a eu du mal à appréhender, mais avec lequel elle se familiarise de jour en jour.
‹ METIER : reine d'eartanera, la couronne faite d'or repose enfin sur sa chevelure ébène.
‹ ALLEGEANCE : elle a depuis longtemps ployé le genou face à adonis.
‹ ADIUTOR : asenath, une verte au tempérament imprévisible. bien que les relations semblent compliquées, une réelle complicité est née entre elles au fil des années.
‹ POINTS : 1572

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: Re: a game of thrones (TC pour les membres du mouvement d'Adonis) Lun 18 Déc - 0:16


Assise face au large miroir, elle laisse une servante lui tresser sa chevelure d'ébène. Izolda admire son reflet, un mince sourire s'affichant sur ses lippes relevées d'une couleur rubis. – Voilà ma dame, vous êtes très belle. Elle la remercie d'un mouvement du visage avant de lui demander de vaquer à d'autres occupations alors qu'elle terminait elle-même de s'apprêter. Ses doigts tremblent alors qu'elle attache ses boucles d'oreilles faites d'or. L'idée de les faire fondre la terrifie. Elle finit par déposer un diadème sur le haut de son crâne et admire une dernière fois son visage juvénile dans le miroir. Iz ne sait pas où était passée la gamine qu'elle était, mais elle est désormais tournée vers l'avenir, et elle fera tout pour le rendre aussi radieux que possible. Elle finit par se lever, passant sa main sur sa robe pour enlever le pli qui s'était formé. Chaque détail de sa toilette est important. Izolda est une future reine, elle est l'épaule sur laquelle Adonis se tient quand il chancelle, ils doivent faire front uni face au reste de l'Empire. La poupée est droite alors qu'elle sort de ses appartements pour rejoindre la grande salle. Tout le monde s'y trouve déjà et Izolda arrive juste avant le prince. Tout est orchestré telle une chorégraphie qu'il faut exécuter à la perfection. D'un signe de la tête, elle salue les plus proches conseillers de son fiancé. – Bonjour à tous. Elle finit par avancer droite, le regard remplit d'une force qu'elle a acquis avec le temps. Le bruit de ses talons résonne alors qu'elle vient prendre place à la tablée, à la gauche de l'héritier qui ne devrait plus tarder. Ses iris ambrées viennent se poser sur Cedraella, qu'elle trouve bien trop loin à son goût. Mais soit, elle ne conteste pas le choix des placements, chaque détail a son importance aujourd'hui. S'enfonçant légèrement dans son siège, la princesse joint ses mains, attendant que son roi arrive. Et c'est enfin ce qu'il fit, majestueux, noble, charismatique, divin. Elle ne sera jamais à court d'adjectif qualificatif pour son promis et cousin germain. Il est vêtu d'un aura telle, qu'il est impossible de contester sa légitimité au trône d'Eartanera. Pourtant des usurpateurs semblent s'y atteler. Le repas commence et le plan se déroule comme prévu. Un prétexte anodin comme excuse pour réunir le mouvement qui doucement se met en marche. Izolda discute avec Isaak et d'autres nobles comme si elle les connaissait tous depuis des années. Son naturel et sa spontanéité en font une princesse appréciée. Son sourire irradie littéralement la pièce alors qu'elle savoure les délicieux mets qui s'enchaînent. Puis le dernier plat se terminant, elle pose son regard sur la carrure du prince, attendant avec impatience le discours qu'il allait prononcer. Le début d'une nouvelle ère commence. Adonis parle du virus et cela a le don de serrer le cœur de la poupée. La blessure n'a pas encore cicatrisé et elle continue de saigner et de pleurer cet élément perdu. Mais malgré tout, elle reste une maître de la terre -ou plutôt d'un dérivé- et surtout une Griffith. Izolda aspire a un destin plus grand que celui d'un simple lambda et maintenant que la situation avait été clarifié et que tout le monde s'était aperçu des récents dysfonctionnements, elle pouvait reprendre son ascension aux côtés de l'héritier légitime. Elle écoute attentivement son roi et ne peut qu'approuver chacune de ses sages paroles. Ses diverses alliances, Iz les connaissait pour la plupart. Elle ne fait que hocher de la tête en signe d'accord avec lui. Ce n'est que lorsqu'il prononce Aerinstin que la gamine se raidit. Elle peut sentir le regard du brun sur elle alors qu'elle place ses mains sous la table, serrant ses poings et essayant de se contrôler alors que certains objets volaient dans la pièce. Elle ne comptait pas rajouter une couche, et elle ne le pouvait pas. Elle a un rang à tenir maintenant que sa main fut donnée à son cousin. Mais sa haine envers la nation de l'air n'est pas inconnue d'Adonis, il sait, il comprend. Mais ils ne peuvent réduire à néant de potentiels alliés, et ça la gamine le sait bien. Sa fierté, elle la piétine pour le moment mais elle n'oublie pas. L'annonce d'une rencontre officielle à Volastar avec la souveraine Valaeris tombe. Mais Izolda ne réagit pas immédiatement, préférant laisser les autres personnes présentes s'exprimer. Ce fut Ced qui prit la parole en première, rien qui n'étonnait la princesse. Un sourire se glissa sur ses lippes carmins alors qu'elle écoutait attentivement la maître de la terre jurer une nouvelle fois allégeance à son fiancé. Puis ses iris ambrés furent happés par la voix de Braelyn. Et elle ne peut s'empêcher de rouler des yeux quand son amie évoque la soit-disant fiabilité de la reine de l'air. Elle doit cependant contenir ses paroles, et ne dire que le politiquement correct à cette tablée, et garder ses opinions pour plus tard, quand elle partagera la couche d'Adonis. Izolda se redresse quelque peu, joignant de nouveau ses mains. – Toutes ces alliances nous seront bien évidemment utiles pour récupérer ce qui te revient de droit. Toutefois, permettez moi de questionner la fiabilité d'Elizaveta Valaeris. Quiconque vend son père, peu en importe la raison, n'est pas digne d'une entière confiance. La nation de l'air n'a pas prouvé sa loyauté à la nation de la terre durant les dernières décennies. Mais, il serait stupide de décliner son invitation. La princesse plante ses iris dans celles de son fiancé, espérant manier les mots de la manière la plus judicieuse possible. Pourtant Izolda est jeune, terriblement jeune. Encore une enfant selon certains, mais elle fait preuve d'un esprit peu commun et de bien d'autres qualités qui lui seront utiles, une fois sur le trône. – Bien évidemment, je t'accompagnerais dans cette visite officielle Adonis. Ma place est à tes côtés désormais. Je te suivrais jusqu'au bout d'Aksana si cela était nécessaire. Un sourire adressé au prince et elle finit par porter la coupe de vin à ses lèvres. Elle vient sceller sa main à la sienne, entremêlant ses doigts aux siens avec une extrême douceur. La poupée espère qu'il sera fier de celle qu'il épousera bientôt, parce que ce voyage à Volastar lui coûtera bien plus qu'il ne pouvait l'imaginer.


Dernière édition par Izolda Griffith le Mar 19 Déc - 12:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: a game of thrones (TC pour les membres du mouvement d'Adonis) Lun 18 Déc - 23:52

