AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
fermeture du forum
Merci à tous pour tous ces beaux mois passés sur le forum. On souhaite bonne continuation à tout le monde!

Partagez| .

[F/LIBRE] ODEYA RUSH - they're teaching me to kill; who's teaching me to love?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
‹ MESSAGES : 375
‹ AVATAR : COURTNEY EATON.
‹ CRÉDITS : (AV)@SCHUYLERS.
‹ COMPTES : ES, YO, RK, EG, SV.

‹ AGE : vingt-six ans ; et si le quart de siècle n'a à peine été effleuré, c'est pourtant l'impression d'avoir vécu des siècles qui l'incombe. parce qu'elle a vue, elle a entendu, elle a senti, elle a souffert rita. vingt-six années à se demander pourquoi, pourquoi elle, pourquoi tout ça. les réponses ne sont jamais venues, alors elle a arrêté les interrogations, et a tenté de ne plus flancher sous le poids des années accumulées.
‹ STATUT : célibataire ; autrefois fiancée, autrefois amante, rita est à présent seule. plus solitaire que jamais, c'est de son exil qu'elle revient, cet exil où il n'y avait rien ni personne que des kilomètres entier de sables. rita elle ne ressent plus rien, ne serait-ce son coeur glacé qui ne bat que pour la tenir en vie.
‹ SANG : bronze (mais argent) ; désanoblie, c'est pourtant l'impression argentée qui lui colle à la peau. rita a peut-être perdu toute noblesse mais dans son coeur et dans sa tête, elle est argentée, peut-être même bleutée. rien ni personne ne pourra la convaincre du contraire, elle a déjà laissé sa trace sur ce royaume (en bien ou en mal) et ne compte pas s'arrêter de si tôt.
‹ POUVOIR : bloodbender ; l'eau était sa phobie, son pire cauchemar, relatant son élément premier à la torture de son père, à la noyade de son enfance, elle n'a jamais su le maîtriser comme elle l'aurait voulu. cause perdue aux yeux de ses professeurs ainsi que de sa famille, le virus, s'il l'a séparé d'alba, l'a tout autant aidé en lui faisant découvrir son nouveau pouvoir. bloodbender, le sang, ces hémoglobines qu'elle peut faire chanter comme bon lui semble à la nuit tombée.
‹ METIER : ucucuc
‹ ALLEGEANCE : ucucuc
‹ ADIUTOR : ucucuc
‹ POINTS : 656

Carnet de bord
Choses à savoir:
Relations:
Compétences:

MessageSujet: [F/LIBRE] ODEYA RUSH - they're teaching me to kill; who's teaching me to love? Lun 4 Déc - 11:59