Ta poitrine se soulevait au rythme des soupirs qui s'échappaient bruyamment de tes lippes. Le regard posé sur le tronc face à toi, tu serrais les poings. Voilà une semaine que tu t'étais relevée de la maladie, que tu avais réappris à manger du solide sans le rejeter derrière, et tes pensées restaient les mêmes. Le visage parfait, à la fois si doux et si sévère de l'empereur s'y dessinait. Tous les détails de ses traits étaient là, dans ta tête, à mesure que tu t'imaginais lui arracher la peau des joues avec tes ongles aiguisés. Ta haine, pourtant déjà présente il y a de cela plus de deux mois, n'avait fait que grossir. Tu la sentais te gratter l'intérieur de l'estomac à chaque fois que son nom atteignait tes tympans. Tu ne le voulais plus à tes pieds, le cœur dans ta paume, non, tu voulais le voir brûler doucement sous tes yeux satisfaits. Lui donner le seul traitement que tu considérais être assez bon pour sa personne. Quelques pas vers l'arbre et tu venais en arracher ta dague dans un mouvement brusque. Le mois passé dans une cellule humide, crasseuse, suivi par la maladie qui avait frappé Aksana t'avaient affaibli. Tu avais perdu de la force, du muscle. Et bien que tu tentais de redonner à ton corps sa forme d'antan, la fatigue te frappait vite. L'épuisement se faisait sentir dans tes bras à l'allure si frêle désormais, mais tu ne lâchais rien. Tu voulais continuer, tu voulais réussir. Trois pas, cinq pas, sept pas, et tu te retournais avec une vivacité inattendue pour lancer ta dague dans le cœur de l'arbre. Bras tendu, tu fixais droit devant toi. La brise venait caresser tes joues en même temps que tes boucles sauvages chatouillaient le bas de ta nuque. La dague s'était plantée dans le tronc comme tu l'avais désiré et avait créé une entaille profonde, touchant sa sève, son essence. Le toucher là où ça fera mal; sentir la pointe de ta lame titiller sa chair. Un demi sourire étira tes lèvres alors que la satisfaction te gagnait. Si ton but était loin d'être atteint, tu appréciais malgré tout de voir tes capacités s'améliorer, et rapidement. C'est à cet instant que tu remarquas le soleil. Celui-ci venait finir sa course dans le ciel, prêt à disparaître d'une minute à l'autre. Attrapant ta dague en vitesse, tu la replaças sous ton jupon et courut jusqu'au château pour faire ta toilette avant de prendre la route pour Foushin aux côtés de ton mari. Vous n'étiez pas les premiers arrivés mais Adonis n'était toujours pas entré dans la salle. Tandis que vous preniez place autour de la table, ton regard croisa celui d'Izolda, à qui tu offris un doux sourire avant de tourner ton attention vers Braelyn de l'autre côté. Une cousine que tu affectionnais réellement, peut-être la seule Wheatdrop auquel ton cœur ne répondait pas par la haine ou le dégoût. Historia à ta droite, tu attrapais sa main sous la table, la serrant furtivement avant que ton adoré ne passe la porte et s'installe au bout. Son aura était tel que toutes personnes présentes ce soir pouvait la sentir. Il avait toujours échappé d'Adonis ce charisme presque étouffant. Ses boucles d'ébène et son regard assombri par les derniers évènements avaient eu raison de beaucoup, toi comprise. Quand, enfin, les esclaves quittèrent la salle vous laissant dans un silence pénible. Doucement, le maître de terre prit la parole, rappelant l'atmosphère actuelle dans laquelle vous viviez. Attentive, ton regard ne le lâchait pas, jusqu'à ce qu'il ne prononce ce nom interdit et que tu trésailles. Cal Oshun. Ta main serra un peu plus ton couteau, frénétiquement, inconsciemment. Mais tu ne lâchais pas le prince, tes perles émeraudes toujours plantées dans ses traits. Puis il évoqua la proposition d'Elizabeth Valaeris. Un froncement de sourcil pour résumer toutes tes pensées. Etait-elle digne de confiance ? Ne voulait-elle pas l'emmener dans un guet-apens ? Et à en juger par les expressions visibles autour de la table, tu n'étais pas la seule à hésiter. Une jeune femme (Cedraella) prit la parole, jurant à nouveau son allégeance à votre futur roi, puis Braelyn intervient à son tour. Tu l'écoutais avancer la fiabilité de la Valaeris et pourtant, le doute ne pouvait te quitter. Izolda semblait du même avis que toi, te confortant dans l'idée que jamais tu ne pourras faire confiance à une telle femme. Quand la princesse eut fini de parler, tu te levas en prenant appui sur le bord de la table et tourna la tête vers un des êtres qui t'étaient le plus chers en ce bas monde. « Mon allégeance à ton égard a toujours la même valeur que le jour où j'ai ployé le genou devant toi. Je viendrai avec toi à Volastar. Je t'accompagnerai bien qu'à mes yeux, Elizabeth Valaeris ne puisse être parfaitement digne de confiance. Nous ne pouvons y aller sans être sur nos gardes. » tu t'arrêtas un court instant, jetant un coup d'oeil à l'assemblée avant de continuer « Cependant ce risque reste à prendre. Si nous voulons réellement te voir monter sur ce trône, une alliance avec la nation de l'air ne pourra être négligeable. » dis-tu avant de lever ton verre en sa direction et de t'asseoir à nouveau. Tu avais peut-être moins parlé que les autres, mais l'essentiel était là. Tu suivrais Adonis jusqu'à l'autre bout d'Aksana s'il te le demandait, s'il pensait que cela serait nécessaire. Et tu prendrais tous les risques possibles s'il le fallait.


Dernière édition par Hissa Griffith le Ven 22 Déc - 11:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: a game of thrones (TC pour les membres du mouvement d'Adonis) Mar 19 Déc - 22:14

Zarha était de bonne humeur lorsqu'elle arriva devant les portes du château. Conviée à cette réunion par et pour Adonis, elle avait l'impression que ses efforts payaient enfin. La fille qu'elle était avant s'effaçant pour la femme qu'elle était entrain de devenir, une guerrière servant une cause peut être plus grande qu'elle certes, mais elle était malgré tout présente et prête à répondre à l'appel. Le passage du virus avait laissé ses traces, comme avec tous les autres. Son lien déjà rendu ténu par des épreuves précédentes avec son aduitor avait été brisé pour de bon et le maigre espoir qu'elle entretenait de revoir Bran avait disparu avec. Mais ce n'était pas la seule chose qui était arrivée, un nouveau pouvoir avait fait son apparition, les éclairs qui balayaient tout sur leur passage...elle était loin de le maîtriser, à l'image de son élément, mais elle s'entraînait, jour après jour, voulant user de ce nouveau pouvoir lorsqu'elle saurait le contrôler et le faire sien. La patience était le maître mot et elle s'entraînait sans relâche pour atteindre ce but le plus tôt possible. Ne pas avoir pu participer aux différentes batailles avait été difficile pour elle à accepter, mais elle savait qu'elle n'avait pas le niveau pour un tel affrontement et si elle était prête à mourir, autant que cela ait un sens, pas de cette manière sur un champ de bataille. Entrant dans le château, elle prit simplement le temps de se rafraichir après le voyage, se changeant dans une tenue simple, attachant simplement ses cheveux en une queue de cheval haute. Elle rejoignit rapidement la grande salle, prenant place auprès de Svea à la place lui ayant été attribuée. Elle salua les différentes personnes déjà présentes, amorçant un mouvement pour se lever lorsque Adonis arriva à son tour mais elle se réinstalla à sa demande. Ils commencèrent par le repas, Zarha participant à diverses conversations, mais écoutant la majorité du temps. Le repas terminé, les choses sérieuses commencèrent, Adonis prononçant un discours durant lequel Zarha pu se rendre compte, bien qu'elle n'en doutait pas, qu'il avait la carrure d'un futur roi. Et si, à son échelon, elle pouvait l'aider, elle n'en serait pas peu fière. Elle l'écouta avec attention, regardant autour d'elle les réactions de certains des convives, notamment lorsqu'il évoqua l'invitation d'Elizaveta Valaeris. Les avis semblaient partagés sur cette dernière partie et les réponses des premières à s'exprimer le confirmèrent. Zarha elle ne voyait qu'une alliée potentielle de plus pour les aider à faire tomber les Oshun, et à rendre le pouvoir à ceux qui le méritaient. Bien que n'ayant aucun poids particulier, et malgré la nervosité qui la gagna, à l'image des quatre femmes s'étant exprimées avant elle, Zarha se leva pour en faire de même. Son nom ne représentait rien, et son passé n'était pas des plus reluisant, elle ne pouvait apporter aucune alliance à la table, mais elle était volontaire et déterminée. "Mes mots n'ont pas le même poids que celui des autres, mais je tiens à le dire à nouveau, je suis prête à vous suivre, où il le faudra, si cela nous permet de reprendre le pouvoir à ceux qui l'ont usurpé. Et quel que soit le prix à payer, je le paierais, pour vous." dit elle avant de lever son verre à son tour, à l'image de Hissa. Elle reprit sa place après avoir bu une gorgée de vin, son coeur battant la chamade, mais elle était bien déterminée à montrer qu'elle avait sa place autour de cette table, comme les autres.
Revenir en haut Aller en bas
yellow
avatar
yellow
‹ MESSAGES : 1176
‹ AVATAR : amelia zadro.
‹ CRÉDITS : (av) DΛNDELION
‹ COMPTES : hedda, l'enfant. hazel, le soleil. honoka, l'oubliée.

‹ AGE : Il y a vingt-six automnes qu'elle a touché la neige pour la première fois.
‹ STATUT : Le coeur en miettes, perdus entre des amours perdus et des mensonges sans fin.
‹ SANG : Le sang mêlé d'un père qui n'imaginait pas voir sa fille devenir l'orage et les ténèbres.
‹ POUVOIR : L'électricité ronge ses veines, parcourt son corps et vient accélérer son coeur.
‹ METIER : Espionne d'Adonis Griffith, ancien adiutor d'Isaak Griffith. Elle combat dorénavant au Trou de Launondie pour le compte de Milo Naharis.
‹ ALLEGEANCE : Au Roi d'Eartanera et sa famille. Mais les tourments l'emportent et la seule certitude qu'il lui reste n'est autre qu'Aléa Dochain.
‹ ADIUTOR : Ancienne adiutor d'Isaak Griffith, son prince, son autre morceau d'âme. Elle l'a aimé, beaucoup trop, mais le lien qui les a unis et les erreurs qui les ont trahit ne viendront jamais retirer l'amour qu'elle porte au maître de la terre.
‹ POINTS : 167

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: Re: a game of thrones (TC pour les membres du mouvement d'Adonis) Jeu 21 Déc - 19:55

Tu rentres dans la salle accompagnée des deux autres mêlés de l’assemblée conviée au diner d’@Adonis Griffith. Certains regards se tournent sur @Aléa Dochain, à qui tu aurais voulu serrer la main, que tu aurais voulu serrer dans les bras si forts que le monde aurait pu s’écrouler autour de vous. Mais l’heure n’était visiblement pas aux sentiments. Tu balayes la salle du regard en te dirigeant vers un coin de la pièce, prenant soin de ne toucher personne. Les demoiselles se sont mis sur leur trente-et-un, te donnait l’impression qu’elles souhaitent chacune obtenir la place de princesse ou reine d’Eartanera ou même celle de l’Impératrice Saeko Oshun. Tu ravales un éclair de justesse en observant la silhouette apprêtée de @Braelyn Wheatdrop et te ravises alors que tu accroches du regard le visage d’@Isaak Griffith. Le lien entre un maître et son adiutor est peut-être rompu, mais celui qui brûle entre vous ne se brisera jamais. Tu sers le poing en repensant à ces derniers mois, à la haine qui t’animait. Mais avant même que tu ne puisses replonger dans tes pensées trop lourdes, la lumière vacille et Adonis choisi ce moment pour entrer à son tour. Tu espères intimement que la soirée ne te laissera pas l’occasion de t’amuser avec l’électricité, alors tu souffles un instant avant de t’installer à la place désignée pour toi.

Le repas se passe sans encombre pour ta part, malgré la présence de @Meryl K'han à ton côté. Loin d’Isaak, tu as le sentiment de pouvoir céder à la tristesse ou la colère à chaque nouvelle parole, mais le savoir non loin te rassure. Heureusement, Aléa est en face, assez proche pour que les regards échangés suffisent à calmer le jeu de l’une ou l’autre. Mais voilà le temps où votre Roi entre dans le vif du sujet. Tu l’écoutes avec attention, n’observes plus que lui. Tu te concentres sur chaque parole, sur chaque mouvement de ses lippes, non pas pour prendre la pleine mesure de son discours, mais bien pour ne pas sombrer. Il y a bien des années que tu as juré allégeance au Prince Griffith, bien longtemps que tu suis ses ordres et accepte ses envies. Même lorsque les temps se sont fait plus durs et que le doute s’est installé, tu n’as pas oublié l’homme qu’il est. Tu n’as jamais cessé de ployer le genou devant le prince sans couronne qu’il était. Alors peu importe les paroles et les sacrifices, tu hoches la tête sans rien dire. Parce que tu sais ne pas en avoir besoin. Tu sais qu’il n’a pas besoin de t’entendre déblatérer sur Ô combien il est grand, fort, puissant et surtout, ton Roi.
Un sourire vient étirer ton visage alors que @Cedraella K'han prend la parole pour accomplir exactement l'exploit que tu pensais ne pas avoir besoin de faire. Un coup d’œil vers Aléa, furtif, tu voudrais lui faire passer ton amusement. Puis vient le tour de Braelyn et bien que tu ne l’observes pas, sa voix t’agace au plus haut point. Tu sers le poing, tente de faire bonne figure, mais tu sens grésiller la lampe posée sur le meuble derrière toi. Le regard baissé, tu tentes de faire le vide et c’est @Izolda Griffith qui prend la parole à son tour. La tension est redescendue, mais la colère ne cesse de s’emparer de ton cœur ce soir. Pour une raison obscure, la rancœur semble avoir abimée l’image que tu avais de la petite sœur de ton maître. Et la voir se pavaner avec un diadème sur la tête, à jouer les reines alors qu’Adonis n’a même pas sa couronne, te fais lever les yeux au ciel. Et lorsque @Zarha Collins continue le bal après @Hissa Griffith, tu ne tiens plus. L’ampoule de la lampe derrière toi éclate sous la tension de ton pouvoir et la lumière de la pièce vacille à nouveau. « Désolée. C’est moi. » que tu lances en te redressant sur ta chaise. « Je vous en prie, continuez vos jolis petits discours mesdemoiselles. » Ton regard en dit long sur ce que tu penses réellement et le sourire que tu offres n’a rien de sincère. Tu tournes la tête vers Isaak, pour t’excuser, pour savoir s’il te tiendra rigueur de cet aparté, mais tu n’arrives plus à faire semblant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
earth mutant
avatar
earth mutant
‹ MESSAGES : 1806
‹ AVATAR : blanca padilla
‹ CRÉDITS : myself (av, signa, gifs) ; daddy (aes)
‹ COMPTES : so - ae - dk - rs - ah

‹ AGE : vingt et une pétales.
‹ STATUT : mariée au seul homme qui compte à ses yeux, elle n'en reste pas moins volage.
‹ SANG : autrefois argenté, il prend maintenant des reflets bleutés.
‹ POUVOIR : maîtrise du métal, un don qu'elle a eu du mal à appréhender, mais avec lequel elle se familiarise de jour en jour.
‹ METIER : reine d'eartanera, la couronne faite d'or repose enfin sur sa chevelure ébène.
‹ ALLEGEANCE : elle a depuis longtemps ployé le genou face à adonis.
‹ ADIUTOR : asenath, une verte au tempérament imprévisible. bien que les relations semblent compliquées, une réelle complicité est née entre elles au fil des années.
‹ POINTS : 1572

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: Re: a game of thrones (TC pour les membres du mouvement d'Adonis) Jeu 21 Déc - 20:33


Après avoir plaidé de nouveau son allégeance envers Adonis, Izolda se contente d'écouter les nobles prendre le relais. La princesse porte la coupe à ses lèvres alors qu'elle pose son regard sur Hissa. Elle lui sourit alors qu'elle l'écoute parler de la Valaeris et du risque que cela représente. Après tout, ils ne sont pas à l'abris d'une embuscade ou quelconque trahison de la vipère de l'air. Mais la poupée sait pertinemment qu'ils n'ont pas le choix, tout comme chaque noble présent, tout comme le prince. Bien qu'il en parle à l'assemblée, la question est rhétorique et décliner ne serait pas de bonne augure dans la construction de leur empire. Mais la haine qu'elle porte à la nation de l'air est sans limite et cela lui coûte plus qu'elle ne l'imaginait de s'imaginer aller à Volastar, plier le genou face à une reine qu'elle ne considère pas comme telle, une hypocrite vendant père et mère pour cette couronne qu'elle pense mériter. C'est alors qu'une rousse qu'elle ne connaissait ni d'Eve ni d'Adam prit la parole. Mais elle eut le mérite d'attirer la curiosité de la princesse. Elle pouvait lire la rage dans ses iris. Une moue s'apparentant à une marque de respect se greffa sur son visage alors que la maître semblait n'être qu'une gamine, comme elle, et pourtant déjà prête à mourir pour un homme à qui elle n'était nullement liée. Cela avait le don d'intriguer Iz, ce charisme qu'il possédait, ce quelque chose qui ralliait bien plus grand que lui. Et elle l'admire pour ça. Mais la place légitime sur le trône d'Eartanera revenait à Adonis et cela ne faisait aucun doute. D'une manière ou d'une autre, ils finiront par vaincre l'Empire et récupérer ce qui revenait de droit au peuple de la nation de la terre. Intriguée par des grésillements, la poupée porte son regard, de temps à autre, sur la silhouette de Nahia avec un air rempli d'incompréhension. Mais à chaque fois, son attention était sollicitée par les discours qui s'enchaînaient. Ce n'est que lorsqu'une ampoule éclate et que la lumière vacille, qu'elle posa ses iris ambrés sur la mêlée jaune. Izolda est peinée pour celle qu'elle considère comme une sœur, peinée de la voir lutter contre son pouvoir ainsi. Mais l'empathie qui l'habite est rapidement balayée alors que les paroles de Nahia et son attitude transpirent l'agacement. Elle ne comprend pas la poupée. Elle ne comprend pas pourquoi la jaune est si excédée que chacun affirme son allégeance, une fois de plus. La princesse détourne son regard pour le poser sur son frère, Isaak. Elle fronce son regard, cherchant une explication dans les yeux de son aîné, mais rien. Iz se reporte alors sur Nahia, de nouveau. – Si tu as quelque chose à dire Nahia, je t'en prie, nous sommes tout ouïe. La gamine pose ses mains à plat sur la table, rapprochant ainsi son être de celui de la mêlée, bien qu'elle reste encore loin d'elle. – Cela semble te déranger que nous confirmions notre allégeance à Adonis. Mais puisque tu sembles avoir mieux à dire, ne te retiens pas. Sa voix porte une pointe d'agacement mélangée à de l'incompréhension et de la peine. La Nahia qu'elle appréciait tant semble avoir disparu depuis quelques temps et cela lui coûte de le reconnaître, mais ça la touche bien plus qu'elle ne l'aurait pensé. Une raison de plus à ajouter à la liste lui rappelant pourquoi elle ne devrait pas fraterniser avec les mêlés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
administrator
avatar
administrator
‹ MESSAGES : 7046
‹ AVATAR : dylan o'brien
‹ CRÉDITS : (av) queenshady aka kohaku omg jmeurs cette boté / (icons sign) self / (gif profil) found by manon donc jsp
‹ COMPTES : star n'zuzi (spoiler alert: c adonis le plus sympa oopsie)

‹ AGE : Il a eu 26 ans le 23 septembre dernier. On a tendance à lui donner plus, à penser que l'homme qui a déjà vécu autant a plus d'années au compteur mais Adonis est pourtant toujours jeune. Il comble l'inexpérience par l'ambition et le culot.
‹ STATUT : Marié à une femme qu’il aime, certes, mais son coeur se consume d'un amour interdit pour l'empereur tombé.Izolda est sa meilleure alliée, mais elle n’est pas lui. Après avoir passé des mois à tenter de l’oublier, Adonis se livre enfin à ses sentiments. Tout entier, sans barrière, sans retenue, quitte à finir avec le coeur en tas de cendres.
‹ SANG : C'est d'un bleu roi que son hémoglobine est teintée, comme cela aurait toujours du l'être. Le Griffith a récupéré sa couronne au prix fort, mais au moins tout cela n'a pas été vain.
‹ POUVOIR : Quatre semaines douloureuses ont transformées la vie d'Adonis à tout jamais. Le fier Eartanarien a perdu sa belle légitimité à cause d'inconnus. La colère qui brûle dans ses veines transforme sa terre adorée en une lave brûlante.
‹ METIER : Il y est arrivé, le but ultime est atteint avant même sa trentième année. Roi d'Eartanera, Adonis assoit son pouvoir sur la nation qu'il aime tant.
‹ ALLEGEANCE : Lui-même. Adonis a fomenté plusieurs alliances en échange d'une couronne qu'il a enfin obtenu. Plus motivé que jamais, le Griffith refuse de voir la couronne lui échapper. Il a également tout récemment fondé un mouvement activiste pour le bien des mutants à travers tout Aksana, avec Rayna Belikov et Rita Kimora.
‹ ADIUTOR : Aléa Dochain, l'ombre protectrice, capable de tout pour lui. Elle est sa main armée, elle est son réconfort. C'est elle son bras-droit, désormais.
‹ POINTS : 5561