atara khodja
pull the trigger -- ain't nobody gonna do it for you
don't hesitate, just shoot.
prénom, nom ‹ ( khodja, atara ), le nom des Mères, des femmes aux coeurs fous, aux coeurs cruels. respect sur ces femmes qui sont devenues son sang, elle porte le nom khodja, une marque assez forte pour fuir ses anciens démons et embrasser avec arrogance sa nouvelle nature. atara, un dernier souvenir de sa maman, celle qui est morte pour la protéger elle. un honneur, une fierté peut-être. âge ‹ ( dix-huit ans ) gamine, enfant, elle se rappelle pas de grand chose de son passé. on sait juste que dans ses yeux assassins, on y voit la vie comme l'océan. date et lieu de naissance ‹ au choix. statut matrimonial ‹ ( célibataire ) atara n'a pas le temps pour les amourettes ni les histoires de coeur. amoureuse de ses dagues et de son épée, elle ne voit qu'en l'amour une simple vulnérabilité; elle sait qu'en ces temps difficiles, une demande en mariage pourrait lui tomber dessus, c'est  à ce moment-là qu'elle fuira. sang ‹ ( argent ) par l'adoption des Mères et l'acceptation de son nom, elle a grimpé les échelons bien plus loin qu'elle n'aurait jamais pu l'espérer. atara est une noble, si le goût amer s'effiloche dans sa bouche à cette idée, son statut ou son sang n'ont jamais réellement fait de différence. métier ‹ ( the punisher ) atara est petite, atara est frêle mais l'un des plus fatal outil de la famille khodja. entraînée depuis ses trois ans à n'être que mortelle, elle ne connaît rien d'autre que l'odeur du sang et le meurtre. elle est l'ombre tapissée dans les ténèbres, elle est l'ombre qui assassine. s'occupant des sales besognes dont même les Hommes les plus braves ont peur. Parce que Atara n'a rien à perdre, jamais. adiutor ou Maître ‹ ( maître ) qui se délecte de l'idée de détruire son Mêlé. atara n'a besoin de personne, encore moins d'un protecteur. pouvoir ou élément maîtrisé ‹ ( feu ) enfant des flammes, douloureux souvenir, c'est au creux de sa nuque qu'elle repasse de ses doigts fins la cicatrice offerte par un élément qui l'a toujours dépassé. si atara est mortelle, elle n'use en rien de ce pouvoir qui lui semble trop grand. allégeance ‹ ( khodja ) son nom, son sang, son ancre. en revanche, atara ne sait faire qu'une chose bien; fuir et courir. l'attachement lui fait terriblement peur et si elle doit tout à son nom, dès le moment où on tentera de la museler, elle s'en ira sans crier gare. âme solitaire, c'est pourtant les liens du sang qui vont la faire vaciller entre sa vraie nature et son futur. compétences ‹ au choix. localisation actuelle ‹ ( the crows ) le château des Mères, sa maison quand elle a été accueilli par celles-ci. elle y passe ses journées, avant de quitter le manoir la nuit pour s'ensuire sa danse mortuaire. groupe ‹ pax aeterna (pour la neutralité) même si j'ai une hésitation avec luceo non uro (pour l'empire puisque les khodja sont de ce côté-là). à vous de choisir. avatar et crédits ‹ odeya rush//killer from a gang.  