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: Re: a game of thrones (TC pour les membres du mouvement d'Adonis) Jeu 21 Déc - 23:24

Il faut un certain temps avec que l’impact de ses mots ne soit visible sur les visages tournés vers lui. Adonis cale son dos contre le haut dossier de la chaise qu’il occupe, et attend que l’un d’eux prend la parole. L’attente n’est pas longue, et c’est @Cedraella K'han qui entame la conversation, après avoir vider son verre d’une traite. Adonis a le regard qui tombe un instant sur le verre désormais vide, avant de revenir sur le visage de la K’han. « Si tu y vas, j'irai. » Ce n’était pas véritablement l’objet de sa question, mais peut être Adonis prendrait-il avec lui une K’han. Après tout, se rendre à Volastar sans le moindre défenseur serait pure folie, et aussi tête brulée qu’il savait être, le brun devait se rendre compte des dangers. « Quiconque oserait te laisser y aller seul, serait le plus demeuré des hommes. » La machoire du prétendant au trône se crispe légèrement. Il sait qu’elle ne veut que le protéger, mais il n’empêche que les mots font mouches. Le Griffith aurait dû y penser avant qu’elle ne le dise. Mais personne ne savait qu’il comptait pratiquement foncer tête baissée, avec Eros et Izolda comme seuls accompagnateurs et, bien sûr, sa tendre moitié qu’il a à contre cœur du asseoir trop loin de lui ce soir. « J'émets quelques réticences concernant Isaure, » Adonis la laisse parler, ses doigts se tendent sur l’accoudoir de son siège. « J'ose croire cependant que tu as pris tes précautions la concernant. » Le regard d’or du futur roi ne quitte pas la jeune femme, et il sait que ses émotions sont bien visibles, car il n’essaie pas de les dissimuler. Il n’acceptera pas que l’on remette en cause cette alliance là. Isaure est une précieuse alliée, il lui fait entièrement confiance. Pëut être lui fait-il plus confiance à elle qu’à certaines personnes assises à cette table, d’ailleurs. « Mais soit. Peu importe les choix que tu prendras Adonis, je sais qu'ils seront réfléchis et pour le bien commun. Je ne t'ai pas prêté allégeance, et ne te considère pas comme mon roi, que dis-je, notre roi, pour te tourner le dos maintenant. » Il sourit et hoche la tête sans rien dire, car déjà une seconde eartanarienne semble vouloir prendre la parole. A nouveau, le regard du prince se pose sur la concernée. Braelyn, son ambassadrice depuis qu’elle lui a prêté allégeance.

« Si tu me veux ailleurs qu'à Aguarinui, qu'il en soit ainsi. » La Wheatdrop lui retourne son regard. Adonis le soutient sans détour, il n’y a pas de défi dans le regard que @Braelyn Wheatdrop pose sur lui, il n’y en a d’ailleurs jamais eu. « En ce qui me concerne, je n'iras pas où tu iras, mais là où tu me commande d'aller. C'est ce que je t'ai juré. » Comme Cedraella, Braelyn ponctue sa phrase avec un mouvement de la main pour attraper son verre et en boire un peu du contenu. « Pour ceux qui auraient le moindre doute concernant la reine des cieux : je connais les Valaeris mieux que personne. J'ai vécu avec eux pendant assez de temps pour savoir qu'Elizaveta serait la dernière à tendre à guet-apens à quique ce soit. Je vous assure que nous pouvons tous lui faire confiance. » Il est vrai qu’Adonis y avait songé, à demander l’avis de son amie. Elle connaissait les Valaeris d’une manière bien différente. Peut être était-elle la seule Eartanarienne à ne pas tenir cette rancœur contre cette famille qui avait fait assassiné un prince de sa nation. D’un côté, Adonis devrait peut être se méfier de ce manque de rancœur, mais de l’autre, lui non plus ne voulait plus leur en vouloir. Pas autant. Pas à tous. Elizaveta leur avait livré Oleg, afin qu’ils puissent faire justice. Mais voilà, ce n’était pas le seul Valaeris qui avait fomenté ce meurtre, et Adonis savait qu’une autre, beaucoup plus intouchable, était coupable et avait les mains rouges du sang de son petit frère. Il déglutit en y songeant, son regard déviant vers son frère ainé, à sa droite. La proximité d’Eros n’était plus aussi agréable qu’auparavant, mais il restait son frère, son tout. Il ne pouvait pas l’envoyer au loin, et puis le rejeter était risquer de le voir aller vers cette diablesse de Valaeris. Un danger que le jeune prince ne pouvait pas courir. Encore une fois, l’homme ne dit rien. Il attrape son verre et en bois une bonne moitié, avant de le reposer sur la table.

Il sent alors sa cousine, @Izolda Griffith, s’agiter à ses côtés, et tourne la tête vers elle. « Toutes ces alliances nous seront bien évidemment utiles pour récupérer ce qui te revient de droit. Toutefois, permettez moi de questionner la fiabilité d'Elizaveta Valaeris. Quiconque vend son père, peu en importe la raison, n'est pas digne d'une entière confiance. La nation de l'air n'a pas prouvé sa loyauté à la nation de la terre durant les dernières décennies. Mais, il serait stupide de décliner son invitation. » Adonis ne peut empêcher un léger sourire de fleurir sur ses lèvres, il doit d’ailleurs retenir un petit ricanement. Il ne peut pas manquer de respect à celle qui deviendra sa reine, pas devant une assemblée aussi importante. Il la laisse continuer, cependant. La jeune femme est l’une de ses plus précieuses alliées, celle qui lui permettra de garder son nom et une certaine légitimité, malgré la perte de leur élément. Ils sont unis depuis toujours, au-delà de ce que les mots peuvent décrire. Elle est sa cousine, mais elle est aussi bien plus. « Bien évidemment, je t'accompagnerais dans cette visite officielle Adonis. Ma place est à tes côtés désormais. Je te suivrais jusqu'au bout d'Aksana si cela était nécessaire. » Ses doigts se mêlent à ceux de la Griffith.

C’est ensuite une autre Griffith qui prend la parole, @Hissa Griffith. Le brun darde son regard sur celui de la précieuse. Il se rend compte qu’il est entouré des quelques femmes et hommes de sa vie, ici. Hissa fait partie de ces gens qu’il ne supporterait pas de perdre, et il sait que c’est réciproque. Le regard qu’elle coule sur lui en témoigne, comme toujours. Elle est la grande sœur qu’il n’a pas trouvé en Ariane. « Mon allégeance à ton égard a toujours la même valeur que le jour où j'ai ployé le genou devant toi. Je viendrai avec toi à Volastar. Je t'accompagnerai bien qu'à mes yeux, Elizabeth Valaeris ne puisse être parfaitement digne de confiance. Nous ne pouvons y aller sans être sur nos gardes. » Adonis hoche la tête. Hissa a ce pouvoir sur lui, que d’autres n’ont pas forcément. Il l’écoute un peu plus attentivement, un peu plus volontiers que les Izolda, Aléa et Isaak de sa vie. Peut-être à cause de son âge, du statut de sœur ainée qu’elle a pris presque naturellement avec lui. « Cependant ce risque reste à prendre. Si nous voulons réellement te voir monter sur ce trône, une alliance avec la nation de l'air ne pourra être négligeable. » Ils sont d’accord.

Adonis allait ouvrir la bouche pour dire quelque chose quand c’est @Zarha Collins qui prend la parole. La jeune femme est en bout de table. Une maître du feu, ancienne prostituée, ne pouvait pas être plus proche de lui. Par ailleurs, elle fait partie des gens dont il n’est pas tout à fait certain de l’allégeance. Ils n’ont pas de lien fort, comme avec les autres autour de cette table. Ils se connaissent à peine, et la seule raison qui a fait qu’il s’est retrouvé au lit avec cette femme était parce qu’il l’avait payé pour ça. « Mes mots n'ont pas le même poids que celui des autres, mais je tiens à le dire à nouveau, je suis prête à vous suivre, où il le faudra, si cela nous permet de reprendre le pouvoir à ceux qui l'ont usurpé. Et quel que soit le prix à payer, je le paierais, pour vous. » Et pourtant, elle semblait fidèle à sa cause. Adonis avait encore du mal à comprendre pourquoi, exactement. Il l’avait tiré de prison, certes, et lui avait offert un toit mais il avait du mal à comprendre en quoi tout cela était suffisant. Le brun déglutit alors qu’un meuble alla violemment cogner contre un mur. Il était habitué, le brun. Il vivait beaucoup plus avec Aléa que les autres, et posa son regard sur son ancienne protectrice, avant de lui adresser un sourire, qu’il conserva en posant son regard sur Zarha.