( childhood ) Atara a grandi avec sa mère et son père avant que ceux-ci ne meurent par la main du gouvernement. traitres, risquant la pérénité de l'empire, ils ont été exécuté sous ses yeux. elle avait quatre ans, quatre ans après quoi sa vie a changé complètement. elle a grandi dans une maison aimante, avec des parents, qui contrairement à beaucoup, l'aimaient. ce n'est qu'un lointain souvenir, des bribes d'une mémoire qui a été cassé. parfois dans ses rêves elle revoit leurs visages et ne pense qu'à une chose: l'amertume. parce qu'ils l'ont laissé à cause d'un acte héroïque, et atara sait qu'elle ne sera jamais à la hauteur. ( the punisher ) elle a été recueilli par un homme curieux qui s'est pris d'affection pour la gamine. d'abord innocente, il l'a rendu brutale, une arme de guerre fatale. il l'a entraîné à se battre, à dire non, à n'accepter aucune once d'humanité ou d'amour. il lui a pulvérisé son humanité, ses pleures languissant l'amour d'une mère. il lui a appris à tuer de n'importe quelle façon possible, il en a fait un robot, une machine, une foutue âme sans coeur. dans le néant de ses yeux on ne voit que la froideur, une froideur qu'elle tente à présent de tuer. atara elle se levait le matin à l'aube avec la sonnerie d'une clochette pour son premier entraîner. elle vaquait ensuite à l'apprentissage des poisons, puis au maniement de différentes armes avant de partir en mission avec son maître; puis tuer. la première vie qu'elle a ôté est toujours gravée dans sa mémoire, elle n'avait que neuf ans. ( death ) à ses dix ans, elle a tué son maître. fatiguée, épuisée de suivre ce rythme impensable, il a créé une arme, qui s'est retourné contre lui. elle l'a égorgé, laissant le deuil de cet homme qui l'a bien malgré tout élevé, lui pincer encore aujourd'hui, le coeur. elle a fui son confinement pour se libérer à un monde qu'elle ne comprenait pas. c'est par chance qu'elle a réussi à se sortir de son mutisme, c'est par chance qu'elle a rencontré les khodja. ( khodja ) les Mères ont vu atara et ont décidé de l'adopter après quelques secondes lors de leur rencontre. atara était en train de tuer un homme de main apartenant aux corbeaux. impressionnées par son savoir-faire, les Mères luit ont proposé un pacte: rejoindre les rangs de leur famille, lui donner tout ce dont elle n'aurait jamais pu rêver; une famille. et en contrepartie ses services et sa loyauté infaillible. désespérée d'enfin appartenir à quelque chose, atara a accepté et est devenue leur fille quelques semaines avant son entrée à l'académie. ( academy ) l'académie a été une tâche lourde dans sa vie de jeune adolescente. atara n'a jamais été une enfant, atara n'a jamais été une adolescente. alors que d'autres filles pensaient à inviter des garçons à un rendez-vous, elle elle réfléchissait au concoctement d'un poison violent. elle était une élève à mauvaise réputation  ayant une dent contre l'autorité. atara s'en est sortie, mais ne s'est jamais sentie à sa place; jusqu'à aujourd'hui. ( alchemy ) c'est une férue des mélanges inconcevables et de poisons. si elle sait manier n'importe quelle arme tel un robot, les Mères l'ont encouragé à se spécialiser dans la création de poison. elle est leur petite alchémiste sous la tutelle de l'empoisonneur officiel des corbeaux. si son apprentissage se fait sans embûche, atara y voit une passion particulière, qui lui donne parfois même l'impression d'appartenir et d'être. ( conflict ) elle a toujours hésité entre la fuite et l'ancrage. c'est un conflit interne qui s'évertue chez elle depuis son adoption chez les khodja. ça fait maintenant huit ans qu'elle est une part du clan, mais dans le fond elle n'a pas l'impression d'être à sa place; leur anoblissement lui faire peur, parce qu'elle sait qu'on la liera probablement à un autre noble. si elle porte un amour inconditionnel à ses Mères, il n'en est pas moins qu'à partir du moment où on l'enchaînera, Atara partira; car c'est ce qu'elle sait faire de mieux.