Une lampe éclata ensuite, alors que dans la pièce, la lumière se fit soudainement plus tamisée. Adonis tourna la tête vers la jaune dont émanait cette source de pouvoir. « Désolée. C’est moi. » fait @Nahia Basarab. « Je vous en prie, continuez vos jolis petits discours mesdemoiselles. » Adonis n’est à nouveau pas assez rapide, alors que sa fiancée prend la parole. «Si tu as quelque chose à dire Nahia, je t'en prie, nous sommes tout ouïe. » Adonis sert la main de sa cousine. Il n’ignore pas que les relations entre Nahia et Izolda sont… Tendues, et avec raison. Le regard du brun se pose sur @Isaak Griffith, un instant, comme pour l’implorer de faire attention au comportement de son ancienne adiutor. « Cela semble te déranger que nous confirmions notre allégeance à Adonis. Mais puisque tu sembles avoir mieux à dire, ne te retiens pas. » Agacé, Adonis crispe la mâchoire à nouveau.

« Je n’ai pas besoin que vous m’accompagniez tous à Volastar. » fait-il, imposant le silence par le simple fait qu’il prenait la parole. « Je veux savoir si vous êtes prêts à prendre le risque de perdre la sécurité apparente qu’offre la couronne de granit au peuple résidant sur ses terres. Si vous me suivez et restez avec moi, vous serez les ennemis de mon père. » Il marque une légère pause. « Je ne peux pas laisser ça arriver. Vous ne viendrez pas tous, car certains d’entre vous doivent rester dans les pattes de la couronne de granit afin d’y exercer un rôle d’espion. » Il pose le regard sur les frères K’han. « @Gunnar K'han et @Meryl K'han, vous retournerez à Greenstall dès demain et continuerez à obéir aux ordres de mon père. Gunnar, tu resteras capitaine dans l’armée. Je veux que tu repères les soldats qui montrent des signes d’agacement envers la politique de mon père. Tu les enverras à Foushin quand mon père t’ordonneras d’attaquer mon fief après ma trahison. Eux, et seulement eux. » Adonis attrape son verre et en boit encore une gorgée. Il ne le pose pas et fait tourner le liquide dans le verre, pris dans une certaine réflexion. « Cedraella, tu viendras avec moi. » il pose son verre. « Et je ne veux plus t’entendre douter d’Isaure Oshun. Si je suis ici aujourd’hui, et encore en vie, c’est grâce à elle, à Svea ici présente. » il désigne la mêlé d’un geste de la main « et Eros. » Le regard du Griffith se pose sur @Eros Griffith, désormais. « J’aimerais que tu m’accompagnes à Volastar, toi aussi, Eros. » Il ne lui ordonne rien, pas à son frère. Adonis garde un instant son regard sur lui avant de le détourner ailleurs. « Braelyn, tu m’accompagneras aussi. Ma confiance en les Valaeris n’est que limitée, mais je pense qu’ils peuvent faire de bons alliés. Tu les connais bien, j’aurai besoin de tes talents et de ta diplomatie pour convaincre l’ambassadeur de la nation de l’air de se joindre à nous. » Andrei, son meilleur ami. Il voulait absolument le libérer des terribles griffes de la mêlé orange qui s’était emparé de cette âme si pure. Il savait que Braelyn était douée avec les mots et les âmes. Elle pourrait l’aider. « Hissa, tu viendras également, oui. Ainsi qu’Isaak, et Nahia. » il ne pouvait pas les séparer, pas alors qu’Adonis savait les sentiments de son cousin pour la jeune mêlé. « @Aléa Dochain tu ne me quittes pas. » C’est presque un ordre, il refuse de s’éloigner de celle qui possédait une partie de son âme déchirée. On l’en avait dépouillé, et l’avoir près de lui lui permettait de se sentir moins détruit. « Izolda. » Sa main vient s’emparer de celle de sa fiancée, il glisse son pouce sur le diamant qui brille à son doigt. « N’oublie pas contre qui l’on se bat, Izolda. Johann… Cal… Mon propre père. » Son regard doré se pose contre celui de sa cousine, elle juge Elizaveta de vendre son père ? Alors qu’il rêve de tuer le sien ? Ce n’est pas juste, ils ne peuvent pas faire ce genre de jugement sans perdre leur crédibilité. « Les enfants ne sont pas leurs parents. Diana n’est pas Johann, je ne suis pas Thomas et Elizaveta mérite le bénéfice du doute. » Il sert ses doigts contre les siens. « Zarha, penses-tu pouvoir retourner à Flamaerin ? » Il a un plan, le brun, mais il n’est pas certain de pouvoir le mettre à exécution. « Mes alliés à Flamaerin sont hors de portée à cause de la guerre à la frontière. Trois d’entre eux sont au plus proche du pouvoir : Laurel Grimsrud est la conseillère personnelle de Cal. Jua Yinren est magistrate et cousine de Saeko. Et enfin, Isaure Oshun, la princesse héritière. » Il est persuadé, le Griffith, que Cal n’a aucune chance contre lui. Alors qu’il et lui-même l’être le plus faible d’Aksana face à l’empereur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
red
avatar
red
‹ MESSAGES : 1116
‹ AVATAR : ellie bamber
‹ CRÉDITS : maure bae (av) ; old money (signa) ; myself (gif)
‹ COMPTES : ae - dk - ig - rs - ah

‹ AGE : vingt-deux années perdues dans la solitude d'un cœur meurtri.
‹ STATUT : éprise d'un maître de l'eau, elle ne sait pas que faire de ces sentiments nouveaux.
‹ SANG : sang mêlé empreint d'une nouvelle royauté. le carmin est un doux mélange entre bâtardise et pureté.
‹ POUVOIR : la poupée n'a pas été touchée par le virus, une chance pour certains, mais à dire vrai, elle s'en fiche.
‹ METIER : autrefois au service d'isaure, elle est devenue soldat pour le prince de la terre. elle sert aussi cal oshun, plaidant pour la cause des siens.
‹ ALLEGEANCE : elle a ployé le genou face à adonis griffith mais sa véritable allégeance résidera toujours auprès d'isaure, malgré tout.
‹ POINTS : 1995

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: Re: a game of thrones (TC pour les membres du mouvement d'Adonis) Mar 26 Déc - 21:23


Convoquée à Foushin par Adonis, elle ne prit pas le temps de la réflexion plus d'une minute avant de se décider à y aller. Sa nouvelle cause est celle du prince et elle fera tout ce dont il a besoin pour le servir. Bien que jouissant d'une liberté relative, la gamine n'avait nul part où aller. Sa place avait toujours été auprès d'Isaure, mais elle ne pouvait plus être à sa droite, pas tant qu'elle vivrait au palais royal. Une pointe de nostalgie envahit la gamine qui ne sait pas vivre sans sa sœur. Elle n'a connu personne d'autre durant sa maigre existence et le peu de temps passé à l'extérieur de sa prison fut dédié à la princesse. Parce qu'elle est sa moitié, son tout. Mais les récents choix de la blonde et son allégeance de surface envers l'empereur laisse Svea dubitative. Elle a bien compris que tout cela n'était que de la politique et des choix stratégiques, mais cela ne retire pas le fait qu'elle s'était sacrifiée pour la blonde sans que l'inverse ne soit réciproque. La mêlée n'avait d'ailleurs pas encore vraiment compris pourquoi Isaure avait été livré à son frère alors qu'elle bénéficiait d'une protection à Greenstall. Mais il faut dire que du peu qu'elle en a vu et entendu, la rouge ne fait pas confiance à Thomas Griffith et jamais, elle n'aurait servi un tel roi qui ne vaut certainement pas mieux que tous ceux portant une couronne sur le haut du crâne. La poupée n'est certes pas familière de la politique et des choix stratégiques qu'incombe le statut d'argent, mais elle sait qu'elle se bat auprès du bon choix.
La gamine profite donc du repas, alors qu'elle est assise à côté de @Kaz Ravenscar et de @Zarha Collins. Les plats se suivent mais vient enfin le dernier. Ce fut l'occasion pour Adonis de faire un discours. Alors qu'il évoque le virus, elle peut sentir son regard se poser sur elle. En effet, il semblerait que la rouge soit une des rares à ne pas avoir été touchée en dehors des lambdas. Un avantage au regard de la guerre qui fait rage. Elle l'écoute avec attention, ne pouvant qu'être d'accord avec ce qu'il avançait, bien qu'elle ne comprenne pas encore tous les enjeux de toutes ces alliances, la gamine se doute qu'il leur faut le plus de bras armés possibles pour tenter de contrer les soldats de la garde royale, bien trop nombreux. Quand Adonis évoque la situation de sa sœur, son cœur manque un battement. L'idée de savoir Isaure prisonnière de Cal l'attriste au plus haut point. Mais elle sait que pour le moment, ils ont les mains liées concernant la Oshun. La mêlée écoute ensuite chacun exprimer son allégeance et soutenir la prince dans sa quête. Svea ne sait pas réellement quel rôle elle pourrait tenir si ce n'est celui de soldat. Elle peut sentir les tensions entre certains notamment une mêlée et les nobles, mais c'est surtout les objets qui volent un peu partout et la lumière grésillant qui attirent son attention. Ce n'est que lorsque certains doutent d'Isaure qu'elle sort de ses pensées. Svea fronce son regard et soupire doucement. Elle se tourne vers @Adonis Griffith alors qu'il évoque son nom, en rappelant à tous qui étaient venus le sauver lui et @Aléa Dochain. Un maigre sourire gêné se glisse sur ses lippes alors que les regards se posent brièvement sur elle. – Je me permets d'intervenir, bien que je ne sois pas du même rang que la plupart d'entre vous. Isaure se trouve peut-être parmi l'ennemi, mais elle connaît sa famille mieux que quiconque. Elle est des nôtres et elle est digne de confiance. Son but est le même que celui que nous partageons aujourd'hui. Alors qu'elle déverse son flot de paroles, Svea essaye de se persuader elle-même de ses propos. Elle refuse encore de croire qu'Isaure puisse avoir choisi les Oshun plutôt qu'elle. – En ce qui me concerne Adonis, j'ai peut être une personne de plus à Launondie qui pourrait nous apporter de précieuses informations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
earth mutant
avatar
earth mutant
‹ MESSAGES : 400
‹ AVATAR : Max Riemelt
‹ CRÉDITS : arté (av), tumblr (gif)
‹ COMPTES : IY & AS & MG

‹ AGE : 28 années d'errance et de loyauté, fanées sur sa peau claire sans regrets, mais pour un gain d'expérience savouré. aîné de la fratrie, il se veut le protecteur de la famille.
‹ STATUT : promis à une Kayrin, il ne rechigne pas devant l'union qu'on lui soumet. peut-être n'est-ce pas un mariage d'amour, mais il fera tout pour satisfaire tout un chacun.
‹ SANG : sang argenté, né bronze, il fait désormais partie de la noblesse. douce indifférence pour lui, qui ne juge que par la loyauté, et non la couleur de l'hémoglobine qui coule dans les veines de ses fréquentations.
‹ POUVOIR : perte de son élément originel, c'est maintenant le métal qu'il dirige et contrôle par sa simple volonté. un changement dur à encaisser, mais qui n'abat pas le K'han qui poursuit l'apprentissage de ce nouveau pouvoir sans relâche
‹ METIER : membre du conseil restreint du gouvernement d'Eartanera, fidèle et suiveur de son roi, il se veut à ses côtés la plupart du temps. sans oublier que sa lame n'est jamais bien loin, prête à sévir.
‹ ALLEGEANCE : à Adonis Griffith, le roi d'Eartanera, le souverain enfin couronné, et qui aurait toujours dû l'être. mais roi ou pas, la loyauté ne s'éteindra jamais. également à sa famille, les K'han, son sang qu'il suivra jusqu'à la fin, quoi qu'il arrive.
‹ ADIUTOR : il était lié à elle, autant par son corps qu'à son coeur, et pourtant, cela semblait trop beau pour être vrai. elle est partie bien loin de son maître, ne voulant prêter aucune attention à la guerre qui se tramait. désormais revenue, il tente de remettre ses idées en place, et d'effacer les souvenirs douloureux.
‹ POINTS : 739

MessageSujet: Re: a game of thrones (TC pour les membres du mouvement d'Adonis) Jeu 28 Déc - 16:57

Les couloirs du palais de Foushin s’ouvraient devant lui tandis qu’il les parcourait à la hâte, sa destination étant la grande salle dans laquelle Adonis l’avait lui aussi convié. Une invitation pour une réunion, rassemblement des plus proches fidèles du Prince déchu. Gunnar n’était pas le meilleur orateur du royaume, n’étant guère un habitué des débats, mais il se devait d’être là, sans aucun doute. Pour son Roi, pour Adonis qu’il voyait déjà orné d’une couronne, pour ce Griffith qu’il servait depuis bien longtemps. Le K’han serait la force tranquille, l’homme de guerre aux bras croisés, se contentant d’assimiler les informations. Après tout, n’était-il pas le capitaine des armées, celui qui se donnait corps et âme sur le champ de bataille ? Les discours enjolivés et les mots bien pesés pour fomenter telle ou telle alliance ne serait pas réellement de sa trempe. Bien qu’il n’hésiterait pas à donner son avis sur les stratégies militaires si besoin, il n’oubliait pas que le plus important dans cette guerre, c’était la vie de son souverain. Et bien qu’il ne voulait pas étouffer le Griffith de sa protection, il ferait de son mieux pour veiller sur lui. Les vieilles habitudes ont la vie dure apparemment, on ne le changera pas.
Lorsqu’il pénétra dans la salle, habillé de son uniforme officiel de l’armée, il put apercevoir certains convives, déjà attablés. Il en salua plusieurs d’un signe respectueux de tête, ceux qu’il connaissait plus particulièrement. Il savait que tous étaient là pour les mêmes raisons que lui, et voir tout ce petit monde lui faisait plaisir. Plus ils seraient nombreux à porter allégeance à Adonis, plus ils auront de chances de triompher. Se dirigeant vers la place qui lui était attribuée, il sourit notamment aux K’han présents, soit Cedraella et Meryl, respectivement sa cousine et son petit frère. Puis ses pupilles se posèrent malencontreusement sur Kaz, et son visage se ferma instantanément. Un point noir dans cette assemblée, Gunnar estimait que son ancien frère de cœur n’avait rien à faire ici. Plus maintenant. La trahison était encore bien fraîche dans son esprit malgré tout, et il lui faudrait du temps pour l’oublier et passer au-dessus. Il avait bien d’autres choses à faire, il ne fallait pas trop lui en demander. Il opta donc pour une ignorance passive, se contentant de s’asseoir en pensant à autre chose. La situation était bien trop importante pour qu’il se concentre sur des choses aussi futiles.

Le repas se passa sans encombre, tandis que chacun vaquait à des discussions en tout genre. C’est avec son frère, assis à sa gauche que le K’han échangea quelques mots. Pourtant, il n’était pas réellement serein, tandis qu’il ressentait les vibrations de tous les éléments de métal présents sur la table. Depuis le fléau causé par le virus qui les avait tous touchés, Gunnar était au plus bas quant à ses capacités perdues. Lui qui maîtrisait si bien cette Terre qui était devenue une partie de lui, il ne pouvait plus rien en faire, impuissant, faible. Il avait mis du temps à s’en remettre, beaucoup. Touché autant dans sa chair que dans son esprit, il avait dû surmonter cette épreuve, la perte de son adiutor apportant son lot de souffrance. Mais le K’han ne supportait pas la faiblesse, et il avait fini par relever la tête, se découvrant par accident de nouvelles aptitudes. Qu’il ne maîtrisait pas plus, à son plus grand malheur. Il n’espérait donc qu’une chose, qu’il ne blesse personne à cause de son incapacité à contrôler la nouvelle matière qui semblait répondre à certaines de ses émotions. Bien qu’il devait l’avouer, un couteau dans la cuisse du Ravenscar lui ferait lui plus grand bien. Finalement, le dernier plat disparut, et Adonis prit le temps de leur adresser quelques mots. Les yeux fixés sur lui, Gunnar ne put qu’acquiescer silencieusement à chacune des paroles qu’il prononçait. Cependant, la partie concernant la nation du vent lui fit instantanément froncer les sourcils, tandis qu’il apercevait qu’il n’était pas le seul. Cette invitation de la Reine des terres du vent n’attirait pas spécialement le K’han... Mais qui était-il pour prendre de telles décisions ? De toute façon, quoi qu’il puisse en penser, il savait qu’Adonis fera ce qu’il estimera le mieux. Combien de fois avait-il contourné les recommandations de son ancien protecteur ? Il ne les comptait plus, mais il ne pouvait pas vraiment s’y opposer. Il se contenterait donc de suivre, comme il l’a toujours fait, et comme il le fera toujours, fidèle main armée du Griffith. Il donnerait sa vie pour la cause, et s’il devait la perdre en terre du vent, aux côtés de son Roi, il n’en serait que plus heureux. Les mains croisées, son menton posé sur ces dernière, il écouta attentivement chacun prendre la parole, assimilant leurs arguments et les informations qu’il pouvait recueillir. Il ne parlait pas encore, mais il était bien présent, se faisant une idée sur chacun, analysant un peu plus ceux qu’il connaissait moins. Si tous se battaient avec autant de ferveur, peut-être avaient-ils une chance, et Gunnar voulait y croire.

Son attention fut toute entière quand Adonis s’adressa à lui et à son plus jeune frère. Croisant les bras, il plongea ses iris claires dans celles, plus sombres, de son souverain. « Gunnar K'han et Meryl K'han, vous retournerez à Greenstall dès demain et continuerez à obéir aux ordres de mon père. Gunnar, tu resteras capitaine dans l’armée. Je veux que tu repères les soldats qui montrent des signes d’agacement envers la politique de mon père. Tu les enverras à Foushin quand mon père t’ordonneras d’attaquer mon fief après ma trahison. Eux, et seulement eux. » Recevant les ordres avec le plus grand des sérieux, Gunnar voulut ouvrir la bouche pour protester. Adonis lui ordonnait de rester à Greenstall, tandis qu’il irait sans lui à Volastar. Encore une fois, le K’han fut agacé de ne pas pouvoir protéger son souverain comme il le voulait. N’était-il pas assez doué pour cette tâche ? Malgré tout, il comprit la prise de position du Griffith. Le Capitaine resterait à son poste, fidèle espion qu’il était. En territoire ennemi, du moins bientôt, il pourrait aisément jouer la vipère. Observer les faits et gestes de l’actuel souverain, transmettre les informations primordiales qu’il aura appris pour porter un avantage à son réel camp, et surtout recruter les mains armées qui leur permettront de triompher. Gunnar ressentit presque un pincement au cœur à l’idée qu’un jour, il se retournerait contre sa propre armée, contre ses propres hommes, ceux qu’il avait lui-même formé. Et pourtant, il le ferait, parce que sa loyauté n’allait qu’à une seule et même personne. Pertes ou pas, sacrifices ou non, il agirait dans l’intérêt de son souverain et non du sien, toujours. Il prit donc la parole à son tour, attendant qu’une jeune demoiselle eut fini de parler. Les bras croisés sur son uniforme, un air martial sur le visage, il s’adressa directement à Adonis. « Soit, j’irais à Greenstall sous les ordres de ton géniteur, bien que te laisser te rendre à Volastar sans moi ne me plaît guère. » Une simple remarque pour manifester son inquiétude quant à sa protection, bien que le K’han savait pertinemment que d’autres seraient tout à fait à même d’assurer sa survie. « Enfin, la présence d’Aléa à tes côtés me rassure, je sais qu’elle saura se débrouiller. » Jetant un regard à la mêlée sur ces mots, il lui sourit d’un air doux, heureux de la voir ici. Il finit par porter un verre à ses lèvres, appréciant le liquide couler au creux de sa gorge. « Je serais tes yeux et tes oreilles à Greenstall, tu pourras compter sur moi pour lever une armée qui te sera fidèle jusqu’à la fin. Je les sélectionnerais un à un dans le plus grand secret, et lorsqu’il sera temps, ils se battront pour toi. » Le K’han reposa finalement son verre, tandis que dans ses yeux pouvait se lire une certaine détermination. Peut-être n’avait-il pas la meilleure place, infiltré au sein du camp ennemi, mais quoi de mieux que des K’han pour servir d’espions ? Ils étaient passés maîtres dans la matière au service des Griffith, et ce n’est sûrement pas maintenant qu’il renierait ces principes. Espion ou pas, en terre ennemie ou non, il ferait tout ce qui est en son pouvoir pour apporter la couronne à Adonis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
earth mutant
avatar
earth mutant
‹ MESSAGES : 1485
‹ AVATAR : candice patton
‹ CRÉDITS : lise amr (vava) élodie mon bb (gif & icons signa), endlesslove (signa)