( caractère ) atara est une gamine complexe aux traits indéfinis. elle se cherche depuis des années sans jamais s'être trouvée. alors que quand elle était encore une enfant, on la disait naïve, un peu fleur bleue et souriante, à présent, avec les années elle a perdu chacune de ces qualités. froide, sans coeur, sans âme diraient d'autres, elle a grandi avec un homme qui lui a dérobé tout sentiment, toute émotion. elle ne sait rire pour le plaisir de rire, elle ne sait aimer sans donner un prix. c'est tout ou rien, avec une énorme couche de cynisme. c'est un soldat avant d'être une humaine, c'est une machine avant d'être une enfant. elle ne pense pas comme les filles de son âge, elle est absolument décalée, éloignée, repoussant tout ce qui peut lui sembler être une preuve d'amour ou d'amitié. elle essaye de combattre cette par d'elle-même, elle essaye de ne pas penser qu'avec la rationalité et sa logique froide, c'est un entraînement, un besoin, une incapacité pourtant de faire preuve d'empathie. atara est loin d'être une humaine et dans son fort intérieur elle se crie toujours qu'elle est un monstre. très peu confiante quand il s'agit de nouer des liens avec quiconque, elle souffre silencieusement sans externiser. ses humeurs sont variables, mais le sarcasme même dans la bonne humeur, se fige sur ses lèvres alors qu'elle ne sait envoyer que des piques acérées. atara c'est un problème insolvable, des mathématiques sans solution. une bouche emplie de rage, une conscience bafouée, une dague prête à attaquer sous les ordres de ses Mères sans regret. Parce qu'elle ne connaît qu'un maigre seuil de pitié qu'elle gomme dès qu'il lui aparaît. elle ne connaît pas la notion du désir, ni de l'amour, ni de l'amitié, au fond atara ne ressent rien que le calme plat et glacial.
asghari khodja et atara khodja
baby sister we'll set the world on fire, and that's a promise ‹ Asghari et Atara sont diamétralement opposées et pourtant très proches. Il a fallu une première rencontre avant que leur amitié et leur lien de sœurs soit scellée. Si Atara est sauvage et n’accepte l'aide de personne, les Mères et Asghari sont une exception. Parce qu’elles ont toutes les deux souffert pendant leur enfance, parce qu’elles ont toutes les deux des traumatismes qui leur collent à la peau. Asghari sait que trop bien externaliser, ne sait que trop bien parler au peuple, mais ses phobies l’empêchent de vivre pleinement, puisque ses peurs deviennent des chaînes plutôt qu’un moyen de grandir. Atara, elle, tente de changer, tente de déceler dans l’esprit sombre une âme, une pitié, peut-être même une conscience. Si toutes les deux ont encore une longue route devant elles avant de devenir des femmes, elles n’hésitent pas à s’épauler. C’est plus simple de parler de ses méfaits à quelqu’un qui ne jugera jamais, et si Atara sait tout de Asghari, Asghari sait tout de Atara. Comme deux morceaux qui ont été séparé à la naissance, en se voyant, en apprenant à se connaître, elles ont eu l’impression de retrouver une vieille amie jamais oubliée. Asghari sait anticiper les mouvements de Atara et vice-versa. Elles réfléchissent un peu de la même manière, elles arrivent à se compléter sans même essayer. Atara aide Asghari à faire face à ses peurs, alors qu’elle n’en a pas ou n’a jamais hésité à les chasser. Et Asghari aide Atara à s’ouvrir au monde, à se reconstruire après qu’on l’ait détruit morceau par morceau ; Elles ne pourraient s’imaginer un monde où l’une n’existe pas, elles ne pourraient à présent plus s’imaginer vivre l’une sans l’autre. Lors de missions, les Mères ont décidé de former ce duo parce qu’elles sont si complémentaires. Asghari vole, virevolte dans les airs comme une araignée, alors qu’Atara est la force brute. Là où Asghari ne saurait torturer ou tuer, Atara l’épaule et l’aide. Leurs rôles au sein de la famille Khodja sont très distincts, et pourtant absolument dépendant de l’une et de l’autre. Asghari fera les beaux yeux et séduira alors qu’Atara utilisera de sa force pour obtenir ce qui lui faut. Un duo indéniable, et surtout craint par ceux qui ont appris à les connaître.
Si elles se disent tout, Atara n’a pas osé avouer à Asghari qu’elle risque de fuir un jour, qu’elle étouffe dans cette maison trop aimante, qu’elle n’a pas l’impression d’être à sa place. Alors qu’elle tente de trouver une excuse pour s’en aller, Asghari fait tout pour la faire rester. Sans nul doute qu’Asghari sera détruite si sa petite sœur viendrait à fuir un jour, mais elles se sont promis une chose un jour : accepter la moindre décision de l’autre même si cela voulait dire lâcher prise. Et alors qu’Atara et Asghari se sont promises de brûler tout ceux qui ne leur ont attiré du tort, une barrière s’est formée entre elle. Là où Atara hésite à partir, Asghari espère juste la voir rester. Elle s’accroche à une sœur qui lui glisse entre les doigts alors que leur règne ne vient que de commencer.
asghari khodja et atara khodja
baby sister we'll set the world on fire, and that's a promise ‹ Asghari et Atara sont les deux cadettes Khodja de la branche majeure, et si leurs tempéraments sont diamétralement opposés, il n'en est pas moins qu'elles se sont liées dans une promesse impossible. ucucucucuc
PINNED UNDER THE WEIGHT (2017)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[F/LIBRE] ODEYA RUSH - they're teaching me to kill; who's teaching me to love?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PINNED UNDER THE WEIGHT :: scénarios et liens-