‹ AGE : cela fait vingt-sept ans qu'elle a vu le jour, lors d'une belle journée d'été
‹ STATUT : son annulaire dénué de quelque bijou que ce soit, elle n'est plus à marier, elle et son corps défaillant. la voilà incapable d'être femme ou mère.
‹ SANG : argent, la dernière à porter son nom, l'une des trois à ne pas être tombées dans la disgrâce
‹ POUVOIR : le virus lui a fait perdre l'élément qu'elle commençait à peine à apprivoiser ; c'est désormais les métaux qu'elle doit apprendre à faire se plier et se briser sous ses ordres, enduillée par la perte de sa terre chérie
‹ METIER : ambassadrice de la couronne d'eartanera, elle relaie et participe à entretenir la paix ; paix qu'elle chérit, malgré son implication dans l'armée
‹ ALLEGEANCE : adonis griffith, son roi ; eartanera, la seule mère qui lui reste
‹ ADIUTOR : uc / vert
‹ POINTS : 739

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: Re: a game of thrones (TC pour les membres du mouvement d'Adonis) Mer 3 Jan - 23:31

Elle ne relève pas les dires de celles qui prennent la parole après Braelyn ; elle n'est pas là pour les convaincre, à la fois parce que ce n'était pas son rôle, et parce qu'elle saurait qu'elle n'arriverait à rien. L'histoire qui liait désormais la nation de la Terre et les Valaeris était bien plus forte que le témoignage que l'ambassadrice saurait partager avec eux tous, elle le savait pertinemment. Elle espérait donc, silencieusement, que les avis changent une fois de nouveaux liens tissés entre les deux partis, qu'elle ne voulait pas voir demeurer ennemis jusqu'à la fin des temps. Utopiste, elle croyait en l'amélioration. Elle fut flattée d'entendre Adonis lui demander de l'accompagner, bien que son coeur se tordit légèrement à la mention de son homologue d'Aerinstin. Elle sent dans les paroles de son prince que quelque chose n'allait pas ; autre chose que l'animosité qui s'étendait entre les deux hommes, reflet de celle qui séparait leurs deux nations. La pieuse ne sait s'empêcher de s'inquiéter quelque peu, et elle se promet de retourner voir Adonis dans quelques temps pour lui demander quelques précisions ; car convaincre Andrei de rejoindre la cause de son ami, au même titre que le ferait la reine des vents, ne relevait de l'impossible qui si quelque chose se tramait. Elle ne répond pas à voix haute, se contente de chèrement soutenir son regard ambré et d'hocher la tête, lui affirmant encore une fois que ses désirs étaient des ordres qu'elle ne se risquerait pas à contourner. Elle adresse un sourire à @Hissa Griffith quand elle rejoint à son tour la délégation eartanerienne qui se rendrait à Volastar, trop heureuse de retrouver sa cousine et de savoir qu'elles ne se quitteraient pas de sitôt. Sa famille lui manquait plus que tout, plus encore depuis l'attaque sur Biogehira. En revanche, c'est un simple regard qu'elle pose sur @Isaak Griffith, fiancé qu'elle respectait sans apprécier. Ainsi serait-il du voyage également, et aucune nouvelle n'aurait pu provoquer chez elle moins d'intérêt que celle-ci. Elle écoute alors que les plans se dessinent, que les alliés ailleurs qu'ici et les ennemis qui résidaient sur les mêmes terres qu'eux sont mentionnés, et elle ne peut s'empêcher de prendre une discrète mais abondante goulée d'air. Ainsi, la guerre était vraiment là. Même les attaques conduites par l'Empereur n'avait pas eu le mérite de faire réaliser à Braelyn ce dans quoi tous avaient mis les pieds. Elle écoute tout le monde parler ; elle écoute @Svea Lankford mentionner Launondie, elle écoute @Gunnar K'han préciser sa mission d'espion au sein des hommes de Thomas. Ils étaient partout. Ici, à la capitale, à Aguarinui, et bientôt à Volastar. Les soutiens du prince du pierre s'étendaient à travers Askana tout entier ; comment pourrait-il ne pas atteindre son but, porté par toutes ces voix ? Par tous ceux qui l'écoutaient, et tout ceux qui le rejoignaient, officiellement ou anonymement ? Enfin, que pouvait l'Empire contre tout ça ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: a game of thrones (TC pour les membres du mouvement d'Adonis) Jeu 4 Jan - 23:35

Fière d'Adonis et de ce qu'il accomplissait, tu le regardais ou plutôt, l'admirais. Il avait su dénicher des âmes prêtes à se lier à lui, à la vie, à la mort. Des pions qui lui seraient utiles dans sa quête au pouvoir. Personne ne savait ce que vous alliez devenir. Peut-être est-ce que la visite à Volastar serait la fin des idéaux du Griffith, votre fin. Et pourtant, vous étiez prêts à prendre ce risque pour construire l'avenir qui vous semblait le plus juste. Avoir une place dans le conseil de ton adoré n'était pas une responsabilité que tu prenais à la légère, et savoir qu'il t'écoutait, prenait en compte tes mots ainsi que tes mises en garde te rassuraient. Cela n'effacerait jamais cette dernière mise en garde que tu lui avais dit, peu avant qu'il ne parte pour Launondie et qu'il n'en revienne que plusieurs semaines plus tard, différent. Des frissons parcouraient ton échine en même temps que tu te remémorais l'image du jeune maître de terre derrière les barreaux de sa cellule. Sans précédent, tu attrapais la jupe de ta robe et la serrais si fort que le tissu aurait pu s'en détacher. Toujours cette même haine qui faisait surface, toujours ce même visage à détruire. Tu ne fis pas attention aux échanges jusqu'à ce qu'une ampoule explose et attire ton attention. Une jeune femme (Nahia) semblait trouver la situation agaçante, mais Izolda répondit à son sarcasme avec justesse. Un léger sourire à la commissure de tes lèvres ainsi qu'un regard envers ton amie pour montrer ton soutien à ses dernières paroles et c'est Adonis qui prit la parole pour expliquer les futurs plans. Attentive, tu enregistrais toutes ses explications et hochais la tête en l'entendant affirmer ta venue à Volastar à ses côtés. Aux côtés d'Eros, vous pourriez montrer votre soutien à ce frère qui n'était pas le tiens réellement. Si Gunnar restait à Greenstall, cela pourrait vous assurer de nouvelles informations à votre retour. Tu restais, en quelque sorte, proche de Thomas. Parce qu'il était devenu, au fil des années, ce paternel qui t'avait manqué toute ton enfance. Tu avais mis en lui l'amour que tu aurais aimé donner à ton propre père. Mais l'ambition du roi autoproclamé, son manque de réactivité lorsque tu pourrissais dans un cachot avaient laissé un froid entre vous. Tu pouvais le sentir, il pouvait le sentir, et ça ne risquait pas de s'améliorer à l'égard de ton allégeance envers Adonis. « Soyez prudents, restez vigilants. Vous le savez déjà, vous avez conscience que si nous avons des oreilles dans chaque nation, Cal ou encore Thomas en ont aussi. Que rien ne sorte ici. Et faites attention à vous, la vie de chacun dépend de vos actes. » annonças-tu en posant ton regard sur chacun d'entre eux, tour à tour. Ce n'était pas des mots accusateurs, juste de bonnes paroles. Tu ne voulais pas que les gens se mettent bêtement dans le danger, et encore moins si ça venait à atteindre Adonis.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

MessageSujet: Re: a game of thrones (TC pour les membres du mouvement d'Adonis) Dim 7 Jan - 18:00

Zarha sursauta lorsqu'une des ampoules éclata dans la salle. Tournant sa tête vers Nahia, elle comprit rapidement que les différentes allégeances autour de la table ne lui plaisaient guère. Soit c'était son droit, beaucoup avaient dit à Zarha qu'elle commettait une erreur en s'alliant au mouvement d'Adonis, pour des raisons différentes mais qui ne comptaient pas aux yeux de Zarha. Elle avait fait son choix et ne reviendrait pas la dessus. Ce fut autour d'Izolda de reprendre la parole, invitant Nahia à prendre la parole pour exprimer clairement le fond de sa pensée, mais d'une manière beaucoup plus diplomate que Zarha aurait pu le formuler, mais Adonis reprit la parole, mettant pour un temps un terme à ce problème là. Elle l'écouta, presque religieusement leur répondre à toutes et à tous et elle croisa ses bras sur sa poitrine, s'appuyant sur la table en face d'elle. Donnant ses ordres et consignes, ramenant le calme autour de la table. Les différentes alliances entre des peuples qui ne s'entendaient guerre n'était pas chose aisée et Zarha n'enviait en rien le prince de devoir se trouver à cette place. Mais pour l'avoir fréquenté quelques temps, elle savait qu'il en avait la carrure. Quand il s'adressa à elle, lui demandant si elle pensait pouvoir retourner à Flamaerin, son premier instinct fut de refuser, bien qu'elle soit maitre du feu, elle n'avait plus cette place là depuis des années, mais elle avait juré qu'elle ferait ce qu'on lui demanderait, pas plus tard que quelques minutes auparavant, elle acquiesça en prenant une grande inspiration alors qu'il continuait son explication. "Oui je peux, si je peux vous être utile là, c'est là que j'irais." dit elle en hochant la tête, déterminée à mettre les fantômes du passé derrière elle. Elle prenait un risque en revenant là, elle en était consciente, mais si c'était le prix à payer, elle le paierait. Elle écouta ensuite les autres autour de la table, toutes et tous étaient convaincus du bien fondé de leur mission, ils étaient tous volontaire pour obtenir un objectif : donner la couronne à Adonis.
Revenir en haut Aller en bas
yellow
avatar
yellow
‹ MESSAGES : 1176
‹ AVATAR : amelia zadro.
‹ CRÉDITS : (av) DΛNDELION
‹ COMPTES : hedda, l'enfant. hazel, le soleil. honoka, l'oubliée.

‹ AGE : Il y a vingt-six automnes qu'elle a touché la neige pour la première fois.
‹ STATUT : Le coeur en miettes, perdus entre des amours perdus et des mensonges sans fin.
‹ SANG : Le sang mêlé d'un père qui n'imaginait pas voir sa fille devenir l'orage et les ténèbres.
‹ POUVOIR : L'électricité ronge ses veines, parcourt son corps et vient accélérer son coeur.
‹ METIER : Espionne d'Adonis Griffith, ancien adiutor d'Isaak Griffith. Elle combat dorénavant au Trou de Launondie pour le compte de Milo Naharis.
‹ ALLEGEANCE : Au Roi d'Eartanera et sa famille. Mais les tourments l'emportent et la seule certitude qu'il lui reste n'est autre qu'Aléa Dochain.
‹ ADIUTOR : Ancienne adiutor d'Isaak Griffith, son prince, son autre morceau d'âme. Elle l'a aimé, beaucoup trop, mais le lien qui les a unis et les erreurs qui les ont trahit ne viendront jamais retirer l'amour qu'elle porte au maître de la terre.
‹ POINTS : 167

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: Re: a game of thrones (TC pour les membres du mouvement d'Adonis) Mer 10 Jan - 15:22

C’était compliqué de voir tout ce beau monde, tout ces nobles, suivre Adonis comme s’ils étaient à ses côtés depuis des années. Peut-être qu’ils le faisaient, peut-être qu’ils pensaient déjà à lui comme roi alors qu’il n’était même pas prince. Mais l’impression amère que ton allégeance envers lui est bafouée par la leur ne fait que grandir. Tu n’arrives pas à contenir tes doutes, ton sarcasme et bien que tu n’acceptes pas qu’Izolda te parle comme elle le fait, tu ne dis rien, ne bronche pas et te contente d’un regard qui en dit long sur la noirceur qui te gagne à mesure que le temps avance. Tu n’ajoutes rien parce que tu n’as pas envie d’embarrasser Isaak, tu as déjà surement trop fait. Et parce que ce n’est ni le lieu, ni l’endroit, pour commencer des règlements de compte personnels. Tu te soulages de la prise de parole de votre roi, bien que tu te demandes encore ce que tu fais ici. Tu hoches la tête pour accepter de le suivre jusqu’à Volastar, malgré ton manque de contrôle, tu espères que les choses se passeront pour le mieux. Savoir qu’Aléa vous accompagnera te rassure et il y a bien un visage que tu as envie de trouver dans les contrées d’Aerinstin. Autant profiter du déplacement. Les alliés d’Adonis continuent d’être listés, ceux présents autour de cette table, mais également ceux qui n’ont pas pu venir. Tu te souviens de la princesse Oshun, lorsqu’elle est venue avec le Griffith et bien que tu ne la connaisses pas, tu lui es bien reconnaissante d’avoir rendu la liberté non pas à Adonis, mais à Aléa. Tu jettes un nouveau coup d’œil vers l’amie lorsque Svea prend la parole à son tour. Tu l’observes avec attention, tu sais qu’elle est proche de la bleue et ce simple savoir t’apporte une certaine confiance. Tu observes les uns et les autres, tentant autant que possible de contenir l’électricité qui grouille dans tes veines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
administrator
avatar
administrator
‹ MESSAGES : 7046
‹ AVATAR : dylan o'brien
‹ CRÉDITS : (av) queenshady aka kohaku omg jmeurs cette boté / (icons sign) self / (gif profil) found by manon donc jsp
‹ COMPTES : star n'zuzi (spoiler alert: c adonis le plus sympa oopsie)

‹ AGE : Il a eu 26 ans le 23 septembre dernier. On a tendance à lui donner plus, à penser que l'homme qui a déjà vécu autant a plus d'années au compteur mais Adonis est pourtant toujours jeune. Il comble l'inexpérience par l'ambition et le culot.
‹ STATUT : Marié à une femme qu’il aime, certes, mais son coeur se consume d'un amour interdit pour l'empereur tombé.Izolda est sa meilleure alliée, mais elle n’est pas lui. Après avoir passé des mois à tenter de l’oublier, Adonis se livre enfin à ses sentiments. Tout entier, sans barrière, sans retenue, quitte à finir avec le coeur en tas de cendres.
‹ SANG : C'est d'un bleu roi que son hémoglobine est teintée, comme cela aurait toujours du l'être. Le Griffith a récupéré sa couronne au prix fort, mais au moins tout cela n'a pas été vain.
‹ POUVOIR : Quatre semaines douloureuses ont transformées la vie d'Adonis à tout jamais. Le fier Eartanarien a perdu sa belle légitimité à cause d'inconnus. La colère qui brûle dans ses veines transforme sa terre adorée en une lave brûlante.
‹ METIER : Il y est arrivé, le but ultime est atteint avant même sa trentième année. Roi d'Eartanera, Adonis assoit son pouvoir sur la nation qu'il aime tant.
‹ ALLEGEANCE : Lui-même. Adonis a fomenté plusieurs alliances en échange d'une couronne qu'il a enfin obtenu. Plus motivé que jamais, le Griffith refuse de voir la couronne lui échapper. Il a également tout récemment fondé un mouvement activiste pour le bien des mutants à travers tout Aksana, avec Rayna Belikov et Rita Kimora.
‹ ADIUTOR : Aléa Dochain, l'ombre protectrice, capable de tout pour lui. Elle est sa main armée, elle est son réconfort. C'est elle son bras-droit, désormais.
‹ POINTS : 5561

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: Re: a game of thrones (TC pour les membres du mouvement d'Adonis) Mar 30 Jan - 21:59

Les discussions s’enchainent et Adonis prête une oreille attentive à tout ce qui se dit autour de sa table. Il pose son regard sur Svea, quand elle ouvre la bouche pour défendre sa sœur. Mais ce qui l’intéresse est surtout ses propos sur une aide potentielle à Flamaerin. « Bien, nous en parlerons dès demain, première heure. » décide-t-il, il n’a pas envie de livrer tous ses œufs dans le même panier, le brun. Certaines alliances doivent être discutées avant d’être approuvées et exposées, afin de ne prendre aucun risque. Adonis hoche la tête en direction de Gunnar, quand celui-ci prend la parole pour lui assurer son soutien. Il sait que son ami s’inquiète de son bien-être, mais il sait aussi qu’il n’a pas d’autre choix que de l’envoyer pour cette mission. Gunnar est un atout précieux au jeune prétendant au trône, et Adonis e peut pas gaspiller l’opportunité d’avoir dans ses rangs le capitaine de l’armée de son père. Finalement, Hissa et Zarha prenne la parole et Adonis se lève. Il est fatigué, et il est temps que ce diner se termine. « Zarha, j’ai besoin que tu retournes à Flamaerin. Ouvres-y tes yeux et tes oreilles et envoie des rapports réguliers à Isaak ou à moi. Ne va pas à Launondie, tu risquerais d’être à nouveau faite prisonnière. Rend toi à Dragondale, je veux connaître toutes les faiblesses des Yinren. » Il inspire profondément et s’éloigne de la table. « Merci mes amis, d’être venus si nombreux. La prochaine fois que nous dinerons tous ensemble, la table sera plus longue et Eartanera sera à nous. » Et c’est une promesse que le prince fait.

sujet cloturé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: a game of thrones (TC pour les membres du mouvement d'Adonis)

Revenir en haut Aller en bas

a game of thrones (TC pour les membres du mouvement d'Adonis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PINNED UNDER THE WEIGHT :: playground :: anciens rps :: saison 2-